mardi 24 mars 2015

« Ubuntu, je suis parce que nous sommes » & vidéo « L'allégorie des longues cuillères »





Un des aspects bénéfiques de l’Internet, c’est qu’il ouvre une fenêtre sur le monde, sur d’autres cultures, points de vue, d’autres façons d’appréhender, de percevoir l'autre, le vivant, ce qui permet d’ouvrir son cœur à celui qui est différent (en apparence) et d’élargir sa conscience puis de développer son discernement, son ressenti, parce que cet outil a aussi son côté pervers, comme toute chose.
C’est encore une occasion de prendre du recul, de venir interroger son cœur, sa voix intérieure, son intuition. C’est la même chose, en matière de santé, de soin…

En tous cas, ce peuple autrefois considéré comme sauvage, parfois exhibé comme tel, nous montre une fois de plus, que nous sommes tous issus de la même conscience source et par ce fait, non seulement nous sommes frères mais tous et chacun, connectés à l’intelligence, la conscience pure…par le cœur, et l'énergie d'amour universel:
« Un anthropologue a proposé un jeu aux enfants d’une tribu africaine. 
Il a mis un panier de fruits près d’un arbre et a dit aux enfants que le premier arrivé gagnait tous les fruits. Au signal, tous les enfants se sont élancés en même temps …… en se donnant la main !! Puis ils se sont assis ensemble pour profiter de leur récompense…
Lorsque l’anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient agi ainsi alors que l’un d’entre eux aurait pu avoir tous les fruits, ils ont répondu : 
« Comment l’un d’entre nous peut-il être heureux si tous les autres sont tristes ? »

 Ubuntu est une philosophie humaniste africaine fondée sur une éthique du solidarisme reposant sur la relation à l’autre. 
C’est la militante libérienne Leymah, Gbowee, prix Nobel de la paix, qui en a donné une définition à méditer : « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous », opposant ainsi le solidarisme à l’individualisme.
 
Nelson Mandela, l’ex-Président sud-africain, après ses 27 ans en prison pour défendre la liberté des Noirs avant la sienne propre, met l’accent sur deux points de l’ Ubuntu que sont l’hospitalité du peuple noir mais aussi le problème de l’enrichissement personnel. 

Au lieu d’une définition, il préfère raconter la petite histoire que voici : « Un voyageur à travers un pays s’arrêterait à un village et il n’a pas eu à demander de la nourriture ou l’eau. Une fois qu’il s’arrête, les gens lui donnent à manger, le divertissent ». 
C’est un aspect d’ Ubuntu, mais il y a un autre aspect important. 
« Ubuntu ne veut pas dire que les gens ne devraient pas s’enrichir. La question est donc : qu’allez-vous faire afin de permettre à la communauté autour de vous d’être en mesure de progresser ? ». 
Chacun pourra y réfléchir car il s’agit bien de donner un sens à la vie, mais aussi un sens au rôle dans la communauté.
 
Un autre prix Nobel de la paix, l’archevêque Desmond Tutu, évoque Ubuntu en s’appuyant sur un dicton local : 
« L’ Ubuntu est l’essence de l’être humain. Ubuntu signifie que vous ne pouvez exister en tant qu’être humain en isolation. Ubuntu rappelle notre interdépendance. Vous ne pouvez pas être un humain rien que vous seul ; et quand l’on vous reconnaît la qualité d’ Ubuntu, vous êtes reconnu et réputé pour votre générosité. 
Nous nous pensons beaucoup trop souvent, juste comme des individus séparés des uns des autres, alors que nous sommes connectés et ce que nous faisons affecte le monde entier. Lorsque nous faisons du bien, cela rayonne et profite à l’ensemble de l’humanité ».
 
Voici quelques concepts qui font d’ Ubuntu un excellent outil de justice et de résolution de conflit. 
Ubuntu
– est à opposer à la vengeance ;
– est inextricablement lié aux valeurs qui accordent une grande importance à la dignité, la compassion, l’humanité et le respect pour l’humanité de l’autre;
– impose un changement qui consiste à passer de la confrontation à la médiation et à la conciliation, plutôt que l’hostilité et l’intransigeance, voire l’éloignement des parties lors d’un différend ;
– prescrit d’avoir des attitudes positives et de partager en commun les appréhensions ;
– favorise le rétablissement de l’harmonie dans la relation entre les parties et afin que l’harmonie restaure la dignité de l’un sans pour autant ruiner les intérêts de l’autre ;
– favorise la justice réparatrice, celle qui restaure plutôt que la justice distributive, celle qui enlève ;
– favorise la compréhension mutuelle plutôt que la punition ;
– propose les rencontres en tête à tête des parties en conflit en vue de permettre de réduire les différences et de parvenir à une solution concertée plutôt que de promouvoir le conflit et la victoire pour le plus puissant ou celui qui a raison parmi les protagonistes ;
– favorise la civilité et le dialogue courtois sans hypocrisie fondée sur la tolérance mutuelle.
Quel manager, dans la conduite de ses équipes, ne gagnerait à s’inspirer d’une telle sagesse ancestrale ?
Merci à
http://amaizo.info qui traite du savoir au service de l’interdépendance.
http://souriezvousmanagez.com 

Relayé par Chris Orgone :
http://indicescibles.blogspot.fr




Pour illustrer ce texte, voici une vidéo qui a déjà fait le tour des réseaux sociaux mais qu'il est bon de rappeler en ces temps d'élections qui prônent et nourrissent la division...

"L'allégorie des longues cuillères"
Vidéo réalisée pour la campagne initiée par Caritas Internationalis : 
«Une seule famille humaine, l’alimentation pour tous» 




 
Merci de laisser les références et les liens, si vous souhaiter diffuser cet article et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) puisque le travail de recherche, de mise en page, demande du temps, de l’énergie, même si c'est fait avec passion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.