dimanche 5 avril 2015

« La face sombre des chercheurs de lumière » résumé-traduction du livre de Debbie Ford par Geneviève Lebouteux (4ème partie)




Chapitre 5 : « Connaître son ombre, connaître son Soi »

En chacun de nous, il y a un solide trésor en or. 
Sa matière est notre esprit, pur et magnifique, ouvert et rayonnant. 

Ce trésor a été recouvert d’une épaisse couche d’argile. L’argile vient de nos peurs. Elle constitue notre masque social : la face que nous présentons au monde. 
Il ne s’agit nullement de détester cette couche d’argile, elle nous protège de multiples façons. Souvent, notre ombre a été si bien camouflée que nous montrons au monde un masque social qui présente le trait de caractère exactement opposé. 

C’est d’ailleurs une indication : plus nous présentons un trait de caractère affirmé, plus au fond de nous est enfoui son opposé. 
Les personnes cool cachent de la rigidité, les généreuses ont au fond d’elles-mêmes de l’égoïsme etc. 
Quand nous nions fortement certains aspects de nous-mêmes, nous sur-compensons en devenant leur opposé. 
Quand on est dirigé par l’obsession de ne pas devenir tel ou tel type de personne, nous devenons souvent l’opposé (extérieurement). 
Cela nous enlève la possibilité de choisir ce que nous voulons vraiment faire de notre vie.
Quand nous nous connaîtrons dans notre totalité, incluant notre ombre, nous n’aurons plus besoin de couche d’argile pour nous protéger. 


Nous accepterons naturellement que notre masque social tombe, exposant notre Soi authentique au monde
Notre couche d’argile a été créée par l’idéal de notre égo. 
L’égo est le « soi » distinct des autres alors que l’esprit nous voit uni aux autres.

Pensez un moment à la somme d’énergie qu’il faut pour cacher quelque chose à vos propres yeux et aux yeux des autres. Essayez de prendre un fruit, un pamplemousse par exemple, et portez le dans votre main toute la journée tout en le cachant à vos yeux et, chaque fois que vous rencontrez quelqu’un, en le lui cachant… 
Après quelques heures, vous constaterez la quantité d’énergie que cela vous a demandé ! 
En fait, c’est ce que font nos corps toute la journée ! 

Quand nous autorisons enfin ces vérités sur nous-mêmes à remonter à la surface, nous devenons libres. 
Et nous avons alors à notre disposition toute cette masse d’énergie que nous pouvons investir dans notre croissance personnelle et dans le chemin pour atteindre nos objectifs les plus élevés.

Notre corps parle de lui-même, nos interlocuteurs entendent ce que nous disons mais assimilent également, souvent inconsciemment ce que dit notre corps, le ton de notre voix, notre position, etc. 86 % de notre communication est non verbale

Ce que nous cachons à nos propres yeux et aux yeux des autres s’exprime malgré nous de cette façon. Demander aux autres comment ils nous perçoivent est un travail redoutable, mais chaque élément de ce retour est une bénédiction.

EXERCICES
Une façon de mieux se connaître et de voir notre masque est de demander à quelques proches, famille, amis, de nous dire les trois traits de caractère qu’ils apprécient le plus en nous et ceux qu’ils apprécient le moins (trois aussi). 

Mettez-les à l’aise en leur disant que c’est important pour vous qu’ils soient honnêtes. 
Ensuite comparez vos opinions de vous-mêmes à celles des autres. 

Si vous avez peur d’apprendre quelque chose, c’est aussi instructif, vous touchez à des aspects déniés de vous-mêmes. 

Vous n’avez pas à croire tout ce que les proches vous exprimeront, cela peut être leurs propres projections. 
Regardez honnêtement ce qui vous est dit et faites le tri de ce qui vous touche

Nous sommes touchés quand nous nous décevons nous-mêmes et sommes interpellés dessus.

Une autre façon de repérer vos aspects cachés est de faire une liste des trois personnes que vous admirez le plus et des trois que vous détestez le plus. 
Vous notez pour chacune des trois premières les trois qualités que vous admirez le plus et pour chacune des trois suivantes, les traits de caractère que vous détestez le plus. 
Ces listes vous éclaireront sur des aspects méconnus de vous-mêmes. 
Quand un trait vous paraît ne pas coller avec ce que vous êtes, interrogez-vous plus en profondeur sur ce qu’il sous-tend.

Une autre façon : avec une liste de mots négatifs (non traduite ici…), identifiez ceux qui ont une charge émotionnelle pour vous. 
Dites à haute voix : « Je suis ….. », si cela vous affecte ou si vous pensez que vous seriez affecté que quelqu’un que vous respectez vous caractérise ainsi, notez le mot.

Une autre façon : imaginez qu’un article a été écrit sur vous dans le journal local. Quelles sont les cinq choses que vous n’aimeriez pas voir écrites ? 
Notez aussi les cinq choses qu’il vous serait indifférent de voir écrites. 
Demandez vous si les cinq premières citées sont vraies et les autres fausses. Cherchez ce qui se cache derrière ces termes.

Pour tous ces exercices, notez les jugements que vous portez sur ces mots. 
Essayez de retrouver quand vous avez eu pour la première fois ce jugement ou de qui il vous vient.

Résumé du livre de Debbie Ford : « The dark side of the light chasers »
Editions Hodder et Stoughton
Résumé – traduction de Geneviève Lebouteux, mars 2002










Merci de laisser les références, les liens, ainsi que celui qui mène au site de l’éditeur, si vous souhaiter diffuser cet article et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin de respecter le travail de chacun. Celui de recherche, de retranscription, de photographie et d’édition a demandé du temps et de l’énergie même si c’est réalisé avec passion.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.