dimanche 1 mars 2015

« Manifester sa réalité, en conscience » & « Brendan et le secret de Kells » dessin animé






Je vais exploser d’amour, de joie, de désir tellement tout s'améliore à une vitesse incroyable ! 
Nous y sommes, nous avons le pouvoir de manifester nos plus beaux rêves ! Et je sais de quoi je parle parce que ce que j’ai vécu hier en est la preuve irréfutable. 
Bon, c’est à travers mes créations issues de la peur que j’en aie mesuré l’impact mais ce que je retiens de ce vécu et qui est essentiel, la manifestation instantanée est effective ! 
Ce qui veut dire que la phase de « guérison » n’est plus d’actualité, du moins pour moi. Disons plutôt que celle-ci est arrivée au stade de la création consciente, où l’inconscient peut-être modelé sans que l'auto-sabotage soit systématique. 
Évidemment l'accueil émotionnel est toujours de rigueur puisque gérer son corps émotionnel est indispensable au processus de création mais le temps de la grâce est arrivé. Pour certains, c’est déjà une réalité mais ce qui est nouveau, c’est que les énergies permettent de passer à un niveau supérieur de compréhension et de manifestation.
Je me souviens de mon rêve (un bénéfice de l'arrêt de la fumette) et j’étais avec une personne avec qui j’ai vécu durant huit ans. Record battu pour quelqu’un qui ne veut pas emprisonner l’amour ! Nous avions fini par habiter chacun chez soi puis ma rencontre avec le Christ a tout bouleversé. J’ai choisi d’embrasser l’amour universel, personnifié par celui que je sais maintenant, avec certitude, être mon guide, mais ce choix a entrainé une culpabilité que j‘aie simplement relâchée cette nuit. Nous avons bavardé amicalement sans qu'aucun désir ou trouble n'apparaisse, comme si l'histoire était réglée au niveau inconscient.


Il est vrai qu'au niveau sexuel, c'était plutôt fusionnel et il demeurait comme une frustration malgré que j'aie choisi de rompre. 
Avant-hier soir, j’étais plutôt confuse tant les changement brutaux de dimensions et d'état d'être m'avaient épuisé et miné le moral. Alors j’ai demandé à mon âme si elle existait réellement, si ça n’était pas une énième projection du mental et tout s’est accéléré. 
Elle ne m’a pas parlé directement, comme quelqu'un d'extérieur à moi mais des idées nouvelles ont émergées, le désir de vivre est revenu, au travers de l’appétit retrouvé et de l’enthousiasme explosif qui m’habite depuis ce choix de passer à autre chose.
Ce n’est pas à proprement parler le fait d’arrêter de fumer de l’herbe parce qu’il est parfois préférable d’utiliser ce genre de produits plutôt que de nourrir la peur, la tristesse, l’amertume…Ce qui a accéléré les choses, c’est d’avoir choisi d’être plus consciente, présente. Et je ne regrette pas du tout ce choix même si ça m’a un peu bouleversé et si j’ai dû interrompre momentanément le sevrage médicamenteux à cause des turbulences énergétiques de cette fin de mois.
Une nouvelle perception des choses, une foi extraordinaire et une envie de créer, de manifester mon amour et ma lumière comme jamais. Il a fallu naturellement libérer définitivement le passé, enfin, choisir de ne plus m'y attarder et casser le réflexe de la réaction, revenir au cœur après avoir extériorisé la colère, la culpabilité et le sentiment d’impuissance dû aux épandages. En fait, les énergies s’équilibrent par ce mouvement et c’est là où il faut être attentif à NE SURTOUT PAS SE JUGER.

Je le répète encore et continuerais de le faire « jusqu’au bout ». L’amour inconditionnel de soi guérit, libère, épanouit, ouvre la porte en grand à l’amour lumière que nous sommes tous en essence. Ce n’est pas parce que beaucoup l’ont oublié que c’est faux. Au contraire et j’en suis la preuve vivante tout comme ma vie qui se dessine selon la vibration que je porte. 

Croire en soi est essentiel parce que dans ce soi, il y a l’âme, la présence christique, la source, enfin l'énergie de Vie. La conscience solaire dont nous sommes Tous issus. 
Même les pires d’entre nous et d’ailleurs que sait-on de ce qui est en leur cœur ? 
Le jugement est une forme d’ignorance, d’arrogance, de sentiment de supériorité qui n’a aucune raison d’être et ne fait que refléter le manque d’amour vrai de soi.
Alors quand je commence à critiquer, je laisse dire. Parce que lorsque je juge l’autre, je me condamne aussi et en portant ces vibrations lourdes, je retombe dans une dimension où règne la peur, le doute, le rejet, la culpabilité qui je le répète est un puissant poison ! 
Et l’anti dote, c’est et ce sera toujours l’amour divin.

J’avais été contactée par des personnes sur la même longueur d’onde que moi mais ma peur de l’autre demeurait alors j’avais décliné cette invitation. Mais ce matin j’ai accepté avec joie de me joindre à ce groupe. Bon, il a fallu tout de même libérer la culpabilité vis à vis de mon frère, de mon ancien amoureux et j’ai dû me recentrer plusieurs fois avant de pouvoir envoyer le mail. 
Les objets sont sensibles à nos vibrations et nous montrent notre état d’être du moment avec une telle évidence que je ne peux absolument plus douter. Chaque fois que je cliquais sur « envoyer », je me retrouvais sur la page d’accueil de la boîte ! Idem cette nuit alors que j’étais dans mon rêve, il y a eu une coupure d’électricité que j’ai constatée en voulant allumer la lumière pour aller aux toilettes. Je l'ai interprété comme un équilibrage énergétique, un balancement intérieur puis me suis recouchée sans râler et c'est le rêve qui m'a amené à penser que les choses s'harmonisaient. Au passage, depuis deux nuit, je ne me relève qu’une seule fois, signe que l’équilibre interne se réalise, que la paix s’installe profondément. La encore, ça se réalise par l’acceptation de ce qui est, le retour à la paix en soi, dans un mouvement de hauts et de bas qui en sont finalement l’expression. 
Si vous vivez ces balancements entre joie et tristesse, paix et colère, dites vous que vos énergies se stabilisent.
Quand quelque chose cloche, prendre quelques respirations profondes et constater que la paix s’installe puis le doute se barre, la joie revient avec l’espoir, l’envie de vivre, de manifester l’amour et la joie, dans la liberté d’être. Alors si vous sentez ces vagues émotionnelles rappelez-vous la puissance de votre amour, de votre soleil intérieur. 
Notre vraie nature, celle qui nous connecte à la terre mère et au soleil, est aussi puissante que ces objets célestes. 

La puissance de la nature est immense, la photo de ce message en est un rappel.
Ce sont ces pensées qui ont rétabli l’espoir face aux chemtrails. 
Si une fleur s’épanouit malgré tout, si la Terre est encore Vivante malgré les pesticides, les épandages aériens, les nitrates, les conséquences de l'élevage intensif, les médicaments, les bombes en tous genre (et je parle aussi de ces aérosols que tout le monde utilise sans se rendre compte de leur nocivité) et les énergies de basses vibrations qui émanent de l’humain et d’autres êtres, et ce, depuis des millénaires pour ce qui concerne les énergies, puis de ces programmes d’apprentis sorciers sensés aider la planète, imaginez la puissance que nous avons en nous !

Nous qui sommes constitués des mêmes éléments que notre précieuse mère, la Terre, nous qui sommes créés à l’image de Dieu (pour ceux qui sont attachés à la bible), nous dont les origines remontent au big bang, semences d’étoiles qui sommes littéralement enfants du ciel et de la terre, avons le pouvoir de créer, de manifester et sommes éternels en tant que conscience. Puis comme nous sommes inter-reliés au niveau humain et UNS au niveau de la conscience, en unissant nos forces d'amour, de paix, de liberté d'être... nous avons le pouvoir effectivement de manifester une réalité magnifique.

C’est sûr que ça demande la foi mais nous sommes aussi soutenus inlassablement par nos guides, nos anges, nos frères de lumière, nos frères des étoiles. 
Je n’ai plus aucun doute à ce sujet même s’il m’a fallu faire le tri dans ces croyances. 
Oui, je me répète encore mais je le fait sciemment, pour équilibrer tout les conditionnements passés, et ne pas subir l’influence du bourrage de crâne permanent, au travers des médias classiques. Et la meilleur façon de s’en préserver, c’est de ne pas appuyer sur le bouton « on » ou encore, comme je l’ai fait de donner sa téloche. 

Pour les accrocs à l’image, il existe d’autres moyens de s’informer puis là encore, quel intérêt de savoir ce qui se passe dans le monde, de nourrir le drame, la peur, le doute de soi, la petitesse, le malheur qu’on tente de nous faire accepter comme une fatalité. 
Nous sommes arrivés à un stade où nos choix sont cruciaux.

Posez vous la question, combien de temps passez vous devant cet écran, cet objet de propagande, totalement hypnotique qui va vous faire croire que vous avez besoin de tel ou tel produit pour être valable, beau, aimable…Non seulement ça mais en plus ça ruine toute capacité d’imaginer, donc de créer, ça rend passif. Pas seulement physiquement ce qui est déjà une façon de nier son corps physique, le cadeau  d’être vivant en santé, de pouvoir se mouvoir alors que d’autres sont handicapés physiquement, comme cet "homme-tronc", Philippe Croizon, qui a traversé la manche, à la nage. 
Il est un exemple de la puissance des croyances et son parcours en est un magnifique témoignage. C'est en choisissant de ne pas se laisser abattre, en ayant la foi qu'il pouvait le faire, en posant l'intention appuyée quotidiennement par l'exercice physique qu'il est sorti de l'état de victime et à réalisé des prouesses. 
Nous ne sommes pas tous appelés à réaliser ce genre d'exploit mais c'est un exemple de libération de l'état de victime.
Là encore, la puissance de la répétition est prouvée et c’est de cette façon qu’on se déconditionne de la peur, en choisissant des pensées d’amour plutôt que de nourrir celles de la peur. Hormis l'exploit sportif et humain, il peut "rire" de son handicap, c'est une belle résilience.

Tout apprentissage nécessite une répétition régulière afin que l’inconscient imprime ou mette en évidence un programme spécifique qui amènera un nouveau comportement, de nouveaux gestes et ça commence par la maitrise de la pensée.
Alors évidemment, le mental va s’agacer parce que pour lui, tout est instantané mais quand il goûte les effets bénéfiques de l’amour, il comprend que la patience, c’est de l’amour pur et donc, la guérison assurée, il se calme, participe activement au recentrage simplement en ramenant à la mémoire l’importance d'être en son cœur. 
Je le répète aussi, le mental n’est pas un ennemi il est un ami, partenaire et porte parole du divin, au même titre que tous les corps. 
Je l’ai remercié sincèrement hier, pour son avidité à connaitre, à comprendre, pour la passion qu’il a, à lire, à vouloir communiquer, à s’empresser de vouloir partager ses découvertes, pour le fait de ne pas avoir honte de témoigner ici et toute l’énergie qu’il y consacre. Et même si parfois, je l’ai un peu engueulé d’être si avide, maintenant que je sais, sans aucun doute, la puissance des pensées et croyances, je suis consciente que je lui dois mon "éveil". 
Enfin que c’est par lui que tout a commencé, que la lumière est venue d’abord par son intermédiaire. Parce que même si le cœur est le moteur, générateur, cerveau, porte du divin, harmonisateur…il était tellement emmuré que c’est par la pensée que tout a commencé. Enfin je parle de ma décision de devenir responsable de mon monde intérieur parce que la foi, c'est sans aucun doute l'amour immense ressenti en mon coeur, quand j'ai découvert les enseignements du Christ qui a bouleversé ma perception. Je devrais dire redécouvert parce que bien que je n'aie jamais reçu d'éducation religieuse, le nouveau testament m'était très familier, comme déjà imprimé dans ma mémoire. 
C’est beaucoup plus complexe que cela et le cœur est toujours ouvert et rayonnant mais sa lumière et filtrée par nos peurs et croyances.

Une chanson qui m’aide à me centrer mentalement, à changer justement mon état d’esprit, à changer de disque, c’est un hymne que j’ai connu lorsque j’étais membre de l’église de Jésus Christ (Mormons) :
« Tu éclaires le chemin »
Tu éclaires le chemin et répand l’amour divin grâce au soleil en ton cœur 
et la nuit fait place au jour car le mal fuit sans retour s’il y a du soleil en ton cœur, 
"grâce au soleil en ton cœur, il t’es permis de changer les ténèbres en clarté, 
et tu vis dans le bonheur, s’il y a du soleil en ton cœur."
Tu apportes la douceur à qui n’était que rancœur grâce au soleil en ton cœur. 
Si petit que soit l’effort, il te vaudra des trésors, s’il y a du soleil en ton cœur. 
"Grâce au soleil en ton cœur, il t'es permis de changer les ténèbres en clarté, et tu vis dans le bonheur, s'il y a du soleil en ton cœur" (refrain).
Et quand souffre ton voisin tu peux faire tant de bien grâce au soleil en ton cœur, son fardeau sera moins lourd car il aura ton secours s’il y a du soleil en ton cœur. Refrain. Enfin tu peux être heureux dans ce monde plein d’envieux (comprendre que celui qui envie ignore que l’amour est en lui et se croit condamné à le chercher au dehors, donc pas de jugement mais un constat). 
Et ton cœur sera toujours rempli du divin amour s’il y a du soleil en ton cœur. Refrain.

Je me souviens maintenant de la puissance de ce chant interprété en chœur, à l’église, de « l’ambiance » que sa créait! Puis la simplicité des paroles, leur vérité et la répétition du refrain, désactive les pensées sombres et libère l'inconscient des programmes qui les émettent. 
C’est ce que je me dis par rapport aux chemtrails ; le soleil est plus fort que ça, mon propre soleil aussi ! Enfin, une fois que la colère est apaisée, équilibrée dans le centre du cœur.
Pouah ! La chienne vient de faire un pâté signe que les énergies sont déséquilibrées et qu’il est l’heure de respirer, de se centrer, de se calmer. Elle reflète parfaitement mon corps mental et tout ce que je lui dis me renseigne à son sujet. 
Par exemple, je m’agace parce que dès que j’aie le dos tourné, elle mange du caca de chat ! Ma première réaction, c’est d’être dégoûtée, et ça reflète mon comportement vis à vis de mon addiction. Comme je considère que les médicaments c’est de la merde, la voir se pourrir l’estomac me renvoie directement à mes croyances à ce propos. 
C’est clair qu’à priori, cette addiction est destructrice mais tant que je n’accepterais pas d’en être « encore » là, non seulement je peinerais à m’en libérer ais en plus c’est une forme de violence, d’injustice, donc de non amour vis-à-vis de l’inconscient 
Il ne « pense » pas, ce qui veut dire qu’il n’a pas de "mauvaises intentions" mais juste un comportement imprimé, un programme nourrit par l’habitude et la foi en l’efficacité de la chimie. 
Il ne faut pas oublier qu’il fonctionne en mode survie et que ce geste qui me procurait du plaisir, venait équilibrer la souffrance. Donc, je n’ai aucune raison de lui en vouloir, il ne fait qu’exécuter un choix conscient décidé à un moment de ma vie, dans un contexte particulier, selon les connaissances de l’époque. 
Maintenant, pour m’en défaire, il faut déjà accepter d’avoir choisi cela et me souvenir que j’ai fait de mon mieux selon les circonstances. Rebelote la culpabilité.

Je vais accueillir l’excitation qui trahit mon impatience en général et aussi à ce sujet, et la culpabilité. Je suis électrique depuis ce matin et n’ai pas encore déjeuné ! J’y vais.
Avant et encore maintenant par l’habitude, j’agissais par excitation, l’enthousiasme avait besoin d’être stimulé par des produits, le café, puis pour calmer ses effets, l’herbe. 
Les médicaments qui me donnaient le courage de gérer le quotidien qui agissait comme une forme de récompense. 
Ce sont des schémas de la dualité et la façon de s’en libérer, c’est encore de revenir au cœur, au point zéro, de changer ses pensées, de calmer le jeu. 
Même si je sais que c’est possible, tant que je continuerais de nourrir la lutte, la colère, la critique ou que je stimulerais la joie de façon artificielle, le programme inscrit dans l’inconscient sera actif.
La notion de punition/récompense, empêche de recevoir la grâce, bloque son flux.

Calme toi mon cher mental, on va y arriver mais il ne faut plus que ce soit un challenge, un combat. En étant attentif et en nourrissant la foi que tout peut changer naturellement par la foi en la puissance de l’amour, continuons de l’amplifier, de le nourrir. 
Et rappelons-nous que cet état de dépendance, nous préserve de l’arrogance de ceux qui s’éveillent. C'est clair que le fait de devenir plus conscient amène à avoir tendance à regard les autre de haut. Ce n'est pas toujours conscient mais quand on s'écoute penser, on peut s'en rendre compte. Déjà, le mot éveillé, implique que les autres soient endormis. J'ai croisé un jeune homme avec qui j'avais fait un stage, dont l'enfance avait été difficile et j'ai été épatée de l'entendre me dire qu'il faisait des arts martiaux, qu'il apprenait à canaliser ses énergies. Il n'a aucune idée de l’ascension, de la mode New Age, de la spiritualité, de la religion, des extra-terrestres... et son passé englué dans l'alcool et la drogue, ne l'ont pas empêché d'être guidé, de se libérer, de passer à autre chose. Ni d'être tendre et bienveillant malgré toutes ses souffrances quand je l'ai rencontré, il y a deux ans.

Cher mental, quand l’amour nous inondera en permanence, ce geste de secours, cette addiction aux médicament, s’effacera toute seule, c’est une certitude que tu as pu valider, approuver, alors continuons de nourrir la confiance en notre pouvoir de faire circuler l’amour entre nous, justement en cessant toute auto-critique. 
Nous mettons trop d’énergie à vouloir prouver que l’auto-guérison est possible mais celle-ci n’est pas toujours de l’amour vrai, c’est un besoin de se rassurer, d’avoir raison, de vouloir convaincre. 
N’oublions pas que chacun est éclairé et si la rédaction de ces articles participe à notre guérison, sortir du cadre du témoignage nous fait encore jour le rôle de sauveur. 
Ceci dit, c’est une occasion de voir que ce programme demeure actif en dedans. 
Mais plutôt que de vouloir l’éradiquer puisque pour le moment il est un moteur d’action faisons confiance au cœur et en sa capacité de rétablir l’équilibre naturellement. 
Tu peux comprendre que beaucoup de choses t’échappent, nous échappent, que les énergies sont complexes alors contentons-nous d’amplifier la confiance en notre cœur, en notre âme, en la vie, en la Terre Mère et en l’univers.  
 J’ai regardé ce dessin animé hier soir et je l’ai trouvé inspirant.
"Brendan et le secret de Kells"

Cliquez sur le lien pour accéder au film et si vous ne voulez pas être dérangé par la pub, installez « Ad’block plus », dans votre navigateur (Explorer ou Firefox) C’est un programme gratuit qui bloque les pubs.
 

J’avoue que j’ai mis un certain temps à me poser pour accueillir la peur d’être manipulée pas des images subliminales ou même par son message. Je connais le pouvoir de l’image, son influence sur le mental, et mon hypersensibilité alors pour voir un film il me faut me centrer. Une autre occasion de libérer de la peur...

Je pensais à tous ces films que regardent les jeunes en me disant qu’ils étaient en danger mais après tout, tous ces monstres qui apparaissent sur les écrans permettent d’en rire, de démystifier la peur. Oui ça peut aussi grandement influencer le comportement mais en toute logique, malgré ce que l’on peut voir parfois, ils arrivent avec des connaissances en adéquation avec leur époque. Ce sera le sujet d’un autre texte parce que là, je fatigue.  Enfin, je vais m’occuper de mon corps physique, lui apporter les soins dont il a besoin pour que je me sente bien dans ma peau. Et ça comporte aussi la prise de médicaments. J’ai oublié de le prendre, enfin l’enthousiasme mental m’a fait zapper la prise. 
C’est bon signe mais mollo, le corps physique est bien chamboulé par les énergies de la source et la consigne reste la même; écouter le corps physique au lieu des vieilles croyances. Il n’y a rien à prouver ou mais tout à "gagner": la confiance.

Je suis contente, ma frangine vient de voir demain. Les relations familiales s’améliorent aussi grandement !...



Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.