vendredi 15 avril 2016

« Culpabilité et attachement » les EDL* via Monique Mathieu & vidéo d'Isabelle Padovani






"Les êtres humains, depuis leur plus tendre enfance, fonctionnent avec la culpabilité, parce qu'elle leur est inculquée par leurs parents ou grands-parents qui leur disent en permanence : « Ne fais pas ça, ne parle pas comme ça, n'agis pas comme cela ». 
Ils sont ainsi enfermés dans une énergie de culpabilité.

Celle-ci peut être générée par des peurs, mais elle est pratiquement toujours générée par une souffrance. Au lieu de vous départir de cette souffrance, vous nourrissez la culpabilité.

Imaginez tout simplement que la culpabilité est une vibration et non ce que vous pourriez appeler "défaut" dans votre langage.
La culpabilité est présente chez pratiquement tous les êtres humains, sauf chez ceux qui ont compris et qui ont suffisamment lâché prise par rapport à leurs comportements, à leurs émotions et à leurs ressentis. 

Dans votre société, il est fait en sorte que vous puissiez nourrir cette culpabilité en permanence, que ce soit au niveau affectif, dans le monde du travail ou dans le monde relationnel.
Il est très facile de culpabiliser un humain, et encore plus facile de se culpabiliser soi-même.


Nous voudrions aussi vous parler de l'attachement. Il a beaucoup été écrit sur l'attachement, mais nous allons encore vous en parler.

Certaines philosophies disent qu'il faut vous libérer de l'attachement. 
D'une certaine manière il en est ainsi, cependant les êtres humains ont besoin de l'attachement parce qu'il fait partie de l'Amour. 
C'est pour pouvoir vivre beaucoup plus facilement l'Amour, et surtout la vie sur ce monde, qu'il a été donné aux humains de vivre l'attachement.

Il faut cependant toujours vous poser la question suivante  : l'attachement que je vis est-il un vrai attachement ? N'est-il pas de la possessivité ?

L'attachement peut être possessif et, à ce moment-là, il infériorise les êtres, il ne les conduit pas à la réalisation d'eux-mêmes dans l'Amour, la sagesse et la sérénité.

On peut dire beaucoup de choses sur l'attachement, mais encore une fois ne le rejetez pas ! C'est une autre sorte d'Amour qu'il faut prendre en considération. 
Si cet attachement est dans le discernement, il peut vous aider à grandir dans l'Amour.

Ne culpabilisez jamais de trop aimer, mais posez-vous la question : « Est-ce que j'aime avec discernement ? Ne suis-je pas dans l'illusion de l'Amour ? Ma façon d'aimer est-elle juste ? » Soyez certains que vous aurez la réponse !

L'Amour vrai, l'Amour juste, est toujours très positif pour l'être qui le manifeste !

L'Amour, comme il vous l'a été enseigné, a mille et un visages, et chacun de vos pas, chacune de vos expériences, chacune de vos rencontres vous font découvrir un nouveau visage de l'Amour. 
L'Amour n'a aucune limite, ni dans le temps, ni dans l'espace, ni dans aucun cas de figure, bien sûr lorsqu'il s'agit du véritable Amour.

Veillez à ce que votre attachement ne soit pas possessif, c'est très important ! 
Si votre attachement n'est teinté d'aucune possessivité, soyez certains que vous êtes dans le vrai, dans le juste, et que cet attachement vous mènera vers d'autres horizons de vous-mêmes !"

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
·         qu'il ne soit pas coupé
·         qu'il n'y ait aucune modification de contenu
·         que vous fassiez référence à  notre site  http://ducielalaterre.org
·         que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

*EDL= êtres de lumière. 




Je n’attache pas d’importance à l’origine des messages, je me fie à ce qui résonne en moi et donc ne publie pas systématiquement tous les messages canalisés par Monique Mathieu puisque très souvent, je trouve que c’est paternaliste et dualiste. (ça me ramène encore à la nécessité de revisiter les croyances au sujet du masculin…)Puis ce qui concerne les extra-terrestres n’a pas d’intérêt pour moi. Il est clair que nous ne sommes pas les seuls êtres dans l’univers mais ma vie, c’est sur terre, dans le présent.

Ce message arrive encore en synchronicité avec les questions que je me pose en ce moment et comme je me fie à ma guidance intérieure pour tomber sur les infos qui viennent nourrir ma réflexion du moment, je me laisse guider en toute confiance et je me fie à la résonance du cœur. 
C’est un des gros avantages de se connaitre de l’intérieur puisqu’on apprend à discerner ce qui nous correspond puis à laisser de côté ce qui ne fait pas écho. 

C’est un cercle vertueux parce que plus on nourrit l’amour lumière en soi et plus on est présent, plus on se fait confiance, plus on se fait confiance et plus on peut être spontané. Plus on est spontané mieux on peut exprimer les pensées émotions et repérer les stratégies de l’ego en prenant le recul nécessaire. Plus on fait confiance à l’élan de l’instant, plus on peut faire la part des choses, être lucide, conscient, et plus on sera authentique…

En tous cas, le message des êtres de lumière m’éclaire au sujet de l’attachement et m’amène encore à penser que c’est une question d’équilibre, de conscience et de juste milieu.  

J’ai regardé cette vidéo d’Isabelle Padovani au sujet de la culpabilité qui est liée à la responsabilité qu'on pense avoir à l'égard de ceux qu'on aime. Elle explique très bien la façon dont nous sommes conditionnés. 

« Culpabilisation, culpabilité : conséquences de la déresponsabilisation » Isabelle Padovani 




Il est clair que l’auto-guérison est possible mais ça ne se fait pas seul. Nous ne sommes pas suffisamment conscient ni détaché au niveau émotionnel pour faire la part des choses lorsqu’il s’agit de sentiments et il est important d'apprendre à dire ce qu'on ressent tout autant que ce que l'on pense. Pour cela il faut pouvoir être en confiance et c'est très utile d’avoir de vrais amis ou de pouvoir parler à des gens qui sont suffisamment lucides et bienveillants pour nous dire aussi ce qu’ils perçoivent, ressentent, pour être dans une relation sincère de part et d'autre. Quelqu’un qui soit capable de voir clairement lorsque nous sommes dans un jeu de rôle et pour qui l’amour ou l’amitié veut dire avant toute chose, sincérité, authenticité et spontanéité. Pour cela, il faut déjà être honnête et faire preuve de compassion envers soi-même, savoir que l'amour est en soi, que nous sommes complets, reliés à la source, à notre âme en permanence.  

Nous sommes tous conditionnés par notre vécu et nous percevons et projetons la réalité au travers de nos filtres, des croyances, des fantasmes et des peurs. On peut arriver à s’en rendre compte quand on sait que l’autre est un miroir qui nous renvoie ce que nous avons occulté ou refoulé dans l’inconscient. Et quand on sait que l’amour est en nous-même, en ayant de la compassion pour ce qui aura été éveillé en nous, en offrant à la source les pensées/émotions que la situation a fait émerger, on va se désidentifier peu à peu de ces croyances, de ces peurs. 
C’est un processus qui demande d’être attentif à ce qu’on dit, à ce qu’on fait mais comme l’inconscient s’exprime dans la spontanéité, le risque de s’auto censurer et de refouler encore, est grand.
Il est clair que si nous sommes seul, nous allons avancer mais nous pouvons aussi tourner en rond et je constate que chaque fois que des prises de conscience émergent, c’est dans l’échange. 
Que ce soient des lectures, des vidéos ou des rencontres, c’est ce qui permet de s’ouvrir, d’élargir sa vision, sa compréhension. Puis au niveau affectif, la guérison survient dans la relation au divin en soi mais elle doit aussi se vivre dans la relation aux autres. 

Comme je le disais il y a quelques temps, des relations sincères et spontanées permettent de finaliser la guérison et de gagner en confiance. Puisque les blessures ont été vécues dans la relation aux autres, elles seront cicatrisées de la même façon. 
Et pour que les relations permettent cela, il est indispensable d’avoir déjà fait un gros travail sur soi, d’être capable de transparence, d’honnêteté et de bienveillance envers ce qu’on va découvrir. Ce qui est rassurant, c’est de savoir que dans ce monde où les choses sont polarisées, nous portons autant de lumière que d’ombre et dans l’exploration interne, on trouve autant de beauté que d’éléments qui nous apparaissaient avant comme négatifs et qui dans l’harmonisation, l’alchimie du cœur révèle que c’est l’amour qui est derrière toute forme, stratégie ou blocage. L’amour des aspects internes qui protègent notre vulnérabilité, qui font tout pour que l’enfant intérieur ne soit pas blessé. Je rejoins ce que dit Isabelle Padovani à bien des niveaux même si je sais, pour l'avoir vécu, que l'amour qui est l'essence de l'être, est très puissant et peut ouvrir le cœur et la conscience, guérir de façon miraculeuse mais ce n'est pas l'expérience de la majorité des gens. 




J’ai toujours eu ce pressentiment que l’amour pouvait tout guérir mais comme j’attendais un sauveur à l'extérieur, tout a été totalement faussé. La plupart des humains ont aussi cette connaissance innée mais les conditionnements, l'éducation et le formatage de la société vont corrompre la vérité de l'être, de son essence d'amour et de lumière.  

Depuis que je sais que le sauveur est en soi, que la source, le consolateur, la conscience lucide et bienveillante du "père mère", sont à l’intérieur, que l’enfant intérieur est la part qui est capable de spontanéité, celle qui exprime la volonté de l’âme, je restaure ces relations internes. Et ça se manifeste aussi dans le monde physique. 
Ce qui vient une fois de plus confirmer la loi de manifestation, de résonance et d’attraction. On attire ce que l’on porte, la vibration qu’on émane créé notre état d’être et notre quotidien tout comme elle attire des êtres en résonance.

C’est toujours dans le juste milieu que tout doit être amené. En ce moment, le travail qui se fait en moi, c’est la réunification du masculin et du féminin. Ce qui demande de prendre conscience des stratégies d’évitement, de conflit, de séduction…Je sens que ça s'ajuste à bien des niveaux, que ça affecte tous les corps, du plus dense au plus subtils.
Voir les jeux de rôle et offrir à la source est vraiment guérissant mais nous ne sommes pas sur terre pour vivre seul. 
On ne peut pas s’épanouir uniquement dans la relation  à la source, ou par la réconciliation des parts internes, sans frustrer notre âme, nos corps physique, émotionnel, et même mental puisque c’est dans la rencontre et le partage, la communion et l’échange qu’on peut magnifier la vibration d’amour lumière qui nous anime. 

Cette vibration se suffit à elle-même mais dès lorsqu’elle est ‘contenue’ dans un corps physique, elle veut se déployer, aller à la rencontre du vivant et communier avec les êtres, dans le véhicule de chair qu’elle emprunte à la terre, le temps d’une vie. 

On ne peut la contenir sans être consumé de l’intérieur et je crois que c’est ce qui m’a toujours fait peur parce que j’ai cru que je ne pouvais pas offrir cet amour. 
C’est le drame de l’humain, de l’enfant qui vit en nous parce qu’il vient sur terre avec ce désir de reliance, cet amour inconditionnel qui n’est pas reçu, estimé à sa juste valeur. 

On ne peut pas non plus blâmer nos parents puisqu’ils n’avaient pas les moyens de faire autrement, ils n’avaient pas les infos qu’on a aujourd’hui ni le contexte qui leur aurait permis d'être plus ouverts. 
Tant qu’on ne prend pas conscience de tout cela, on va reproduire les mêmes schémas de souffrance, léguer aux générations futures, tant par les gênes que par les conditionnements, les mêmes croyances au sujet de l’amour conditionné. 

Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.