lundi 2 novembre 2015

« L’Amour qui émane de vous peut tout transformer »...






1er novembre; Comme c’est bon de sentir la paix en soi ! Je peux faire une nette différence entre mon état d’esprit rongé par la culpabilité et celui depuis que j’aie accepté de me pardonner pour avoir cédé à l’envie de fumer. 
Ce qui m’agaçait le plus dans cette histoire, c’est d’avoir l’impression de régresser, de ne rien contrôler et d’être manipulée. Pour l’ego, le mental, c’est intolérable et pourtant pour l’âme, c’est une occasion de libérer l’immense poids de la culpabilité.

Lorsqu’on est abusé enfant, on prend la culpabilité de l’agresseur sur soi. Il en joue et nous maintient dans le secret de cette façon tout en allégeant sa propre culpabilité. 
On pense être coupable alors qu’on est victime et pour le mental, c’est un casse tête dont il se libère en envoyant dans l’inconscient toutes les pensées conflictuelles. 
Des sentiments contradictoires se mélangent et on est perdu. On ne sait pas ce qu’est vraiment l’amour, on se méfie de tout le monde, on ne vit pas dans l’insouciance mais on est conditionné par la peur. 
Tant qu’on s’imagine être la victime coupable, on est coincé dans le triangle émotionnel, on subit la vie.
Ce genre de vécu est malheureusement très courant et déjà quand on sait cela, on arrête de se demander pourquoi ça nous est arrivé à nous, précisément.
C’est une première occasion de lâcher la culpabilité et de se détacher de l’histoire.

Puis avec du recul, on se rend compte que ce qu’on appelait trauma a été un véritable tremplin, un chemin d’apprentissage exceptionnel, une opportunité de trouver la vérité en soi et de comprendre la vie d’un point de vue beaucoup plus vaste.

Le thème de la méditation de Deepak Chopra, en parle en ce moment. On a deux façons de voir les choses, soit en se considérant comme une pauvre victime de la vie, soit en étant conscient de la puissance de l’être divin que nous sommes. 

C’est vrai qu’il est difficile de traduire la foi, d’expliquer comment on peut être certain de cela parce qu’il y a tellement d’interprétations conditionnées du divin.
Les religions ont nourri l’idée d’un dieu vengeur, puis d’un sauveur, qui a engendré beaucoup d’injustice et de conflits tout en maintenant la population dans la peur, la culpabilité et le sentiment d’indignité.

Croire qu’on peut guérir du passé en changeant sa vision et sa façon de penser, semble folie pour la majorité des gens pourtant, c’est une vérité que chacun peut vivre. 
Les notions de lutte, de mérite, de récompense, de privilège, sont encore bien imprégnées dans la conscience collective mais peu à peu, à mesure que le nombre de personnes retrouvant sa nature véritable augmente, ça facilite le lâcher prise.
Nous sommes tous connectés à l’univers et entre nous, au niveau de la conscience Une mais aussi en tant que conscience humaine et au niveau inconscient. 
Chaque fois qu’un individu ouvre son cœur, accueille la paix, l’amour et la lumière en lui, c’est toute l’humanité qui en bénéficie. 
Chaque fois que nous avons de la compassion pour l’enfant en nous, ce sont tous les enfants de la terre qui en bénéficient. 
Quand nous laissons la source intérieure harmoniser ce que nous sommes, c’est l’esprit d’unité qui grandit dans le monde, la mémoire de nos origines qui s’éveille. Voyons ce que je pioche aujourd'hui sur le site de Monique Mathieu:

Clef 933
« Le vrai chercheur de Sagesse et de Lumière est opiniâtre et reste sur le chemin. Il a le courage d’accepter ce qui paraît inacceptable à beaucoup d’êtres, il a le courage de se mettre à nu, de travailler l’humilité, il a le courage de reconnaître que dans la densité il ne connaît pas grand-chose car il a tous les jours quelque chose à apprendre, donc il a le courage de dire qu’il ne sait pas grand-chose. Le vrai chercheur de Sagesse et d’Amour doit dépasser l’ego, il doit travailler dans l’humilité. »

C’est vrai que plus on cherche à comprendre, à se connaitre et plus on se rend compte que c’est un puits sans fond. On ne cesse jamais d’apprendre et c’est une bonne chose puisque ça nous donne l’élan, ça nourrit l’enthousiasme, la curiosité. 
La vie elle-même nous enseigne et quand on voit les choses de cette façon, quand on considère que nous sommes ici pour grandir en sagesse, en capacité d’aimer sans conditions, ce qui nous semblait injuste ou être un obstacle, apparait comme une voie à explorer, un trésor à découvrir, un tremplin qui nous a propulsé vers l'avant.

Clef 655
« Il faut que vous compreniez que l’Amour qui émane de vous peut tout transformer autour de vous, que l’Amour qui émane de vous peut apaiser les colères, peut apaiser les tristesses, peut guérir des malades.
Cependant avant de pouvoir générer cet Amour il faut que vous soyez dans la sérénité totale, que vous ayez une maitrise et une confiance totales. Ce n’est pas mettre la barre trop haute. C’est beaucoup plus simple que vous le supposez !
C’est votre mental, votre intellect, votre ego ainsi que les convenances qui vous empêchent très souvent d’agir et de réagir avec sagesse, avec modération, avec Amour Inconditionnel. »

On s’imagine qu’il nous faut faire quelque chose pour ouvrir notre cœur et sentir l’amour en soi mais c’est souvent parce qu’on réagit selon nos croyances passées. On pense que l’amour c’est une sensation spectaculaire mais c’est une vibration subtile qui est pourtant capable de réaliser des miracles. Comme la graine qui pousse sous la terre, irrésistiblement attirée vers la lumière, elle croit en silence et c’est la vie en elle qui lui donne la force de soulever la terre afin d’éclore. 
L’amour, c’est la Vie, l’énergie qui anime tout être, l’essence et la structure du vivant. Comme toute énergie, elle amplifie par la libre circulation, l’échange, le don et la réception. 
Et ça commence en soi, dans la façon dont nous répondons aux appels de l’enfant intérieur, dans la façon dont nous réagissons aux stimuli internes…

Clef 968
« Vous nous demandez : « comment faire pour avoir accès à ce que nous sommes ? Comment faire pour pouvoir rayonner et manifester ce que nous sommes ? Comment faire pour acquérir la Connaissance qui est en nous ? Comment faire pour acquérir la Sagesse et l’Amour qui sont en nous ? » En laissant venir à votre conscience humaine ce que vous êtes réellement ! Une partie de vous-mêmes, certes, sait ce que vous êtes, mais cette partie humaine le refuse pour x et x raisons. L’une d’elles c’est qu’elle veut vivre son humanité. A partir du moment où vous intégrerez en totalité ce que vous êtes, vous ne pourrez plus vivre votre humanité ; vous vivrez une humanité transcendée. »

Ces quelques phrases peuvent être comprises de plusieurs façons et on voit que selon notre degré d’ouverture, si nous avons lâché les croyances concernant le divin, on peut la comprendre différemment. 
On pourrait se dire que l’humain que nous sommes nous empêche d’accéder au divin en soi mais c’est à travers ce corps, que notre âme a choisi de s’incarner. 
Pour cette raison, s’aimer sans conditions, rechercher l’unité et la paix, nous relie à notre âme et nous réalisons que nous sommes cet âme. 
Que notre conscience est immense et nous apprenons à la percevoir dans l’alchimie émotionnelle, dans les moments de paix, de joie, de repos ou d’activité portée par la joie ou tout simplement en étant pleinement conscient à nous-même. 
Puis, dans cet esprit d’unité intérieure, on se rend compte que nous pouvons vivre constamment en paix, dans la liberté totale et en cela nous découvrons nos pouvoirs. 
Celui d’aimer, de créer selon nos pensées, nos croyances, notre vibration, selon le choix que nous faisons à chaque instant d’honorer la vie en nous. 
Un proverbe dit que "c’est en forgeant qu’on devient forgeron" et on peut dire aussi que "c’est en aimant sans conditions, tout ce que nous sommes, que nous découvrons l’amour que nous sommes en vérité".

Clef 559
« Pour pouvoir percevoir la Lumière, il faut que l'ombre existe. Donc l'ombre est utile. Tout est utile: vos épreuves sont utiles, les forces contraires sont utiles. Tout est utile et vous aide à aller plus vite et plus loin vers Dieu, à comprendre Dieu ». 

Il m’a fallu un certain temps pour accepter ce fait et en voir la pertinence mais c’est maintenant acquis. 
La dualité perçue depuis l’espace serin du cœur apparait comme une dynamique, une force harmonieuse. 
Les photos, les tableaux, les dessins…montrent l’importance du relief, du contraste, qui révèle la beauté de l’harmonie. En musique, c’est la même chose, une seule note ne fait pas une mélodie. Quant à "aller plus vite vers dieu", je n’adhère plus à cette idée qu’il faille courir, souffrir, lutter chercher même, pour avancer. 




La vie elle-même est en mouvement permanent et j’apprends à me glisser dans son courant fluide, à voir, entendre et comprendre au-delà du mental, depuis le cœur, dans l’état d’amour et de paix intérieurs. Je ne cherche pas à voir l’invisible mais à revenir en moi, à retrouver la paix quand quelque chose me heurte sachant que ça titille une énergie en moi qui cherche à se libérer.

Le mental a besoin de motivation pour agir mais il utilise très souvent la peur comme moteur. C’est une façon de faire et d’être qui a fonctionné jusqu’à maintenant c'est-à-dire qui m’a maintenue en survie mais maintenant, je veux Vivre.
Je sais que je crée selon mes vibrations du moment alors je me contente de maintenir la paix et l’unité  intérieures. Et c’est suffisant pour me donner la joie et l’enthousiasme nécessaires au quotidien.

Après l’expérience de ces derniers jours, la « rechute » enfin ce que j’ai commencé par qualifier ainsi, je peux voir que je ne suis pas au bout du processus mais je sais aussi que l’ego a encore besoin d’être rassuré, qu’il continue de réagir en mode survie et camouflage. C’est sa façon de faire mais je ne suis pas obligée de nourrir cela ni même de lui en vouloir. Il fait son job, libre à moi de le croire ou pas.

Changer le sens des mots, des définitions, est un travail considérable pour le mental mais c’est tellement libérateur ! L’inconscient se vide peu à peu des souvenirs traumatisants et de nouvelles interprétations des faits s’inscrivent en profondeur. 
L’échec n’est plus perçu comme tel mais comme une invitation à écouter les voix internes qui expriment les vrais besoins. Celui d’être aimé est comblé dans l’accueil des aspects internes fragiles et la force intérieure se révèle ainsi.

L’enfant en soi renait, il grandit à mesure que la paix s’installe lui donnant le sentiment d’être en sécurité, aimé totalement, sans aucune condition. 
On devient le père et la mère qu’on a toujours rêvés d’avoir; Ces parents éclairés par la Vie, remplis d’amour et de lumière, attentionnés, respectueux, pédagogues, à l’écoute, ouverts…
C’est une occasion de renaitre littéralement et de s’éduquer selon ses propres convictions, sa foi, ses valeurs. Peu importe si le reste du monde joue un autre jeu, continue de se battre, de lutter pour survivre, de tricher, de voler, de mentir, de se faire peur...
Ce qui compte, c’est comment je traite l’enfant en moi, comment je réagis face à mes propres ‘défauts’, comment j’autorise l’amour lumière à circuler en moi.
Comment je réagis aux critiques intérieures, aux jugements, aux sentiments négatifs à mon propos. Combien je m'autorise à être libre.

Personne ne peut m’obliger à croire en quelque chose ni me faire du mal si je ne le veux pas. C’est sûr que dans ces cas là, c’est notre inconscient et notre âme qui tirent les ficelles mais quand la personnalité se calme elle change sa perspective, sa vision. 
Avec du recul on peut voir que tout ce que nous avons vécu a eu un sens, une raison d’être et que très souvent ce sont les épreuves qui nous ont fait grandir le plus. Mais on n'est pas obligé de souffrir pour se découvrir.

Pour éviter la souffrance inutile, apprendre à faire confiance au divin en soi, à la vie, est indispensable. Et ça commence par se faire confiance puisque nous portons tous en nous. 

Arriver à s’aimer lorsqu’on agit d’une façon inadaptée à nos convictions permet à notre essence de se manifester, révèle nos besoins, nos désirs les plus sincères et profonds. 
En l’occurrence, le besoin de légèreté, de fluidité, de rêver ont été négligés et c’est l’inconscient qui s’est chargé de me le montrer au travers du geste fumette. 
Je suis contente de ne plus en avoir. Rien que ça, c’est immense !
Il y a cinq ans ça aurait été un drame, je n’aurais pas acheté la machine à laver pour avoir mes trente pétards quotidiens ! 
C’est sûr que j’aurais préféré ne pas retomber là dedans mais d’un autre côté, comment libérer la culpabilité autrement ? Je parle évidemment pour mon cas particulier puisque ce geste de fumer compensait des peurs, c'était ma solution, ma stratégie de fuite. 
Comment intégrer l’amour inconditionnel si je nie certaines envies, si je tente de coller au modèle idéal créé par l’ego ? 
Il est bon de se fixer des objectifs mais on a vite fait de se mettre à lutter pour y arriver. 
A lutter contre soi-même, contre « ses démons », ses défauts et ainsi à maintenir le masque en place, les programmes invalidants hyperactifs.

J’ai choisi la paix et la révélation de l’amour lumière en moi, par l’écoute intérieure bienveillante en laissant la source harmoniser tout ce que je suis. 
C’est une voie, un choix, qui demande de lâcher les croyances, toutes les croyances afin d’embrasser la vérité de l’être tout entier. 


Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org

Si vous trouvez un intérêt à partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteur et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » http://lydiouze.blogspot.fr  

2 commentaires:

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.