jeudi 16 juin 2016

« Garde la Foi en l’Intelligence du Cœur »





(15 juin) Je me sens tellement portée en ce moment que j’ai envie de partager encore quelques impressions et expériences. Je constate qu'à chaque fois que l'extérieur est chaotique et que plutôt que de réagir en projetant mes propres pensées émotions, je les offre à la paix du cœur, je vis un "saut quantique"; une expansion de cœur et de conscience, intégrant plus de paix, de liberté d'être, de confiance en soi et en la vie. 
Alors que je me reprochais d’avoir raté la méditation guidée du 12ème jour de la série donnée par Deepak Chopra, j’ai offert ces pensées à la source et peu à peu, des idées me sont venues telles que « tu n’as pas besoin de t’entendre dire ce que tu sais déjà », « tu sais que tu es toujours guidée », « apprend à te/me faire confiance »…
Puis je me suis rendue compte que j’avais vécu la médiation du chakra de la gorge au travers de l’envie d‘écrire tout au long de la journée d'hier. 
Le chakra de la gorge étant celui de l’expression et la méditation que j’ai loupée. 
Je connais mes points faibles mais aussi mes capacités et on ne peut pas dire que je sois quelqu’un qui éprouve de la difficulté à s’exprimer. Je n’ai donc rien perdu de ce qui a été enseigné et en plus en écoutant celle du 13ème jour qui parle du 3ème œil, de l’intuition, j’ai retrouvé l’essentiel de ce que j’ai écris ce matin à ce sujet. 

C’est un phénomène difficile à comprendre pour le mental enfin disons qu’il ne mesure pas la portée de la vérité de la conscience Une. Magali en a un peu parlé dans son "partage vibral" et plusieurs fois, il m’est venu à l’esprit que l’inter-reliance n’est pas uniquement un beau concept mais une réalité qui s’étend à tous nos corps, à tous les aspects de l'être.

Le fait que nous soyons tous issus de la même source est pour moi une évidence mais les conséquences de cela apparaissent de plus en plus clairement. Et surtout, je ne le constate plus seulement au niveau des croyances collectives et des blessures.


Il semble tout à fait logique que nous ayons un point de vue, une vision commune lorsque nous réalisons l’unité intérieure. Lorsque nous prenons conscience qu’il n’y a pas de séparation ni en soi ni entre toute vie, on comprend mieux comment fonctionnent les signes, les synchronicités et pourquoi nous recevons au même moment les mêmes infos. 
Je parle évidemment de ceux qui sont sur la même longueur d’ondes, qui ont la même foi en cette source divine commune à tous et en la puissance de l’amour inconditionnel, en l’intelligence du cœur. 
Plusieurs fois, j’ai été surprise de lire le contenu de messages des êtres de lumière via Monique Mathieu ou Magali, qui étaient en parfaite résonance avec ma pensée du moment. 
Ceci démontre que lorsqu’on est conscient d’être connecté à la source et qu’on est guidé par elle, on capte les mêmes fréquences/infos. Après ce qui diffère, c'est la façon de comprendre et d'interpréter cela et ça oblige à nettoyer les filtres du mental émotionnel.
C’est une question d’ouverture de cœur, de conscience et de réceptivité. 

J’ai reçu la vision d’une colombe et d’un rayon de lumière au-dessus de ma tête en accueillant les pensées émotions de critique pour avoir raté une méditation, qui m’a confirmé la connexion au Soi, l’importance de faire la paix avec soi-même et les conséquences magnifiques de ce choix. Je ne me suis pas non plus accrochée à la vision parce qu’elle est juste un message personnel de l’âme et pas quelque chose à laquelle m’accrocher ou encore à exploiter. Ceci dit, c’est tout de même agréable de voir qu’on est guidé, soutenu, compris et reconnu par la source en soi, par le Soi et l’âme. 

La vision est un repère, un clin d’œil intime de l’âme qui n’a de sens que pour celui qui la reçoit, dans l’instant en plus. Il ne s’agit pas de s’arrêter dessus ou encore de se prosterner devant dieu, les anges ou les guides. 
Chacun est guidé et notre job, c’est d’être ouvert et réceptif afin de le constater. Devenir conscient de qui on est, pas à pas, en allant au-delà des mécanismes de la pensée, des croyances, en cherchant d'abord à faire la paix avec tout ce que nous sommes.

  
 
La vision du cœur est celle de l’unité, du rayonnement de l’amour inconditionnel, impersonnel, universel, le sens du moi devient celui du Je. Le Je unifié aux autres Je. 
On ne peut pas parler d’uniformité puisque chacun conserve ses particularités mais le fond est le même, la vibration est commune, la vision est globale et commune. 
C’est un mélange de paix, de joie, d’harmonie, une conscience élargie, ouverte et libre. 

Lorsqu’on se confie entièrement à la vibration du cœur, la confiance est telle que même la mort ne fait plus peur. Déjà parce que la peur n’est plus considérée comme un obstacle mais aussi parce que la paix est continue et la conscience d’être éternelle devient évidente. Du coup, plus de sentiment de perte, de temps ou autre, plus de peur de l’échec puisqu’on sait qu’il n’y a rien à gagner ni à faire pour être soi mais juste s’accepter en totalité, se reconnaitre, s’accueillir. Et c'est en le faisant qu'on découvre qui on est en vérité sur tous les plans.
Bien que cette idée soit contenue en une courte phrase, nous faisons l'inverse et sommes toujours à espérer être validé par les autres. On revendique le droit à la différence alors qu’on fait tout pour être apprécié et donc pour correspondre aux attentes extérieures, pour donner une image acceptable de soi, populaire, qui plaise au plus grand nombre, une belle image bien formatée selon les critères culturels…

On veut être libre mais on reste enfermé dans nos croyances limitantes,  conditionné au regard extérieur, de notre famille, de nos proches, de ceux qu’on aime et de la société.

Tant qu’on ne s’individualise pas totalement, on ne peut percevoir l’unité entre toute vie. Tant qu'on ne réalise pas que tout en soi est viable et qu’il suffit juste d’amener en notre cœur, les parts rejetées antérieurement, celles qui risquaient de trop nous différencier des autres et donc de nous exclure du groupe, on n’existe pas vraiment et tous ces aspects internes sont légitimement en révolte. 
La peur du rejet, de l’exclusion, est si forte qu’on est prêt à se renier, à se trahir, juste pour être aimé. Cette attitude créé des sentiments de manque, amplifie la division intérieure et par conséquence nous oblige à toujours en faire plus pour obtenir l’approbation extérieure. 
Le sentiment amoureux est perverti, on aura l’impression de trouver son âme sœur, sa flamme jumelle, son "prince charmant", simplement parce que l’autre a quelques affinités avec nous et parce qu’il daigne s’intéresser à nous.  
 Mais l’amour est en soi et l’autre le révèle par son regard focalisé sur nous. On prend conscience alors qu’on est quelqu’un de valeur et on appelle ça de l’amour en pensant en plus être chanceux.

Les dirigeants (ceux qui tirent les ficelles derrière les gouvernements) connaissent bien les mécanismes psychologiques/émotionnels des humains, leur faiblesses, leur manque d’amour et leurs besoins.
Ils font tout pour uniformiser les individus et même la nature, les pays, le climat, la nourriture…
Les chemtrails, outre le fait qu’ils soient l’expression, la projection de la façon dont chacun gère ses penses émotions, ont aussi ce but d’uniformiser le climat et donc les populations. Ce faisant ils contrôlent les gens, leur font perdre le sens du rythme naturel, les repères essentiels à l'équilibre intérieur et en plus l’agriculture, le tourisme, les besoins vitaux des populations, la santé, les émotions qu’ils classent en catégories et bien évidemment les individus par la même occasion. 
Il y a donc les peureux, les soumis, les révoltés, les gagnants, les performers, les talentueux, les intelligents, les gagnants, les perdants…chaque catégorie est contrôlée à travers ses peurs, ses faiblesses et l'ensemble est hiérarchisé, chaque pion a sa place dans un sous groupe. 
Tout le système est géré de façon à donner à chacun ce qu’il demande. 
Ceux qui pensent avoir besoin d’être gouvernés auront l’opportunité d’élire leur chef, ceux qui se sentent miséreux pourront entrer dans la compétition afin d’assouvir leur envie d’égalité tout autant que ceux qui ont du talent et ceux qui ont un QI plus élevé que la masse. 
Tout est fait pour nourrir les peurs et besoins de chacun donnant ainsi l’illusion de la liberté. Ceux qui sont en quête de justice pourront se révolter en signant des pétitions, être affiliés à des organismes de défense de l’environnement, du vivant, ou encore adhérer à des mouvements politiques, des syndicats. Les artistes pourront rêver de succès, de gloire et espérer être reconnu par la masse, passer à la télé, et sans s’en rendre compte nourrir l’esprit de compétition, l’élitisme. Également ceux qui sont en quête de sens pourront se tourner vers la spiritualité, les sciences, les connaissances mondaines. 
Chacun dans son domaine trouvera sa place et pourra être reconnu dans sa spécialité. 




Un semblant de liberté, d’égalité et de fraternité sera vécu puisque chacun entrera dans la case qui lui a été destiné en ayant l’impression d’être épanoui et de l’avoir choisi.
Et même les rebelles pourront se nourrir des révélations des médias alternatifs et ainsi trouver une raison d’être, en partageant ces infos et ainsi en ayant l’impression de changer le monde. 

On ne se connait pas, on se s’aime pas et c’est ce qui fait la force des dirigeants occultes qui eux savent donner à chacun l’illusion d’être important ou de pouvoir le devenir. 

Alors oui, on peut se dire, le monde est pourri, les dirigeants officiels sont des psychopathes corrompus mais si on y regarde de plus près, on voit que ce système convient à tout le monde. 
Chacun est manipulé de l’intérieur et par l’extérieur selon ce qu’il occulte en lui-même. 
On retrouve strictement les mêmes modes de fonctionnement et les mêmes personnages à l'intérieur et à l'extérieur.
Le politicien sera étudié dans les moindres détails par ceux qui détiennent le pouvoir financier et connaissent parfaitement l’humain, afin de trouver son point faible et ainsi de pouvoir le manipuler. 
Les chemtrails que la population ne remarque même pas sont l’extension de cette mainmise sur l’humanité ignorante de sa vraie nature. Même les religions, la spiritualité à quelques rares exceptions, nourrissent l’illusion et le besoin de maitres. Là aussi, le formatage est la règle et peut-être encore plus dans le mouvement New âge.

On peut se lamenter et vouloir quitter ce monde mais on peut aussi utiliser cette situation pour trouver ce qui en soi a besoin d’être reconnu, aimé et lâché. L’extérieur nous pousse à faire des choix, à nous situer dans une des cases prédéfinies par l’élite qui se nourrit de nos pensées émotions énergies duelles.

Tant qu’on se situe d’un côté ou de l’autre de la dualité, déjà c’est un positionnement qui dépend des croyances collectives puisque ce qui est considéré comme bien par une société, un pays, peut être considéré comme mal pour un autre. 
Tant qu’on se situe vis à vis de l’extérieur, se considérant comme des bonnes personnes, on fait le jeu de la dualité, des guerres, on nourrit grassement le jeu de la division et de l'exclusion.  On continue de croire que les autres sont la cause de notre mal-être et notre croyance nous amène à le vivre de cette façon.

Le positionnement à partir de l’ego est toujours limité et conditionné aux croyances personnelles ou collectives, à l’inconscient. On pense qu’en étant performant, qu’en étant la meilleure version de soi-même, on est quelqu’un de bien mais on se leurre complètement. On ne fait que perpétuer l’esprit de lutte, de compétition, les guerres, les injustices, l’idée de performance nécessaire, de gloriole, de supériorité, tous ces sentiments qui donnent l’illusion d’être quelqu’un de valable. Valable parce que mieux que l’autre, plus fort, plus beau, plus accompli, plus courageux…

Le courage, c’est de se regarder en face, de reconnaitre ses peurs, ses manques et de faire confiance à la source intérieure, à l’intelligence universelle qui n’a rien à voir avec les connaissances intellectuelles, les références du mental ou des connaissances ésotériques, occultes.  


  

Le fait de vouloir être la meilleure version de soi-même ou comme certain le prétendent manifester son Soi supérieur, en mettant en avant de façon calculée par le mental, nos plus beaux atours, n’est qu’une mascarade égotique. 
C’est de cette façon que l’élite gère le monde et on voit le résultat. Ça nourrit l’inégalité, l’esprit de guerrier, de prédation, de dominance. 

Tant que l’estime de soi sera associée au besoin de performance, de plaire, et que l’humain se définira à travers le regard approbateur des autres, on nagera en pleine illusion.
Tant qu’on pensera devoir changer quelque chose en soi par la force, la contrainte afin de coller au modèle idéal prédéfini par les autres/par la peur, on sera dans le rejet de soi et forcément de pans entiers de la population.
Tant qu’on pensera trouver le bonheur par la dominance, la force ou en changeant les autres, le monde, la donne, on ne connaitra que de petites joies éphémères appelant toujours plus, en vain. 
Tant qu’on luttera contre soi, on sera en guerre avec les personnes, les groupes qui correspondent à ces parts internes refoulées. 
Nous sommes nos propres manipulateurs tout simplement parce que nous sommes identifiés au mental et en même temps animés par l’énergie créatrice de la source, nous portons l’essence du principe même qui créé et qui régit la vie, les univers, mais notre vision est tellement focalisée sur notre nombril et nos manques, qu’on ne voit que la surface. Nous sommes tellement occupés à ne révéler qu’une part de nous-même que nous ne nous connaissons absolument pas.

Trouver la lumière en soi ne veut pas dire de mettre en avant ses qualités pour se sentir valable/supérieur, ça veut dire de se regarder de façon objective et globale sans occulter un seul aspect de l’être ou le rejeter. 

Et quand on le fait sincèrement, on voit que ce qui se joue dans le monde est l’exacte réplique de ce qui se vit en soi.

Le sentiment d’injustice ne vise pas à nous révolter contre les méchants, il nous invite à venir au cœur afin d’y offrir toutes les pensées émotions qui le génèrent; afin d'offrir notre propre méchanceté, celle que nous exerçons d'abord envers nous-même, à l'amour lumière que nous sommes en vérité. L'amour lumière ou conscience expansive créatrice, qui est notre essence commune à tous. 




L’état actuel du monde est finalement une chance parce qu’il oblige chacun à chercher la paix et comme celle-ci ne se trouve qu'à l'intérieur, c'est une belle opportunité de savoir. On voit bien qu’on n’a aucun pouvoir de changer le monde puisque la domination est calculée au millimètre et même ceux qui sont élus n’ont qu'un pouvoir relatif.

J’ai été choquée par une vidéo de l’inauguration d’un tunnel en Suisse où l’élite applaudissait un spectacle pour le moins tendancieux. On y voit le schéma de la dominance de cette élite qui possède le pouvoir financier et le héros de ce cortège n’est autre qu’un bouc. Des danseurs défilent en portant l’agneau du sacrifice, bref, un spectacle qui dépeint l’état actuel du monde et l’arrogance de ceux qui dominent. 
Je m’en suis voulue de regarder les photos de cette procession puis j’ai offert à la source toutes les réactions intérieures de dégoût, de révolte, de tristesse, d’envie de me barrer de cette planète…
Malgré tout, j’étais en paix et confiante puis quand les pensées de peur, de colère, de stupéfaction, ont disparu, j’ai senti que tout est juste, comme toujours.

Lorsqu’on s’observe honnêtement on peut constater que nous avons des idées de meurtre, de vengeance, des envies de tout faire péter pour ne plus voir le massacre éhonté du vivant sur la planète; nous portons tout en nous. 
Et ça n’est pas en niant ces aspects primaires qu’on peut s’en défaire, au contraire, on leur donne du poids, de l’énergie et ça continue de nourrir le sentiment d’injustice et d’impuissance.

Les dirigeants pensent bien faire et surtout, ils pensent à sauver leur peau parce qu’ils n’ont pas le choix. Quand quelqu’un arrive au pouvoir même avec les meilleurs intentions, il est immédiatement contacté par les gens de l’ombre qui ont un dossier complet de ses faiblesses, de ses peurs et comme le politicien doit son succès, sa crédibilité à son image, aux qualités qu’il vend afin d’obtenir des voix, il est coincé. 

Tant que l’humain s’identifiera à ses pensées, son image et que l’amour de soi sera fondé sur le rejet et la division intérieurs, le monde continuera de tourner à l’envers. 
Mais tout ceci est une formidable chance puisque c’est tellement flagrant qu’on peut difficilement passer à côté du pouvoir réel. 
Du point de vue de l’élite, de ceux qui se considèrent comme des lumières, tant au niveau mondain que spirituel, le monde est parfait. Il l'est aussi pour celui qui cherche la vérité.
Les uns parce qu’ils tirent leur pouvoir ou valeur de la dominance et les autres parce qu’ils voient l’obsolescence des jeux de pouvoirs et vont au-delà de la mascarade.

Ce qui divise aussi les gens, ce sont les définitions de la vie, de l’intelligence, de l’amour et de la source créatrice. On se bagarre à propos de concept élaborés par le mental. C’est du vent ! La vérité ne peut pas être conceptualisée pas plus que l’amour ou la vie. 
Chacun est amené à savoir par lui-même, de l’intérieur ce qu’il est en vérité au-delà de toutes les couches superficielles. Une vérité tout d’abord subjective, relative à la personnalité, puis absolue, qui englobe tout.  

Mais là encore, c’est à vivre dans l’intimité de son propre cœur. 
Entre soi et Soi, entre tous les aspects de l’être qui sont appelés à collaborer de façon consciente et harmonieuse. Chacun pourra alors avoir une vision commune de ce qu’est l’amour, la liberté, un sens profond de l’individualité tout en ayant conscience de faire partie du tout.

On prône la liberté, l’égalité et la fraternité mais en soi, c’est sans arrêt la guerre, la contrainte, le rejet et l’exclusion. 
Ce petit exercice proposé par Byron Katie est très efficace. 




« Choisis la chose dont tu as le plus honte ».
Il peut te falloir un peu de temps pour la découvrir.
Nous sommes tellement secrets quant à ce qui nous fait honte que nous essayons même de l'oublier, en nous accrochant à notre prétendue respectabilité, alors que nos pensées retournent en tout sens à quel point nous sommes pitoyables, estimant impardonnables ce que nous avons commis. 

Nos secrets ont grand besoin d'être soumis à investigation.

Tu ne peux pas être libre si tu as des choses à cacher.
Et, au bout du compte, les choses dont nous avons honte se révèlent être les plus grands cadeaux que nous ayons à offrir.
Nous respectons les gens qui nous disent à quoi ils ont survécu et comment ils l'ont fait. Quand nous rencontrons quelqu'un qui s'est tiré de grandes difficultés en gardant le cœur ouvert, nous sommes attirés par la vérité dont il est porteur et il nous aide à trouver notre propre vérité.
C'est parce que je suis allée au plus profond de mes croyances les plus pénibles que je peux me joindre à toute personne avec ses croyances douloureuses. 
J'ai regardé le monstre dans les yeux et je n'ai vu qu'un enfant qui me demandait mon amour.
Byron Katie 


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.