samedi 21 mai 2016

« L’Amour avec un grand ‘A’ » selon plusieurs voix






C’est un sujet tellement vaste et comme c'est l'essence primordiale de toute vie, chacun tente de comprendre, de trouver et de manifester cela de différentes façons.
L’humanité a parcouru les siècles en quête de cette sensation, de ce pouvoir qu’elle a souvent confondu avec la domination.
Mais nous arrivons enfin à mieux le comprendre et toutes ces expériences humaines, de part le monde, ajoutées à la nôtre, nous amènent à en percevoir l’essence, la puissance et la vérité.
On comprend que l’amour véritable est inconditionnel, qu’il est libre, qu’on ne peut ni l’enfermer, ni le contrôler, ni le provoquer. Mais on peut le chérir et le cultiver.

Il émane de notre être véritable et le plus extraordinaire c’est que nous retrouvons la mémoire de nos origines, nous sommes conscients qu’il est la nature même de notre être, de notre âme et qu’il vibre en notre propre cœur, par nature, sans objet ni raison.

C’est une vibration qui est éternellement présente mais comme notre cœur humain est brisé, blessé, comme nos corps subtils sont chargés d’énergies cristallisés, comme nous nous identifions au personnage, au mental et aux croyances ancestrales, nous peinons à la percevoir.


Pourtant, elle est bien réelle, présente et tangible. 
En focalisant l’attention sur le cœur, en ayant pour seule référence l’amour inconditionnel, nos corps subtils sont purifiés dans l’accueil sans jugement, sans réaction, de ce qui se manifeste en nous. 
Les feux de l’amour et de l’esprit consument les croyances basés sur la survie et le rejet de soi et on peut sentir notre cœur s’ouvrir, l’amour se déverser et nous combler.

C’est une vibration unifiée de paix, de joie, de liberté d’être et de spontanéité.
Elle se perçoit dans la transparence, l’authenticité, la simplicité et l’innocence.
On ne peut en faire un concept parce qu’alors on le limite et il nous échappe puisque de par sa nature vibratoire il rayonne et se ressent, se vit, se goûte, se savoure.

Il est magnifié, amplifié et nourrit dans l’échange sincère, spontané, libéré de toute forme de jugement, de toute projection, de toute peur et de toute attente. 
En ce sens il est une énigme pour l’intellect mais lorsque le mental est aimé, reconnu pour ce qu’il est; un partenaire de vie, au même titre que le corps physique, l’âme, et tout ce qui constitue l’humain, lorsqu’il est sacralisé par cette vibration d’amour inconditionnel, il se détend et se laisse guider par l’intelligence du cœur.

C’est une vibration qui se déploie depuis le cœur de chaque être et nous relie tous. 
C’est la communion, la reliance, ce qui maintient la vie en forme, les univers en place et qui s’expanse à l’infini…
C’est l’essence de la Mère divine qui est mise en forme et en mouvement par l’esprit, par l’énergie masculine, l’énergie du Père divin, qui forment ensemble la source Une. 
Le féminin est la substance, la matrice et le masculin le mouvement, l’expression, la forme qui nait de l’intention et de leur union. Leur danse harmonieuse créée le vivant.

La sexualité en est l’expression dans la matière parce que c’est l’union des corps alignés à l’amour, à la vibration du cœur. C’est un potentiel que nous découvrons lorsque nous libérons les croyances passées et les conditionnements ancestraux.

Il est dans sa manifestation humaine la plus pure et complète, l’amour inconditionnel, au-delà de la forme et en elle.
C’est l’énergie libre qui donne la vie et la magnifie…

Selon la culture des indiens Hopis, voici comment ils définissent sa manifestation la plus sacrée, pure et véritable :




« Les clés de l’Amour Inconditionnel selon les Hopis »
Tu es unique, différent de tous les autres.
Sans réserve ni hésitation, je te permets d’être dans ce monde comme tu es, sans une pensée ou une parole de jugement…  
Je ne vois aucune erreur dans les choses que tu dis ou fais, sens et crois, car je comprends que tu t’honores toi-même en étant et en faisant ce que tu crois être bon pour toi.
Je ne peux pas traverser la vie avec tes yeux ni la voir à travers ton cœur.  
Je n’ai pas été là où tu as été ni expérimenté ce que tu as  expérimenté, voyant la vie de ton point de vue unique.
Je t’apprécie tel que tu es, étant ta propre et unique étincelle de la Conscience Infinie, cherchant à trouver ta propre façon individuelle à créer une relation avec le monde.
Sans aucune réserve ou aucun doute, je te laisse faire chaque choix afin que tu puisses apprendre de la façon qui te paraît appropriée.
Il est vital que tu sois unique, tel que tu es, et non pas la personne que je pense ou que d’autres pensent que tu « devrais » être.

Dans la mesure de mes capacités, sans me dénigrer ou créer un engagement, je te soutiendrai en cela.
Je ne peux pas savoir ce qui est mieux pour toi, ce qui est vrai ou ce dont tu as besoin, car je ne sais pas ce que tu as choisi d’apprendre, comment tu as choisi de l’apprendre, avec qui ou en quelle période de temps. 

Seul tu peux sentir ton excitation interne et écouter ta voix intérieure – je n’ai que ma propre voix.


Je reconnais que, bien que différents les uns des autres, toutes les manières de percevoir et de vivre les différentes facettes de notre monde… sont toutes valables.
Sans réserve ni hésitation j’admets les choix que tu fais à chaque instant. 
Je n’émets aucun jugement à ce sujet car il est essentiel d’honorer ton droit à ton évolution individuelle, ceci donne le pouvoir à ce droit, pour moi-même et pour tous les autres.

A ceux qui voudraient choisir un chemin sur lequel je ne peux pas marcher… et même si je choisissais de ne pas dépenser ma puissance et mon énergie sur leur chemin, jamais je ne te refuserais le don d’Amour que Dieu m’a donné pour toute la Création.

Comme je t’aime, ainsi je serai aimé. Comme je sème, je récolterai.

Sans réserve ni hésitation, je te laisse le droit universel de libre arbitre pour marcher sur ton propre chemin, en créant des étapes, ou bien, en te tenant tranquille quand tu sens que cela est approprié pour toi.

Je ne peux pas toujours voir l’image élargie de l’Ordre Divin, il ne sera donc pas question de juger si tes pas sont grands ou petits, légers ou lourds, ou s’ils conduisent vers le haut ou vers le bas, parce que cela ne serait que mon point de vue.

Même si je te vois ne rien faire et je juge que cela est indigne, je reconnais que tu pourrais être le seul à porter une grande guérison en restant calme, béni par la Lumière de Dieu.
Parce que c’est le droit inaliénable de toute vie, de choisir sa propre évolution, et sans réserve ou doute, je reconnais ton droit à déterminer ton propre avenir.
Avec humilité, je m’incline devant le constat que le chemin que je pense être le meilleur pour moi, n’est pas forcément le meilleur pour toi. 
Ce que je pense n’est pas nécessairement vrai pour toi.

Je sais que tu es guidé comme je le suis, suivant ton enthousiasme interne afin de connaître ton propre chemin.

Je sais que les diverses races, les religions, les coutumes, les nationalités et croyances dans notre monde nous apportent une grande richesse et nous procurent les avantages et les enseignements d’une telle diversité.

Je sais que chacun de nous apprend à sa façon unique afin de retourner cet amour et sagesse au TOUT.

Je comprends que s'il n’y avait qu’une seule façon de faire quelque chose, on n’aurait qu’une seule personne.

J’apprécierai ta lumière intérieure unique, que tu te comportes ou non de la façon que je crois que tu devrais, même si tu crois en des choses auxquelles je ne crois pas.

Je comprends que tu es vraiment mon frère et ma sœur, même si tu es né dans un lieu différent ou si tu as des idéaux différents.

L’amour que je ressens est absolument pour tout ce qui EST. 

Je sais que toute chose vivante fait partie d’une conscience et je ressens un amour profond pour le Tout… et pour chaque personne, animal, arbre, pierre et fleur, chaque oiseau, rivière et océan, et pour tout ce qui est dans le monde.

Je vis ma vie au service de l’Amouren étant le meilleur que possible pour moi, me rendant plus sage dans la perfection de la Vérité Divine, me rendant plus heureux, plus sain, et de plus en plus abondant et joyeux.

Bien qu’au long du chemin tu puisses me plaire, tu pourrais m’être indifférent, ou me contrarier mais je ne cesserai pas de t’aimer, d’honorer ta singularité et de te permettre d’être TOI.

Ceci est la clé de la paix et l’harmonie dans nos vies et sur notre Terre parce qu’elle est la pierre centrale de l’Amour Inconditionnel ».
Les indiens Hopi.
Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)




« Le véritable amour » selon Nduibome Nkyele (texte trouvé sur face de book)
Nous croyons tous savoir aimer, mais très peu de gens savent aimer en réalité..... 
Je parle d'aimer vraiment, aimer sans vouloir " posséder ". 
Aimer sans attacher mais au contraire en laissant l'autre libre d'exister en dehors de Soi....

Cela ne veut pas dire se résigner à ne pas avoir l’exclusivité et pousser l’Être aimé à nous être infidèle, mais, au contraire, c'est vouloir comme la plus haute preuve d'Amour qu'il soit d'abord fidèle à lui-même.

Cet Amour ça implique une compréhension, un respect total de l’Être aimé et aussi de Soi-même. Cela implique ne pas imposer ses désirs ou sa volonté, ne pas vouloir imposer un quelconque pouvoir sur lui.
En réalité, on aime vraiment quand on n’utilise pas la faiblesse de l'autre pour lui imposer notre force.
Mais, pour aimer vrai, il faut bien sur avoir pleinement conscience que notre façon d'aimer actuelle est bien souvent conditionnée par nos manques affectifs liés à l'enfance, par les idées fausses ou dévalorisantes qui nous ont été transmises par nos proches, la société, la soi-disant morale....

Quand on espère et qu'on fait tout pour que l'autre nous restitue l'Amour dont nous avons peut-être manqué dans notre enfance, nous lui demandons quelque chose de beaucoup trop grand pour lui....
Comment pourrait-il être à la hauteur de cela ?
Aucun homme, aucune femme, ne peut restituer cet Amour-la...

Il faut donc déjà faire le deuil de cela, renoncer a un meilleur passé, accepter ce qui a été et se pardonner à Soi-même pour avoir entretenu la souffrance pendant si longtemps.
Pour avancer, il faut aussi reconnaitre sa part de responsabilité dans toute chose et ne pas sans cesse fuir en rejetant la faute sur l'autre....

Ensuite, il faut voir en Nous notre propre valeur, parce que nous en avons tous une. 
Nous sommes tous des Êtres Uniques, Spéciaux, des Enfants de DIEU en réalité, aussi merveilleux qu'il est possible de l'être.

Alors commence un travail de résilience qui nous permet de transcender la souffrance. 
Et on peut commencer à aimer pleinement l’Être que nous sommes.....
Et, dès lors, on peut aussi vraiment aimer l'autre pour ce qu'il est et non pour ce que nous voudrions qu'il soit.

Aussi, Il faut avoir présent à l'Esprit le fait que la personne que Nous aimons ne nous complète pas car Nous étions déjà un Être entier avant de la rencontrer....Il faut juste penser que cet Être n'est qu'un " supplément ", quelqu'un qui nous embellit l'Existence par sa présence mais qui ne la remplit en aucun cas....

Ainsi, quand il sortira de notre Vie, parce que bien souvent les histoires d'amour s’achèvent, notre Vie ne s'écroulera pas pour autant....
On acceptera même de le laisser partir car on saura au fond de Nous qu'on ne peut pas l’empêcher d'aller vivre ce qu'il a à vivre ailleurs.....IL est un Être libre et, Nous, Nous devons respecter ses choix, même si cela nous fait mal et nous brise le Cœur...

Les rencontres que Nous faisons ne sont jamais le fruit du hasard !! 
Chaque Être qui nous accompagne au bout d'un chemin a quelque chose à nous apprendre sur Nous ou bien Nous avons quelque chose à lui apprendre sur lui....*

Il faut donc l'accueillir au mieux, essayer de comprendre le message...
Vivre intensément chaque instant en sa Présence.... 
Et puis le laisser partir quand il le décide, quand autre chose ou quelqu'un d'autre l'appelle ailleurs....

Aimer ainsi c'est accéder à la source de l'Amour en Soi qui va faire que donner l'Amour aux autres deviendra notre essentiel, notre Priorité Absolue. 
Surtout que l'on se rendra compte alors qu'en donnant sans rien attendre en échange, on reçoit infiniment !!!

Cet Amour-la; l'Amour sans condition aucune, sans peur, sans jalousie, sans reproches, sans attentes...... C'est le Seul, le Vrai Amour qui soit. L'Amour avec un grand " A ".
Tout le reste n'est qu'illusions et souffrances inutiles.....
Reçois les Bisous Lumineux de mon Être Intérieur, sur ton grand Cœur Aimant.
Je Nous Aime

*Il est bon de préciser que chacun apprend à l’autre dans toutes relations, qu’elle soit amicale, amoureuse ou familiale. L’autre est un reflet de ce que nous sommes, un autre soi, et nous sommes reliés par la vibration, par l’âme, l’inconscient. Nous n’apprendrons pas toujours les mêmes choses mais nous nous enrichissons dans l’échange, nous découvrons une part caché de nous-même quelle qu’elle soit…Sachant cela, il n'y a plus d'accusation possible et l'égalité est reconnue, vécue. 




Pour finir, la vision d’Osho, un ‘maitre spirituel, enfin je crois:
« L’amour signifie une qualité d’amitié pure, où vous ne voulez rien de l’autre, où vous êtes simplement heureux, parce que l’autre existe, la simple présence de l’autre vous donne de la joie. 
Ce n’est pas qu’il vous fasse quelque chose ou qu’il vous soutienne -financièrement, physiquement – où qu’il soit d’une façon ou d’une autre un support à la joie, non ; sa seule présence suffit.
Quand vous commencez à vous réjouir de la présence d’une personne, alors l’amour est là. 
Vous ne voulez pas utiliser la personne. 
Au moment où vous commencez à utiliser la personne, l’amour a disparu. 
Alors, il ne s’agit plus que de ruses politiques. 
C’est simplement de l’exploitation : vous continuez de parler d’amour et derrière cette façade, vous continuez d’exploiter la personne.

Si vous avez connu l’amour avec une personne, vous avez connu l’amour pour tous. 
Alors cette personne devient la porte de tous, alors il n’est plus nécessaire de chercher, il n’est plus nécessaire de changer d’amoureux, alors un est suffisant, plus que suffisant. Alors, le cœur est rempli et vous pouvez bénir l’existence toute entière.

C’est la qualité la plus basse de l’amour qui ne cesse de rechercher, de changer, d’aspirer. Plus l’amour est élevé, plus il est centré.

L’amour est comme un oiseau libre d’aller partout, le ciel tout entier est sa liberté. 
Vous pouvez attraper l’oiseau, vous pouvez le mettre dans une belle cage dorée, et l’on pourrait penser que c’est le même oiseau que celui qui volait en liberté et qui avait le ciel tout à lui. 
Ce n’est le même oiseau qu’en apparence, ce n’est pas lui, vous l’avez tué. 
Vous lui avez coupé les ailes. Vous lui avez pris son ciel. Et les oiseaux se fichent de votre or : aussi précieuse soit-elle, votre cage est une prison.

Et c’est ce que nous faisons de notre amour : nous fabriquons des cages dorées. 
Nous avons peur, parce que le ciel est immense, peur que l’oiseau ne revienne pas. 
Pour le tenir sous contrôle, nous devons l’emprisonner. C’est ainsi que l’amour devient mariage.
L’amour est un oiseau qui vole : le mariage est un oiseau dans une cage dorée. 
Et l’oiseau, à coup sûr, ne pourra jamais vous pardonner. Vous avez détruit toute sa beauté, toute sa joie, toute sa liberté.

Les amoureux ont toujours peur. Ils ont peur parce que l’amour vient comme la brise. Vous ne pouvez le créer, ce n’est pas quelque chose que l’on fabrique – il vient. 
Mais tout ce qui vient de lui-même peut aussi repartir de lui-même ; c’est un corollaire naturel. 
L’amour vient, et les fleurs s’épanouissent en vous, les chansons vous montent dans le cœur, l’envie de danser… mais avec une peur cachée. Que se passera-t-il si cette brise qui vous est venue, fraîche et parfumée, vous quitte demain ?… 
Car l’existence ne se limite pas à vous. 
Et la brise n’est qu’une invitée : elle restera chez vous aussi longtemps qu’elle en aura envie, et elle pourra partir d’un moment à l’autre.
Ceci crée une peur chez les gens, et ils deviennent possessifs.

On devrait s’aimer, aimer intensément, aimer totalement, et ne pas se soucier du lendemain. 
Si l’existence a été si merveilleuse aujourd’hui, faites-lui confiance : demain elle sera encore plus belle et plus merveilleuse. 
A mesure que grandit votre confiance, l’existence se montre de plus en plus généreuse à votre égard. 
Elle déversera plus d’amour sur vous. 
Elle fera pleuvoir sur vous encore plus de fleurs de joie et d’extase.

Aimez intensément, totalement, et vous ne penserez jamais à créer d’asservissement, de contrat. Vous ne penserez jamais à rendre quelqu’un dépendant. 
Si vous aimez, vous ne serez jamais cruel au point de détruire la liberté de l’autre. 
Vous l’aiderez, vous élargirez son ciel.
C’est le seul critère de l’amour : il donne la liberté et il donne inconditionnellement. »
Osho 




Bien que ça puisse sembler très idéaliste et utopique, l’amour véritable est possible et ça commence en soi, envers soi-même, envers les aspects qu’on rejette. 
Lorsqu’on s’aime en totalité, lorsqu’on vit dans la paix et l’unité, on peut alors aimer l’autre sans peur, sans complexe, sans attentes, en toute confiance. 
On attire toujours des êtres et des situations qui correspondent à notre vibration.

Chaque rencontre nous permet de voir en nous-même ce qui n’est pas encore aimé, accepté et en accueillant ces parts blessées, on devient de plus en plus libre, complet et capable d’aimer sans conditions et sans se perdre en l’autre. 
Plus on est conscient de ce qu’on est en totalité et surtout en vérité, au-delà des masques et des rôles et plus on peut vivre des relations de ‘couple divin’…


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.