dimanche 12 mars 2017

« L’étape de la minutie » Magali Magdara





Vous venez d'entrer dans une période où tout se conjugue au Présent. 
Sans cesse, votre attention est attirée par des petites choses, des détails qui avant semblaient anodins et sans conséquences et ainsi repoussés à plus tard, mais qui aujourd'hui sont incontournables dans l'instant.
 
Chacun de vous avance avec espoir vers cette joie et ce bien-être que votre cœur vous promet. Malgré les souffrances qui toquent à votre porte, les émotions qui déferlent sur votre terre d'asile, vous restez convaincus que votre chemin est source d'épanouissement et d'unité. Et cela vous porte.
 
Progressivement, vous avez débroussaillé votre prairie intime laissée auparavant à l'abandon, vous avez déterminé des zones de fauchage, d'élagage, de sarclage pour avoir un aperçu d'ensemble. 
Vous avez organisé votre intériorité afin de reprendre contact avec votre âme dans la clarté du partage. Votre prairie est devenue un jardin foisonnant de vie, de couleurs et de senteurs. Vous vous êtes réconciliés avec votre dualité, redécouvrant la valeur intrinsèque des "mauvaises herbes" comme des "nuisibles".


Avancer davantage vous amène à déposer vos outils, à ouvrir vos sens à l'Instant Présent. 
 Il ne s'agit plus de prendre de la hauteur, mais de regarder à vos pieds. 
Vous êtes maintenant revenus aux détails, à ces petites choses qui vous paraissaient agaçantes il y a peu, et qui se dressent devant vous avec toute la légitimité que vous leur accordez enfin. 
Vous ne détournez plus les yeux car elles emplissent votre champ de vision. Et vous remarquez. Vous remarquez que vos pas sont conditionnés par ces "riens" sans importance, que vos décisions prennent appui sur ces fétus de paille qui volent autour de votre nez jusqu'à vous faire éternuer. Et qu'une larme échappée par inadvertance produit bien plus de bruit que le tir d'un canon dans l'air de votre environnement.
 
Ces tous petits détails qui jalonnent votre parcours vous renvoient instantanément à votre enfance. Qui étiez-vous, enfant ? Quels étaient vos rêves, vos désirs, vos joies ? Quelle force vous a soutenus jusqu'à votre entrée dans le monde des adultes ? Et sur quoi vous reposez-vous aujourd'hui pour évoluer ? 





Prenez le temps de cette introspection, de vous offrir des souvenirs joyeux, des cadeaux de tendresse partagée. Et puis, ouvrez le livre des brimades, des déceptions et des trahisons. Ouvrez-le grand, lisez-le avec application, en savourant chaque rancœur, colère et tristesse. 
Faites le lien avec chaque personne de votre entourage, de votre famille, de vos amis et de votre vie professionnelle. Souvenez-vous de qui vous étiez enfant, pour observez son action dans votre présent. 

Et pardonnez-vous de vous être laissés souffrir depuis si longtemps sans avoir vu que vous marchiez sur un chemin issu du passé. Car la douleur ressentie alors est celle qui vous fait réagir en état de survie aujourd'hui. 
Enfin, remerciez-vous. Oui, remerciez-vous d'avoir expérimenté cette leçon qui vous place en empathie de l'autre, qui vous fait comprendre que l'autre, c'est vous.
 
Les petits détails sont des pièces maîtresses sur votre chemin. 
Ils vous assoient dans l'Instant Présent pour que vous puissiez interroger votre corps émotionnel, que le chakra de votre plexus solaire émette sa vibration intègre sur votre ouverture à vous-même (douceur ou douleur). 
Il s'agit de reconnaître le pouvoir de ce détail sur vous, de le regarder avec respect, car il n'est rien d'autre que vous-mêmes projetés à l'extérieur
Ce sont des petits cailloux de l'Ici et Maintenant. 
Suivez-les en confiance, ils vous mènent directement à votre unité.





C’est exactement ça ! Et c’est merveilleusement exprimé. 
Merci Magali pour cette résonance qui m’a permis de passer du temps au jardin sans avoir à réfléchir à la façon de (re)dire ces choses essentielles. 
J’ai bien fait de lâcher le mental et l’idée que ce message est si important, que "je" doive le transmettre…d’autres le font très bien. 
Encore un peu de l’énergie du sauveur qui se dissout dans ce choix d’être davantage dans l’action et moins sur l'ordinateur, dans le monde virtuel, le monde de la pensée, de l'image.  Dans l'abandon du jugement et de la culpabilité, culpabilité qui est caractéristique du rôle de sauveur, l'équilibre s'installe.
Et le fait de voir que le message quotidien sera publié sans que j’ai eu à m’en soucier vérifie l’idée que dans le lâcher prise, dans la conscience de l’unité, tout est parfaitement synchronisé. 

Plus nous serons nombreux à vivre cette voie d’unification intérieure, plus le chemin sera facilité pour ceux qui s’y engageront. Témoigner fait partie du processus parce que nous sommes inter-reliés et cela créé comme des points de lumière, des portes vers d'autres façons d'être. Transmettre l’info au quotidien est essentiel puisque c’est chaque jour, chaque instant, que nous avons l’occasion de choisir comment aborder la vie...mais cela doit être réalisé dans l'élan du cœur et non par obligation, par devoir. 
Ces notions sont des croyances relatives au rôle de sauveur, elles engendrent des frustrations qui nous éclairent dans notre positionnement et nous invite à nous placer au centre, dans la neutralité, l'observation silencieuse de ces mécanismes... 




Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.