lundi 3 avril 2017

« Intégrer, incarner, l’Unité »





31 03 Apprendre à se connaitre vraiment, à s’accepter entièrement et à agir en accord avec sa vision, sa personnalité, son être tout entier, c’est une voie qui réserve bien des surprises, des occasions de se réjouir et d’agrandir le cercle d’amour, de paix et d’unité. Ce chemin est initiatique parce qu'il nous permet de reconnaitre tant l'essence de l'être que le moi véritable et les besoins, les talents, les valeurs qui nous sont propres. Il est à la fois la voix de retour à la source et celle de l'épanouissement. 

Comprendre que tout est en soi, qu’il n’y a rien à faire d’autre que d’être, amène à observer et à lâcher tout ce qui appartient au passé, aux conditionnements, aux croyances infondées. Et il y en a un sacré nombre. 
J’utilise ce terme de "sacré" volontairement parce que dans la transparence, l’observation neutre, l’attention bienveillante, on découvre que tous nos comportements et modes de pensée sont définis par les autres, la société, les parents, mais que chacun d’eux à quelque chose à nous apprendre

Le caractère universel de ces modes de pensée démontre que ça n’est pas notre vraie nature, notre identité unique. Retrouver l’enfant en soi, c’est se donner l’occasion de renaitre, de retrouver l’authenticité, la spontanéité, la joie.

Accueillir tout ce qui nous traverse, tout ce qui a été activé en nous, accepter ou reconnaitre que ce sont des stratégies, des réflexes inconscients que l’on peut offrir à la source (ou observer avec neutralité) afin d’aller au cœur de soi, en profondeur et reconnaitre ses talents, ses valeurs, sa vision, sa passion, tout ce qui nous anime et nous réjouit.  
Cette démarche révèle ce qu'on appelle notre mission ou chemin de vie.
Cela nous permet de savoir ainsi ce que l’on veut vraiment et de poser des gestes concrets, chaque jour.


On parle d’éveil comme on parle de gagner le gros lot.
On parle de chemin de vie en imaginant que c’est quelque chose de compliqué à connaitre et à suivre mais c’est tout simple. 

Cela demande juste d’être transparent, sincère, avec soi-même et de lister ce qu’on aime faire. Ensuite on suit l’élan porté par la joie, on agit selon ce qui nous motive le plus. 
De cette manière, on est sur la fréquence qui permet de faire les choses avec joie, respect et amour. 
Même lorsqu’on est dans une situation qui ne nous plait pas ou qui ne nous convient pas, pouvoir observer les choses avec le recul suffisant, nous en apprend beaucoup sur nous-même et cela nous permet de savoir ce que nous voulons vraiment, ce qui nous correspond le mieux. 
Tout simplement, le fait de revenir vers l’intérieur au lieu de s’attacher aux réactions premières qui représentent la couche superficielle de l’être, nous amène à toucher le cœur de ce que nous sommes, l’essence.

En commençant par se placer sur la bonne fréquence, celle de la paix de l’unité intérieure et en se laissant guider par la joie, on avance sur notre chemin unique. 
Notre vrai moi se révèle au-delà des masques de plusieurs façons, en suivant l’élan spontané et en reconnaissant, en délaissant tout ce qui est de l’ordre du conditionnement, des rôles, du jugement et de la réaction.

Cette observation neutre nous permet de comprendre les lois universelles de résonance, d'attraction par les phénomènes de synchronicités, l'effet miroir et la notion d'unité.

Je sais que je porte le masque rigide de la victime qui croit se protéger en n’affichant pas ses émotions, en se coupant de son ressenti mais le savoir ne suffit pas. Très souvent cela engendre de la culpabilité parce qu'on n'est encore identifié aux pensées émotions qui nourrissent les blessures et les croyances qu'elles ont généré. 




Plutôt que de rester focalisée sur le processus d’observation en essayant de comprendre le pourquoi du comment, je réitère mes choix. En offrant à la source ou plutôt en ayant un regard neutre sur ce qui se manifeste en moi, ces choix se précisent dans la forme parce que je sais déjà l’essentiel: ce que je veux ressentir. Et c’est cela qui me sert de guide.  
C’est en définissant ce que je veux et en m’y conformant que peu à peu ce masque tombe. En apprenant à ressentir ce qui se passe en moi et en me fiant à la joie, je peux avancer en étant de plus en plus authentique et confiante.

Dans la transparence et l’accueil de ce qui émerge des profondeurs, ce que je qualifiais de défaut est perçu comme une des caractéristiques du moi véritable. 

Ce qu’on nomme défaut est souvent le résultat de la comparaison. On se fixe un modèle à suivre de façon inconsciente et aussi volontaire selon nos préférences mais si on lâche tout ce qui nous a été inculqué par la société qui veut uniformiser les individus, les formater, on va reconnaitre ce phénomène de sélection qui nous prive de notre intégrité, nous divise intérieurement et nous maintient sur les fréquences du rejet, du déni, dans le rôle de la victime.

Savoir qui on est, ce qu’on veut, est essentiel mais ce vouloir doit venir de l’être véritable, du moi et de l’âme ensembles. Et ce qui est génial, c’est que les émotions, les réactions dans l’observation neutre nous révèle ces besoins essentiels. 
Cela nous permet de déterminer nos priorités. 

Il est naturel de se sentir impuissant puisqu’on agit la plupart du temps pas selon nos aspirations profondes, notre vision, mais selon les règles établies par une élite que l’ensemble approuve par peur et selon des croyances erronées. Normal aussi de ne pas avoir confiance en soi puisqu’on ne sait pas qui on est, puisqu’on ne sait pas reconnaitre nos besoins véritables ni les honorer. 

On peut se demander si ce qu’on fait correspond à ce qu’on est, à ce qu’on aime ou si on agit par convention, par conformisme, pour être aimé, accepté. 
Il est humain et légitime d’avoir envie d’être aimé mais trop souvent cela est un besoin excessif qui nous enferme dans un cadre limité et nous éloigne de notre être véritable. 

Le besoin de plaire nous rend esclave du regard des autres simplement parce qu’on ignore qui on est en essence et parce qu’on a perverti notre vrai moi. 
Même dans la rébellion, dans le fait de ne pas vouloir être comme les autres, on agit selon un modèle prédéfinit et en rejetant ce qu’on considère comme inadapté à ce modèle. On agit par rejet, un peu comme les élections présidentielles où on ne vote pas pour un candidat mais contre un  autre. 

Au lieu de suivre un modèle élaboré inconsciemment, ou même consciemment par attraction ou par rejet, par projection, il est beaucoup plus libérateur d’apprendre à se connaitre, se reconnaitre et s’accepter tel qu’on est. 
On va comprendre alors ce qu’est véritablement l’amour sans conditions et en s’offrant ce regard, en vibrant sur cette fréquence on ne voit plus les autres de la même manière. 

En portant attention sur nos mondes intérieurs, notre ressenti, en offrant à la source les pensées réactionnaires, on va se redécouvrir et pouvoir reconnaitre notre caractère unique. On a l’habitude de se comparer pour se valoriser, se situer, et pour déterminer qui on est mais là encore, on fait fausse route. 
On continue de se conformer à des normes, de sa valoriser par rapport à un modèle, une image mentale qui amène des frustrations et nous éloigne de notre être véritable. 

Notre valeur est définie par notre essence qui se déploie plus ou moins à travers l’amour qu’on a pour soi-même. L’acceptation de soi, de tout ce que nous sommes et ne sommes pas, ou de la surface qui révèle le vrai moi puis de l’âme qui en est à l’origine, restaure l’unité. 
Et cette unité intérieure est la force nécessaire à l’accomplissement de ses rêves. 
La capacité de rayonner librement cette essence sur tout ce que nous sommes permet d’unifier tout ce qui nous compose. 

En accueillant un soi-disant défaut, en laissant les émotions que cela suscite s’exprimer librement sans s’attacher aux pensées qui sont associées ou en les regardant avec neutralité, l’énergie circule, les pensées s’apaisent, s’éclairent, et le défaut devient une qualité, ou l’expression de ce qui pour nous a de la valeur. 




On se détache peu à peu des conditionnements, on se réapproprie notre volonté d’être et de faire.
En apprenant à accueillir toutes les voix qui s’expriment en nous sans les juger ou les rejeter ou encore vouloir les changer, tout ce qui est superflu, extrême, s’harmonise, s’équilibre. 
Les corps subtils parlent alors le même langage, celui de l’amour, ils peuvent s’entendre, se comprendre et se soutenir mutuellement. Cela se produit naturellement lorsqu’on cesse de vouloir rejeter, renier ou refouler ces voix. 

L’essence de notre être, la conscience qui voit et accueille ce qui est, sans conditions a le pouvoir de restaurer l’ordre, l’harmonie, l’équilibre, l’unité et la paix en soi. 
Notre volonté se situe dans la connaissance de qui nous sommes vraiment et du désir de le manifester librement. Ce "qui nous sommes vraiment" est multiple et on commence par reconnaitre qui nous ne sommes pas véritablement. 

Ces choix que nous faisons pour être aimé, accepté, nous font perdre l’estime de soi et la confiance. Se connaitre en profondeur est essentiel parce que dans cette introspection, l’essence de l’être, la source, se manifeste dans l’abandon des croyances, des conditionnements. On va constater que nous agissons contre nos désirs et nos besoins véritables sans pour autant être comblé. L'observation neutre de ces stratégies de survie, nous révèle l'intelligence et l'amour qui motive les aspects de l'être, de la psyché, des corps subtils et physique. On voit que c'est l'instinct de Vie qui est le moteur. 

L’introspection neutre révèle autant l’essence subtile de l’être que les mécanismes, les outils que sont les corps subtils. La notion d’éveil est devenue un business juteux qui semble répondre aux angoisses existentielles légitimes de l’humain. C’est quelque chose qu’on veut vivre en essayant de savoir intellectuellement ce que cela signifie. 
Ce qui est clair c’est que nous vivons à une époque très confuse parce que tout est exacerbé, révélé, à la portée de tous. 
On est inondé d’infos qui viennent nourrir les peur, les espérances, les croyances mais qui nous éloignent toujours plus de notre être véritable. 

On dit qu’être éveillé c’est communiquer avec l’invisible, ou encore être conscient du divin en soi, de l’unité entre toutes choses mais tout cela ne peut être enseigné et même lorsqu'on vit ce genre d'expériences elles peuvent être plus troublantes qu’épanouissantes tant qu'on intègre pas l'unité intérieure, la cohérence entre tous les corps.

Pour avoir vécu des sorties de corps, des moments d’unité avec tout ce qui est, la sensation d’être partout et nulle part, à la fois, n'était pas des plus agréables. 
Ce genre d’expériences peut nous déconnecter de la réalité actuelle, du présent, et nous donner l’envie de fuir, de rejoindre les mondes subtils. Une conscience qui n’est pas préparée à vivre ces expériences d’unité, de fusion, peut finir en hôpital psychiatrique faute de cohérence.

Je pars du principe que tout ce que je cherche est à l’intérieur et que c’est à découvrir. 
Et la meilleure façon de le faire, c’est d’apprendre à se connaitre, à savoir de quoi je suis faite, intimement et dans la plus grande transparence. 
Les croyances ont pour but de structurer la pensée mais concernant le divin ou ce qu’on qualifie comme tel, elles nous enferment dans des dogmes, des schémas de pensée, des rôles et des conditionnements séculaires. 

Le Christ est venu témoigner de l’amour inconditionnel mais son message a été récupéré ou interprété de façon à diviser les êtres. Les rôles de victime de bourreau et de sauveur ont été créés à partir de son histoire. On retrouve la base de ces schémas psychologiques en la personne du christ sauveur, du bourreau Pilate qui agit au nom du peuple qui lui-même se considère comme victime. 
On a élaborés toutes sortes de croyances sur l’idée de séparation d’avec le divin personnifié dans le père, de l’individu impur, pêcheur, qui a besoin de suivre un modèle, une autorité extérieure et de se sacrifier pour devenir meilleur, atteindre la gloire dans un monde idéal.
Toutes les religions se fondent sur l’idée d’un dieu extérieur malgré le fait que le Bouddha tout comme le Christ aient affirmé que le divin est en soi. 




Parfois, dans la bible on qualifie le divin d’innommable et c’est assez proche de la réalité parce que même lorsqu’on est convaincu que nous sommes cette essence divine originellement, aucun mot ne peut décrire précisément cette sensation, cette évidence. 
Dès qu’on s’y essaie, on tombe dans des croyances réductrices. 
Les mots ne peuvent pas décrire la sensation juste et en plus ils enferment ce qui ne peut pas l’être et ça fausse tout. 

Cependant on peut en faire l’expérience mais pour y être sensible, il est nécessaire de se libérer des conditionnements et croyances, des attentes, aborder cela avec un regard tout neuf. Et c’est en lâchant les conditionnements et les attentes qu’on va sentir, toucher l’essence, l'authentique, le véritable. Et encore, on en aura juste une sensation, une impression, une évidence qu’on ne peut ni expliquer ni justifier. 

Oser se regarder sincèrement c’est déjà retrouver son pouvoir d’être. Et c’est cette redécouverte qui révèle Qui nous sommes en totalité, au-delà du paraitre et à travers lui, à travers ce corps de chair qui est le véhicule de l’être, aux multiples potentiels. 

Plus je me connais en profondeur et plus je simplifie les choses. Le bavardage mental est toujours l’expression de l’agitation intérieure, de l’énergie de vie contrainte. En apprenant à laisser circuler librement l’énergie en soi, on retrouve la fluidité, le calme mental, le mouvement juste et spontané.

1 04 J’ai tellement parlé de cette unité intérieure qui se révèle dans l’accueil, l’acceptation de tout ce que nous sommes, que mon mental est maintenant confiant et au service de l’être tout entier. Là encore, je me reprochais souvent de trop passer de temps à écrire, à être dans mes pensées mais dans l’acceptation de ce qui est un aspect de ma personnalité, il apparait que c’est autant une stratégie qu’un plaisir. 
La stratégie qui consiste à contrôler le trouble, à le gérer par le raisonnement ou par les mécanismes inconscients de fuite est une des facultés du mental qui nous dessert si on y résiste. Mais dans l'abandon de la lutte ou dans l'acceptation de ce qui est, cela permet au mental d'intégrer la lumière ou de comprendre le fonctionnement des corps, de se dégager des mécanismes inconscients et de trouver de la cohérence entre les différentes dimensions de l'être.

En lisant et ne publiant le texte de Lisa Brown, j’étais été frappée de voir que nous étions sur la même longueur d’ondes. Il est clair que ce processus d’ouverture de cœur et de conscience est individuel mais comme nous recevons les mêmes énergies ou comme nous sommes reliés selon les fréquences que nous portons et selon notre degré de conscience, cela est aussi collectif. 
Il y a des multiples connexions entre les individus, à tous les niveaux et quand on cesse de s’identifier au personnage, aux croyances obsolètes, aux rôles et conditionnements, l’être véritable et l’âme semblent être communs. Je les vois de plus en plus comme des mandalas, des formes géométriques énergétiques, vibratoires qui se déploient en autant de formes, de potentiels ou hypothèses incarnées par des extensions de ces principes de vie qui s'étend à l'infini. Le féminin et le masculin qui s'associent et se reproduisent à l'infini. C'est tellement grandiose qu'il est difficile de le décrire mais "l'image symbolique" est là.

Il y a un caractère universel autant au niveau des rôles qu’au niveau de l’âme. Enfin c’est une impression qui est logique puisque nous avons les mêmes besoins vitaux, la même essence et la conscience dont nous sommes tous issus est Une. 




En ce sens, on n’a pas besoin des autres comme on se l’imagine puisqu’il n’y a pas de séparation. Nous sommes vraiment tous des miroirs les uns pour les autres. 
Ce qui nous différencie, c’est la forme, la façon de manifester la source selon notre degré de conscience, selon notre âme, selon ce qu’elle a tiré du vécu, selon nos choix plus ou moins conscients. Selon l’assemblage des corps, l’activation des gènes, le degré d’amour et de lumière plus ou moins rayonnant. Les notions d’âmes sœurs expriment cette unité de conscience tout comme la télépathie qui semble être une forme de communication d’âme à âme. Je me réjouis de découvrir cela de l’intérieur, par la sensation, l’expérience, par l’inspiration, les synchronicités et l’effet de résonance. 

3 04 Je ne regrette pas de ne pas être allée au pique nique parce qu'en amenant à la lumière de la conscience tout ce que le désistement faisait émerger, j'ai pu voir que je suis exactement au bon endroit, que je n'ai pas besoin de faire des kilomètres pour être au contact d'humains et qu'on n'est pas obligés d'avoir les mêmes croyances pour s'entendre et partager l'essentiel, la vibration. 
Je peux goûter l'unité avec tous les êtres et mon entourage est le parfait miroir, le contexte idéal pour le vivre en toute sincérité, confiance et simplicité. 
J'ai amené de la soupe à une voisine et j'ai pu sentir la chaleur de cette relation, la façon dont cela m'avait fait du bien d'avoir cette attention simple mais sincère pour elle et combien cela l'avait touchée. 

J'ai pu sentir ce que Jésus affirmait quand il disait "ce que vous faites au plus petit d'entre vous, c'est à moi ou à vous-même que vous le faites". Et encore quand je dis "plus petit", j'entends justement la sincérité et la simplicité dans la relation. D'autre part, cette personne n'a pas la compréhension intellectuelle que j'aie de la constitution de l'humain divin ou des lois universelles mais elle m'apprend justement à simplifier et à structurer ma pensée tout comme la relation aux autres. 
Simplifier mon propos, ma vision, de sorte que c'est la vibration qui agit, la façon dont je suis et pas mon discours qui peut la toucher. 

Et par dessus tout, en percevant au delà des mots, je peux sentir cette tendresse réciproque, cette unité de cœur et de conscience, qui est l'essentiel finalement. 
De cette façon je lâche le masque du sauveur et j'apprends à faire parler mon cœur. 
A être plus dans l'écoute tant de ce que je ressens que de ce qu'elle me dit. 
Cette occasion qu'elle me donne d'aller à l'essentiel et de juste se réjouir de ce contact de cœur à cœur est une initiation parce que je peux sentir cette unité de conscience. C'est un cadeau! Je bloque encore sur les mots pour exprimer le ressenti particulier. Tant pis, le jardin et le soleil m'appellent.


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

2 commentaires:

  1. Wouhaaaaa tellement beau et tellement vrai ce texte là m'a touché aujourd’hui Lydia , c'est comme si tout ce que tu écrivais , était en moi quelque part , mais que je ne savais pas encore l'appliqué évidement ..mise à part la fin , ou tu as apporter de la soupe à la voisine .
    et bien tu sorts un peu de ta coquille super ..lol hier moi aussi j'ai fais demi tour sur la route de camapagne , pour prendre un jeune homme , en stoppe ..j'étais en larme , car le kiné venait de ma faire un bilan postural , et il avait une apprentie avec lui .. et je me suis retrouver dans le passé , ou petite le Pdr et toute sa troupe d'élèves m'observaient sous toutes les coutures ...sa m'a bouleversé ...
    donc j'ai fais demi tour et me suis dis c'est bon il y a pire que ton malheur à ce moment là , en voyant ce pauvre homme faire tous ces km à pieds ...
    Merci encore pour tes partages , tes enseignements précieux Lydia
    Belle journée dans ton jardin
    Sadia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sadia de partager ton ressenti et ton expérience. Et les retours sont toujours appréciables.
      C'est vrai que je sors de ma coquille mais la longue période de retour sur soi était nécessaire parce que je donnais trop. Une stratégie qui m'évitait de regarder à l'intérieur...mais qui me vidait plus qu'elle ne me comblait...

      C'est vrai qu'on peut se sentir soulagée et relativiser sa situation en se comparant aux autres mais c'est encore mieux d'offrir à la source, à la lumière de la conscience neutre, tout ce qui nous blesse.
      En être consciente et ne pas s'y attacher, ne plus le nier, c'est déjà s'en libérer;-)

      Bonne continuation à toi
      Bizzzzzzzzzzzzzzz

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.