vendredi 19 juillet 2013

« Touche pas à ma mère, la Terre ! »...Le Roundup..."Ces consommateurs qui refusent d'être des cobayes"





Mon jardin en août dernier

Encore un article qui renvoie à des sites, et même une pétition pour demander l’arrêt de la vente d’un pesticide très dangereux, le Roundup. On joue sur l’inconscient collectif, la mémoire inscrite dans l’humanité, du travail de la terre pénible, ingrat où l’homme a souffert de devoir « lutter contre la nature » pour lui vendre des produits qui lui éviterons de se bouger le c..., de mettre les mains dans la terre, de vivre en somme ! La relation difficile à la nature n’était que le fruit de l’ignorance et la difficulté de l’humain à accepter sa nature sauvage et à être capable de lâcher prise. La volonté de tout contrôler jusqu’à ses émotions, certaines fonctions naturelles au niveau du corps physique, tout comme les énergies offertes gracieusement par la Terre Mère, ont amené l’homme dans une impasse. Il est fou de croire qu’on peut contrôler les éléments, tout comme ce qui se vit intérieurement, au niveau de l’individu. Quand on accepte ce qui est, quand on laisse ses émotions sortir et délivrer l’énergie de vie, on se rend compte que tout s’écoule facilement et on retrouve son pouvoir d’être. La nature, le climat, nous renvoient directement à notre façon d’aborder nos mouvements intérieurs, de les gérer. Il y a encore eu un bel orage qui m’a permis de dormir comme un bébé, dans la fraîcheur douce de la pluie qui est tombée en très grande quantité. La terre se réajuste, nettoie les pensées de conflit, de peur, les pesticides dont les humains l’abreuvent.  



Julie qui s'éclate comme les autres

Je connais un agriculteur, un pote de trente ans, comme disait l’autre, qui a vu les conséquences de l’utilisation de pesticides dans ses cultures céréalières ; sa fille est née avec des bras atrophiés. Heureusement, toute âme qui s’incarne dans ces conditions, l’a choisi et amène à révolutionner les mentalités. C’est une jeune fille aujourd’hui, avec un caractère bien affirmé, très mature et tout à fait autonome malgré ce handicap qu’elle a pu sublimer. Elle apporte beaucoup à la société même si elle doit certainement souffrir de sa différence, par moments. Son père qui l’a considéré comme quelqu’un de « normal », a pu revoir sa façon de cultiver la terre et la venue de cet ange, a bouleversé sa vie, dans le bon sens.


Roundup : ces consommateurs qui refusent d’être des cobayes
Par Sophie Chapelle (16 juillet 2013)                                                
Le Roundup, herbicide le plus vendu au monde et produit phare de la firme Monsanto, est commercialisé dans des enseignes comme Castorama, Leroy Merlin, Jardiland ou Gamm’Vert. Les utilisateurs, qu’ils soient agriculteurs ou jardiniers amateurs, peuvent lire sur les bidons qu’ « utilisé selon le mode d’emploi, Roundup ne présente pas de risque pour l’homme, les animaux et leur environnement ». Pourtant, le Roundup a pour substance active le glyphosate, dont des études ont déjà montré la toxicité sanitaire et environnementale : l’exposition à cet herbicide systémique accentue le risque de fausses couches, de naissances prématurées, de malformations chez les nouveaux-nés ou de cancer.
Le collectif « Roundup non merci » mène des actions dans les magasins depuis 2012, pour que cette vente cesse. Un courrier a notamment été envoyé à la direction du groupe de Castorama, demandant le remplacement de cet herbicide par d’autres produits « moins néfastes, par exemple le bicarbonate de soude ». Le collectif précise que les magasins contactés n’ayant pas répondu, il prend contact avec la direction du groupe, avant d’envisager d’autres actions non-violentes dans les magasins. « Nous sommes naturellement dans une logique de dialogue », conclut le collectif. Deux actions récentes, en mai puis en juillet, ont tourné à la foire d’empoigne entre les militants et les vigiles (voir la vidéo ici et le reportage de la TéléLibre). Une pétition signée par près de 35 000 personnes demande à Castorama de stopper la commercialisation du Roundup.
Le Roundup est aussi dans la ligne de mire de l’association Bio Consom’acteurs qui vient de lancer une campagne nationale intitulée « Consommateurs pas cobayes ! » [1]. L’association rappelle que « les plantes tolérantes à l’herbicide Roundup (comme le soja) représentent 80% des OGM agricoles et sont faites pour être arrosées au Roundup, le premier pesticide du monde. » Suite à l’étude publiée fin 2012 par l’équipe du chercheur Gilles-Eric Séralini, Bio Consom’acteurs demande la mise en place d’un moratoire sur l’importation de tous les OGM, qui se retrouvent dans l’alimentation animale en grande quantité, et en particulier du maïs NK 603, ainsi que de l’herbicide Roundup. Une pétition est en ligne.

Notes

[1En référence au dernier film du réalisateur Jean-Paul Jaud, Tous Cobayes ?

Le jardin cette année, le vert de la guérison

Le retour à la terre, en conscience, en sachant qu’elle est une mère amoureuse de ces enfants, généreuse, peut l’aider à rétablir l’équilibre des énergies qu’elle reçoit, tout comme le nôtre. Son pouvoir guérissant n’est plus à remettre en question. Au travers d’un jardin, contact privilégié parce qu’intime et quotidien, au travers des arbres dont l’exemple de connexion aux énergies du ciel et de la terre peut aider grandement à trouver l’équilibre, par la contemplation de sa beauté naturelle, les fleurs, les forêts, les rivières, les montagnes, la campagne, qui sont des lieux de ressourcements, elle nous réapprends qui nous sommes réellement et nous invite à faire de ce que nous sommes, une magnifique harmonie, un monde équilibré où les contrastent forment un ensemble merveilleux. Même en habitant un appartement, des plantes en pot aimées, choyées, considérées comme des êtres conscients, des cadeaux de la terre, peuvent nous aider à recréer ce lien étroit avec la source de nos corps reliés aux chakras du bas. 

Photos de ma collec' que vous pouvez utiliser en citant la source:
http://lydiouze.blogspot.fr



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.