samedi 8 août 2015

« Le véritable ennemi, c’est vous » Omraam Mikhaël Aïvanhov





Remarquez combien vous êtes tendus lorsque vous luttez contre vous-mêmes et combien vous rencontrez de difficultés ; il se livre une guerre terrible en vous, et cette guerre vous jette dans toutes sortes de contradictions. 
Vous considérez que tout ce qui est inférieur en vous est nécessairement votre ennemi, et vous voulez le tuer ; mais cet ennemi est très puissant, car depuis des siècles vous le renforcez par la guerre que vous lui livrez, et chaque jour il devient plus menaçant. Il est vrai que des ennemis vivent en nous, mais si ce sont des ennemis, c’est surtout parce que nous ne sommes pas de bons alchimistes, capables de tout transformer.

Que dit saint Paul ; "Il m’a été mis une écharde dans la chair. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse". Celui qui possède une faiblesse dans son corps, son cœur ou son intellect, se sent diminué, mais il se trompe, car cette faiblesse peut être en lui la source de grandes richesses. Si toutes ses aspirations étaient satisfaites, il resterait stagnant. Pour évoluer il doit se sentir aiguillonné, et c’est son imperfection, cette écharde dans sa chair, qui l’oblige à travailler en profondeur, à se rapprocher du Ciel, du Seigneur. Le Ciel nous laisse certaines faiblesses pour nous pousser dans notre travail spirituel ; car ce qui en apparence est une faiblesse, est en réalité une puissance, une force.


Les faiblesses, il faut les mettre au travail pour les rendre utiles. Vous êtes étonnés et vous dites : "mais les faiblesses, il faut les fouler aux pieds, il faut les anéantir" 
Essayez et vous verrez si c’est facile ; c’est vous qui serez anéantis. 

Le problème est le même pour toutes les formes de défauts ou de vices, qu’il s’agisse de la gourmandise, de la sensualité, de la violence, de la cupidité, de la vanité, il faut savoir comment les mobiliser afin qu’elles travaillent avec vous dans la direction que vous avez choisie
Si vous êtes seuls pour travailler, vous ne pourrez pas réussir. 
Si vous chassez tous vos ennemis, tout ce qui vous résiste, qui travaillera pour vous, qui vous servira 
Il y a des animaux sauvages que les humains à force de patience sont arrivés à domestiquer et à garder auprès d’eux.
Le cheval était sauvage, le chien était pareil au loup, et si l’homme a pu les apprivoiser, c’est qu’il avait su développer en lui certaines qualités. Il pourrait certainement apprivoiser et domestiquer les fauves, mais il faudrait pour cela qu’il développe de nouvelles qualités.

Soyez donc heureux : vous êtes tous très riches puisque vous avez tous des faiblesses
Mais il est indispensable de savoir les utiliser pour les mettre au travail.  Maintenant que l’homme sait comment les dominer et s’en servir, il s’enrichit. Et pourtant, c’étaient tout d’abord des forces hostiles. 

Les hommes trouvent normal d’utiliser les forces de la nature, mais si on leur parle d’utiliser le vent, les orages, les cascades, la foudre, qui sont en eux, ils sont très étonnés. Pourtant rien n’est plus naturel, et lorsque vous connaîtrez les règles de l’alchimie spirituelle, vous saurez transformer et utiliser même les poisons qui sont en vous. 

Oui, car la haine, la colère, la jalousie, etc.. sont des poisons ; mais dans l’Enseignement de la Fraternité Blanche Universelle vous apprendrez à vous en servir, on vous donnera même les méthodes* pour vous servir de toutes les forces négatives que vous possédez en abondance. Réjouissez-vous, voilà de bonnes perspectives qui se présentent devant vous.

Dans l’avenir, ceux qui seront audacieux se pencheront sur ces substances chimiques de la jalousie, la haine, la peur, la force sexuelle, et ils apprendront à les utiliser ; ils en rempliront même des flacons pour les mettre dans leur pharmacie afin de les avoir à leur disposition le jour où ils en auront besoin. Tout doit changer désormais dans votre tête.

Les livres de Omraam Mikhaël Aïvanhov  retranscrits par Francesca 





On présente l’alchimie comme quelque chose de mystérieux, secret, réservé aux initiés…pourtant, c’est un processus utilisé par les enfants de trois ans ! Le lâcher prise, l’acceptation de ce qui se manifeste en soi permet la reconnaissance des énergies puis on apprend à choisir celles sur lesquelles on veut vibrer. Mais le seul effort à fournir, c’est de penser à ne pas refouler, à accueillir ce qui se manifeste, sans jugement, à le laisser passer, s’exprimer naturellement. Ça demande juste la confiance au divin intérieur, à l’amour lumière en soi. On peut noter au passage que l'enfant de la naissance jusqu'à trois ou quatre ans, évolue à une vitesse phénoménale! Il apprend quantité de choses dans cette période en même temps que son corps se transforme chaque jour. Cette évolution se réalise de façon spectaculaire et le fait d'être ce qu'il est, naturellement, favorise la croissance.
Manifester notre essence, c'est aimer tout ce qui nous constitue, sans préférences, sans rejeter ce que notre mental considère comme mauvais. Pour vivre selon la source, il suffit de laisser l'énergie de vie circuler librement en soi. 
Quand on s'observe, on constate que le mal-être vient de la séparation, de la croyance en la séparation, de la lutte interne qui se joue lorsqu'on se juge, qu'on rejette un aspect de soi. En apprenant à revenir au cœur, on voit que le "mauvais" a du bon et inversement. Les choses ne sont donc pas tranchées, séparées, seule notre façon de voir créé le conflit et l'impression de dualité. 
Quand on fait la paix avec soi-même, la vie devient facile et joyeuse
On se rend alors compte que nous avons le pouvoir de créer ce que nous voulons vivre, que tout dépend de l'endroit où l'on observe et de la capacité à maintenir son attention sur ce que l'on veut.



Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin de respecter le travail, l'investissement de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.