vendredi 28 juin 2013

Libérer le dictateur intérieur...vidéos EFT, Jean Michel Gurret



Ellen Love Vaman


Ce texte est dédié à tous ceux qui se jugent, se dévalorisent, passent leur temps à focaliser sur tous ce qui est en échec dans leur vie. Il n’y a pas trente six solutions. Tant que vous porterez un regard négatif sur ce que vous êtes, votre vie sera pourrie, remplie de culpabilité et de souffrance. Je ne suis pas en train de dire que c’est facile de changer, mais c’est possible. Si j’ai pu le faire, tout le monde le peut. C’est juste une question de choix. Chacun porte en lui plusieurs entités, facettes, voix qui passent leur temps à se manifester, le plus souvent, sous forme de conflit. 
Quand on prend conscience de ce bavardage intérieur, on est déjà dans le recul, on se situe en spectateur et on peut donc se désidentifier de toutes ces voix discordantes. Il y a les pensées qui arrivent et en même temps, on est conscient de ces pensées. Cette part de nous est la conscience, l’aspect divin et éternel de qui nous sommes. Dans le papotage intérieur, chaque entité va défendre son point de vue, ses croyances. Je parle d’entités parce que chacune de ces voix peut devenir un vrai tyran si nous croyons être seulement ces aspects de soi. Il y a celle qui critique systématiquement, celle qui dit « tu devrais », « il faut », « fais pas ci, fais pas ça » ; il y a celle qui dit « la vie devrait être une joie permanente », « je crois en mes rêves », « je ne suis pas seulement de la chair », il peut y en avoir un paquet qui vont tour à tour, influencer notre comportement et nous plonger soit dans la joie, soit dans la déprime. Nul besoin de croire en Dieu, au fait d’être humain divin pour être capable de distinguer ces entités. Nos pensées se regroupent selon des croyances et forment comme des corps énergétiques qui prennent le pouvoir sur nos vies. Mais, la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons choisir de suivre une de ces voix plutôt qu’une autre, dans un premier temps. Puis finalement, les unifier de façon à ce qu’elles s’entendent et soient guidées par l’aspect de nous qui est toujours là, qui ne juge pas, qui est dans l'amour inconditionnel et la paix. 


C’est ce qu’on peut appeler notre présence divine, dieu, la source, l’ange intérieur, peu importe, il existe en nous, un témoin de tout ce que nous vivons et ressentons.
Nous ne sommes donc pas uniquement nos pensées. La plupart de celles-ci ne nous appartiennent même pas, elles viennent de notre éducation, de la société, de notre environnement, de vies antérieures...Malgré tout, nous devons apprendre à les gérer. En commençant par faire un ménage intérieur, en libérant tout ce qui nous cause de la souffrance, tout ce qui nous ramène vers le bas, tout ce qui n’est pas de l’amour de soi, on peut y voir plus clair.
Il y a plusieurs techniques simples pour retrouver l’amour de soi. J’en ai déjà parlé mais un rappel n’est pas de trop.
Faire une liste de ses qualités.
Noter les moments agréables dans la vie, dans la journée.
Se focaliser premièrement sur ce qui est positif.
Il n’est pas question d’ignorer ce qui est "négatif"  mais de ne pas l’amplifier en y pensant puisqu’il est question dans un premier temps, de retrouver de l’estime personnelle. Ensuite, en libérant la croyance du bien et du mal, on pourra passer à l’acceptation de ce qui est avec plus de facilité.
On ne peut changer le monde mais on peut changer son regard sur lui. Il s’agit de changer déjà son regard sur soi-même puisque toute critique de l’extérieur vient d’une auto-critique.
Quand on se fie à son intuition, son cœur, on finit par se rendre compte que toutes ces voix intérieures qui ne sont pas notre vraie nature, compliquent considérablement notre parcours qui pourrait être joyeux si nous acceptions de suivre nos désirs les plus sincères, sans honte, tabou ni culpabilité.
Quitte à avoir des croyances, autant nourrir celles qui amènent la joie, la liberté et l’épanouissement. Le mental peut se déconditionner et se reconditionner dans un premier temps.
Les séances d’EFT, bien qu’elles paraissent trop simplistes pour être efficace, fonctionnent. Je peux en témoigner pour l’avoir expérimenté et je continue de l'appliquer dès que le besoin se fait sentir. Quand je sens qu'un comportement est issu du manque de confiance en soi, par exemple. Je remets en ligne les vidéos qui expliquent le principe et il suffit d’adapter la technique à l’intégration de l’amour de soi. Le processus consiste à affirmer l’ensemble des données, des croyances que nous avons tout comme le désir de changement que nous voulons. C’est une mise à plat d’une situation, dans le présent, de façon honnête. Ainsi, les phrases prononcées peuvent être les suivantes :
« Bien que je me critiques et que je me juge, je veux arriver à m’aimer sans conditions »
« Même si j’ai une mauvaise estime personnelle, je veux apprendre à accepter tout ce que je suis »
« Même si je m’insulte, si j’ai une image négative de moi, je veux être capable de voir mes qualités et avoir de la tendresse envers moi »...
L’idéal, c’est de faire ses propres phrases, celles qui correspondent à votre situation, de façon la plus sincère possible. Ensuite, en prononçant ces phrases tout en faisant les tapotements, le corps physique, les différents corps, intègrent, impriment ce qui est entendu. Je le répète, ça n’est pas parce  que c’est un exercice simple, que ça ne marche pas. J’ai toujours cru, et le crois encore que les principes divins, les lois universelles, sont d’une extrême simplicité et qu’un enfant peut les comprendre facilement. D’ailleurs, ils les vivent chaque jour. Ils sont dans le moment présent, dans leur corps physique, jouant à « être » sans tabou, sans complexe, sans jugement, juste pour le plaisir de jouer, d’être, d’expérimenter la matière, de ressentir des émotions. En tant qu’adultes, nous nous coupons de cet aspect de notre personnalité et perdons ainsi nos rêves, notre enthousiasme, notre joie de vivre. On se créé tout un tas d'obligations qui n'ont aucun fondement véritable et sont l'expression de notre mauvaise estime personnelle. Il n’est pas question de devenir débile mais d’ajouter de l’insouciance à sa vie. De dédramatiser ce que nous vivons, de voir ce qui en nous, peut nous procurer de la joie, nous élever vers des fréquences vibratoires qui vont refléter l’état d’esprit que nous voulons nourrir. Puisque cette vie est éphémère, puisqu’elle aura une fin, autant remplir l’espace entre vie et mort, des plus belles choses, des plus beaux moments. Ensuite, le fait d’accepter ce qui est, permet de relativiser ce qui nous semble désagréable d’un premier abord. Quand nous arrivons à prendre du recul sur les situations, nous pouvons voir que même quelque chose de chiant est une expérience enrichissante qui nous apprend sur nous mêmes, nous permet de voir que nous manquons d’amour de soi. Sachant cela, on peut déjà se détendre face à ce qui arrive et l'aborder sans être submergé par les émotions.
L’EFT peut aussi s’appliquer pour se déconditionner de la tendance à voir les choses de façon dualiste.
« Même si je range les choses dans des cases « bien », « mal », je comprends que c’est une prison de laquelle je veux sortir »
« Même si j’ai du mal à me libérer de cette notion bien/mal, je me pardonne et persiste à vouloir être dans la neutralité. »
« Même si j’aie du mal à croire qu’il me faille libérer cette notion, même si ça me fait peur, je veux essayer de le faire juste pour voir si ça change ma vie »
Plus vous serez sincère jusque dans vos doutes et plus les choses pourront changer. Le simple fait de faire cet état des lieux, permet de se désidentifier des pensées, des croyances, de les extérioriser. Puis le constat que l’on peut changer ses croyances, amène à se dire que nous avons le pouvoir de choisir en quoi nous voulons croire.   
Je ne veux pas me la péter à faire croire que je suis totalement dans l’acceptation de ce qui est mais, j’ai déjà fait un immense pas, dans l’acceptation de ce que je suis. Je ne me suis pas désidentifiée de tout ce qui se vit en moi mais le fait d’avoir un regard amoureux sur ces différents aspects de qui je suis, me permet d’être plus détendue et me facilite énormément la vie puisque celle-ci se forme selon mes croyances.
Nous pouvons choisir le bien-être par le simple fait de se focaliser sur les pensées qui nous procurent de la joie. 
Nous sommes constitués pour trouver l’équilibre et l’harmonie, nous avons tous les outils intérieurs pour ce faire. Notre corps physique, nos cellules se régénèrent en permanence. L’équilibre souffrance/plaisir, se créé en nous par automatisme de survie. Il n’y a donc pas à critiquer ce processus naturel qui peut nous amener à l’addiction. Tant que nous critiquons une situation, la jugeons, nous ne pouvons pas avoir un regard objectif dessus. Dès qu’on se dit : mes corps sont parfaits et recherche un juste équilibre selon leur connaissance respective et je peux les aider à trouver une façon plus saine ou moins violente de le faire, ça suffit à libérer le jugement et on peut alors trouver des solutions éclairées, inspirées. Proclamer et intégrer cette croyance sans attendre de réponse immédiate mais en amplifiant la confiance en la vie, en la bienveillance de nos aspects divins, amènera des solutions faciles et évidentes qui nous libérerons des pièges apparemment les plus fermés. Le désir de la source intérieure, le mouvement de la vie, reliée à tout ce qui est, c’est d’expérimenter la vie, d’apprendre dans la joie et la légèreté, à harmoniser tout ce que nous sommes, à unifier nos aspects apparemment contraires mais qui en fait se complètent magnifiquement.
Voici donc les vidéos qui expliquent le processus de l’EFT et les endroits où tapoter. Encore une fois, ça n’est pas parce que c’est simple que ça ne fonctionne pas. Dans la nature, tout est limpide, coule de source et à moins que l'humain n'intervienne, tout s'épanouit cycliquement, sans effort. Même si les principes de création de la vie peuvent paraître complexes, ils sont toujours issus de l’amour dans un désir d’expansion. L’harmonie intérieure et l’acceptation de soi, sont des clefs de sagesse faciles à appliquer et elles ouvrent en grand le cœur et la conscience. Quelqu’un qui ne croit pas être issu de la source mais dont le cœur est ouvert, qui s’aime et qui fait confiance à la vie, s’élève naturellement, s’épanouit. Notre tendance à vouloir compliquer les choses et surtout notre manque d’amour de soi nous coupe en apparence de la source d’amour et de lumière (connaissance) que nous sommes de toute éternité. Mais tout est en nous pour que nous réalisions notre bonheur. Tout nous est donné pour faire de notre vie, un hymne à la joie, l’amour et la beauté.

Séance d'EFT décrite par Jean Michel Gurret 

« Comment formuler une phrase ? » 2mn
Vous pouvez voir cette vidéo sur la page YouTube où vous en trouverez d'autres de Jean Michel Gurret et d'autres personnes. J'ai mis celles qui me semblent être la base expliquée de façon neutre.
Perso, comme j'ai testé et approuvé, je n'utilise pas l'échelle d'intensité de l'émotion. Le fait de faire régulièrement ces séances et encore plus quand une émotion liée au problème survient, est la garantie du succès de cette méthode.







« Description de la phase de préparation » 2mn



« Déroulement de la ronde des tapotements » 4mn


Personnellement, je répète l'ensemble des phrases à chaque tapotements. Chacun le fait selon son ressenti.
C’est une technique de soin élaborée par un médecin américain qui s’occupait des vétérans du Vietnam, traumatisés par tout un tas d’images horribles et en plus addicts aux drogues données par l’armée, pour les rendre plus efficaces, destructeurs, en les désensibilisant. Toute technique visant à ramener l’attention vers le corps physique, le ressenti, est un moyen de se libérer du mental en approchant ce qui en nous ne ment pas. Nos sensations irréfléchies sont toujours vraies, elles sont un langage de l’âme, un signal.
Un petit truc en plus, à ceux qui se croient fainéants parce qu’ils dorment beaucoup en ce moment, essayez de voir les choses différemment. Notre corps mental nous coupe de notre divinité par ses questions, ses jugements. Quand nous dormons, une part de nous, le corps astral peut être enseigné puisque le mental est au repos et ne peux plus interférer.
Je demande avant de dormir, à être éclairée sur un point, à intégrer quelque chose en particulier. Par exemple : « Je demande à aller dans le temple de la guérison afin de libérer facilement tout jugement à mon égard » ou encore, « Je demande à être enseignée, éclairée », « Je demande à ressentir mon âme, cet aspect de moi qui sait qu’il n’y pas de séparation, que je suis toujours connectée à la source divine ». Peu importe la question, en ayant la foi d’un enfant  en se disant que c’est possible d’être éclairé, enseigné, et en laissant venir les réponses, ça arrive effectivement. A travers ce que nous sommes, la source de toute vie s’expérimente, apprends à se connaître, notre humanité n’est pas inférieure à notre divinité, elles se complètent amoureusement et il ne tient qu’à nous de choisir d’y croire, pour que cette belle vérité se manifeste. Un des avantages de libérer cette notion de bien et de mal, c’est de pouvoir considérer le divin comme l’égal de l’humain. La hiérarchie est une notion qui va de paire avec la vision dualiste. Tout ce qui divise est une illusion, née du mental mais celui-ci n’est qu’une facette de qui nous sommes, il n’est pas notre être véritable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.