mardi 27 septembre 2016

« L’importance de rêver, de cultiver la Joie » & message de Sharon Lyn Shepard






Quand on connait la valeur énergétique des pensées, des émotions, on comprend l’importance de rêver. Le rêve éveillé est une forme de projection où l’imaginaire nous porte et la nuit, la psyché, l’émotionnel, effectuent des mises à jour. 
Leurs énergies forment des images qui mettent en scène ce qui a été vécu de plus intense dans la journée. Lorsque ce vécu fait écho au passé, il vient s’y ajouter, éveiller des souvenirs qui vont apparaitre sur l’écran du mental. 

Puis lorsqu’on a guéri le passé dans le sens où plus rien ne vient le troubler, les rêves sont plus axés sur les désirs, les envies de créer, sur l’avenir. J’en ai fait l’expérience cette nuit en un des rêves, celui juste avant le réveil était un mélange de données anciennes et de projection de désir. J’étais avec une amie de mon adolescence et pourtant j’avais l’âge d’aujourd’hui. On était en voyage dans une ville qui ressemblait à Amsterdam, dans un appartement meublé qu’on louait où il y avait de vieux instruments de musique en bois qu’on a pas pu s’empêcher de faire chanter malgré qu’ils étaient plutôt là en exposition. 
La propriétaire est venue et bien qu’au départ elle était un peu fâchée qu’on ait utilisé ses instruments, comme elle a vu qu’on y faisait attention et surtout qu’on aimait en jouer, elle nous a raconté "leur histoire". 

Ça peut sembler juste un rêve sans importance mais en fait, j’y vois beaucoup de choses bénéfiques. Les rêves se passent en dehors de la conscience humaine, c’est l’inconscient et sûrement l’âme qui traitent les infos et en ce sens, on peut dire que ce qui apparait correspond à ce qui se loge dans ces deux aspects de l’être. 


En tous cas, j’y vois la projection de ce que je vis en ce moment, le fait que la joie, la créativité, prennent les rênes de ma vie, que j’utilise le pouvoir de rêver, que je me laisse guider par la joie. 
Ce qui est aussi remarquable, c’est que je connais Amsterdam pour y être allée plusieurs fois autour de la vingtaine et à chaque fois, pour y goûter des drogues. 
Le fait que ce rêve ce soit passé dans cette ville précisément, et que j’y joue de la musique, du violoncelle en l’occurrence, c’est comme si l’inconscient avait intégré toutes les notions qui ont maintenant pour moi le plus de valeur. 
Le fait que la joie simple qui vient de la créativité, de la connexion au monde de l’âme, au travers de la musique, remplace le plaisir immédiat d’une substance extérieure. 

La musique est très symbolique et elle fait appel à l’intelligence du cœur, à la sagesse innée. Elle demande de la mémoire, de la pratique, de la patience, de la persévérance, tout comme l’apprentissage du processus de la cocréation consciente. 

Ces deux apprentissages font appel à tous les corps qui s’alignent sur un même désir, celui de manifester l’harmonie. C’est dans une parfaite synchronicité entre la tête, le cœur, les mains et même tout le corps, que les sons sont émis de façon harmonieuse. Tout comme la vibration  du cœur qui manifeste une réalité en conséquences.
Elles demandent le sens du rythme et de l’écoute, de l’intuition. 

Cette intelligence musicale a d’ailleurs était classée par Howard Gardner dans les intelligences multiples. Cette info, je l’ai lue hier soir et ça vient me confirmer l’idée que les rêves sont une forme de traitement des multiples infos marquantes, celles qui sont enregistrées par la conscience mais aussi par l’inconscient, qui sont mises en évidence et utilisées lors du rêve. 

Déjà, le fait que l’inconscient intègre et se souvienne de nouvelles infos démontre que le passé n’est plus éveillé dans son aspect dramatique mais qu’il vient juste nourrir l’ensemble par l’expérience et les leçons tirées de ce vécu. 
C’est encore l’expression de ma vision au sujet des expériences vécues qui amènent toujours à cultiver l’intelligence du cœur lorsqu’on peut les voir depuis cet espace, avec les yeux de l’âme, dans une perspective beaucoup plus vaste, dans l’espace, le temps et le sens de la vie. 

Le fait de nourrir le désir d’unité, permet à tous les aspects de la psyché de travailler ensemble, d’utiliser les compétences de chacun et de former de nouvelles connaissances. 
Le phénomène du rêve est fascinant et c’est aussi marrant parce que justement hier, je confiais à la source ma peine de ne plus trop me souvenir de mes rêves. 
On peut dire que j’ai été servie ! 
Puis il y a aussi le fait que ce monde des rêves soit fugace, qu’on en garde souvent que de vagues souvenirs et par analogie, ça rappelle celui de l’intuition.




Bon je dois faire un break parce que j’ai décidé d’aller en courses. 
Je recommence à planifier mes journées comme il y a une quinzaine d’années. 
Tous les dimanches, après avoir passé la matinée à l’église, à ressentir l’amour de la source, la proximité de l’esprit, j’établissais le planning de la semaine. Je le faisais en étant inspirée et dans la souplesse, en notant juste les trucs "obligatoires" et en équilibrant les journées de façon à nourrir tous les besoins, les corps. Je laissais de grands espaces vides, des espaces de liberté essentiels à mon bien-être puisque ça nourrissait le besoin de liberté d’action. 
Un  juste équilibre entre décision et guidance spontanée.

L’idée de recommencer à organiser mon temps de cette façon est inspirée et ça vient justement répondre à ces questions relatives à la spontanéité, au fait de suivre l’élan tout en utilisant le pouvoir de décider, de se projeter dans le temps et la matière.  

Toute la période où je nettoyais le mental émotionnel demandait cette spontanéité permanente afin que les émotions refoulées puisse s’exprimer mais maintenant que ces corps sont purifiés et surtout comme ils n’apparaissent plus comme des ennemis mais comme des partenaires, dans le désir de paix et d’unité intérieur, chacun d’eux offre son potentiel créatif. 
Il a fallu aussi offrir à la source les peurs relatives à l’échec, la peur de faire le mauvais choix, de ne pas reconnaitre et suivre l’inspiration de l’âme. 

Cela m’a permis de comprendre qu’il n’y a jamais d’erreurs que tout m’enseigne et surtout que la maitrise des pensées et des émotions s’apprend justement dans le lâcher prise, dans le fait d’offrir à la source tout ce qui bloque puis de la laisser rétablir l’ordre, la paix intérieure. J’ai ainsi appris à reconnaitre la guidance de l’âme et à interpréter ce que je vivais, à en tirer la leçon, à comprendre l’invitation qu’elle me donnait. 

Celle de revenir au centre, d’apprendre à agir en association avec la source, à la laisser agir plutôt et ainsi gagner en confiance, lâcher le besoin de contrôle et savoir quelle place a mon intellect dans le processus de cocréation. 
Elle concerne d’abord l’état d’être, la vibration et le choix de celle-ci puis par l’intention, le désir de paix et d’unité, la source prend les rênes, l’âme guide dans l’élan spontané.

Maintenant, j’apprends à me poser avant d’agir et à revenir systématiquement au cœur, c'est-à-dire sans réfléchir dès que des pensées troublées se manifestent. 
Ça n’a l’air de rien mais en fait ça change tout parce que c’est de cette façon que je maintiens la vibration élevée, dans la paix et la confiance en la source. C’est aussi ce qui casse les réflexes inconscients de lutte de défense, ce qui n’active plus les stratégies de l’ego.

Apprendre à utiliser mon pouvoir de décider dans la matière en écoutant l’inspiration, est le nouveau chapitre de ma vie qui me prépare aussi à établir l’autonomie financière. 
Tant que l’autonomie affective n’était pas acquise, tant que la connexion à la source, à l’âme n’était pas complètement établie, c'est-à-dire tant que je n’avais pas totalement conscience qu’elle est permanente et facilement accessible,  par la parole, le dialogue, et simultanément dans le silence du cœur où viennent les réponses, tant que la paix intérieure n’était pas maintenue, je ne pouvais pas déjà me connaitre suffisamment pour oser manifester mes rêves.

Et encore, quand je dis manifester ses rêves, j’en suis à la phase où je me projette dans le temps et où j’apprends à lâcher prise si le résultat ne correspond pas à la volonté émise. C’est de cette façon que je peux savoir si l’envie vient d’un besoin réel ou de la peur. 
Si le désir ou l’intention vient du cœur ou si ça vient de la peur, d’une fausse croyance. 

Apprendre à caler sa volonté sur celle de la source en soi est important parce que c’est aussi ce qui permet de lâcher le contrôle tout en reconnaissant ses besoins véritables. 
Il ne s’agit pas non plus de bloquer les désirs ou les impulsions qualifiées de négatives par le mental qui continue de voir les choses en terme de bien et de mal mais de mettre de l’amour et de la lumière sur le comportement, de confier à la source le soin de le gérer. 




Pour le moment c’est ce que je fais vis-à-vis de l’addiction aux cachets. Et je peux voir le travail qui se fait en profondeur, au niveau de l’inconscient qui en désactivant le passé, permet de faire de la place à de nouvelles infos, d’avoir une nouvelle vision de ce que je suis et de reconnaitre les talents qui sont les miens. 

Cette addiction est motivée par le besoin légitime de se sentir bien dans son corps et pour m’en défaire, il faut que je reconnaisse d’autres façons de répondre à ce besoin essentiel. J’ai d’abord appris à reconnaitre quels étaient les besoins vitaux, ceux qui justement amènent ce bien-être intérieur, c’est la paix et le désir d’unité, le fait de lâcher la dualité en tant que vérité et référence. 
Puis le bien-être nait de la vibration qu’on porte et c’est aussi la joie qu’il faut vibrer. 
La joie spontanée, naturelle qui vient du sentiment de liberté que procure l’abandon à la source intérieur, l’offrande de toute peur, de toute forme de culpabilité. 

La joie se nourrit de rêve, d’espoir et pour cela il fallait que je m’autorise à recevoir, que je m’ouvre aux autres. Le blog a participé à cela, a exprimé ma vision, à projeter ce qui a le plus de valeur pour moi, l’amour et la lumière. 
Puis il fallait aller encore plus loin dans le désir d’unité intérieure en réunifiant les aspects de l’être et simultanément faire la paix avec mon entourage, ne plus accorder d’importance ou de valeur aux critiques qui émergeaient si ce n’est d’embrasser les aspects internes que ça éveillait.

Et la dernière étape après la guérison de l’enfant intérieur et donc du passé, il fallait réintégrer la dimension subtile des mondes invisibles, du "rêve éveille". 
Non plus comme un désir de fuir mais comme une réalité qui fait partie de ce monde aussi, une réalité parallèle, accessible de l’intérieur, en tout temps. Une dimension qui est intérieure et qui existe sur les plans éthérés, il me fallait honorer la résonance du cœur et contacter directement ces mondes sans passer par d’autres personnes. 
Même si j’ai été guidée en ce sens, ou si ce sont les voix d’autres personnes qui m’y ont conduit, c’est avant tout mon cœur qui a décidé si c’était pertinent ou non.

Puis lorsqu’on préfère prendre des produits plutôt que de compter sur la présence des autres, de leur amour, plutôt que de vouloir gagner leur affection, on se prive de quelque chose d’important bien que d’une certaine façon cette étape soit nécessaire. 
Tant qu’on  se méfie des autres, on reste enfermé sur soi et si on l’est dans son mental,  c’est un véritable enfer qui nous plonge dans la déprime. 

Il faudra toucher le fond pour retrouver l’étincelle de vie, le désir de vivre ou sombrer totalement au point de se donner la mort. Lorsque le mental est torturé, lorsqu’il ressasse, lorsqu’on se coupe de son ressenti, il faudra des situations choc pour qu’on puisse sentir l’étincelle de vie, l’envie de rebondir, de remonter. 
On est face à un choix radical et c’est souvent là que l’éveil se réalise, que le goût de vivre se réveilles enfin et avec intensité. L’effet contraste est utilisé en dernier recours avec intensité afin de réveiller l’individu.

Mais il y a une voie beaucoup plus facile en choisissant l’amour, la paix la joie et l’unité. Plus facile dans le sens où on n’est pas obligé de subir ces chocs violents mais c'est un choix qui demandent de la détermination. 




Pour revenir à mon rêve, ce qui est significatif, c’est le fait qu’on était 4 à jouer de la musique, je me souviens même qu’une des personnes réglait l’archet du violoncelle. 
Cette amie de mon adolescence était eurasienne et avec un de ses frères ils jouaient du rock. Je ne sais pas qui étaient les autres personnes mais cette amie est venue à une période de ma vie où je m’ouvrais au monde, où je m’ouvrais aux autres, à ceux qui partageaient les mêmes valeurs et intentions quand à l’avenir. 
A cette époque je n’avais pas la patience d’apprendre à jouer d’un instrument, je me servais directement de mon corps comme d’un outil de plaisir, de joie. 
Il a fallu que je trouve la codéine pour me poser, pour mettre de côté les pensées émotions douloureuses et trouver une certaine stabilité émotionnelle. 
C’est aussi à cette période que j’ai appris à jouer de l’accordéon, seule dans la nature. 
Ce produit me permettait d’être focalisée sur ce que je faisais. La motivation était aussi de gagner ma vie de cette façon. Je ne voulais pas travailler pour travailler mais gagner ma vie en faisant quelque chose de joyeux, quelque chose qui me touchait et qui pouvait aussi toucher le cœur des autres. Je voulais vivre d’amour !

Maintenant, je sais focaliser ma conscience sur l’intention de paix, d’amour et surtout j’ai confiance en l’âme, en la source, en la vie, en tout ce que je suis. Je suis heureuse que l’enfant, l’ado, se manifestent maintenant dans la joie, le désir de rêver, de vivre selon ma vision de l’humain divin et de la vie telle que je la conçois.

La joie, le bonheur, viennent du bien-être intérieur et dans l’échange, le partage, et quand les corps, les aspects de l’être sont sur la même longueur d’onde, alignés à la source, l’amour se diffuse librement et touche les autres ! Je vais pouvoir sentir si ce que je dis est vrai en allant en courses sur cette fréquence de joie d’être.  

Concernant les mondes invisibles et les être mythologiques comme la licorne et le dragon, il est clair que ce sont des êtres qui catalysent des énergies spécifiques et je comprends mieux pourquoi je n’ai pas accroché à la première séance de connexion âmique de Magali parce qu’en fait,  je connais ‘mon dragon’ depuis l’adolescence. L’audace, le culot même, la détermination à suivre mon cœur, mon envie, le sentiment de sécurité alors que je voyageais dans d’autres dimensions, d’autre états de conscience procuré par les drogues, la force qui me soutenait, c’était "lui". 
On peut rire de cela parce que c’est vrai que Walt Disney s’en est emparé mais d’un autre côté, ces créatures représentent les forces invisibles et nous aident à cultiver ces mêmes forces en nous.   

Intégrer cette dimension en soi, c’est retrouver l’unité, l’équilibre, la faculté de rêver, d’imaginer, de créer. Seuls, nous ne sommes pas grand-chose du moins, l’ego qui se croit seul et séparé du reste du monde, des mondes, ignore tout ce qui se passe dans l’invisible, au niveau énergétique et lorsqu’il s’ouvre à l’amour lumière intérieurs, un voyage initiatique commence. Une expansion de cœur et de conscience s’ouvre à lui. 

Je me réjouis de ne plus être une éponge qui attire la misère, la peur, toutes ces vibrations douloureuses mais de vibrer et d’attirer la Joie, l’Amour divin, la Paix, l’Unité et l’Harmonie. 
L’hypersensibilité est un handicap quand on ne sait pas comment ‘ça marche’ mais quand on laisse l’amour lumière agir, on peut alors voyager en conscience et rencontrer tout ce qui réjouit l’enfant intérieur ! 




Les visions des personnages archétypaux rencontrés en décembre 2012 ont répondu à la vibration de l’âme, aux énergies qui la caractérise : un bouffon du roi, une sorcière, un sorcier séduisant et ténébreux, un lutin et d’autres dont je ne me souviens plus. Ceux-ci m’ont plus marqué parce qu’ils portent les mystères, la joie, la maitrise, l’extraordinaire, la magie de la vie. 

En tant qu’humain, nous avons besoin de voir pour croire, de nous figurer les énergies en les humanisant de façon à ce que l’intellect soit cohérent et lorsqu’on a des visions, elles viennent nourrir la foi, la compréhension en ces mondes éthériques ou ces dimensions parallèles. 

En laissant de côté toutes les croyances du monde et maintenant celle u "New age" ou du moins en se fiant à la réalité, au fait que nous sommes des êtres essentiellement vibratoires, énergétiques et comme l’énergie par nature n’a aucune limite, comme la conscience projette ses pensées, comme les pensées sont de l’énergie, lorsque celles-ci se tournent vers les êtres de lumière ou d’autres sphères, elles les rencontrent sur d’autres plans. 

Je ne peux nier la force des pensées et des émotions, leur capacité de créer l’état d’être et de modeler le quotidien en conséquence puisque j’ai vécu dans la souffrance toute ma vie, dans le rôle de la victime. L’enfant intérieur m’a permis de me tourner vers le cœur et en choisissant de faire la paix avec le passé, maintenant il me montre tous les aspects magiques, féériques de la vie. 

Ces voyages en conscience remplaceront naturellement le geste cachet. 
Mais ça n’est pas seulement ça qui va me permettre de me libérer facilement de l’addiction, ce sont tous les choix, les gestes, le fait d’être en confiance envers tout ce que je suis et d’agir en conséquence qui va amener la libération complète. 

J’ai rencontré une personne défoncée en allant en courses et je lui ai parlé naturellement de la guérison, de la puissance de l’amour, de l’importance de confier à la source intérieure tout ce qui nous tracasse. 
J’ai pu vérifier aussi que l’intention posée avant de sortir, à savoir, de partager la joie de vivre m’a amenée à pouvoir l’exprimer. J’aurais pu passer à côté de cette personne sans qu’on se parle mais comme elle s’était garée très près de ma voiture bloquant l’ouverture de la portière, la conversation s’est engagée. J’ai vu qu’elle était "ailleurs" et comme je n’ai pas réagit à cela, ni d’ailleurs au fait qu’elle coince la porte, on a commencé à parler comme si on se connaissait depuis toujours. 




Une expérience apparemment banale mais très révélatrice puisque rien n’a été éveillé intérieurement, aucune critique, aucun jugement, aucune émotion difficile et ça, c’est beaucoup ! Ça témoigne du travail intérieur, du pouvoir de l’intention de vivre dans la paix et l’unité et de ne plus rejeter les aspects qui nourrissent le geste addictif. 

Inutile de forcer, de lutter pour changer, il suffit juste de faire confiance à la source et de tout lui dire, de tout lui confier, chaque pensée de rejet, de dévalorisation, de regret, le sentiment d’impuissance, d’ingérence, d’échec…et d’être attentive à ce qui se passe ensuite. 
Déjà, la paix s’installe dans la confidence, la paix du mental qui ne lutte plus et par conséquent les énergies qui se stabilisent, s’alignent sur la fréquence de la source.

Savoir interpréter ce que l’on vit, sans pour autant en faire une vérité fixe, immuable et s’y accrocher, permet de voir le côté magique, extraordinaire de la vie, la puissance de l’amour, de la confidence, et donc le potentiel créatif qui est à disposition. 
Retrouver la magie de l’enfance comble l’adulte que je suis et vient donner une dimension sublime à l’ordinaire. 

C’est ce que j’ai toujours cherché dans l’usage des psychotropes et le fait de savoir que c’est accessible naturellement pèse considérablement dans la balance du mental qui voit son intérêt à s’associer au cœur, à l’intuition, à faire confiance à la source. 
Ce que le mental note et imprime dans l’inconscient à mesure qu’il réalise cela, que les expériences démontrent la puissance de l’intention, est essentiel. Il comprend qu’il suffit d’être présent, attentif et conscient de réalités parallèles pour être en contact avec ces mondes. Présent et attentif pour être ancré et en mesure de capter les inspirations, les idées, les visions et de détecter l’élan qui vient du cœur. 

Le cachet n’est qu’un déclencheur, une façon de s’autoriser à être bien en soi, en son corps et par conséquence avec l’extérieur. Pouvoir pénétrer le monde de la joie, de l’amour, de la paix, simplement en portant son attention sur cette vibration, pouvoir le manifester par ce contact, par le fait d’être conscient qu’il existe et qu’il est en soi, et en plus constater qu’il se manifeste dans la réalité, voilà qui change tout ! Oui je sais, je n’arrête pas de le répéter depuis des années maintenant mais c’est aussi comme ça que ça s’imprime en profondeur…

Ce petit texte trouvé  l’instant sur Translight vient encore parfaitement résonner avec ma pensée du moment, c’est magique !




« VOUS êtes celui qui a orchestré cette évolution universelle accélérée. Ces changements / modifications ne sont pas orchestrées par des Êtres Stellaires, des maîtres ascensionnés, ou des Êtres angéliques que vous ‘pensez’ être plus puissants que vous.
Oui, ils nous soutiennent tout au long du chemin. Mais VOUS êtes le point focal !!! 
VOUS êtes celui qui est sur la planète !! VOUS êtes celui qui le vivez !!!
VOUS êtes celui qui est suffisamment courageux pour être ici dans le physique. 
Arrêtez de donner votre pouvoir à quelqu'un ou à quelque chose.
Reconnaissez votre Soi comme étant l’ÊTRE SOUVERAIN que vous êtes.
Cessez de chercher en dehors de vous.
Allez à l'intérieur. Alignez-vous à votre Soi Divin et créez le nouveau.
Alors que vous le faites, VOUS créez la nouvelle terre.
Vous créez de nouveaux univers. VOUS êtes à ce point puissant de l'intérieur.
Allez au plus profond de vous-même, imaginez et créez, bien-aimés.
Voilà ce que nous sommes venus faire !! J’ai tellement d’Amour pour VOUS et je m’incline devant votre Magnificence !!!
Sharon Lyn Shepard
www.sharonlynshepard.com
Traduit/Transmis par TransLight https://www.facebook.com/TransLight


Un autre signe qui témoigne de la profonde guérison intérieure, c’est le fait que je n’ai pas fumé depuis plus deux heures ! Je n’y ai même pas pensé ! C’est comme ça que j’envisage la libération de toute forme d’addiction, en n’ayant plus envie naturellement. 

Chaque fois que je fais quelque chose que j’aime, chaque fois que je suis absorbée par l’écriture, par une rencontre avec les mondes de l’Amour, la Joie ou les guides de l’Unité, je suis vraiment ‘ailleurs’, au-delà de la forme et des ‘besoins’ physiques. 
La joie s’installe vraiment en profondeur et émerge de plus en plus naturellement ! 
Elle ne pouvait pas être complète sans la conscience des mondes qui sont en résonance avec la vibration du cœur, de l’âme, de l’enfant intérieur libre !

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

1 commentaire:

  1. Vous êtes vraiment impressionante et inspirante. Merci! Merci!

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.