lundi 22 avril 2013

Petits progrès vidéo Inti Illimani « Alfonsina y el mar »


Steve Hanks

Aujourd’hui, je suis censée aller passer la voiture au contrôle technique. Je ne sais pas si j’aurais un rendez vous. Je suis contente de ne plus avoir de beu. Je vais retrouver ma vraie nature que ce produit a su effacer sournoisement. Il y a eu comme un plaisir à s’accorder le droit de "craquer" mais à part ça, le sentiment de baisser ma fréquence vibratoire avec une grande facilité, est plus à retenir. Il y a tout de même certains points positifs dans cette expérience. Le fait de m’être autorisée à suivre une envie, sans juger, sans définir si c’est bien ou mal. Le constat de la perte de connexion avec mon âme, du moins la difficulté à reconnaître ses inspirations. Quand on fait le tour d’une expérience, on peut finalement choisir si c’est valable pour soi ou non. Si c’est mon aspect rebelle qui s’est exprimé ici, je peux voir que la rébellion est envers moi-même, que je n’ai plus besoin d’imposer ma volonté à quiconque moi-même comprise et que la liberté doit se vivre intérieurement. Comme si j’avais eu besoin de retrouver un certain cynisme pour imposer ce que je veux. Mais, c’est un comportement de 3D qui ne colle plus avec ce en quoi je crois et ce que je veux. 


En lâchant prise sur toute attente, les choses se débloquent miraculeusement. 
C’est la seule chose que nous ayons à faire, être confiant en la vie, en soi. 
Et toujours l’appel à l’équilibre intérieur qui est à la base du bien-être.
Il est question d’aimer tout ce que l’on est, c'est-à-dire de ne rien juger, écarter, sans s’identifier à tout ce qui se vit en soi. Ce n’est pas évident d’être à la fois acteur et spectateur mais c’est possible. Le recul peut se vivre en étant dans le moment présent. En sentant l’énergie s’écouler en soi et en essayant de ne pas la bloquer. Il suffit de peu pour que celle-ci se trouve coincée par une auto-critique. C’est la pire chose que nous puissions faire, de se sentir coupé de sa vraie nature. Alors la beu, chère compagne de plusieurs années, je t’autorise à retourner à la source, te remercie pour les expériences vécues mais ça n’est plus utile. J’ai vu comment tu pouvais me faire descendre dans la mauvaise foi, ce terrain que je ne veux plus habiter. 
Je réitère mon désir profond et sincère d’aimer tout ce que je suis et d’accepter ce qui est en y projetant la lumière de mon âme de façon à en décrypter le message. 
Je libère toute idée de séparation, de valorisation. 
Je lâche l’idée du bien et du mal qui ne font que tourner la roue du karma indéfiniment. Je me place dans le moment présent, m’adaptant facilement et en douceur à tout ce qui vient.

J’ai fait cette vidéo hier mais la peur de la voir encore supprimée à cause des droits d’auteur, m’a empêché de la mettre en ligne. J’ai du mal à comprendre que les artistes protègent leurs œuvres à ce point. C’est quand même un genre de publicité, d’hommage qui leur est rendu. Là encore, le sens de la propriété m’échappe. La peur d’être volé, plagié, abusé ? Il est vrai que dans un conflit, je suis la première à vouloir me protéger de l’autre, comme avec le voisin qui m’inspire régulièrement l’idée de mettre un grillage entre les deux jardins ! Le seul remède à tout conflit externe, c’est de rétablir la paix à l’intérieur.
Tout ce que je lis et tente d’appliquer tourne autour du seul principe : 
l’amour inconditionnel. 
C’est tellement "nouveau" comme point de vue, que les corps, les mémoires, les cellules, ont bien du mal à s’y adapter. Le temps mais surtout la confiance, la vigilance de ses pensées, le recentrage...amènent à changer son regard sur tout.
Je ne sais combien de fois je devrais me répéter ce principe de base, avant de pouvoir le vivre concrètement, sans hésitation, sans doute et sans peur.
En même temps, comme c’est le but de ma vie, je suis sur mon chemin et il vaut mieux se situer dans l’instant présent plutôt que de se référer au passé, ou de se projeter dans l’avenir. C’est la seule façon de ne pas être dans le jugement.
Le passé est passé et même si on ne peut pas le changer, on peut ne plus s’y attacher. En changeant le regard que l’on porte dessus en l’éclairant de notre lumière, on peut en voir l’intérêt, la pertinence dans notre progression.
Se projeter dans l’avenir ne peut qu’amener des frustrations puisque dès qu’on est dans l’attente, on se fait une idée précise de la façon dont les choses devraient être et c’est là que l’on se ferme à une multitude de potentiels.

Carl Brenders

La confiance en soi et en la vie, permettent de ne pas anticiper, de s’ouvrir à toute éventualité et d’être en mesure d’accueillir ce qui vient en y reconnaissant la guidance inspirée que notre mental ne peut comprendre mais que notre cœur connaît. 
Puisque nous créons sans arrêt, il me semble plus judicieux d’apprendre à reconnaître les énergies que nous nourrissons, de choisir celle que nous voulons mettre en avant de façon à augmenter notre taux vibratoire qui déterminera le genre d’expériences utiles à notre progression. Mais, jusqu’à maintenant, nous avons encore trop foi en la nécessité de souffrir pour apprendre, pour s’élever. 
Intégrer l’idée que tout peut se faire dans la facilité et la joie, devient essentiel. C’est ce vers quoi je veux diriger mes pensées. Un nettoyage permanent des croyances, au fur et à mesure que nous évoluons, est primordial.   

Je viens de téléphoner pour le contrôle technique et il semble que je vais être obligée de tout repasser ! Le « tôlier » a dit qu’il me ferait un prix, c’est ce que je déduirais de la facture pour le mécano !
Je dois y aller à 14h. J’espère ne pas tomber sur les flics. J’adore être dans la m... à cause de la négligence des autres ! Qu’est-ce que j’ai à comprendre ici ?
Je peux comprendre que ma façon de voir les hommes et l’autorité soient faussée et qu’inconsciemment, je nourrisse encore de fausses croyances à propos du masculin mais jusqu’où suis-je responsable des agissements des autres ?
C’est ce qui est délicat. Il y a forcément une interaction dans toute cocréation. Dans quelle mesure je projette par mes pensées et dans quelle proportion l’autre en fait de même. Certainement que c’est une question de vibrations équivalentes. C'est-à-dire, que selon mes pensées inconscientes vis-à-vis des hommes, j’attire telle personne qui elle-même a une vision faussée de ce qu’elle est.
Le remède reste encore de continuer de pacifier les énergies complémentaires en soi. Il me semble que ce soit la seule solution même si ça demande patience et persévérance, il y a bien un moment où ça finira par changer. 
Remarque, avec un peu de recul, je peux noter une légère amélioration dans ma façon d’intervenir dans les situations. Je suis moins à résister, plus à essayer de voir où ça cloche et si je ne voie pas, je peux lâcher prise. 
Il semble que ça m’invite à m’affirmer sans jouer le jeu de séduction, sans être agressive. J’ai plus de culot parce que beaucoup de peurs ont été éliminées, du moins regardées de près et du coup, elles ont perdu de leur ampleur. Je considère la peur comme un manque de lumière, de compréhension et surtout l'annonce de quelque chose de nouveau.
Un voisin est venu m’apporter des pommes de terre à planter. C'est un signe aussi qu'il y a du progrès. Je dois encore préparer le terrain et déterminer où je vais les mettre. Là, planifier est utile.

Voici donc la vidéo réalisée avec des photos trouvées sur http://artodyssey1.blogspot.com , un site où beaucoup de peintres sont exposés.
J’ai essayé d’insérer les noms des peintres à chaque image mais je n’ai pu y arriver. 


C’est une chanson interprétée par Inti Illimani, enfin, je crois puisque je l’avais chargée avec un album de Victor Jara.
"Alfonsina y el mar"
J'aime le mélange harmonieux des voix d'hommes. Plutôt que de râler sur ceux qui manquent de sérieux, il vaut mieux focaliser sur ceux qui expriment aussi leur côté féminin. Cette vision maintenue me permettra de changer mon regard sur le masculin tout en continuant d'harmoniser les énergies qui circulent en moi. 

9 commentaires:

  1. Comme c'est réconfortant de te lire, je m'y retrouve à fond,encore! Et puis c'est sympa le côté "à suivre"...biz
    Joëlle

    RépondreSupprimer
  2. hello!
    J'ai fait le même constat que toi concernant la "beuh". l'effet me permet de penser autrement mais me fatigue beaucoup et me pollue. Et donc retour à la case départ!
    Mon chemin de vie m'a conduit inéluctablement à la quête de qui je suis vraiment. Alors, je me retrouve dans ton témoignage. J'avance comme dans une valse à trois temps: un pas en avant et deux pas en arrière... Il y a quelques temps j'ai eu un beau cadeau de la vie. Une rencontre exaltante, faite de simplicité et de sincérité. "Une bulle d'amour intemporelle". Cette histoire m'a réconciliée avec le principe masculin. Avant cet événement j'avais prié pour demander de l'aide afin de me libérer de la peur de l'abandon qui empoisonnait ma relation conjugale. Pour réponse j'ai vécu une réelle situation d'abandon, j'ai morflée à une puissance insoutenable puis quand cette souffrance arriva à son paroxysme, elle devint libératrice.
    A suivre
    Comme toi j'ai des trucs à faire (la logistique)et te dis à bientôt.

    PS: Je te souhaite un bon contrôle technique et une route sans "flic"
    Salvia divinarum


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Salvia,
      Comme j'ai bien libéré la culpabilité, je n'ai pas croisé les flics, mais au niveau guérison de ma vision du masculin...Y'a du boulot! Contente de voir que tu as pu rencontrer un humain digne de ce nom. Il est vrai que la prière ne se réalise pas comme on pourrait l'espérer, notre vision est trop rétrécie mais au bout du compte, ça nous fait avancer. Il nous reste à continuer à intégrer la facilité, la joie et à libérer la souffrance obligatoire pour progresser ou l'inverse mais les deux sont à réaliser de toute façon.
      Bonne soirée, bizzzzzz, Lydia

      Supprimer
  3. Merci de ce beau témoignage !
    Je suis en train (depuis quelques jours déjà ...) de te préparer un mail pour pouvoir te faire part de ce que j'ai pu comprendre depuis mon premier essai de commentaire (trop long) et mes demandes de tuyaux en période de sevrage ...
    Cela concerne les stratagèmes que j'emploie pour exprimer ma propre colère ou mon agressivité ... thèmes que tu abordes justement aujourd'hui (...!).

    Je te ferai passer ça bientôt ... histoire de me présenter un peu plus aussi.

    Encore merci et belle journée à toi

    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie,
      Tu tombes à pic! J'exagère un peu parce que c'est surmontable mais tout conseil et bon à connaitre et j'ai hâte de te lire. Tu peux m'écrire là: po.beju@wanadoo.fr
      Bizzzzzz, Lydia

      Supprimer
    2. Merciii Lydia de ta réponse à mon message !!! Je suis super touchée par cet accueil !... J'avoue que je m'y attendais pas du tout ... je pensais même avoir gaffé avec le premier message que je t'avais envoyé par mail ...
      Ta réaction me fait chaud au cœeur ...
      Alors bises à toi et à bientôt (j'ai avancé ce soir sur le mail que je veux t'envoyer, mais, comme souvent quand je commence à écrire, j'ai encore plein de choses à te dire ... et j'ai un rdv important demain matin, plus le besoin d'une bonne nuit de sommeil).
      Nathalie

      Supprimer
    3. Bonjour Nathalie
      J'espère que ton rdv s'est bien passé.
      Celui qui écrit n'est pas au-dessus de celui qui lit, nous sommes deux humains divins qui ont un cœur et l'échange nous fortifie mutuellement. Se croire au-dessus des autres c'est oublier que chacun est divin, peu importe qu'il en soit conscient ou pas. Ce qui est essentiel c'est de s'en souvenir en toutes circonstances.
      Merci de t'ouvrir avec autant de sincérité et de spontanéité,
      ça fait du bien :)
      Bizzz, Lydia

      Supprimer
  4. Merci à toutes les trois d'avoir posté ces commentaires justement aujourd'hui et quasiment en même temps. C'est un soutien qui m'a rendu le sourire ;)
    Lydia

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.