lundi 29 juillet 2013

Libérer, libérer et encore libérer...




J’ai commencé la journée en remerciant le ciel d’avoir éclaté en orage pendant la nuit. J’ai dormi comme un bébé, d’une seule traite ! C’est bon signe, ça veut dire que le travail effectué de jour a été suffisant pour ne pas avoir à aller le faire dans l’astral.
Par les expériences vécues avec ma famille cette semaine, je suis en train de libérer l’idée que le fait de savoir ce que je suis, m’amènerait à devoir « sauver » ma famille, à l’enseigner. Bien que consciemment, je ne pense pas mériter quoi que ce soit, mon comportement m’a montré que dans l’inconscient, restent gravées des idées tenaces à ce propos. Parce que derrière l’idée de sauveur, il y a aussi l’idée de vouloir bien faire aux yeux de Dieu, et donc « mériter » une quelconque récompense spirituelle, un afflux d’amour venu de la source. Mais le mérite et la récompense tout comme la punition, sont des concepts complètement humains. La source d’amour n'est pas à l'extérieur mais elle est effectivement en soi et la seule façon d’y accéder, de sentir son flux, c’est d’être en amour pour soi et pour l’extérieur, d'accepter ce qui est.
S’il est une chose utile à faire vis-à-vis de ses proches, c’est d’être dans l’amour au point de pardonner, de ne plus jouer de jeux de rôle, de ne plus réagir par l’ego. Ce nouveau comportement pourrait leur donner l’envie de se tourner aussi à l’intérieur, de rencontrer leur propre amour et leur propre cœur, de s’ouvrir à l’inspiration de leur âme. C’est ce que j’ai vérifié quand je suis rentrée dans l’église ; J’avais un tel amour pour Jésus christ que celui-ci irradiait et me remplissait, au point que l’entourage en était touché.
J’ai pu me rendre compte cette semaine, à quel point ma famille complètement hermétique à l’ascension, réalisait sa propre progression. L’ouverture de cœur et de conscience provoquée par l’afflux de lumière de la source, touche tout le monde.


En parallèle, tous les messages qui désignent les êtres de lumière comme réalisant « l’exploit » de sauver le monde, me laissaient une sensation d’injustice. Car si effectivement on participe à l’élévation, c’est en changeant son comportement, en l’axant sur le cœur, alors à quoi bon en parler ? Là, c’est l’ego qui se met en avant, des souvenirs de vies antérieures de moines, religieux, templiers, sont à libérer ! On ne peut prétendre être éclairé et en même temps se positionner en sauveur ! C’est prétentieux et méprisant pour le reste du monde, ça fait le jeu de l’ombre nourrissant la dualité perpétuellement. Il n’y a aucune progression dans ce positionnement. Accéder à ses vies antérieures n’est pas un jeu de plus de l’ego, c’est une occasion de voir ce qui est à libérer, ce qui empêche d’être dans l’amour inconditionnel depuis de nombreuses vies. Je me sens encore totalement en phase avec la vibration de la semaine, de la responsabilité. 
Il s'agit d'être responsable de soi, de ses pensées, de ses émotions, de pouvoir les accueillir sans jugements, afin de se laisser guider par l'âme, le cœur, l'essence divine. 


Je fonce au jardin voir ce que la pluie de la nuit a créé ! Pas d’arrosage à faire, j’ai tout le loisir de regarder minutieusement quelle plante à besoin de soin, quelle parcelle doit être désherbée, que du bonheur !
Tout est frais, respire la vie, c’est magnifique !
Je me suis fait deux beaux bouquets, auquel j’ai ajouté de la menthe. 




Le lien affectif familial nous permet de travailler le pardon, l’acceptation et de trouver le juste milieu dans la relation entre humains, de façon plus aisée mais aussi plus compliquée qu’avec des inconnus. De toute façon au niveau de l’âme, il y a un contrat passé en ce sens. J’ai bien vu que le fait de pardonner à mon père avait considérablement ouvert mon cœur et c’est plus facile de pardonner quelqu’un avec lequel il y a des attaches affectives profondes qu’avec des étrangers. Evidemment, ça nécessite de libérer beaucoup de vieux schémas, de comprendre la vie à partir de l’âme mais une fois qu’on se positionne en son cœur, on est éclairé.
J’ai mis un certain temps mais surtout il m’a fallu être totalement honnête, pour me rendre compte que j’étais encore dans l’idée que comme je sais ce que je suis, je peux aider ma famille à trouver sa divinité, son être essentiel. Or, c’est nier le fait qu’ils aient aussi cette étincelle qui les guide et les mène à s’ouvrir. Le choix de l’âme de chacun est tout à fait respectable et si je suis de bonne foi, je peux voir que ma sœur, comme mon père, ont leurs propres outils d’élévation et les utilise pour ce faire. Puisque tout se situe au niveau du cœur, il n’est pas nécessaire de connaître sa vraie nature pour être relié à son âme ni même d’en être conscient. 


Pour la situation avec ma sœur, oui elle m’a foiré la coupe de cheveux mais je ne suis pas obligée de retomber en enfance en me disant quelle l’a fait exprès, par jalousie, qu’elle agit avec domination...Je sais que mon enfant intérieur se trouve blessé par la situation et le rassurer, l'entourer d'amour suffit à m'en désidentifier sans pour autant l'écarter. Même s’il y a du vrai dans tout ça, ce qui compte c’est que ça n’est pas si grave et qu’on ait pu se rabibocher au bout dune heure. Il fallait que je marque mon mécontentement afin de ne pas me laisser dominer, de ne pas jouer la victime impuissante. Mais je n’ai pas hurlé, j’ai simplement dit que je devais encaisser le coup, que je me recentre. Elle ne s’est pas braquée et a fini par réfléchir jusqu’à me dire : je reviendrais te les ajuster quand ils auront poussé, on ne se voit pas souvent, c’est dommage de se faire la gueule. Chacune de son côté, a utilisé ses propres « outils », pour revenir à une relation pacifique et aimante.

Ce n’est pas facile pour l’ego spirituel, d’accepter que l’on puisse encore retomber dans des pièges du mental. Mais quand on est sincère avec soi, que cette pureté d’intention est réelle, on revient naturellement en son cœur et la mauvaise foi disparaît. Accepter que l’on puisse se tromper, accepter ses faiblesses, ses défauts, permet de grandir, d’ouvrir encore plus son cœur. Je continue les séances d’EFT qui me permettent de me recentrer, d’ancrer encore plus profondément cet amour inconditionnel de soi qui est une puissante guérison pour tous les corps.



L’heure est venue de faire une petite sieste afin de régénérer les cellules, les muscles, les organes. Une petite lecture du livre Paméla Kribbe, « vivre selon le cœur », me fera le plus grand bien. Je suis contente de constater que ce que je lis est en accord avec ce que je crois. Même s’il est question d’artisan de lumière, l’idée n’est pas celle d’un vainqueur qui recevrait des lauriers mais celle d’un être qui accueillant tout ce qu’il est, qui permet à tous ces corps de s'unir pour canaliser l’amour inconditionnel et le rayonner. Sans chercher à savoir où cette énergie se « posera », simplement en étant soi-même, dans la totale acceptation de tout ce qui fait que Je Suis ce que je suis. Aimant également ma lumière et mon ombre puisque finalement l'énergie qui sous-tend les deux, est celle de la source, indivisée, UNE. 

Photos de ma confection que vous pouvez utiliser à condition d'en citer la source: http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.