vendredi 19 juillet 2013

Télépathie, Ouverture de coeur ?


Autumn Skye


Levée à 4h, je ne me sens pas trop naze et comme je ne me fais plus de souci concernant l’heure, tout est bien. Je m’adapte à ce qui est en sachant que mon corps saura me dire quand il a besoin de repos. Mes rêves, de jour comme de nuit, sont toujours partagés entre guérison de l’inconscient, comme si je disais au revoir à un ancien moi, revisitant des lieux, des personnes, des situations, dans la paix totale et des moments d’enseignements dans d’autres sphères. Avant de me coucher, j’ai suggéré à mon corps astral d’aller dans les temples de guérison, de transmutation et de l’amour. Dans ces cours, on utilise beaucoup l’outil Internet comme une reliance, un avant goût de la télépathie, une préparation à activer cette capacité naturelle en chacun. Retrouver des capacités psychiques semble un processus normal en cette période. Seulement, la vision à partir du cœur doit diriger ce « pouvoir ». L’enseignement de jour porte sur la puissance de l’amour, l’amour inconditionnel de soi et ses conséquences vécues directement dans la chair et celui de nuit, porte sur les libérations, permet de guérir, met en relation les âmes de la même famille, motivées par le désir d’évoluer, de passer dans une fréquence accordée à l’amour et l’acceptation. Ces voyages remplissent nos bagages de nouveaux outils, dirige nos actions, et amènent des synchronicités qui sont les applications concrètes de ce travail de nuit. Depuis quelques nuits, j’ai un net souvenir de ces classes, au réveil mais je ne cherche pas trop à me rappeler, je sais que des retours seront vécus dans la journée. Je développe plutôt l’amour de soi, de tout ce qui me constitue de façon à ouvrir le cœur pour recevoir les énergies de haute fréquence, envoyées en ce moment sur terre.
Depuis que je n’ai plus de télé, je suis beaucoup plus sereine, libre et souveraine. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre qu’on puisse garder cet instrument de torture, ce laveur de cerveau, régulateur du temps qui impose son point de vue, sa pensée unique, niant totalement la vérité de l’humain divin et faisant justement tout pour asservir, abêtir, apeurer, formater, conditionner, réduire l’humain à un simple porte monnaie, un consommateur potentiel, une marionnette...
C’est un réel danger pour un esprit libre, amoureux de la vie. Même si on peut se dire que les infos qui circulent sur Internet ont tendance à user des mêmes procédés, elles sont plus larges et nécessitent aussi de développer son discernement. Ce dernier ayant pour outils, le cœur, les émotions, l’esprit, tout ce qui constitue l’humain, au travers de ses six sens, appelle à purifier les filtres que sont  l’inconscient et les blessures de la personnalité. Nous avons tout en nous pour être autonomes, libres, souverains et heureux.


Chaque jour, la vie nous amène à choisir comment nous allons interpréter ce que nous vivons et la reliance au cœur, devient de plus en plus indispensable. J’évite tout ce qui alourdi, je me remplis de tout ce qui élève et choisis d’activer l’amour inconditionnel de soi, en toutes circonstances. Plus de façon naïve mais en étant consciente de la puissance des énergies. Accepter ce qui est, dans un  premier temps, libère de l’émotionnel de la réaction et permet de prendre du recul sur ce qui vient. En cessant de lutter, de rejeter ce que le quotidien me renvoie, je libère peu à peu tout ce qui me maintient dans des basses vibrations de peur, de petitesse et de soumission.
Je suis loin d’être parfaite et ne dis pas que j’arrive à aimer sans conditions en toutes circonstances. Cependant, le seul désir de le vivre ainsi, modifie ma perception des choses et minimise l’impact de situations désagréables qui d’ailleurs se font de plus en plus rares. Même si au départ, j’ai vécu la perte de Maya comme un trauma qui a amplifié ma culpabilité, la situation m’a amenée à lâcher la peur de la mort, l’attachement, le besoin de l’autre...La gratitude à remplacé l’amertume. Le fait d’accepter l’idée que le corps de Maya n’en pouvait plus et qu’elle avait déjà pris beaucoup d’émotions négatives et de peurs inconscients sur elle, m’ont aidé à voir sont départ de son point de vue. 14 ans de bons et loyaux services ! L’idée qui me trottait dans la tête de me demander si les extensions de soi, dont j’avais entendu parlé, ne serait pas ces animaux de compagnie, m’apparaît de plus en plus logique et réelle. Les similitudes, le soutien affective, énergétique, la sensation d’avoir créé Féliz exactement selon mes « besoins », le moment où il est apparu dans ma vie...de toute façon au niveau de la conscience unitaire, nous sommes UN. L’utilité de ce point de vue, même s’il reste personnel, c’est d’augmenter l’amour en soi et en direction de l’extérieur, prendre conscience de l’importance de toute vie et en même temps en prenant exemple sur la façon d’être de nos amis les animaux, élargir notre conscience et acquérir leurs qualités, celle que nous avons déjà d’en d’autres plans et en nous et qu’ils viennent nous remémorer. 
Linda

Il est beaucoup plus facile d’ouvrir son cœur face à un animal rempli d’amour que face à un humain qui utilise ses capacités pour faire souffrir son entourage. C’est une belle façon de constater le pouvoir de l’amour inconditionnel, de s’exercer à aimer en toute sécurité. Comme je l’ai dit plusieurs fois, ce sont ces compagnons à quatre pattes qui ont maintenu mon désir d’être en vie, sur cette planète. Une chienne que j’ai adorée qui fût ma troisième mère, de l’adolescence à la trentaine, m’a littéralement sauvé la vie par deux fois. Une fois tandis que je dormais sur les bords de l’Eure, à Chartres et avait failli être victime d’agression pendant la nuit et une autre fois où j’ai foncé dans un mur avec la voiture. Elle était sur la banquette arrière et en voyant son regard rempli d’amour et d’empathie, j’ai freiné juste à temps, minimisant la violence de l’impact. La voiture était foutue mais nous étions intactes ! En une fraction de seconde, elle m’a dit "je t’aime". Son regard n’était pas paniqué mais comme désolé. Comme si elle me disait nous avons encore à vivre, à aimer, à découvrir, à partager...C’est l’idée de lui ôter la vie qui m’a fait appuyer sur la pédale.
Bilou, la chatte sauvage qui est le prolongement de mon corps émotionnel, de mon aspect féminin et maternel, _ Je précise que cette sensation d’extension, est énergétique_ a passé la nuit à la maison ! Un exploit qui me montre l’efficacité de l’accueil des émotions. L’équilibre masculin/féminin, conscience et âme, esprit et cœur, est en bonne voie ! Quand elle arrêtera de cracher sur Féliz, ce sera le signe que l’harmonie intérieure est acquise vibratoirement ! D’ailleurs, elle n’est pas toujours agressive avec lui. Dire que c’est sa mère ! Il y a peut-être là encore, une leçon a tiré de ce comportement et de ce qu’il me renvoie. Il est évident que tout n’est pas totalement guéri dans la relation avec ma mère mais au vu des progrès effectués, je ne peux qu’être optimiste quant à l’avenir. 
Bon, je vais au jardin avant que le soleil ne soit écrasant. J’ai été piquée par un moustique tout à l’heure, ce qui est l’annonce d’une journée encore orageuse.



J’ai supporté la chaleur jusqu’à 11h ! Trois heures de désherbage, de connexion à la terre, de douceur, de calme, de mouvement, quelques photos et des récoltes de carottes, salade, persil, fraises. C’est génial de pouvoir se nourrir de sa production, c'est du pur amour des mains jusqu'au ventre! Le jardinage devrait être enseigné dans les écoles. Le goût de l’authentique que ma mère m’a donné en me faisant manger les fruits et légumes du jardin, me permet aujourd’hui de pouvoir déterminer si un produit est bio ou pas. Tout est tellement falsifié qu’il faut avoir connu le vrai goût des aliments pour savoir ce qui est naturel ou non.
En faisant la vaisselle, je pensais à mon père et je me disais que c’était peut-être une âme qui avait dû choisir au niveau de l’âme, de vivre les rôles de victime et de bourreau dans une même vie afin de pouvoir les libérer. Son côté enfantin a séduit plus d’une femme et j’éprouve des sentiments de mère à son égard. Il a gardé l’innocence de l’enfant et souffre d’un déséquilibre masculin/féminin depuis toujours. Autant ma mère est très « masculine », indépendante, pragmatique, à fond dans le mental à réprimer ses émotions, autant mon père est très féminin, sensible, intuitif... Les deux sont à l’extrême et je remercie mon âme d’avoir choisi ses parents là, afin de réunifier, à travers ses gènes spécifiques, les énergies complémentaires. 
Ma foi en l’humain divin est devenue une certitude et le cœur et l’ego, qui s’associent tendrement, me situent dans une vision de la vie et de moi-même, totalement nouvelle. Une reconnaissance qui me plonge dans la gratitude pour ce que je suis et pour ce que j’ai vécu.  
Puis, le téléphone a sonné, c’était mon père ! Serait-ce la télépathie ? Nous avons parlé ensemble quelques temps et j’ai pu constater à quel point il a progressé dans sa façon de se voir et de voir le monde. Sa compagne qui croit aussi en l’humain divin et en l’ascension, lui a ouvert les yeux et le cœur. J’ai un peu participé à cela en lui pardonnant sincèrement, en lui écrivant, lui expliquant la nécessité de libérer la culpabilité, de s’aimer sans conditions...et il a fini par se libérer du problème récurent de l’alcoolisme. 



Reconnaître que l’on choisit ses parents, sa vie, n’est pas toujours facile mais ça libère du rôle de la victime et ça permet de trouver sa souveraineté par la connexion à l’âme. Accepter le choix de son âme, c’est l’accueillir pleinement en soi. Je peux voir maintenant que c’est grâce à ce vécu que j’ai ouvert mon cœur et ma conscience à la réalité de ce que je suis, à ma vraie nature d’humain divin.

Photo de ma collec' que vous pouvez utiliser à conditions d'en indiquer la source: http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.