mardi 21 juillet 2015

« L’attention à se maintenir sur les fréquences de l’amour détermine la progression, la guérison, la libération »





Lundi 20 juillet ;
Ce matin, après deux jours de silence, je sature. La promiscuité ne me va pas du tout. C’est déjà mieux qu’avant, j’arrive à poser des limites mais au bout de trois jours, je suis épuisée. Chacun a sa propre façon d’être, de gérer son temps et le mien est basé sur la foi, l’enthousiasme à agir, la responsabilisation. 
Même si bien évidemment c’est un chemin où on avance à tâtons, l’état d’esprit que créé la volonté depuis le cœur, dans la sincérité, la transparence, rend la vie plus simple, fluide. La relation à soi restaurée, celle avec les autres s'améliore mais quand il s'agit de partager l'espace vital...

Quand on connait les jeux de rôles, les masques crées par les blessures et qu’on les voit chez soi et les autres, ça rend plus patient mais d’un autre côté, je me sens un peu frustrée de voir que mon discours est entendu par « politesse » depuis tant d’années.

Très peu de gens sont prêts à prendre la responsabilité d’eux-mêmes. S'aimer soi-même est considéré comme de l’égoïsme ou du narcissisme mais c'est pourtant la base de l’autonomie et du respect dans la relation à l’autre.

Quand je considère comment sont tramées les relations humaines, dans mon entourage, je ne vois que dépendance, dominance, manipulation et vampirisation énergétique.


Tout ceci me conforte dans mon choix de vivre seule mais d’un autre côté, je me demande si l’ascension collective dont on parle depuis quelques années, est réalisable. 
Quand on sait qui on est et qu’on veut retrouver sa souveraineté, ça n’est déjà pas facile alors pour celui qui vit dans le piège de l’ignorance, du déni, je m’interroge. 

D’un autre côté, il n’est pas question de jouer les sauveurs, d’insister lourdement à propos de la transmission des connaissances que je peux partager ici, sans attendre de retour, en me satisfaisant d’être au moins lue sur des sujets qui me tiennent à cœur. 
Sachant qu’il y a résonance, que ceux qui sont sur ce chemin font partie de ma « famille » au niveau de l’âme, ce contact virtuel est un soutien.

Ce blog est une bouffée d’oxygène qui me permet de revenir à l’essentiel, à mon chemin de vie, mon credo. J’ai toujours choisi et mis en avant la liberté préférant la dépendance aux produits plutôt qu’aux humains. 
Je ne regrette pas du tout ce choix puisque ça me permet de ne pas être immergée ni coincée dans des jeux de rôles. 
Celui de parent est un des plus pernicieux. Le risque de se perdre, de s’égarer dans la manipulation affective et matérielle est immense. 
J’ai tout de suite senti qu’avoir un enfant, le concevoir, impliquait le risque de l’attachement, de l’interdépendance. 
Très peu de parents sont capables de voir leurs enfants comme des âmes à part entière et de les laisser apprendre la vie en toute confiance, sans tomber dans la domination. 
Le fait d’être responsable socialement d’un être, créé beaucoup de pression et fausse tout.

Bon, je vais au jardin avant que le soleil ne soit trop puissant. Il y a eu un bel orage hier après midi qui m’a évité d’aller arroser le soir mais je me rends encore plus compte que ce contact intime et quotidien avec la terre, est absolument nécessaire à mon équilibre. 

Je ne me fais pas trop de soucis pour le futur séjour chez ma mère puisqu’elle a un jardin fleuri et la forêt à proximité me permettra de maintenir la connexion à la terre mère. L’avantage avec la nature c’est qu’elle est partout la même, sa conscience est en chaque brin d’herbe et toute la végétation est reliée à l’âme de la terre.

Je vérifie une fois de plus la puissance de la pensée, de l’intention et de l’inter-reliance énergétique entre les humains aussi. Le quartier est un peu en ébullition. Un voisin plutôt calme d’ordinaire vient de se mettre en colère et bien que ça m’ait fait rire, je me suis dit que l’énergie que je portais avait certainement participé à cet éclat de voix. 
Je me sens moins gênée qu’avant, à poser des limites mais j’ai encore du mal à ne pas être brusque. Comme si j’avais besoin de ça pour montrer ma détermination. 
Vivement que je retrouve ma solitude ! Enfin, solitude n’est pas le mot approprié parce que lorsqu’on est en connexion avec son monde intérieur, il n’y a pas du tout de sensation d’être seul ou isolé. Au contraire chaque aspect de soi reconnecté et aimé sincèrement, surtout ceux qu’on a rejeté, vient remplir l’être et donne une sensation de complétude, d’unité remarquable.
Voyons les pensées de Neale Donald Walsch, celle du jour et les suivantes piochées au hasard:

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que vous avez de moins en moins besoin de forcer les choses,
jusqu’à ce que finalement vous parveniez à la non-action.
C’est le message de Tao Te Ching, et c’est vrai. Werner Erhard a enseigné :
« La vie va se résoudre d’elle-même dans le processus de la Vie Elle-Même ».
Byron Katie a dit que la libération c’est « Aimer Ce Qui Est ».
Et Stephen Mitchell appelle la non-action « la plus pure
et la plus efficace des formes d’action. Le jeu joue le jeu ;
le poème écrit le poème ; on ne peut distinguer le danseur
de la danse. »
Peut-être que la meilleure chose à faire dès maintenant,
c’est rien du tout.
Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

http://www.conversations-avec-dieu.fr

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que l’amour tolère les faiblesses humaines, les erreurs et les échecs.
Quand quelqu’un fait quelque chose que vous n’aimez pas, essayez la tolérance.
Dites-leur avec la plus belle de vos manières que vous ne vous sentez pas bien
vis-à-vis de ce qu’il s’est passé ou dit, mais essayez surtout de ne pas leur en vouloir
et de ne pas les écarter de toute relation chaleureuse avec vous.
Tout ce que vous leur apprenez en faisant cela c’est d’avoir peur de vous —
en leur faisant avoir peur de vous perdre … ou du moins de perdre le côté
chaleureux de votre relation avec vous. C’est, bien sûr, ce que certains disent
que Dieu fait avec nous…
Accordez-leur un peu de patience comme vous aimeriez que Dieu
(et les autres) vous en accorde.
Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

http://www.conversations-avec-dieu.fr

Je crois que Dieu souhaite que vous sachiez que …
… vous ne pouvez pas faire une erreur, vous pouvez seulement
prendre une décision qui sera votre meilleure prochaine étape.
Il n’y a pas de raison d’hésiter quand vous savez
que vous n’avez rien à perdre. Et perdre n’est pas un acte de Dieu, c’est une pensée
dans l’esprit des humains.
Débarrassez-vous de cette pensée et vous vous débarrasserez du doute.
Mener votre Sagesse jusqu’à la victoire.
Vous n’aurez pas besoin de plus d’une seconde pour savoir
pourquoi vous recevez ce message aujourd’hui.
Avec tout mon amour, votre ami …
Neale
http://www.conversations-avec-dieu.fr




J’ai fait la synthèse de ces trois invitations pour dire à mon ami que je voulais retrouver ma solitude. Je n’ai pas voulu l’accabler en lui disant une fois de plus l’importance de prendre soin de l’enfant intérieur mais j’ai choisi de répondre aux besoins du mien qui a du mal avec les comportements de dominance de l’adulte sur l’enfant. 
Il ne s’agir pas de violence physique mais d’une dominance psychologique et inconsciente qui pousse l’enfant à faire les choses pour plaire, pour obtenir l’amour. 
Il est déjà formaté à onze ans et comme je le connais depuis ses sept ans, âge auquel il n’était pas encore totalement dans le rôle, la sensation de gâchis vient s’ajouter. 
Puis la colère vis à vis des femmes qui dans leur besoin légitime d’être aimée, font des enfants pour s’accaparer un homme et de cette façon pensent se garantir à vie d’être toujours aimées. 
Si l’homme finit par s’en aller, l’enfant lui, est obligé de rester jusqu’à sa majorité. 
C’est une stratégie inefficace puisque la femme se retrouvera finalement seule et ses enfants pourraient la rejeter devenus adultes, lui reprocher de les avoir vampirisé énergétiquement. 
C’est la façon dont le monde a marché pendant des siècles et on voit où ça le mène ! 

Nous avons maintenant des connaissances qui nous permettent de savoir que l’amour que nous cherchons, est en nous-même
Que nous pouvons être autonome à tous les niveaux et faire l’expérience des guérisons qui suivent les libérations de vielles croyances basées sur la peur et l’ignorance de notre vraie nature. 
Nous pouvons expérimenter les bénéfices du lâcher prise, de l’attention à soi, à ses pensées, ses émotions, de l’effet miroir, des lois universelles et changer notre vie. 

Ça demande de lâcher le passé, son aspect douloureux en pardonnant et en y voyant ainsi le caractère formateur du parcours, la liberté qu’offre la responsabilisation de ses pensées émotions. 
Il faut aussi de la patience, de la persévérance parce qu’on ne défait pas les nœuds énergétiques, les circuits neuronaux créés par des réponses automatiques de survie, du jour au lendemain même si les prises de conscience peuvent guérir mentalement un être, dans l’instant.
Voyons quelques clefs de sagesse piochées sur le site de Monique Mathieu :

Clef 735
« La séparation d’avec ceux que vous avez aimés n’est qu’illusoire ! Bientôt, le voile qui vous empêche de les voir ou de les ressentir vous sera totalement enlevé, mais vous n’êtes encore pas suffisamment prêt et vous seriez trop perturbé. Il faut continuer à vous élever spirituellement et surtout à intégrer votre totalité ».

C’est une chose qui m’aide à me rappeler que les relations que nous vivons sur terre, sont cocréees par les âmes de chacun et ensembles. Puis comme je pourrais craindre de perdre une amie en posant mes propres limites, savoir que mon âme est ma plus grande amie, tout comme mes corps physique, mental, émotionnel, l’enfant intérieur, la Source et les guides auxquels je suis toujours en étroite relation, m’aide à oser m’affirme sans avoir besoin de faire un drame.

Clef 493
« Soyez toujours comme des oiseaux libres qui volent dans la nature et vous apprendrez beaucoup, alors que si vous vous laissez enfermer dans un dogme vous ne trouverez plus la liberté et vous n'évoluerez plus ».  

Ceci m’invite à ne pas essayer de trop intellectualiser les choses et à remettre tout le poids de la situation à la source divine intérieure.

Clef 668
« Ne soyez pas dans le vouloir de libérer l’Amour qui est en vous ! L’Amour se libère automatiquement en fonction de votre comportement. Cependant ne lui fermez pas la porte, laissez-lui la liberté d’agir en vous, de vous transformer et de s’exprimer. Si vous ne voulez pas dire « je t’aime » à quelqu’un et si vous sentez cette impulsion, faites-le lui sentir sans paroles, et la personne le ressentira ».

Je n’ai pas été capable de dire que malgré la situation, les sentiments d’amitié sont toujours vivants et je ne me suis pas totalement fermée comme je le faisais avant, ça n'est pas si mal dans l'ensemble. 

Clef 794
« La tristesse peut être contagieuse, la souffrance des autres peut parfois être très difficile à gérer. Il faut absolument vous écarter de la violence, et pour ne pas vous laisser imprégner par ces fréquences vibratoires, il faut que vous vous stabilisiez dans la joie, dans la sérénité et dans la confiance. La joie vous fera monter une petite marche, une marche nécessaire sur laquelle vous pourrez vous stabiliser. A ce moment-là, votre vie prendra une autre dimension ».

J’ai retrouvé la confiance en la vie, en offrant à la source les pensées émotions mais il est vrai que je suis si sensible aux énergies extérieures et comme mon enfant intérieur est somme toute encore fragile, j’ai dû choisir de retrouver ma liberté et mon espace. 

Il n’est pas facile de faire la part des choses lorsqu’on se sent envahit par les énergies des autres qui mettent en évidence ses propres déséquilibres internes. Je sais ce qu’il me reste à faire ; continuer à prendre soin de l’enfant en moi et surtout d’accepter les choix actuels de mon âme dont celui du soutien par les médicaments qui m’aident tout de même à palier les carences du masculin intérieur envers lequel je me méfie encore un peu. 




Mardi 21 juillet ;
Assez cogité, je vais arroser. J’ai dormi pendant quatre heures cet après midi et suis partie dans un rêve où je rentrais dans un lieu fait de pièces immenses comme dans un paquebot mais sur la terre ferme. 
Chaque étage contenait des pièces, lieux de rencontre comme des restaurants où on effectuait des jeux par thèmes. Un genre d’allégorie du jeu de l’incarnation. 
C’était plutôt joyeux, ludique et je me souviens avoir vu plusieurs personnages clefs de ma vie. C’est certainement une mise à jour entre croyances passées et récentes qu’effectue l’inconscient en compagnie de l’âme ou d’un des corps éthéré. En tous cas, au réveil, je me sens ragaillardie et allégée !

Je viens de ramasser le linge sur le fil sous un ciel bardé de rayures…j’offre ma colère, mon ras le bol, ma tristesse à la source. L’idéal serait qu’un orage éclate mais il semble que ce ne soit pas le but de ces épandages massifs qui assèchent l’air et augmente l’effet de la pollution tout en ruinant la végétation. 
À part ça, la vie est belle, magnifique même quand on se tourne en son cœur

Par effet miroir, je le vois encore comme une invitation à accepter ma dépendance aux cachets et au tabac. Il faut aussi que je libère la peur d’augmenter les doses quand j’irais voir ma mère. 
Quand je commence à cogiter à propos de ce voyage, je reviens à l’ici et maintenant. 
Je n’ai plus à me faire de souci pour faire garder les chats et peut-être aussi la chienne alors il ne reste plus qu’à vivre les choses au jour le jour. 
J’ai un rendez vous avec l’assistante sociale dans deux jours et je peux être rassurée quand à cela puisque je sais déjà ce que je lui dirais à propos de l’entretien d’embauche foiré. 

Quand on s’interroge depuis le cœur au sujet de quelque chose, on n’a pas à y revenir puisque les réponses sont livrées par la sagesse intérieure, puis l’attention à se maintenir sur les fréquences de l’amour étant quotidienne, finalement il n’y a que ça qui compte et détermine la progression, la guérison, la libération.

Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org




Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.