jeudi 3 septembre 2015

« De quelle manière s’aimer ? » les êtres de lumière via Monique Mathieu, (message auquel j'ajoute ma propre vision)




 « Comment vous aimer et de quelle manière vous aimer ?
Sur Terre, lorsque vous êtes amoureux, vous savez comment aimer l’autre ! 
Nous vous dirons donc de vous aimer de la même façon : soyez  amoureux  de vous-mêmes !
Au début, cela peut paraître insensé car vous pensez que vous ne pouvez pas être amoureux de vous-mêmes, que vous pouvez être amoureux de la vie, des belles choses, d’une autre personne, mais de vous-mêmes, comment est-ce possible ?

Nous dirons ceci : essayez de concevoir qu’au-dedans de vous-mêmes brille le merveilleux Être de Lumière que vous êtes et également votre Partie Divine, ce pur diamant. Comment ne pas être amoureux de cette partie de vous-mêmes que vous négligez ?

Les mystiques sont amoureux de Dieu ; certains Chrétiens le sont également. 
Ce n’est pas quelque chose d’insensé, ce n’est pas quelque chose que vous ne pouvez pas atteindre ! Ils ont simplement trouvé une clé et ils s’en servent.


Bien sûr, vous pouvez être amoureux de Dieu, mais lorsque vous considérez que Dieu est en vous, vous pouvez aimer Dieu en vous aimant !

Vous ne pouvez pas savoir la joie profonde que procure le fait de s’aimer soi-même ! 

Encore une fois, s’aimer soi-même veut dire être amoureux de ce qu’il y a de plus beau en vous, être amoureux du merveilleux Être de Lumière que vous êtes.

Lorsque vous avez cette conscience, votre aspect extérieur n’a plus aucune importance, parce que vous percevez l’essentiel de ce que vous êtes et non l’enveloppe, l’habit !

A partir du moment où vous pourrez réellement aborder ce rivage de vous-mêmes, nous vous certifions que vous serez réellement en cinquième dimension et que vous vous y maintiendrez.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
·         qu'il ne soit pas coupé
·         qu'il n'y ait aucune modification de contenu
·         que vous fassiez référence à  notre site  http://ducielalaterre.org
·         que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu
( Message publié le 23 février 2013 )




Il est "facile", si on peut dire, d’aimer l’être parfait, divin, qui nous habite mais arriver à s’aimer avec nos faiblesses, nos défauts, nos imperfections, c’est autre chose. 
Quand on s’accepte totalement, la perception de soi change peu à peu, même si on ne peut voir le divin en soi. 
Accepter d’être vulnérable, imparfait, limité, autorise la source à œuvrer en soi, la tendresse à s’écouler, l'infini à se révéler, l'amour à se manifester dans les pensées, les gestes, les paroles et envers les autres. 

Même si je partage mon quotidien avec des animaux depuis toujours et que je les respecte, la relation se calque sur celle que j’aie vis-à-vis de moi-même. Elle devient plus douce et s’ajoute à la spontanéité caractéristique de ces êtres dont la proximité me permet d’être authentique. Les chats m'enseignent le détachement, le "prendre soin de soi", le lâcher prise, et la chienne, le goût de l'aventure, l'amour sans conditions, la capacité d'ouverture aux autres quels qu'ils soient.

Il ne s’agit pas d’aimer ses défauts ou ses faiblesses, de s’y attacher ou de s’y identifier comme lorsque je pensais être une personnalité humaine seulement. 
Les traits de caractère définissent les individus et forgent leur personnalité au fil du temps les rendant incapables de se remettre en question et d’évoluer. 
Lorsqu'on croit être uniquement le personnage qu'on s'est construit selon nos blessures, il est extrêmement difficile de s'en détacher. Il faut très souvent arriver à un point de souffrance maximum pour trouver la source en soi. Parce qu'on s'habitue à la dureté de la vie, au manque d'amour, aux relations difficiles, au rôle de victime, de bourreau ou de sauveur qui apportent au moins l'avantage d'être en territoire connu, même si les scenarii sont récurrents et douloureux. On s'accroche à cette identité par peur de l'inconnu et de souffrir encore plus. Et pour compenser, on s'évade de la réalité de mille et une façons, on nourrit les besoins qu'imposent le rôle et on adhère à une religion, un parti, une activité qui nous donnent l'impression d'être comblé et de pouvoir réparer l'injustice.  

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, évoluer ne veut pas dire contrôler qui on est, notre nature et nos spécificités afin de coller au modèle qu’on s’est fixé. La fascination pour ceux qui "réussissent" dans leur vie, pour les stars, les idoles, les maitres...nous poussent à agir par mimétisme. Ce comportement tôt ou tard nous rend frustré et malheureux parce qu'on ne peut trouver le bonheur en trahissant son cœur, son âme.

Selon ma perception et mon vécu, il s’agit plutôt d’accepter ce que nous sommes maintenant en étant confiant que la sagesse interne nous permettra de devenir d’abord conscient de ce qui en nous, a été forgé par les aléas de la vie et vécu comme des traumas, afin de laisser l’amour divin rayonner sa puissance de "pardon", d’acceptation, de compréhension. 
C’est un processus qui peut demander toute une vie, c'est une remise en question permanente et une écoute intérieure attentive. 
Et c’est ce qui rend la vie belle, douce, agréable, épanouissante, parce que chaque jour l’amour en soi, le sentiment de liberté, de puissance, grandissent de plus en plus. 
La volonté ici ne s’exerce que dans le profond et sincère désir de manifester le divin, l’amour lumière qui constitue l’essence primordiale de l’être. 
Et c’est en le faisant que ces énergies se révèlent, en les appliquant, en laissant le cœur les rayonner sur tout ce qui est. 
Le seul fait que nous soyons plus enclins à aimer quelqu’un d’autre que nous même en dit long sur le genre d’amour que nous nous portons. 
Pourtant, il est impossible d’aimer et d’être aimé si on ne porte pas ces énergies en soi. 

C’est sûr que lorsqu’on aime quelqu’un et que c’est réciproque, comme l’énergie d’amour est en mouvement et amplifie par les échanges, la sensation est intense parce qu’en plus, elle s’associe aux pensées émotions qui la magnifient. Et quand la sexualité s’y ajoute, l’extase est permise. 
Mais trop souvent, ça ne dure pas parce que les blessures de chacun, le manque d’amour vrai de soi viennent interférer et couper le flux de l'énergie. Et ce qu'on prenait pour de l'amour devient de la haine. Puis les attentes, l’attachement créent des frustrations, des besoins et du manque. On connait alors la jalousie, la possessivité, la peur de se retrouver seul, d'être abandonné...

Tant qu’on ne sait pas s’aimer véritablement, les relations aux autres seront décevantes. Mais en s’aimant chaque jour davantage, on peut constater une nette amélioration dans les échanges avec les autres. 

Aimer véritablement ce que nous sommes en totalité révèle l'âme avec laquelle nous sommes en intime connexion et être en communion avec la source d’amour lumière en soi, libère du besoin d’être aimé. 
Lorsque ça n’est plus un besoin, la peur du manque et l’attachement qui créent tant de souffrances n’ont plus de raison d’être. On peut alors offrir cet amour à tout le monde, sans exception ou préférence.  
L'amour n'est plus exclusif, focalisé sur un seul être, il rayonne librement depuis le cœur de l'être unifié.

Selon mon expérience et les cinq histoires d’amour que j’aie vécues, je constate qu’elles avaient toutes un caractère initiatique. Elles m’ont amenées à chercher cet amour en moi. 
Elles ont révélé les blessures profondes, les peurs, les croyances erronées à propos de l’amour, de la vie et de ce que je croyais être. 
Parfois guérissantes elles m’ont permis de garder la foi en l’amour qui maintenant je le sais, ne peut qu’être universel. 
L’amour véritable pour soi ou pour autrui, est inconditionnel et s’offre sans attentes, sans besoin, sans attachement. 
Faire l'expérience de ce genre d'amour avec les aspects internes de l'être mène au bien-être, à la joie, au bonheur, à la liberté d'être, à l'autonomie affective et à la paix infinie du cœur. 
C'est une aventure palpitante et libératrice qui conduit à la souveraineté de l'être. 


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin de respecter le "travail", l'investissement de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.