jeudi 29 août 2013

En route vers de nouvelles aventures !



Le ciel mardi matin


La réaction à ma petite affiche posée au mur, ce matin, n’a pas tardé à se manifester ! Une hystérique hurlait contre moi à trente mètres de distance. Je me suis approchée pour ne pas que tous le voisinage profite du spectacle et pour mettre les choses au clair mais devant une telle mauvaise foi, j’ai fini par retourner au jardin, cueillir les framboises. Même le voisin de jardin s’est fait agressé par la furie à sa fenêtre, alors qu’il n’avait rien dit du tout. J’ai passé la matinée à me dire que j’aurais peut-être mieux fait de ne rien dire mais en même temps, on ne peut sortir définitivement du rôle de la victime sans savoir dire stop. Depuis un an que je subi le comportement irrespectueux du voisin, son fils sacré, qui me réveille régulièrement entre 3 et 4h du matin, qui jouait de la musique à fond, hurlant dans son micro, qui a laissé son chien tuer Maya ,la chatte qui m’accompagnait depuis 14 ans, sans même m’avertir ou s’excuser...Jusqu’où allaient-ils jouer les bourreaux avant que je réagisse ! J’ai dit ce que je pensais, en l’écrivant afin de ne pas être dans l’affrontement direct, mais sa réaction ne m’appartient pas. Chacun doit assumer ses actes. Elle se place comme victime dans l'histoire et prends l'entourage à témoin! Hallucinant, heureusement personne ne s'est lassé berné! La phrase « magique » : « Donnez vous le droit d’être humain », revenait régulièrement, appuyée par l’idée que bien que chacun ait le principe christique en lui, je ne suis pas au niveau d’acceptation du Christ. Bref, j’ai encore libéré la culpabilité, le doute, le sentiment d’injustice, la victime...


Bien que je ne craigne pas de me défendre, mon corps tremblait de partout. Je suis restée au jardin deux bonnes heures, faisant ce que je fais chaque jour. La connexion à la terre mère m’a aidée à me recentrer et à calmer mon corps émotionnel. Revenue à la maison, j’ai attaqué le ménage jusque dans les recoins comme pour nettoyer définitivement le passé de victime et calmer mon corps mental par la même occasion. Puis je me suis reposée en lisant un chapitre du livre « Vivre selon le cœur » et quelques idées lumineuses me sont venues alors que je me remplissais de lumière dorée comme suggéré dans le message de Jeshua. Dans la semaine, une personne qui me connaît par le blog et qui habite près du Mont Bugarach a réveillé mon rêve d’aller vivre là-bas. En y pensant, dans la semaine, je restais bloquée sur des peurs, l’attachement à mon jardin, l’espoir de vivre quelque chose avec Jérôme...Je me disais que vouloir partir d’ici en fuyant, n’était pas une solution. Bref, je laissais ça de côté en me disant « plus tard »...
Puis tout à l’heure, ça m’est venu comme une évidence. Je suis du genre à démarrer au quart de tour et dans certaines circonstances, ça peut être très utile. Le côté négatif de cet aspect de ma personnalité, c’est de foncer tête baissée. Je me suis dit que si nous créons les situations, celle-ci pouvait bien être le déclencheur, l’élan qui me permettrait de lâcher certaines peurs, certaines vieilles énergies afin d’oser réaliser mon rêve.
Finalement, qu’est-ce qui me rattache ici ? Le jardin ? Il suffit d’un bout de terre, de quelques outils, quelques graines et l’amour de la terre mère pour le recréer n’importe où. Je n’ai pas de boulot mais je sais tailler la vigne ; L’Aude est une région viticole. Concernant mon orientation professionnelle, elle serait plutôt par le biais d’Internet. Bien que la région soit rurale, ce n’est pas perdu à ce point, il suffit qu’il y ait de l’électricité et la possibilité de se connecter. Quand j’étais dans le village de 200 habitants, j’avais moins de problèmes, le réseau était moins encombré ! La nature est belle, sauvage, la chaleur est beaucoup moins écrasante mais ça reste le sud et puis, cerise sur le gâteau, il y a le fameux Mont Bugarach ! Quand je suis allée assister à la canalisation de Pamela Kribbe, fin octobre dernier, à Espéraza, j’ai ressenti beaucoup d’émotions ! Non seulement pendant qu’elle transmettait le message mais aussi sur la route. Des images de l’époque des chevaliers me sont venues par flash et j’ai dû libérer la peur qui me remplissait au point d’en avoir tous les symptômes physiques, bouche sèche, cœur à 100 à l’heure...Comme je conduisais en plus sous une pluie battante, je devais être très concentrée, attentive. J’ai vécu ça comme une purge ! Ce moment a été un passage très particulier où j’ai abandonné beaucoup de choses du passé et depuis, avec un peu de recul, je peux voir que j’ai pas mal changé. Je suis tombée par « hasard » sur la presse galactique peu de temps après ce voyage.



Je me sens pousser des ailes ! Je ne me focalise pas sur les éventuels « problèmes » en chemin puisque l’énergie qui me porte est puissante, joyeuse et libératrice. Merci mon âme, ma présence, mes guides, mes anges pour cette leçon qui m’a permise d’affirmer ma volonté de sortir de mon rôle de victime, et de me reconnecter à mon rêve d’enfant d’aller vivre en pleine nature. J’étais venue dans cette ville pour le jardin en me disant que le côté touristique me permettrait de jouer de l’accordéon mais je n’ai pas eu cet élan. Finalement, la voisine qui vociférait « si elle est pas contente, elle a qu’à partir ! », plutôt que de me faire sentir exclue, mal à l’aise, me fait rire et je suis capable de la remercier, au niveau de l’âme, pour cette situation dont l’issue me satisfait. J’avais besoin de voir les choses avec clarté. La réaction des voisins m’a montrée qu’ils me reflétaient tous des personnages du passé, de la vieille énergie avec laquelle je n’ai plus rien à faire, ni à apprendre. Merci mon ego de ne pas avoir bloqué sur le côté « injuste » de la situation et de m’avoir transmis ces belles idées de départ, de renouveau. Les pieds de fraises et de framboises se repiquent, j’ai gardé des graines de haricots ! Les bulbes de Dahlia se conservent et se replantent aussi et j’ai plein de graines de fleurs récupérées de l’année dernière plus toutes celles de cette année... ! J’emporterais un peu de ce coin de terre qui m’a tant guérie. Je ne suis pas encore partie mais dans ma tête, j’y suis déjà. Je vais essayer de m’organiser pour aller faire un tour par là-bas, mardi prochain. J’ai rendez vous avec l’assistante sociale lundi après midi. Je vais appeler la conseillère pour savoir quel statut définir pour mon projet, demain après midi.
 Les pointes au cœur senties hier me semblent bien être le signe de la réception de lumière et d’amour ! Tout est synchronisé et même ce qui semble désagréable a un sens profond et arrive à point !  J’ai senti le besoin d’écrire ce qui suit, ce matin, après avoir mis mon affiche au mur. La voisine folle de rage l’a arrachée ! Je ne vais pas en refaire une autre ! Rien que d’avoir pris la décision de partir d’ici, je ne me sens plus si coincée, obligée de subir. L’idéal serait de pouvoir déménager avant l’hiver. Je compte sur toi mon âme, ma présence divine, sur vous tous mes corps pour réaliser l’unité qui nous permettent de nous assumer dans le respect et l’amour. Les conférences de Lise Bourbeau ont eu un effet positif, libérateur. C’est une femme d’exception, d’avant-garde à qui je dois une grande part de ma véritable émancipation. Merci Lise !
« La valeur d’une personne, son droit au respect, ne sont pas déterminés par son statut social, son genre ou sa couleur mais par son état d’être simplement un humain, en vertu de la déclaration des droits de l’homme et de la femme.
Sa capacité et son désir d’activer l’intelligence du cœur l’anoblissent.
Tout être vivant, quel que soit son règne, humain, animal, végétal, minéral, mérite le respect en vertu des lois universelles de l’amour et de la vie.
Bien que chacun soit le centre de son monde, il n’est pas le centre du monde ».
J’avais envie de le coller sur la porte mais comme ça risque encore d’être pris comme une agression. Parce que tout le monde sait cela, mais peu en tiennent compte...Remarque si je le mets dans un joli cadre...



J’ai retrouvé l’appétit, c’est bon signe ! Je suis assez contente de moi, bien que j’ai croisé des gens, je ne me suis pas plainte ! Enfin, je ne nourris plus le rôle de la victime ! Si j’en parle ici, c’est simplement par authenticité parce que ça fait partie de mon parcours. J’ai tellement écris de choses sur le fait qu’il fallait pardonner, sans préciser qu’il était nécessaire de vivre tout le processus depuis l’aspect humain, jusqu’à l’aspect divin. En commençant par se pardonner à soi-même, d’être humain, d’éprouver de la colère, s’autoriser à dire stop, exprimer son point de vue sans agresser l’autre. Le remplissage de lumière dorée a eu un effet immédiat. Tous nos corps doivent être pris en compte et s’exprimer pour pouvoir se réaligner sur la fréquence de l’amour. Devenir autonome nécessite d’être capable de s’affirmer, de dire ce que l’on veut, ce que l’on ne veut plus, tant à soi-même qu’aux autres. Il est mieux d’être aligné, centré pour le faire afin de ne pas retomber dans les vieux schémas. Journée assez spéciale mais finalement libératrice et je suis encore pleine d’énergie malgré tout ! Ce n’est pas non plus une énergie née de la colère mais bien plus de la détermination. 
Je viens de faire un tour sur google pour trouver des images de la région, afin d'illustrer le post et je dois dire que la mayonnaise est retombée! Je n'ai pas vu les forêts, les rivières rencontrées sur mon chemin et il va falloir que je garde la foi! Peut-être que cette vision n'était qu'un moyen de faire diversion, une ouverture pour ne pas me sentir enfermée ici. Il est nécessaire de ne pas se précipiter! Là, c'est mon côté fonce dans le tas qui est à revoir. L'idée vient avec fulgurance et je dois freiner l'animal! J'irais tout de même faire un tour, voir sur place et surtout ressentir les vibrations. 

5 commentaires:

  1. bonjour Lydia,
    Je suis tombée par "hasard" sur ton blog , je prend un réel plaisir a te lire.
    ta sincérité et ton honnêteté me plaisent beaucoup.
    tes articles ont mis le doigt sur une chose que je n'avais pas encore assimilée : le rôle de victime .
    Alors merci et belle journée
    Rachelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rachelle,
      Merci d'apprécier la simplicité.
      C'est agréable de constater que de plus en plus d'humains en chemin, se dépouillent de tout un tas d'artifices, de postures, de devoirs, d'obligations, de rituels, pour se tourner vers l’Etre.
      Il semble que les énergies d'amour et de transparence reçues de la source, soient bien intégrées.
      C'est nécessaire pour pouvoir se regarder en face et s'accepter sans jugement. Même et surtout ces parts de nous qui voudraient être parfaites, élevées au-delà de la dualité, de la peur, sont à aimer. Ce sont elles qui appellent à être vues, et libérées, en ce moment.
      Bizzzzzzzz, Lydia

      Supprimer
    2. Petite rectification,
      j'aurais dû dire Merci d'apprécier "l'authenticité" parce qu'il est vrai que mon discours est souvent compliqué par ses contradictions ;)
      Lydia

      Supprimer
    3. Bonjour Lydia,
      oui , j'aime ton authenticité, j'irais même plus loin : ta pureté.

      en ce moment , il y a des tas de choses qui se passent; et il est vrai qu'on commence à fatiguer et désespérer de voir et de revoir tout ces vieux schémas, et même qu'aussi on en découvre d'autres histoire de mettre de l'ambiance !!

      Belle journée

      Rachelle

      Supprimer
    4. Bonsoir Rachelle,
      L'espoir, la foi, la confiance en notre âme, sont effectivement indispensables en ce moment mais nous pouvons agir comme j'en ai pris conscience aujourd'hui. Le texte "Et si j'agissais à partir du cœur"parle de ça. Je ne sais pas si j'ai exprimé suffisamment clairement mon ressenti, je l'espère.
      Je pense que nous pouvons accélérer le processus d'élévation de cette manière plutôt que d'attendre que ça vienne de l'extérieur.
      L'univers nous bombarde d'énergie pour nous inciter à changer, à nous aimer vraiment et à aimer toute vie, quelle qu'elle soit...
      C'est à nous de retrouver notre pouvoir d'aimer.
      Ne perdez pas foi en vous ;)
      Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.