samedi 30 janvier 2016

« Oser se pardonner, se donner à l’amour » & vidéos de libération karmique





Même si je ne cherche pas à savoir quelque chose à propos du karma, je sens qu’en ce moment, de profondes guérisons s’effectuent. 
Cette notion a été présentée depuis une vision duelle, conflictuelle et divisée, de ce qui est, de la vie, de l’humain  qui se croyait coupé de la source, indigne de dieu, de sa présence. 

Maintenant, tout est différent, maintenant, nous pouvons savoir que nous sommes nés et mus par l’étincelle divine. Nous savons, depuis le cœur-conscience, que nous sommes tout autant divin qu’humain et cette incarnation est la synthèse de tout ce qui a été vécu, expérimenté. 
Il n’est pas nécessaire de plonger dans le "passé" puisque tout est présent en nous. 
Les schémas et programmes internes dessinés à partir de notre mémoire cellulaire, de ce que porte notre âme, sont mis en scène depuis notre naissance afin que nous nous tournions vers l’intérieur. 
C’est la récurrence de ces comportements, situations douloureuses, qui nous invite à faire ce retour aux sources, en notre cœur, afin de sentir la vibration subtile mais croissante en intensité, de l’amour lumière que nous sommes. 
Une occasion en Or de savoir qui nous sommes en vérité, de savoir par nous-même, de l’intérieur, sans aucun doute, que nous sommes d’essence divine, que nous sommes celui ou celle que nous attendions, que nous avons toujours cherché en vain au dehors.

Le moment précis où nous pouvons choisir de guérir, de libérer les croyances qui nous enferment dans l’ignorance, la sensation d’être insignifiant, impuissant et soumis aux autorités, puissances extérieures. 
Les maladies, les symptômes, les situations difficiles sont des moyens de réaliser, de prendre conscience de Qui nous sommes en vérité et de connaitre la puissance de l’amour. De voir les choses en vérité, de voir que tout nous apparaissait à l’envers tant que nous pensions être seul, isolé, séparé de la source et des autres. 
Un temps pour manifester l’amour lumière qui est notre nature essentielle, éternelle.

Et pour manifester cela, pour que cette essence se révèle, s’extériorise, il nous faut l’activer à l’intérieur. On le fait en se pardonnant, en s’acceptant tel qu’on est, en Totalité, en accueillant dans notre cœur sacré, tous les aspects de la personnalité, toutes les énergies exacerbées, polarisées, afin que la source harmonise nos corps et les énergies qui nous traversent.

En offrant à la source en soi, la peur, la culpabilité, la colère, la tristesse, la haine, les regrets, ressentiments, l’amertume, la jalousie, la honte, toutes ces pensées émotions qu’on a tendance à refouler parce qu’on les juge inadéquates, à juste titre, l’harmonie, l’équilibre, l’ordre divin sont restaurés. 
Je dis "à juste titre" parce que justement cette expérience d’illusion de séparation, nous a permis de savoir ce qui est juste, bon et valable. 

Nous avons compris ce qui nourrit la vie, ce qu’est l’amour, ce qu’est la sagesse, nous avons grandit et sommes à même de passer à autre chose. 
Et pour ce faire, il n’y a que l’amour inconditionnel, la réunification de ce que nous sommes, qui puisse réaliser cette transition dans les meilleures conditions. 

La lumière de la source, de notre être, nous permet de prendre conscience de ce qui en nous est caché, polarisé, et si nous reconnaissons cela, si nous acceptons de voir nos peurs et jugements en face,sans les juger, sans chercher à nous justifier, nous allons vivre la magie, la puissance de l’amour, du lâcher prise, de l’acceptation.
Ce lâcher prise, cette acceptation de ce qui est, de ce qui se manifeste en soi, sont les clefs, les énergies qui activent l‘amour lumière intérieur.

Quand nous accueillons dans notre cœur, quand nous offrons à l’amour lumière, tout ce qui nous dérange, nous semble injuste, tout ce qui monte en nous dans l’instant, sans juger, nous guérissons, nous changeons littéralement de dimension.
Pour un instant nous côtoyons le royaume des cieux, des anges, des archanges. 
Nous nous rapprochons de la source par la vibration qui émane de notre cœur lorsque nous nous abandonnons en confiance à l’être divin que nous sommes.
Dans ce processus, nous élevons peu à peu notre vibration en intégrant les énergies de la source, en les laissant se déverser sur nos aspects humains. 




Par ce retour au centre, en notre cœur, dans la paix, le silence, le calme mental qui apparait ne serait-ce qu’une fraction de seconde nous accoutume à cette vibration d’amour. 
La sensation de paix, de douceur, de tendresse qui nait de l’accueil de l’enfant en soi, nous permet de sentir le père et la mère que nous sommes aussi.

Nous prenons confiance en cet amour, et peu à peu nous pouvons lâcher prise, arrêter de lutter contre les autres et surtout contre nous-même.

Quand on réalise que tout commence en soi, on vient se confier en son cœur, on tourne notre attention vers l’intérieur et alors commence un voyage, une exploration qui va nous révéler la beauté, l'harmonie, de notre univers. 
C’est difficile à traduire en mot parce que c’est un tout, c’est une sensation intime qui ne laisse aucun doute et permet d’avancer, de persévérer dans ce mouvement de réunification intérieure.
La paix qui s’installe est si libératrice qu’on sait que la puissance réside dans cette acceptation, qu’elle est notre force, la clef de notre renaissance, la voie de la clarté, des révélations.
Se positionnement dans le cœur, permet de voir avec les yeux du cœur, au-delà de la peur et des jugements et on s’éveille à la vérité.

Cette vidéo du livre audio de Doreen Virtue est un outil de guérison, un support qui peut aider à lâcher les croyances passées. Bien-sûr, il faut avoir confiance et peut-être avoir déjà goûté à cette paix en soi pour se laisser guider.
Doreen Virtue "Libérez vous de votre karma"



Elle est juste un support, un outil d'ouverture et ne remplace pas la révélation intime mais si vous vous sentez poussés à l’écouter, c’est qu’elle est faite pour vous, dans l’instant. 
Il ne s’agit pas de tout gober tout cru puisque de toute façon c’est incompréhensible pour le mental, ça n’entre pas dans ses cases, ses références, mais ça peut être une expérience qui va vous permettre de sentir ce qui se vit en vous et de lâcher prise en maintenant la paix à l’intérieur.

Une autre vidéo livre audio destinée à lâcher le passé, c’est celle de Denise Linn :
"A la découverte de Vos Vies antérieures"



Ces vidéos sont à écouter uniquement si vous le sentez. Il ne s’agit pas de savoir qui on a été mais de s’ouvrir à une autre réalité, d’élargir sa conscience, de se connaitre de l'intérieur, de ressentir, d'apprendre à s'intérioriser.

Personnellement, je ne les utilise pas puisque j’ai trouvé quels sont mes guides.
Cependant, je me sens poussée à les insérer à cet article alors je m'exécute.
Je reconnais la guidance intérieure et surtout le fait que tout me renvoie à ce que je porte et en ce sens tout est guidance. Les multiples voix internes et le seul fait de pouvoir dialoguer avec soi-même révèle l’être multidimensionnel.

Quand on admet que tout commence en soi, que nous vivons ce que nous émanons, projetons, justement pour savoir ce que nous portons et apprendre à tout confier à l’amour lumière en soi qui va œuvrer, guérir, équilibrer, restaurer, harmoniser, il y a juste à penser à revenir au centre lorsqu’on se sent bousculé, lorsque des émotions négatives apparaissent. Négatives parce que polarisée, excessives du fait de les avoir refoulées.

Si on considère la vie comme un apprentissage, une succession d’expériences visant à nous ramener à la source, en notre cœur, on peut plus facilement lâcher la notion de bien et de mal, de punition et de récompense parce qu’on a fait l’expérience de l’acceptation, de l’amour guérisseur en soi. 
On ne le sait pas parce qu’on nous l’a dit mais bien parce qu’on le vit. 

Je suis maintenant parfaitement convaincue d’être guidée en tout temps. Cette notion de guide doit être dépoussiérée parce que même si ça nous a ouvert sur d’autres réalités, d’autres mondes, le but n’est pas de nous éloigner de nous-même, d’idolâtrer de nouveaux maitres mais de trouver le maitre que nous sommes. 
Oui, ça parait prétentieux de parler comme ça, de se dire qu’on est un maitre mais c’est une vérité qui ne peut être perçue que de l’intérieur, dans le cœur et l’harmonie. 

Par l’acceptation de son ombre, l’abandon du jugement envers soi et les autres, tout en nous s’équilibre, c'est-à-dire que le maitre et l’enfant sont réunis, l’ego perçu comme un allié, le corps physique comme un magnifique véhicule, un temple de manifestation de la conscience divine, une merveille de la création. 
L’ombre révèle sa lumière et on relativise la notion de bien et de mal parce qu’on voit qu’il y a du bon et du mauvais non plus en quelque chose mais juste à cause du manque d’harmonie. On se rend compte que ça ne sont pas les choses qui sont perverties mais notre vision de celles-ci.

Ne plus juger peut faire peur parce qu’on pense qu’on aura plus de repères mais comme on en fait l’expérience intime, en soi-même, comme on voit que cet abandon du jugement élargit notre vision, notre compréhension et surtout amène une paix profonde, on ose franchir le pas. 
On ne peut pas accéder à la vision du cœur, de l’être, aux dimensions élevées, tant qu’on reste soumis aux références du mental. Je devrais dire qu'on ne peut pas constater ce que nous sommes et avons toujours été essentiellement. 
Ses références ont été un outil de connaissance, une façon de savoir que l’amour, la paix et l’harmonie, sont les valeurs du vivant, le principe d’évolution et cela nous l’avons compris par l’expérience directe, sur le terrain. 

Maintenant que nous avons acquis un certain degré de sagesse, une compréhension plus vaste de l’amour, nous pouvons passer à la création délibérée. 
Apprendre à manifester notre vie en conscience, en connaissance de causes, en connaissant la véritable valeur des choses. 
Nous avons expérimenté les conséquences de nos actes ou loi de cause à effet et pouvons maintenant agir dans le respect de soi et de toute vie. 




C’est un projet, un objectif qu’il ne faut pas penser atteindre demain mais nous sommes en chemin et le fait d'avancer en étant porté par la paix, la joie d'être, est suffisant.
Nous en sommes à la phase de reconnaissance de qui nous sommes en vérité, nous remettons les compteurs à zéro pour aller vers de nouvelles aventures. 

Le karma envisagé comme un outil d’apprentissage est la conséquence logique de l’alchimie interne qui révèle l’éternité de l’être et en même temps la complexité de ce que nous sommes, la vastitude de l’amour, la connaissance qui ne finit jamais.

J’avais eu quelques visions de vies antérieures ou simultanées et même si je ne sais toujours pas si j’ai vraiment incarné ces personnages, ce qui est sûr, c’est que je porte ces énergies, ces blocages, tant les dons qu’ils ont manifesté que les traumas qu’ils ont vécu. 

Comme je ne cherche plus à savoir par le mental puisque c’est hors de sa portée et commence à comprendre comment vient la révélation intérieure, je me contente de faire confiance à la source, la vie, à ces guides ou voix internes issues d’aspects plus éclairés de ce que je suis.

Le fait de pouvoir sentir différents états d’être selon que je perçois ce qui est depuis la peur, l’esprit de division ou depuis le cœur, dans la paix et l’harmonie, je sais que je vis dans plusieurs dimensions. 
Ces sensations m’amènent à relativiser la notion de temps et d’espace, à savoir que la vie se manifeste sur différentes gammes de fréquences mais là encore mon mental ou intellect ne peut pas vraiment comprendre. 
Il peut être éclairé, recevoir l’intuition, traduire la vibration mais ça le dépasse totalement et le vocabulaire est trop limité pour pouvoir exprimer la vérité ou ces autres réalités.
Nous sommes ici pour faire l’expérience, à travers la matière, de la lumière et de l’amour, du plein et du vide, de la naissance et de la mort, de ce qui semble s’opposer pour mieux se compléter, de ce qui est l’expression de l’infini du mouvement, dans un espace limité en apparence.
Tout se révèle dans son contraire et au-delà, dans sa complétude. 
Nous sommes dans la phase où nous déconstruisons les murs de certitude, les barrières des croyances, les mirages des illusions, des conditionnements et bien évidemment ça prend des allures de chaos, de vertige, de pertes de repères, la sensation de mourir, de sombrer dans le néant. 
Mais tout ça peut-être vécu dans la confiance, la paix du cœur et l’épanouissement de l’être si on ne tente pas de s’accrocher à ce qui était. 
Puisque dans notre cœur il y a la paix, la confiance est là même si elle ne peut pas être clairement définie, exprimée ou prouvée. 
C’est une certitude, une connaissance intime, une sensation qui n’a pas besoin de justification. 
Et c’est accessible à tous puisque chacun dispose d’un cœur et d’une conscience. "Reconnaitre et accepter", deviennent des précieux outils de révélation intime, des guides, des portes qui nous ouvre sur le royaume des cieux.

J’ai lâché beaucoup de peurs cette semaine et donc voyagé dans d’autres dimensions mais avec du recul ça m'est confirmé parce que je suis paumée dans les dates. 
Le temps a passé à une vitesse folle pourtant je n’ai pas fait grand-chose dans la matière. 
Je me suis contentée de cesser de lutter, de résister, de vouloir, de planifier, d'attendre, pour suivre l’élan de l’instant, revenir régulièrement en mon corps, attentive au mouvement avec pour seul objectif, maintenir la paix et la joie. 
Je me suis laissée vivre sans jugement, sans rejet, pas même pour le ton un peu ferme à l’égard de l’ego ou encore pour les moments de farniente que j’aurais qualifié de fainéantise avant. 
En acceptant de ne rien faire et surtout de ne pas me critiquer pour ça, j’ai senti, perçu que des libérations karmiques se réalisaient. 
Je n’ai pas le détail de ce travail effectué en profondeur mais je vois le résultat ; la paix, l’amour et la confiance en soi qui augmentent. Je le sais pas spécialement parce que je l’ai senti fortement mais parce que je n’ai plus de réaction ou presque face à la peur. 

Quand j’ai installé le nouveau frigo, j’ai du tout réagencer et cette situation m’a montrée que j’avais des habitudes, des automatismes, qui constituaient une sorte de zone de confort. Une bulle d’inconscience qui aurait pu m’amener à critiquer le fait de manquer de présence, d’attention, mais je ne suis pas tombée dans ce piège. 
C’est un piège parce que ça empêche de sentir l’amour que nous sommes. 
Le juge-ment, l’enfer-me-ment, tout ces états issus d’une vision déformée demandent à être baignés dans l’amour, reconnus, embrassés, pour amener leur potentiel équilibré au service de l’être complet, au service de la réalisation de soi.

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.