mercredi 25 mai 2016

« Confiance, reconnaissance et gratitude; des clefs majeures » & vidéos Jérôme Matanaël





Et bien je peux dire que la journée d’hier a été très instructive ! 
Quand on change son regard sur les choses, quand on lâche le jugement, l’auto-critique on élargit alors considérablement sa vision. Le taux vibratoire s’élève et on peut constater que tout a sa raison d’être, que nous sommes aimés sans conditions par l’âme et guidés en tout temps. Ce sont toujours nos jugements qui faussent les choses, qui les réduisent aux cases bien/mal.
J’ai observé de façon neutre l’effet de la beu et déjà le fait qu’il n’y avait pas la quantité promise, m’a rassurée quant au fait que je ne risque pas de réitérer l’expérience. 
C’est d’ailleurs souvent ça qui m’a empêché de surconsommer parce que je ne supporte pas l’hypocrisie ou l’arnaque. 
Plutôt que de m’en vouloir pour ça en me disant que j’attire encore des gens manipulateurs ou que je suis l’éternelle victime, je vois l’occasion de ne pas m’égarer. 
C’est souvent les gens qui s’indignent contre les injustices du monde qui les perpétuent eux-mêmes, ceux qui critiquent les magouilles des politiques qui agissent de la même façon. Ça me rappelle un employeur quand j’étais dans la vingtaine, qui déjà me tutoyait, ce qui fausse souvent les rapports employeurs/employés à moins d’être conscient de qui on est, et il s’offusquait d’une loi qui réduisait les droits des travailleurs à l’époque déjà, alors qu’il me payait 10 Francs de l’heure. C’était le bon temps des SIVP…j’étais payée comme un apprenti alors que j’avais les qualifications requises et produisais en conséquence...
Je n’ai pas trop percuté quand mon âmie m’a parlé hier, d’une offre d’emploi dans l’entreprise qu’elle est en train de créer. J’étais tellement enthousiaste de constater qu’elle réalise ses rêves et comme j’avais commencé à fumer, l’info est passée à la trappe. Ce matin, ça me parle plus que jamais !



Plus je me fais confiance, plus j’agis selon ce que je suis en totalité, sans rejeter, renier ou qualifier de bon ou de mauvais l’élan qui me traverse et plus la vie devient belle, épanouissante, généreuse.

Je sais intuitivement et le constate sur le terrain, que la peur, la culpabilité et le jugement sont des freins, des énergies qui nous limitent tant notre vision que notre pouvoir créateur. Déjà là, je dois faire une longue parenthèse parce que lorsque je parle de pouvoir créateur, j’exprime seulement le fait que nous matérialisons notre vie selon la vibration que nous émanons. 
Ça, c’est a règle mais dans la réalité, il y a souvent un décalage entre notre intention et ce qui se passe. On pense alors qu’on est limité, impuissant, que cette loi est fausse ou réservée aux initiés, voire aux chanceux. 

Notre âme et notre conscience divine ou notre Soi, créent toutes les situations, les rencontres, les évènements de notre vie. 
Quand c’est agréable, on veut bien croire en cette loi et on baigne dans la gratitude mais lorsque ça vient nous heurter, lorsque c’est douloureux, on a tendance à retomber dans le rôle de la victime, à croire qu’on est parasité par des entités, que la vie nous en veut. 
La réalité c’est que nous regardons depuis le mental qui se croit séparé de la source et que nous réagissons selon les programmes de survie, toujours selon les croyances mentales basées sur la dualité, la notion de bien et de mal.  

Tant qu’on continue de penser et de voir les choses sous cet angle, on ne peut pas élargir sa vision ni sortir des rôles de victime/bourreau/sauveur.
Et quand on observe depuis le cœur, de façon neutre, non seulement la vision s’élargit grandement et l’horizon avec mais on comprend aussi que c’est notre âme qui tire les ficelles quoi qu’il arrive. 
On parle de libre arbitre mais il se situe uniquement dans la façon dont on voit les choses et donc comment on interprète les faits.

Tant qu’on ne lâche pas la peur, la culpabilité et l’idée de justice fondée sur la notion de bien et de mal, on aura toujours une vision falsifiée des choses.

Les situations agréables ou non, visent toutes à nous permettre de progresser vers la paix, l’unité, la liberté, et lorsqu’on sait cela, on peut se détendre et apprendre à faire confiance à l’âme, à la vie et à tout ce que nous sommes.  

Elle ne nous amène toujours vers le meilleur et quand on admet que c’est cette part de nous qui trace le chemin, on peut se laisser guider avec plus de facilité. 




Lorsque quelque chose nous dérange c’est l’occasion d’apprendre, de lâcher prise, de se rapprocher de soi, de l’âme, de comprendre la valeur des choses, leur sens, l’énergie qui sous-tend tout ce qui est. 
Le seul fait d’accepter la situation nous libère et l’énergie change, elle circule plus facilement, les corps s’alignent à la volonté de l’amour. C’est un peu paradoxal d’associer la volonté à l’amour parce que celui-ci n’exige rien, il est, tout simplement et rayonne, s’expanse, s’offre, par nature.

Le truc, c’est de se laisser guider par l’élan du moment sans porter de jugement, de glisser sur le flux de la vie, d’apprendre à agir spontanément. Ce qui ne veut pas dire non plus de faire n’importe quoi ou de suivre des pulsions qui seraient fatales. Ceci dit, c’est une façon d’apprendre à lâcher prise, de faire confiance et d’accepter le fait que tout soit en perpétuelle évolution. La vie est mouvement et rien ne reste figé. 

Accepter aussi que malgré le fait que nous soyons cocréateurs par notre nature vibratoire, ça n’est pas la personnalité qui dirige les choses. 
Notre volonté est toujours inspirée soit par la peur, soit par l’amour mais derrière cela, c’est toujours l’amour qui agit. 
Le fait de cultiver un jardin illustre bien comment se répartissent les rôles entre la personnalité, l’inconscient et le divin ; l’âme et la conscience Une.

Nous avons le choix de nos actions, de nos intentions mais nous ne maitrisons pas le processus de création et ses nombreux paramètres. 
Accepter d’être guidé par l’âme et suivre aveuglément l’amour, le ressenti, plutôt que d’essayer de contrôler les choses, c’est une façon de se placer dans le courant de la vie, de la grâce.
Notre cœur sait ce qui est juste pour nous et la vie nous amène à vouloir trouver le juste milieu en toutes choses.

C’est la vibration qui créé et lorsque nous sommes dans le cœur, lorsque nous choisissons de voir avec les yeux du cœur, le taux vibratoire s’élève et le résultat sera relatif à l’état d’être du moment. 

Suivre l’intuition, le cœur, la joie, l’excitation qui se manifeste au sujet de quelque chose de particulier, nous donne la sensation d’être sur le bon chemin, celui qui correspond à nos aspirations profondes mais très souvent, on créé une image, on projette notre idéal et c’est là que tout se complique.

La vision de l’âme et celle du mental sont différentes et ce qu’on imagine lorsqu’on pose une intention, peut être atteint d’une façon totalement contraire à ce qu’on avait prévu mentalement. 
Apprendre la confiance en l’âme, en son cœur, est indispensable parce que c’est ce qui va permettre de nourrir l’intention, de se maintenir dans les fréquences qui attireront le meilleur ou qui nous permettra de prendre du recul sur ce qui arrive.

Agir sur la vibration est notre pouvoir en tant qu’humain. On le fait en choisissant les pensées, les croyances qu’on veut garder/croire. 
Il y a déjà tout un travail à faire au niveau du mental, des croyances, une mise à jour immense qui est facilité quand on ne résiste pas à ce qui se manifeste en soi et à l’extérieur. 
Ceci nécessite aussi d’accueillir les émotions qui sont associées aux croyances, de les vivre d’oser les ressentir. Sans cette étape, on reste soumis aux gènes, à la mémoire ancestrale, à l'instinct de survie... 
C’est souvent là qu’on bloque le plus et sachant cela, plus on aura de patience envers soi, plus on pourra reconnaitre nos limites et plus on se libérera du superflu, de ce qui ne nous sert plus.




L’âme/conscience par nature est paix, joie, amour, goût pour l’aventure, la découverte, liberté d’être et à chaque fois qu’on vibre cela on peut être sûr que le présent nous mènera vers quelque chose d’encore plus réjouissant. 
Déjà lorsqu’on est dans cet état d’esprit, ce ressenti, on ne se pose plus de questions, on ne doute pas d’être aimé sans conditions par la source par la vie.

Lorsqu’on est triste ou en colère, on est aussi sur notre voie, on est invité à lâcher prise, à offrir au cœur ces énergies afin qu’il les harmonise. 
C’est en ce positionnement que la conscience humaine s’ouvre.
J’ai passé deux heures délicieuses au jardin à cueillir les fraises, arroser ce qui avait soif,  à préparer le terrain pour remettre des plans de tomates, à planter des haricots verts offerts par un voisin. Le tout en chantant et en dansant sur le son pourri de la musique à cause de la mauvaise qualité du portable.
Je suis heureuse de constater que l’envie de fumer ne se manifeste pas. 
Avant, quand j’en avais, je fumais sans me demander si j’en avais vraiment envie, je me laissais faire par le produit. 

Maintenant que je n’ai plus de blocages, comme j’exprime qui je suis naturellement, ça n’est plus utile, je n’en ai plus besoin pour avoir de l’audace et encore moins de la joie comme avant. Comme j’aime être présente à mon corps et à ce que je fais et puisqu’au jardin, il n’y a aucune contrainte, comme c’est de la joie, une connexion simple et facile à la terre mère, une parfaite harmonie, fumer le matin n’a plus de sens.

Plus on est dans la confiance/reconnaissance/gratitude et plus les choses se font naturellement, sans forcer. 
L’idée de travailler avec mon âmie, commence à bien germer et je sens que ça vient encore en parfaite synchronicité. Je ne réfléchis pas avec le mental dans ce genre de situation, c'est l'inconscient et l'âme qui agissent ensemble et l'intuition vient après, selon l'élan porté par la joie. Et ça change tout!

J’ai trouvé dans ma boite mail, une invitation à un webinaire gratuit sur le thème de l’argent. Je m’y suis inscrite et comme c’est un thème qui touche pas mal de monde puisque là aussi, les croyances obsolètes sont encore très active et paralysantes, je vous transmets le lien qui permet de s’inscrire.

Elle propose aussi un questionnaire qui permet de déterminer nos blocages vis à vis de l’argent. Elle fait le lien avec les blessures d’âmes ou d’enfance et c’est clair que tout est lié mais quand la confiance en l’âme est grandissante, on ne se tourne plus vers le passé. 

De toute façon, c’est au présent que tout peut être changé, effectué. 
C’est toujours le choix dans l’instant de croire/suivre/rejeter ou non la peur, qui va déterminer la qualité de notre vibration et donc le résultat, l’avenir. 
Qu’on résiste à la peur ou qu’on la croit, le résultat est le même, elle nous manipule et elle nourrit les croyances invalidantes.

En général, c’est la peur du manque qui va nous guider au niveau du travail, de la façon d’être indépendant, de gagner sa vie et en commençant par offrir à la source, toutes pensées de manque, de sacrifice, de compétition, on s’allège considérablement, la vision va alors changer peu à peu.




L’idée du revenu de base est à mon sens quelque chose qui peut nous aider collectivement à lâcher l’esprit de compétition, le mode de survie pour aller vers une société plus juste, plus équilibrée et unifiée puisque chacun peut être reconnu à sa juste valeur.

Il ne s’agit pas de glander mais de sortir de la notion de division, de lutte des classes, des genres, de toutes ces différences perçues comme conflictuelles, envisagées sous l’angle de la compétition. 
Chacun est unique et spécial, chaque individu apporte ce qu’il est au niveau vibratoire et la richesse de son unicité. 
Le fait de vouloir standardiser les qualités, de mettre tout le monde dans le même moule,  de privilégier le QI et d’en faire l’étalon qui détermine la valeur d’une personne, est une façon de manipuler et de hiérarchiser les masses.

Les avions ont encore changé la couleur du ciel mais comme j’ai accepté les règles superficielles de ce monde, comme je sais que ça n’est qu’une gigantesque mascarade qui en plus reflète ce que je porte en partie, ça ne me fait plus trop réagir. 
Je reviens en moi, j’accueille les parts internes qui n’aiment pas la façon dont le monde est géré, celles qui auraient tendance à vouloir se révolter face aux injustices, celles qui voudraient être ailleurs, qui ont la nostalgie du foyer, de la source, je les reconnais et demande à l’amour/lumière de les éclairer, des les choyer, de les rassurer. 
Ce sont des parts qui ont leur raison d’être et leur énergie est recyclée lorsque le cœur s’en charge.

Cette clef de Mantanaël m’a aidée à confirmer mon intuition quand à la façon de gérer les addictions et déjà, en commençant par arrêter de qualifier cela de négatif, on va changer la vibration.
MétaClé 04 "Signes & SaintChronicités" Enseignements des Guides Spirituels / Anges





Tout comme le jardinier se contente d’arroser la graine qu’il a semée puisqu’il fait confiance à la nature, il sait que des forces invisibles sont à l’œuvre dans le processus de création et de croissance, je me contente de maintenir la foi en la puissance de l’amour et de revenir au cœur quoi qu’il arrive. 
La connaissance de la loi d’attraction perçue par le mental encore conditionné, fausse totalement la compréhension et sabote la plupart du temps toute intention. 

Tant qu’on n’accepte pas le fait que c’est l’âme qui dirige les opérations, on va agir en mode égotique et les résultats seront la manifestation de la vibration émise. 
C’est la connexion et la confiance en l’âme qui ouvrent la voie de la réalisation de soi. 
Le terme de réalisation n’est pas tout à fait approprié, il s’agit plutôt de se révéler à soi-même, de voir émerger l’être vrai, unifié, pacifié, équilibré, épanouit, dans le présent

Je n’en reviens pas de cette opportunité de travailler avec mon âmie !
Là encore, les synchronicités, les relations d’âme, le lâcher prise et la confiance en la vie, sont autant de preuves concrètes des bénéfices de ces libérations internes.
Accueillir une peur la libère, je n’ai plus aucun doute là-dessus tout comme l’abandon du jugement qui ouvre l’horizon.

Tout mon parcours professionnel, depuis ce travail de librations internes, est en parfaite résonance avec ce que je vibre. Autant les deux rejets de ma candidature que cette nouvelle opportunité qui se présente. Pouvoir travailler avec quelqu’un de juste, une âmie, ( je rajoute consciemment l’accent circonflexe parce qu’il est bien question de cela ), c'est une belle opportunité. 
Dès notre rencontre c’est passé de suite, il  a eu reconnaissance mutuelle, on a eu d’emblée cette relation familière, comme si on se connaissait depuis toujours et nous nous voyions de temps en temps pour constater à chaque fois l’évolution de chacune selon son chemin particulier. Nous avons vécues toutes les deux des enfances dramatiques et nous les intégrons chacune à notre façon, selon nos personnalités respectives, selon notre foi même si dans la forme il y a quelques différences. 
Elle est excessive dans ses actions, parfois, enfin à mon goût comme le tatouage sur tout le dos de l’homme éléphant/Ganesh mais on ne s’est jamais pris la tête. 




C’est une de mes rares amies et on se suit depuis six ans, dans le respect mutuel et le dialogue authentique. Même si les relations virtuelles sont de plus en plus nombreuses grâce à ce blog, une amitié vécue sur le terrain c’est tout de même plus complet. 
Ceci dit, là aussi, la libération des peurs est efficace puisqu’elle me pousse à oser me montrer en live sur le net. 
Depuis le début de la création de ce blog, j’ai voulu m’exprimer à partir du cœur, de ma vision de la vie, de mon ressenti profond, sans que l’image ne vienne interférer parce que la personnalité, l’image, ne sont que la pointe de l’iceberg de l’être. Et très souvent par le contact visuel, on se fait une idée de la personne selon nos propres références, nos codes, notre définition des choses et finalement on passe à côté de la vrai personne, de l’être tout entier qu’on ne peut réduire à ses apparences.
 Maintenant que je me sens prête à interagir via l’écran, en direct, en image, les peurs qui ont émergé se sont changés en plan de travail et comme l’habitude d’affronter une peur, de l’accueillir, sans risquer de la contrôler, n’est pas encore tout à fait ancrée, ça bloque encore un peu mais je ne force rien. 
Je sens que l’énergie a changé à ce sujet alors je suis mon rythme et cette nouvelle clef de Jérôme Matanaël me confirme par résonance que c’est la bonne voie, enfin plutôt Ma Voie.

MétaClé 07 "Atteindre ses Résolutions" Enseignements des Guides Spirituels / Anges via Jérôme Matanaël, son site http://www.guidancelumiere.com



Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.