dimanche 21 juillet 2013

La guérison de l’âme




Ce matin, je suis envahie d’une grande tristesse qui fait monter les larmes. Je ne suis pas déprimée du tout et la joie et aussi présente mais je sens qu’une libération karmique s’effectue. D’ailleurs, la nuit a été difficile, je me suis réveillée à 3, 4 et 5h. J'ai uriné à chaque fois et c'est un signe de libération, enfin c'est ce que j'ai constaté à chaque fois que j'exprimais le désir de le faire ou que je coupais des liens karmiques avec des personnes proches. Les rêves sont alors un nettoyage de l'inconscient et les journées m'amènent à libérer des émotions très longtemps refoulées. Je ne m'angoisse plus à l'idée de laisser une émotion s'exprimer et j'y trouve même un certain soulagement dû à l'allégement et une sentiment de puissance qui découle de la responsabilisation. Parfois même, je goûte l'énergie d'amour de ma présence et toujours une paix profonde.
J’ai enfin reçu le livre de Paméla Kribbe que j’ai commandé en début d’année où même en fin de l’année dernière, je ne me souviens plus. Tout ce que je sais c’est que j’ai eu des moments de questionnement devant cette situation bizarre. Je voyais qu’il était à la vente sur Amazon et sur le site d’Aurélia, « Jeshua.net » en français, mais l’éditeur chez qui le buraliste l’avait commandé, ne le recevait pas. Je privilégie l’achat local et le commerce de proximité que je trouve beaucoup plus humain, même si c’est plus contraignant. En même temps, le fait de ne pas avoir quelque chose tout de suite, comporte en fait de nombreux avantages. Comme je suis entêtée à vouloir auto-guérir puisque je crois profondément au dieu intérieur, ce qui implique d’avoir le pouvoir de créer sa vie et d’agir sur la matière, le pouvoir d'auto guérison. Je veux à tout prix apprendre, comprendre par moi-même en affinant la relation à mon âme, en apprenant à lire les messages de mes différents corps, de façon à être souveraine de mon propre monde. Pour beaucoup, dont ma mère, c’est très prétentieux mais pour moi, c’est juste cohérent. Je parle encore de ma mère et ça me ramène directement au besoin de guérir définitivement notre relation qui sous-tend beaucoup de choses. 


Si on prétend croire en l’humain divin, ça veut dire qu’on a tout en soi pour agir, comprendre et contacter tout ce qui nous constitue. Il y a juste à apprendre « comment faire ». Beaucoup de techniques sont « divulguées » sur Internet et bien que ça demande du discernement, c’est déjà un moyen de s’affirmer quand au choix celles-ci. Selon ce que je crois profondément, tous nos corps délivrent des messages de notre âme ainsi que les situations de notre vie. Comprendre les rouages du mental, distinguer l’origine des nombreuses voix intérieures afin de déterminer celle de l’âme, est un premier pas. Il faut ensuite connaître son monde émotionnel et savoir comment l’aborder. Les révélations reçues à propos de mes vies antérieures, ont affirmé ma foi en la réincarnation et m’ont permises de comprendre les douleurs et traumas remontant à ces périodes passées. La lecture des messages de Jeshua m’a donné le sens de celles-ci et les outils pour les gérer. Une partie de moi aurait souhaité guérir d’un coup de baguette magique mais je serais restée une victime soignée par quelque chose qui me surpassait dont je n’aurais pas compris le sens et qui m’aurait maintenue dans un genre d’ignorance et de dominance. Or, la lucidité est indispensable pour faire des choix et avancer afin d’être maître de sa vie, autonome et complet. La longue attente qui a précédé la réception du livre de Paméla Kribbe ; « Vivre selon le cœur », m’a obligée à trouver les ressources en moi afin de savoir comment vivre effectivement à partir du cœur. J’ai dû suivre la guidance de mon âme pour tomber sur les bonnes techniques et par leur application, guérir le manque d’amour de soi et gagner en confiance en tout ce que je suis. Finalement, quand on passe outre la peur de se tromper, celle de contacter ses émotions, on trouve une puissance intérieure, infinie qui libère de tout. Pour s’aimer sans conditions, il faut se connaître, pour ce faire, il est nécessaire d’être totalement honnête envers soi. L’honnêteté, l’humilité et l’authenticité amènent à s’observer avec lucidité et à pouvoir se comprendre en profondeur. Cette connaissance permet d’avoir un amour infini et inconditionnel pour soi, réellement sincère. Cet amour divin guérit tout, restructure, réaligne, répare les connexions intérieures qui permettent de trouver l’équilibre et d’être un humain divin qui aime les autres humains divins sans distinction de race, de genre, d’âge, de classes sociales... 
Quand on reconnaît et qu’on honore son propre cœur, son âme, tout son être, on comprend l’importance et la richesse de la diversité. Toutes les souffrances vécues amènent à avoir de l’empathie pour les autres sans se laisser vampiriser, sans vouloir sauver, en laissant l’autre trouver les réponses en lui-même et devenir ainsi souverain de son monde, à son tour. Quand on trouve cet amour et cette lumière en soi, on arrive à la voir chez l’autre et la comparaison, le sentiment d’infériorité et de supériorité s’estompent peu à peu. 


Le chemin de l’amour de soi comporte des « pièges ». Il est vrai qu’à ce niveau, je reviens de très loin mais j’ai pu constater que le narcissisme, le nombrilisme côtoyait de près cette reconquête. On peut gagner en estime de soi en se croyant supérieur, privilégié par le fait d’avoir des révélations, des éclairs de lucidité. On peut se croire élu en se reconnaissant dans la description que fait Jeshua des « artisans de lumière ». Tant que cette croyance reste mentale, le piège est grand. Mais, quand on comprend que c’est par la gestion de ces émotions, la guérison des traumas, la libération du karma qui implique que nous ayons eu des vies où nous avons incarné le rôle de bourreau, que l’on trouve sa puissance qui est celle d’aimer toute vie et d’accepter tout ce qui est, l’orgueil prend une grosse claque !
Mon passé de toxicomane, les dix ans d’inceste, m’ont amené à casser cet orgueil, à ne pas me la péter, à considérer l’humain comme un être en mal d’amour, perdu dans un monde régit par la prédation et aveuglé par l’ignorance de sa vraie nature. La compréhension des raisons qui poussent un être à agir avec violence, m’a permis d’accepter mes propres accès de colère et d’être en empathie pour ceux qui sont rebelles, révoltés. Le pardon à mon père et la délivrance du rôle de victime qui s’en est suivi m'ont conduit à comprendre la puissance de l’amour.
L’être humain, tout être humain est composé d’amour et de lumière, c’est une vérité certaine. Ce qui amène à des comportements extrêmes, c’est l’ignorance de cette grande vérité. Mais, quand on trouve cette source en soi, on peut voir les choses à partir du cœur et chaque fois que nous aimons et accueillons une part de nous-mêmes, nous sommes en mesure d’accepter l’autre dans ce qu’il a de plus bas. Accepter sa propre violence permet d’être en empathie avec ceux qui le sont. En étant responsable de soi, on cesse de pointer l’autre du doigt et l’extérieur n’a plus à nous refléter ce qui est à guérir. Aimer son corps émotionnel et accepter d’être traversé par des émotions désagréables qui ont leur raison d’être, permet d’en connaitre l’origine, de les libérer et de trouver la source d’amour, l’énergie de vie qui s’est trouvée bloquée par la non acceptation, le refoulement ou le déni. Quand on réalise que notre inconfort vient de l’intérieur et qu’en accueillant tout ce qui nous traverse, on guérit et on retrouve sa souveraineté, on devient responsable, puissant, et on cesse définitivement d’accuser les autres. Même si j’ai encore du mal à ne plus faire la gueule aux voisins qui m’ont malmenée ces derniers temps, j’ai au moins pu les remercier au niveau de l’âme. De cette façon, la culpabilité, la déresponsabilisation par l’accusation, le jugement et l’auto-jugement, n’ont plus d’emprise sur moi. Les liens karmiques sont coupés et ce protocole me libère de toute dette. 


Le livre contient beaucoup de messages qui sont déjà sur le site mais ce format me plait. En relisant ce que j’ai déjà lu il y a 6 ans, je retrouve la même sensation de familiarité, de connexion éternelle, de famille d’âme, de proximité tant avec le personnage de Jeshua qu’avec l’énergie christique.
Même si à ma première lecture, j’avais été très touchée par l’amour qui en émanait et par le fait de retrouver la mémoire de mes origines, j’avais tendance à croire que je devais m’inscrire en sauveur et je cherchais à convaincre mon entourage de ces grandes vérités révélées. La notion de sauveur du monde était encore très fortement inscrite mais elle correspondait à un besoin de reconnaissance extérieure, un besoin d’être aimée. Je me suis délivrée de ce manque d’amour par l’acceptation entière de tout ce que je suis et même si j’ai toujours l’envie de témoigner, d’enseigner et de proposer des soins, ça n’est plus motivé par des manques ou des besoins. C’est simplement la passion de mon âme qui s’exprime.
Chère âme, je t’éclaire de ma conscience, de mon amour afin que tu guérisses les blessures relatives à la naissance cosmique, afin que le karma soit sublimé, transcendé et qu’il en reste les leçons apprises, les vertus qui sont celles de l’amour divin. Nous sommes ensemble, unies dans un même élan, dans une même passion, merci pour ta guidance, merci pour ta présence, laisses toi guérir par le christ intérieur, par la source éternelle qui est notre essence. Réalisons l’unité corps âme esprit et vivons cette vie dans l’épanouissement, la joie, le plaisir d’être, l’acceptation de ce qui est, puisque nous sommes cocréateurs, faisons de cette vie, un retour à la source, rayonnons sur la terre, cette énergie divine, dans notre puissance d’aimer sans conditions.
Chacun des corps est composé des extrêmes opposés, en eux s’exprime tout autant l’ombre que la lumière, se situer en son cœur permet de fusionner ces polarités, de les amener à créer la dynamique, le mouvement. L’ego côtoie l’esprit et lorsqu’il est aimé, il fusionne avec lui. L’accueil des émotions libère l’énergie de la source, la puissance de vie. Il n’y a pas à craindre ce déversement, cette puissance, puisque c’est le cœur qui tempère, par l’amour de toute vie, qui est la loi de celui-ci.
C’est l’heure d’aller au jardin, contempler la beauté naturelle, connecter mon âme à celle de la Terre Mère afin qu’elle participe à la guérison des mémoires. 


Présence divine, je t’offre ma tristesse, éclaire la de tes rayons afin qu’elle libère l’énergie essentielle et guérisse mon âme définitivement. Je te reconnais pour mienne énergie de tristesse, je t’accueille et t’invite à t’exprimer en moi, afin que je puisse te localiser et t’entourer de l’amour purificateur de mon être. Je reconnais en toi, le désir de vivre passionnément, dans la joie, le plaisir et dans l’acceptation.
Libère la tristesse, mon âme bien aimée, je l’accueille et la transmet en toute humilité, au christ intérieur qui la prends en charge. C’est avec reconnaissance que je t’offre cette délivrance qui élargi mon cœur afin que tu y loges, fusionnant tout mon être en cet espace infini. 
Photos de ma confection que vous pouvez utiliser à condition d'en citer la source: http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.