samedi 23 mars 2013

"Maladies à vendre", vidéo Arte



Ingrid Tusell Domingo
Voilà une vidéo diffusée sur Epanews, qui met une grosse claque à l’idée du médecin et des médicaments "sauveurs". C’est comme d’habitude synchrone avec ce que je vis et je sens que ce doc va me motiver encore plus à me libérer de la dépendance aux médocs. La dernière fois que j’avais pris ce traitement, c’était en 2000. L’idée d’être dépendante du système de santé et ma foi en Dieu grandissante, en Jésus Christ "sauveur" (c’était quand j’étais avec les Mormons), avait suffit à me donner l’impulsion suffisante pour jeter la boîte. 
Maintenant, je crois au christ intérieur mais comme il est en moi et que je n’avais pas encore suffisamment d’assurance, c’était plus délicat d’oser se lancer. 
J’ai aujourd’hui, la confiance nécessaire, même si je ne diminue que depuis peu, et cette vidéo arrive au bon moment. 
Depuis ce matin, sans être submergée par les idées négatives, j’ai un peu de mal à être positive et en joie. D’un autre côté, je me dis que c’est le processus "normal" et ne m’inquiète pas plus que ça. Je suis allée bêcher au jardin et le fait de retourner la terre à remis tout en place à l’intérieur.
"Attachez vos ceintures", ça va déménager. Je n’ai regardé que les 5 premières minutes et ça m’a suffit à vouloir la publier. Voyons.

Cliquer dessus pour visionner sur YouTube
http://youtu.be/HXJlB7WESmw

Vous devrez le voir sur YouTube parce que comme par "hasard", le programme ne la trouve pas, je n'arrive pas à l'insérer! Quand on sait ce que font les banques, les Illuminatis, et les labos, ça n'est pas nouveau mais le fait que ça ait été diffusé sur Arte, est encourageant. 
L'intérêt de ce genre de documentaire, c'est d'éveiller les gens, de les sortir de leurs illusions d'une société bienveillante, protectrice. Tout ceci devrait les amener à vouloir se prendre en charge, à s'écouter. Nous sommes notre propre médecin. 

 Photo trouvée sur "Art of the feminine"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.