vendredi 30 août 2013

Pourquoi est-ce que ce que j'ai libéré continue-t-il à revenir ? de Nicky Hamid


Traduit et publié par Marinette Lépine, sur Facebook TransLight, le 29 août 2013
"Oneness through Rasha"

 


Vous êtes encore nombreux actuellement à douter que vous avez progressé dans votre conscience. 
« J'ai fait toutes ces choses donc vous n'avez pas à me dire de respirer, de faire ceci etc, etc ......... j'ai fait tout cela, et je sais ce qui me fait retrouver l'équilibre ».

Cependant on me pose fréquemment cette question « Pourquoi toute cette confusion revient-elle maintenant. Est-ce que j'ai encore un karma à nettoyer, d'anciennes énergies à libérer? Et j'ai nettoyé ces choses, que ce soit des contraintes physiques, ou bien l'ancien jeu que j'ai joué. Je les ai laissé partir, mais elles reviennent. Pourquoi reviennent-elles? Je sais que je suis le Maître de mon expérience, je sais que je suis un Être souverain ».
Une réponse simple mais pas vraiment satisfaisante serait: « parce que vous le permettez ». Mais vous savez cela.

 Il est temps de voir combien ces parties de vous sont profondes et si elles reviennent, c'est pour être regardées consciemment une fois de plus. Parfois, lorsque vous dites « je me libère d'un karma, des schémas passés », cela libère tout un ensemble complexe de croyances et d'attitudes sur ce que vous savez et sur ce que vous comprenez. Et parfois il y a un conditionnement qui vient de très nombreuses vies, ou d'une croyance qui est très profondément ancrée pour l'avoir répétée pendant des vies. Parfois, afin de voir comment ces choses vous ont servi, elles ont besoin de revenir et de jouer avec vous pour que vous soyez vraiment conscient qu'elles sont toujours là. Et ça devient un peu frustrant parce que vous vous dites que vous êtes un maître et qu'à ce stade de votre progression, avec votre conscience et en étant dans cette nouvelle énergie, ces choses ne devraient plus être là.
Donc la première chose à faire, c'est de laisser partir le jugement de « si je les ai laissé partir, alors elles ne devraient plus être là. Je dois faire quelque chose qui ne va pas pour qu'elles reviennent ».
Tout est ici maintenant pour votre illumination, tout est maintenant une question d'intégration, d'acceptation et de permettre. C'est tout ce que l'illumination est, c'est aussi simple que cela.

Et il s'agit de faire toutes ces choses avec un Amour de soi absolu.                         

Donc, si quelque chose revient, c'est seulement afin que vous puissiez en avoir une meilleure conscience. Afin que vous puissiez l'aimer et l'accepter encore plus. Vous voyez parfois, ce n'est pas une question de nettoyage ou de libération, c'est juste de dire « oui, cela a fait partie de mon expérience, et je peux l'accepter avec honneur. Je peux maintenant le regarder sans jugement et ne pas penser : ce que j'ai fait est mal, ou j'aimerai que ce ne soit plus là, ou j'aurais aimé que ce ne soit jamais là ».

Faites un retour sur les choses de cette vie que vous avez faites et dont vous n'êtes pas très fier (et les choses dont vous êtes très fier) et réalisez que c'était juste une expérience. Ce n'est pas une question de bons ou de mauvais choix ou décisions. 
Il s'agit de dire « Regardez l'expérience que j'ai créée ».
Et vous pouvez être transporté en arrière à travers des vies, et vous pouvez voir toutes ces expériences incroyables que vous avez créées. 

Ne les jugez pas, mais observez-les. Prenez du recul et dites-vous : j'ai créé tout cela. 

Lorsque j'ai quitté (oublié) l'Unicité afin de répondre à la question « Qui suis-je? », j'ai aussi accepté l'invitation « Que puis-je être? ». Donc, tout cela a été là afin que je joue avec cette question: « Qui suis-je? » et que j'accepte l'invitation « Que puis-je être? ». C'est tout ce que signifie l'expérience.

Nous avons été conditionnés à croire que c'était un test pour gagner le droit « d'aller au ciel », afin de se conformer à un modèle de conscience de masse où notre vie devrait être de telle manière pour être réussie, sinon elle serait un échec. Le point étant que si je ne suis pas cela et si je ne suis pas illuminé, alors c'est que je suis toujours en difficulté. Je ne vaux rien. En fait, il s'agit de savoir qu'il n'y a pas de bien ou de mal. C'était juste l'énergie de dualité que nous avons créée sur cette planète et avec laquelle nous avons joué sur le terrain de jeux que nous avons co-créé. Et nous en avons terminé avec ce jeu. Nous avons eu toutes les expériences dont nous avions besoin et nous pouvons maintenant nous honorer et nous aimer car nous l'avons bien joué et voir combien nous avons évolué (notre expansion).

Impressionnant.
Je me demande quel genre de jeu magnifique nous allons créer maintenant?
Je vous Aime Tellement.
Nicky Hamid -



Traduction Marinette Lepine 
Merci Marinette d'être toujours guidée et inspirée vers et dans l'amour. Joli travail!
https://www.facebook.com/TransLight

4 commentaires:

  1. Oui, c'est tout à fait cela, la souffrance vient en fait de la résistance à recevoir ce qui est, sans jugement, sans condamnation, sans justification, sans comparaison, mais juste ce qui est et le voir pour ce qu'il est dans sa révélation simple. C'est toute la difficulté, le bavardage mental brouille le message en n'acceptant pas cette vacuité, ce silence total, en raison de la peur du vide, de n'être plus rien; alors l'on cherche des solutions de remplacement, pour se remplir avec tout et n'importe quoi pourvu que cela, croit-on, nous apaise.
    Si je dois repasser par une expérience douloureuse, c'est que tout simplement je suis prêt à la revivre pour mieux la conscientiser et me comprendre en profondeur, c'est simple à dire mais à vivre, c'est une autre affaire, l'égo ne supporte pas d'être supplanté et fait tout pour garder le pouvoir, d'où la souffrance, une guerre intérieure sans merci.
    Finalement, je crois que je finis par lâcher quand je commence à sortir de ma superficialité, de cette peur de perdre quelque chose ou quelqu'un, car il n'y a rien à perdre... juste aimer, juste la joie de vivre, juste maintenant, l'été finissant et la naissance de chaque instant.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Luc
      Je suis d'accord avec ce que tu dis mais le bémol c'est ton regard sur notre recherche d’apaisement qui nous amène à tâtonner et finalement trouver des solutions qui ne sont pas les meilleures.
      Notre aspect humain qui souffre, qui tente d'éviter cette souffrance, le besoin de tendresse, sont autant d'aspects qui nous rendent "humains", capables de compassion, d''accepter l'autre et qui appellent notre acceptation de nous-mêmes avant tout.
      A mon sens, la souffrance vient du fait de se croire obligé d'être en guerre contre l'ego. Il ne fait que vouloir nous éviter cette même souffrance. Il a juste une façon de faire qui n'est pas la meilleure mais son but est "noble". La peur de perdre est naturelle et l'accepter, l'aimer, nous ouvre encore plus le cœur en libérant sa charge énergétique.
      Lydia

      Supprimer
  2. Exactement, et c'était cette fameuse question de Krishnamurti " Qui est l'observateur et qui est l"observé ? " dont je comprends mieux le sens à partir de votre réflexion. C'est ce manque d'indulgence envers le soi, le fameux perfectionnisme " je ne devrais pas être comme ça, j'ai tort ". Qui juge l'égo ? L'égo lui-même. Ce que l'on appelle l'auto-censure. Je pense que l'amour ne peut se manifester qu'après la compréhension totale, d'où, semble-t-il la necessité de laisser se dévoiler tout le processus égotique entre le censeur et le censuré.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rebonjour Luc,
      Encore une fois, je suis d'accord avec vous mais avec une nuance essentielle. Comprendre le processus OUI (et encore ça peut constituer une limite dans la volonté de chercher la perfection) mais l'aimer et le considérer comme une danse, un accord, une association entre le cœur et l'ego, entre le principe masculin de manifestation et le principe féminin de désir.
      Il n'y a donc pas de censeur et de censuré mais de deux acteurs différents par leur nature, qui s'entraident pour retrouver le foyer, l'amour pur divin, originel afin de rayonner cette énergie dans toutes les dimensions de l'être, d'amener le Royaume Céleste sur terre, de fusionner l'ensemble, de retrouver l'unité de la source manifestée dans la chair...
      Je vous suggère de lire e message du collectif Ashtar que je viens de poster, qui développe justement ce thème.
      "Hugh", Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.