mardi 30 juin 2015

« Tout ce qui me traverse ne m’appartient pas, je l’offre donc à la Source » & vidéos d'Humour






Le travail est intense en ce moment ! Les pensées émotions énergies continuent de se manifester puisque je diminue les doses de produit qui constitue un mur placé autour du plexus solaire. 
Ce mur qui palliait le manque de confiance en soi, de capacité à ne pas me laisser influencer par mon entourage à l’adolescence puis plus tard en grandissant vis-à-vis de la société, est en train de se désagréger.
Maintenant, les choses ont totalement changé, je ne suis plus seule, j’ai un pouvoir immense mais qui est à double tranchant; celui de créer par les pensées émotions énergies, en conscience
Il demande d’être responsable de son monde intérieur et de le gérer avec justice, amour et détermination à la fois. 
Amour dans la capacité à ne pas entrer en réaction lorsque des pensées émotions de basses vibrations se manifestent. 
Et détermination dans la foi en l’âme, sa guidance, sa présence constante malgré justement la sensation d’isolement qu’on éprouve lorsque les pensées, les croyances, nous ramènent à l’état de victime impuissante.
Apprendre à se faire confiance en sa capacité d’assumer ce qui s’exprime à l’intérieur ce qui signifie juste de l’offrir à la source en ayant une foi absolue qu’elle saura harmoniser les énergies en soi, que l’amour est plus fort que tout, se réalise dans ce processus d'abandon, de lâcher prise. 


La personnalité ne peut pas gérer ce matériel énergétique de façon juste, appropriée, ces réponses sont conditionnées. Elles viennent selon les références passées, et la seule expérience indispensable à retenir, est ce processus alchimique créateur de miracles.
La transmutation s’est effectuée au niveau des corps éthériques et maintenant, ce sont les corps subtils, le mental et l’émotionnel qui bénéficient des énergies purificatrices de l’amour lumière de la source. L’influence des corps reliés aux chakras du haut et leur ouverture, ont permis d’amplifier la foi, de ressentir l’amour de notre âme et de pouvoir ainsi se tourner vers elle afin de savoir comment faire pour élever sa vibration à hauteur de la sienne. 

Maintenant, nous savons que c’est en maitrisant nos pensées émotions, en acceptant ce qui est dans un premier temps puis en laissant l’âme nous guider que le changement s’opère en profondeur
Comme ce sont l’inconscient, le mental et l’émotionnel qui sont en pleine mutation, au quotidien ça créé des moments de plongée dans les profondeurs. Et l’avantage de ce monde de dualité, c’est que nécessairement et naturellement, les énergies amenées au cœur, s’équilibrent et sont réorientées au service de l’ensemble des corps, de la personnalité qui de cette façon fusionne en conscience avec le divin intérieur. 
Dans ce processus on se rend compte de l’importance de chacun de nos corps, de toutes les énergies qui nous composent et en ayant un amour inconditionnel pour chacun d’eux, en leur demandant de s’unir, on constate effectivement que nous sommes un être multidimensionnel complet, intègre, capable d’autonomie, en chemin vers la souveraineté de l’être réunifié.

Il est évident que la personnalité ne voit que la partie visible de l’iceberg, du travail gigantesque qui s’effectue lorsqu’on offre à la source tout ce que nous ne voulons plus nourrir. Mais en affinant ses perceptions, justement dans l’écoute attentive nécessaire au processus d’accueil de ce qui est, on perçoit de plus en plus la beauté du processus ont on reconnait l’intelligence divine à l’ouvre. 
C’est aussi de cette façon que la foi amplifie et dissout les doutes, la peur et l’incrédulité.

On peut déjà sentir la différence de fréquence vibratoire lorsqu’on offre à la source une pensée émotion qui n’est pas alignée à l’amour divin. 
On passe du mal-être à la paix puis à la joie de vivre ce processus libérateur révélant notre pouvoir intérieur, le pouvoir et la puissance de l’amour, de l’acceptation. 
Il est vrai que ça n’est pas évident à intégrer pour la personnalité, l’ego, le mental mais en les reconnaissant à leur juste valeur, ils se mettent au service de la communauté que forment tous nos corps. Enfin c’est plutôt notre perception qui change et nous permet de constater qu’ils ont toujours fait de leur mieux, avec zèle, loyalement, en fonction de notre degré d’ouverture, de conscience.   

Depuis l’enfance, lorsque nous prenons conscience d’être un individu séparé de notre mère, l’ego prend en charge l’être selon ses compétences, sa programmation. 
Une personnalité de surface se construit permettant d’interagir avec l’extérieur, d’affirmer sa vision, de pouvoir devenir autonome. 
C’est un long parcours qui permet à l’âme d’expérimenter tout un éventail de pensées émotions sensations qui vont permettre à la personnalité de se forger, de choisir ce qu’elle veut vivre, être, porter, manifester, créer.
Jusqu’au moment où la somme d’expériences vécues permet de voir avec du recul, que tout se combine parfaitement, que tout ce qui a été vécu nous a amené à ouvrir notre cœur et notre conscience. 
Nous savons ce qui nous fait du bien, ce qui nous élève et aussi ce qui nous met mal à l’aise, nous rabaisse. On peut constater que les énergies de la paix, l’amour et la joie sont porteuses de vie, de croissance et à l’inverse que tout ce qui est sombre, morbide et sinistre, nous enferme, nous restreint et nous inhibe.

La récurrence de certaines situations nous montrera ce que nous devons changer en nous mais le changement se fait au niveau des pensées, des croyances. Selon notre connaissance des effets de la peur, du doute et de la culpabilité nous allons amener au cœur toutes ces pensées qui nous enferment dans le cadre des croyances mentales, celles que le monde nourries et qui le créent tel qu’il est.
C’est un long parcours qui demande de la persévérance mais à chaque fois que nous choisissons l’amour, la récompense est immédiate et la foi qui amplifie nous restitue notre pouvoir de création délibérée. 
Nous créons alors de plus en plus en conscience et en connaissance de cause. 
Une fois que les croyances invalidantes sont libérées et qu’on a vérifié la validité du processus alchimique, on va simplifier les choses.

Commence alors une belle aventure de cocréation avec l’âme qui rend notre quotidien magnifique, Vivant. L’énergie de Vie, du désir, indispensable à la créativité, se libère peu à peu et nous cocréons selon les aspirations de l’âme que la personnalité suit. Elles deviennent partenaires et chacun des corps est perçu comme un Ami, une communauté capable d’entente, de respect mutuel et de solidarité.
Le corps physique nous permet d’exister dans la matière et nous accompagne de la naissance à la mort. Il porte en lui deux systèmes, selon la dualité qui régit ce monde. 
L’un est activé par l’amour et permet la croissance, l’autre est activé par la peur et mène à la mort, à petits feux. 
Les deux sont nécessaires dans cette dimension mais lorsqu’on sait que nous sommes avant toute chose, un être d’amour et de lumière, éternel et connecté au divin, à la source de toute vie, on peut laisser notre âme guider la personnalité dans l’amour infini et l’amener à intégrer les énergies de la source activant ainsi la vie éternelle, le programme de croissance. 
Il ne s’agit pas de vivre éternellement dans ce corps, dans cette enveloppe quoique…mais selon ma perception et ma foi, de vibrer sur les fréquences exponentielles de la vie éternelle afin d’être en son plein potentiel créateur et réellement Vivant.  

Ces derniers temps m’ont placée face aux peurs ancestrales, à la culpabilité qui vient de l’ignorance et du sentiment d’illégitimité. En acceptant d’être traversée par ces pensées émotions sachant qu’elles ne demandent qu’à être absorbées dans l’amour lumière, ma foi a amplifié en même temps que ma capacité de créer mon quotidien, de planifier mes journées selon l’inspiration de l’âme. 
Chaque pensée émotion accueillie dans le cœur, va s’harmoniser à l’amour et l’élan qui suit sera inévitablement inspiré par l’amour.  
Dans ce processus on apprend à faire confiance à ces élans spontanés même ceux qui nous semblent ‘mauvais’. 
Là aussi, le fait de se laisser guider par l’amour en révèle le pouvoir mais aussi l’obsolescence de la notion de bien et de mal. 
Elle n’est pas balayée non plus mais remise à sa juste place. Elle devient un curseur permettant de détecter les basses fréquences et de réorienter les pensées. Cela devient « bien-être » ou « mal-être » et si on veut vivre dans la paix, la joie et l’enthousiasme, on va ajuster nos pensées en conséquence. La lettre de nouvelles de Daniel Miron qui canalise les entités de lumière, est venu confirmer le soutien constant de l’âme. 






Hier, j’ai été submergée par la tristesse qui est venue progressivement. Je l’ai offerte à la source puis j’ai suivi l’élan qui m’a amenée à regarder des sketchs de jeunes humoristes, toute la soirée. 
C’est toujours le même processus ; une pensée émotions surgit et on a le choix ; soit on la croit, on s’y identifie, soit on l’offre à la source
En choisissant délibérément de la laisser nous traverser et de laisser le cœur la gérer, on s’abandonne en toute confiance au processus. La joie ne revient pas d’un seul coup mais on peut sentir déjà en respirant calmement, que la paix revient ainsi que la foi. Puis en faisant confiance à l’élan, l’énergie de la paix demeure et la joie arrive.

Il est évident qu’il ne s’agit pas de rester assis pendant des heures à attendre que celle-ci se manifeste comme par magie. Nous avons un corps composé de plusieurs outils de création qu’il nous faut utiliser selon la guidance de l’âme mais c’est à nous d’agir, de revenir à notre désir profond et de faire le nécessaire pour élever notre fréquence vibratoire.

Le fait d’observer ce qui est, de faire le bilan d’une journée, soit en écrivant un journal, soit mentalement, permet de voir ce qui est bénéfique, ce qui nous fait du bien, nous donne de l’énergie et ce qui nous maintient dans des vibrations basses.

Je dois me souvenir régulièrement que le sevrage me fragilise et que des pensées émotions relatives au personnage de victime font surface au bout de trois jours de diminution des doses. 
Déjà, ça me permet de ne pas m’angoisser à chercher le pourquoi du comment et je ne m’enferme donc pas dans le mental. 
Puis, sachant cela, je m’ouvre, je confie tout à la source, tout ce qui me vient à l'esprit, comme si je parlais à mon meilleur ami, un confident en qui j'ai une totale confiance. 
Je lui offre ce qui se manifeste sachant aussi que ça ne m’appartient pas entièrement puisque je suis sensible aux énergies extérieures. 
Il y a certes des pensées émotions de l’ancien moi qui font surface mais par la loi d’attraction, elles attirent des énergies similaires donnant l’impression que ce travail est sans fin.

C’est là qu’il est indispensable de se remémorer la loi d’attraction et de résonance. Tant que je porte des vibrations basses, elles attirent les mêmes vibrations mais la puissance de l’amour est telle qu’elle peut les absorber

Il n’est pas nécessaire de savoir d’où viennent ces émotions extérieures mais simplement de se dire que le pouvoir de l’amour est tout puissant. Nous sommes tous reliés et lorsqu’une tragédie survient dans le monde, elle parvient jusqu’à nous. En accueillant toutes les énergies de basse vibration dans notre cœur, on allège la charge du collectif. 
Le seul fait de ne pas entrer en réaction, de ne pas nourrir les égrégores de l’ancien monde, est déjà en soi, un soutien immense, un acte de solidarité gratuit et pour cette raison très efficace
On apprend à donner librement, sans le savoir, à offrir l’amour lumière que nous sommes, sans attentes. De toute façon le mérite revient à l’amour en soi et un peu aussi à la personnalité qui choisit de laisser le divin agir. Le savoir permet de rehausser l’estime de soi, de se sentir utile, sans pour autant se la péter. C’est une façon de restaurer le sentiment de légitimité mais comme ceci se réalise dans les profondeurs, les couches éthériques, énergétiques de l’être, le bénéfice sera ressenti sans que l’ego ne s’empare de cela.
Et quand on le fait en conscience on apprend à donner sans attente, on est récompensé par le bien-être retrouvé et l’amour qui se diffuse restaure notre intégrité, la vision de ce que nous sommes.

L’âme communique en permanence avec la personnalité, mais nous n'en avons pas conscience. Et c'est en amenant en notre cœur, ce qui nous pèse, qu'on apprend à reconnaitre sa présence et son influence. 

Cela se fait petit à petit de façon à nourrir la foi en l’amour et pas en notre ego. 
Si on s’identifie à lui, on sera limité, aveuglé et prisonnier de son cadre de référence mais en épurant les corps mental et émotionnel, peu à peu notre cœur et notre conscience s’élargissent simultanément. On intègre ainsi de façon équilibrée, harmonieuse, la notion de « je » et de « nous ». En constatant l'harmonie des corps en soi, l'unité, l'alignement de notre volonté à celle de l'amour, du divin, on comprend que chaque corps est important et qu'ils peuvent s'harmoniser, vivre dans la paix, l'entente, la solidarité. Ceci se projette alors dans nos relations avec l'extérieur qui deviennent harmonieuses.

Bon petit rappel à l’ego histoire de resituer les choses, de s’aligner à la fréquence de l’instant, du jour, de l’âme : « Il est fort possible que des pensées émotions lourdes se manifestent, merci de te souvenir de les amener au cœur, de respirer calmement et profondément. » 
Ce processus est suffisant pour se centrer et voir ce qui est avec les yeux du cœur, de l’âme. 
De cette façon, on évite de se critiquer, on peut aussi utiliser le pardon à soi qui ramène au centre. 

Hier, je n’ai pas cherché à forcer puisque je sais que ce qui détermine mon état d’être, c’est ma capacité à aimer, à utiliser ce pouvoir. Ce qui se traduit par de la tendresse de l’acceptation pour ces moments où je n’ai envie de rien faire, sachant que c’est passager, que si je n’agis pas physiquement, le travail qui s’effectue au niveau vibratoire est essentiel et primordial
Il me faut juste m’en souvenir pour que tout se calme naturellement par le processus d’acceptation de ce qui est dans l’instant. 
Ce n’est que de cette façon qu’on change véritablement
On change son point de vue, en amenant les pensées négatives, sombres, à s’harmoniser à l’amour et c’est ainsi que petit à petit un nouveau comportement s’installe. 

Faire totalement confiance à l’amour et à son âme permet de changer en douceur, de savoir que tout est pour le mieux. Ce processus qui amplifie la confiance en soi donne l’audace d’agir selon ses aspirations profondes. Je considère mes corps comme mes meilleurs amis et mon âme comme le plus Grand Amour de ma vie. Cet amour dont on rêve et qu’on projette dans le prince charmant, est à portée de cœur, en notre propre cœur. Il attend juste qu’on le reconnaisse, qu’on l’autorise à se déployer pour se manifester et œuvrer de façon extraordinaire.

Je me suis levée à 5h30 pour aller saluer le soleil au dessus de la rivière et m’immerger dans les douces et puissantes énergies du matin. Puis après cette balade connexion au soleil, à la terre, à l’arbre et à la rivière, je suis allée arroser le jardin qui n’a pas trop souffert de la chaleur étouffante d’hier. Même cette nuit, le thermomètre n’est pas descendu en dessous de 20° ! Ça demande de l’ingéniosité pour gérer le quotidien et en voyant les choses depuis le cœur, finalement, c’est une occasion de manifester son pouvoir créateur, sa capacité d’adaptation. Rien de tel pour nourrir la reconnaissance, l’amour vrai de soi et la gratitude ; des fréquences divines qui rendent la Vie Belle ! 






« Tout ce qui me traverse ne m’appartient pas, je l’offre donc à la Source » 
Ne pas s’identifier à ce qui est éphémère préserve de la souffrance et révèle la joie d’Être

La lune était, orangée, hier soir et entourée d’un halo laiteux. Je ne suis pas médium mais l’influence de la lune sur la planète est indéniable. Ça risque d’amener des situations extrêmes, des remontées énergétiques des profondeurs. 
Plutôt que d’envisager un scénario catastrophe, je vais me fier aux couleurs et me dire que la créativité se dévoile puisque l’orange est la couleur du chakra sacré. 
Un mélange de la sagesse, le jaune et de la passion, le rouge ; un équilibre harmonieux qui vient lorsqu’on amène l’énergie du désir, de la créativité, à remonter les chakras, à les accompagner mentalement, à les ressentir en soi et les faire monter pour qu’elles se déversent en une pluie dorée sur l’être tout entier. 
Je m’amuse à visualiser une fontaine de jouvence qui s’écoule ainsi, des profondeurs de la terres jusqu’à la couronne, activant le programme intrinsèque de régénération cellulaire afin de vivre en harmonie avec la Vie. 
Une façon d’apprendre à orienter les énergies en soi, en toute simplicité et humilité mais en connaissance de cause aussi. 
Le pouvoir de la pensée est immense et lorsqu’il est activé depuis l’alignement de la volonté à celle de l’âme, de l’amour lumière, les créations sont magnifiques.  

J’ai envie de partage quelques vidéos regardées hier. C’est parfois vulgaire mais ça fait du bien de se détendre et de rire de soi, de ses comportements infantiles. Je pensais d’ailleurs à ça hier, si on considère la proportion d’enfant sur la planète et connaissant leurs énergies, ils équilibrent le collectif par leur seule présence. Alors merci aux enfants et à celui que je chéris en moi !

Artus "Parodie des Feux de l'amour" 
 



Artus & Florent Peyre - "J'accepte" Un  humoriste joue un sketch qui est rejoué de mémoire, par un autre humoriste...




Artus & Arnaud Tsamere - Même principe de sketch rejoué de mémoire...
 



Constance "Elle se marie toute seule à Central Park" Un sujet inspiré de fait réel est donné à une humoriste qui doit créer un sketch en quelques jours.





Florent Peyre et Constance "Un couple favorable aux radars pédagogiques"





Vérino "Je reviens de 520 jours de Mars" 



 



Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.