mercredi 7 août 2013

Masculin Sacré?




Enfin, des nuages, de la fraîcheur ! La nuit a été longue et coupée par l’envie de faire pipi, quatre fois ! Les reins sont en pleine détoxication et c’est certainement relié à mon aspect féminin. La recherche d’équilibre masculin/féminin et la libération de tout ce qui est relatif aux histoires d’amour doit en être la cause. Il s’agit de nettoyer des mémoires karmiques et génétiques. Voyons ce qu’en dit Lise Bourbeau. C’est assez large mais je peux trouver une certaine résonance avec le fait de ne pas se sentir à la hauteur. Il est vrai que dans une situation où les sentiments sont sollicités, je ne suis pas du tout à l’aise. Je continue d’interroger mes corps à propos de la déception amoureuse, de la trahison et libère ce qui est bloqué. C’est un travail purement ressenti, à l’aveugle, si on peut dire parce que le mental ne saisi pas vraiment ce qui se passe intérieurement. Quelques indices seulement me motivent à continuer et la certitude de libérer aussi. Puisqu’il semble que le problème remonte très loin et qu’il soit partagé par toute une lignée de femmes de ma famille, je ne suis pas arrivée au bout mais j’ai confiance en la vie, au processus de guérison par l’accueil des émotions. La colère et le sentiment d’injustice sont prédominants, la tristesse est aussi présente et les séances d’EFT ont été un peu modifiées.



La phrase insiste sur le « même si je suis un peu déçue parce que je voudrais être parfaite, je m’aime infiniment, je m’accepte comme je suis et je me pardonne. » Je ne lâche pas l’affaire, ça n’est pas le moment de flancher, de se voiler la face. Je n’amplifie pas le phénomène en y mettant de la gravité, au contraire, j’essaie d’en faire un jeu. Des scénettes que je joue au fur et à mesure que se présentent des pensées de rejet de soi, de peur et de non amour. En prenant du recul sur chaque commentaire intérieur, je m’en détache.

Super, les chevaux promis par le propriétaire sont enfin là. Il espère qu’ils mangeront l’herbe du champ derrière le bâtiment, qui doit faire plus d’un mètre ! Ce sont des doubles poneys blanc et gris qui viennent de m’offrir la superbe vue d’un galop majestueux ! Chouette, la vie naturelle sous ma fenêtre ! La noblesse des équidés est si belle que je sens qu’ils vont m’enseigner pas mal de choses rien que par leur présence. Allez direction le jardin, la terre, l’ancrage à la réalité de cette dimension si riche et variée. Le soleil est caché et je dois dire que ça m’enchante de pouvoir passer la matinée entière dans mon petit paradis. La chienne toujours en chaleur qui fait couiner les mâles dès qu’elle sort et le pigeon qui ne veut toujours pas prendre sa liberté, sont autant de reflets de ce que je vis et là, il est essentiel de ne pas perdre patience ni de se dévaloriser. J’ai déjà beaucoup progressé concernant l’émotionnel et le côté sauvage, naturel, en moi. 
Prendre le temps d’intégrer, c’est de la tendresse pour soi-même qui augmente l’amour de soi et c’est la meilleure façon de progresser, de guérir. J’ai pu voir ces derniers jours, comment le processus de rejet de soi se mettait en place. Une situation que je ne peux contrôler puisqu’elle est sentimentale, me plonge dans la panique et l’impuissance, réveillant des peurs et des mémoires karmiques. 


Là, j’ai deux options, la première, c’est de me critiquer, me dévaloriser, de voir uniquement ce qui cloche. La deuxième, c’est d’amplifier encore plus l’amour de soi en acceptant la situation comme légitime, comme une part de ma vérité et d’être à l’écoute des mouvements intérieurs, des pensées et des émotions. Oui je me répète encore mais c’est essentiel ! J’ai toujours opté pour la première réaction et agir à l’inverse demande une grande vigilance que la répétition, le fait de résumer permet d’intégrer plus facilement du moins au niveau du mental. Un peu comme le fait de réciter par cœur l’alphabet ou les tables de multiplication. Evidemment en y ajoutant la conscience, c’est beaucoup plus efficace et durable.
Je libère aussi la honte de ne pas arriver du premier coup à changer, la pression à vouloir être la première de la classe ! Mon ego, il n’y a pas de trophée à gagner, pas de course, pas de compétition, il y a juste à intégrer jusqu’au cœur des cellules, une nouvelle façon d’être et d’appréhender le monde intérieur et extérieur.
Mon ego spirituel, toi qui te sens volontaire pour changer le monde, c’est ainsi que nous y arriverons, à notre échelle, en nous et autour de nous, dans la petite sphère où nous gravitons.
Allons communier avec la nature, chers corps et merci de me porter, de me donner l’expression, l’unicité dans la forme. Soyons unis, dans la tendresse que déverse le cœur de ce que nous sommes en vérité.
Pouah comme ça fait trop du bien que le ciel soit couvert ! Je peux enfin me relaxer. On dirait même que la pluie va tomber. J’ai arrosé léger au cas où. Je vais peut-être pouvoir aller chercher l’enregistreur que j’ai commandé.



Quatre heures de jardinage jusqu’à ce que le soleil qui se montre à nouveau, m’invite à changer d’activité. J’ai désherbé et profité du rythme cool pour regarder en détail le carré de potiron dans lequel il y a aussi du melon et des balsamines. J’aime mélanger les variétés de plantes, c’est plus joli et certaines se « marient » bien entre elles puisqu’elles se protègent mutuellement des parasites.
J’ai cueilli quelques haricots secs que je vais me faire avec de la salade. Le mélange est parfait. Je ne suis toujours pas allée chercher de la viande, ça ne me dis rien. Je fais au feeling pour la nourriture, c’est la meilleure façon d’être en bonne santé. Puisque je considère que ce qui me fait envie est un appel de mon corps physique, de mes organes. Il y a certaines envies qui viennent pour combler un manque mais je ne les censure pas, je dose simplement. Tout est une question d’équilibre.

J’ai parlé à mon aspect masculin, ce matin tandis que je désherbais. Je lui ai demandé de me dire ce qu’il est en vrai, ce qui le caractérise, ce qu’il est à partir du cœur. Le mot sincérité est venu. J’avoue que je n’ai pas insisté ni chercher à comprendre, je laisse venir l’inspiration. C’est déjà suffisant à développer, la sincérité demande de la transparence, de l’honnêteté, de la connaissance, de la sagesse, c’est la spontanéité mesurée. Il y a aussi de la force, de l’assurance, le sens de l’affirmation, du courage. Une base de vérité en est l’origine, l’acceptation de ce qui est tel que c’est, est aussi incluse.  
J’ai fait la liste des libérations à faire en vue de concevoir ce que pourrait être une relation de couple épanouissante. La peur de la trahison, du rejet, de l’abandon, du manque. Puis tous les sentiments, les émotions qu’ont pu susciter des histoires d’amour malheureuses. Le regret, l’amertume, la colère, la tristesse, le sentiment d’indignité, la dévalorisation, la victimisation, le fatalisme, la nostalgie. De cette manière, si une de ces sensations se fait sentir, je ne m’affolerais pas puisque selon mon désir de guérir ma vision du couple, il est logique que tout ceci apparaisse.
C’est l’heure de la sieste !


Je me rends compte que j'appelle de plus en plus le masculin intérieur à protéger le féminin sacré qui m'habite. Je demandais l'aide des anges, des guides, de ma présence mais en fait, nous sommes constitués pour être totalement complets, entiers et autonomes. Ce nouveau réflexe me montre que la confiance en ce masculin si mal considéré, commence à venir. Après tout, je peux déjà commencer à lui faire confiance avant de savoir ce qu'ile st réellement. Puisque tout ce qui me constitue est divin et sacré, il me suffit de m'en souvenir. Il faut dire que comme j'utilise des médicaments pour me donner de l'assurance, je renie un peu mon aspect intérieur protecteur, ma puissance personnelle. Je ne donne pas d'espace à ce masculin, il n'a pas vraiment le droit à la parole. Pardon à toi, énergie "yang", je vais apprendre à te faire confiance, à t'écouter. 
Le pigeon est face à la fenêtre grande ouverte, il va et vient sans oser se décider. Rien ne presse, prends ton temps Machu Pichu! C'est comme ça que je l'ai baptisé à cause de la ressemblance phonétique du piaillement.

Photos de ma confection que vous pouvez utiliser à condition d'en citer la source: http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.