dimanche 8 mars 2015

Jean Jacques Crèvecœur : « Prendre soin de votre Vie » vidéo formation gratuite





J’ai été réveillée à 3h30 du matin après m’être couchée à 23h en lisant un livre de Bruce Lipton commandé la semaine dernière. Sa façon concrète d’expliquer le divin en soi, me correspond et c’est le signe que je suis prête à agir, à manifester ma réalité, à accepter de « mettre la main à la patte ». 
Et oui, vouloir changer demande de « mouiller la chemise », c’est le cas de le dire ! La maitrise émotionnelle est intense mais tellement libératrice! 
Son livre aborde le thème de l’amour, du couple, par le biais des connaissances scientifiques. 
Ce début de lecture a suscité un rêve tourmenté qui me montre que la question éveille des peurs profondes. Ce qui est tout à fait naturel puisque j’aborde les chapitre de la vie amoureuse et les échecs nombreux et successifs dont le premier m’a amené à choisir la « magie » de la chimie, des drogues, pour ne pas souffrir et de ces échecs et des frustrations qu’entrainent le fait de mettre une croix sur ce désir de fusion motivé par l’énergie de Vie, l’énergie sexuelle. 
Même si la conscience ou l'inconscient disent : « Non » pour X raisons, le corps, le cœur, l’énergie de Vie, l’âme, veulent aller vers l’autre, fusionner, communier. Puis comme la dépendance avait aussi pour but de calmer le désir et comme le printemps exacerbe les énergies sexuelles, le sevrage amènera à faire face à tout cela et ça va brasser, autant le savoir!

J’ai suivie mon envie subite de me lever en me laissant guider puis, suis arrivée sur ce mail de Jean Jacques Crève-cœur.
J’ai reçu ces vidéos de formation (dont une a été diffusée l’année dernière mais que je n’ai pas visionné en totalité), depuis un mois, mais la ‘flemme’, l’éternel ; "je n’ai pas le temps", toutes ces bonnes raisons de fuir qui sont l’expression de la difficulté à vouloir changer au niveau de l’inconscient et se traduisent par ce genre de réaction humaines, naturelles, si on en croit les explications données par cet homme d’expérience ajoutées à la simple observation de mon mode de fonctionnement et de mes connaissances et applications de celles-ci.
Ces résistances sont naturelles et n’ont rien à voir avec une quelconque opposition maléfique, ou encore des démons intérieurs ; c’est la simple conséquence du fait d’être un humain immergé dans ce monde de dualité, d’expérimentation de son pouvoir créateur, qui lui-même réside dans la capacité à faire des choix. 
Entre autres, celui d’aimer ou de rester soumis à a peur mais aussi de gérer ses énergies 
Et de passer  l’action. 
Cette peur inconsciente se projette dans notre mental par des images, des formes, et nous maintient le cul entre deux chaises. Puis quand on ose prendre une décision, on aura beau se raisonner mentalement, tant qu’on ne connait pas le processus du changement, la raison des résistances et qu’on nourrit des croyances basées sur l’idée du bien et du mal, par la croyance que Dieu ou le diable nous manipulent, agissent à notre place, on n’aura aucun pouvoir de changer. 

Pour cette raison, la connaissance de notre mode de fonctionnement au niveau de la psyché et de la biologie cellulaire, puis des énergies, permet de démystifier les croyances basées sur la peur, en devenant plus lucide, conscient mais aussi aimant.

J’ai remarqué qu’à chaque fois que je doute de moi, que j’ai de la difficulté à avancer, je me tourne vers les êtres de lumière. Puis quand la peur domine dans l’inconscient, je vais commencer à me tourner vers l’extérieur de la même façon que lorsque je lis des messages des êtres de lumière mais cette fois-ci pour accuser le monde, les magouilleurs, les manipulateurs, les chemtrails…
Ce qui amplifie la dualité intérieure entre mon conscient et mon inconscient, ma part divine et mon ego. 
Bref c’est une forme de déni de mon pouvoir de changer concrètement qui n’est que le reflet de la peur, une stratégie d’évitement par la fuite et le rejet de ces aspects internes que je continue de craindre même si consciemment je sais qu’il n’y a pas d’ennemi. 
Ce processus est naturel mais pas insurmontable, il faut juste savoir comment s’y prendre. Là encore, la connaissance nous affranchit.

Il est clair que le fait de lire les messages spirituels n’est pas mauvais en soi puisqu’ils me redonnent espoir, m’encouragent, mais il suffit que l‘un d’eux soit porté par la peur, la dualité, l'idée de sauveur, pour que je perde le simple bon sens et en même temps la foi en mon propre pouvoir. Ce qui va me maintenir dans l’attente d’un sauveur extérieur. 
C’est en plus le signe que je suis encore très influençable et quitte à se tourner vers l’extérieur autant se tourner vers des humains de confiance qui sont immergés dans cette incarnation, qui vivent le paradoxe d’être humain/divin dans leur chair au quotidien et ont étudié, expérimenté, les voies de sorties concrètes pour Modeler leur vie selon leurs aspirations, pour être libre et heureux. Une utilisation pratique et concrète de son pouvoir créateur. 
Dans cette première vidéo, je n’apprends rien de vraiment nouveau mais ça vient conforter mon ressenti, ma guidance par l'élan toujours à propos, ma foi en la possibilité de changer et ma compréhension des processus de libération, de révolution. J’ai copié-collé quelques parties du mail en question afin de présenter cette vidéo.

Jean Jacques Crèvecœur.
 Auteur, formateur et conférencier
 Accoucheur du potentiel humain et catalyseur de changements durables
 Fondateur de l’Académie de la Vie en Mouvement
 BLOG : "Créer une meilleure vie!" 

Vidéo-conférence
La vidéo de 62 minutes de formation que j'ai mise en ligne il y a un mois, c'est un véritable cadeau. Son thème : 
"10 étapes pour prendre soin de votre vie".
Les dix étapes par lesquelles tout être humain est appelé à passer, s’il veut vivre sa vie de manière consciente, responsable et autonome…
Avant de visionner cette vidéo d'une heure, je vous conseille vivement de prendre un carnet de notes pour ne pas oublier ce qui pourrait devenir pour vous une nouvelle hygiène de vie, tant sur les plans physique, psychologique que spirituel. (Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous inscrire et accéder à la vidéo formation)




Bon, maintenant que c’est mis en page, je vais me recoucher et visionnerais l’ensemble demain. Le repos est essentiel quand on veut gérer, accueillir ses pensées/émotions, sans être sur les nerfs, s'en en rajouter.
Il faut aussi que je me souvienne que le sevrage créé des perturbations et une tension au bout du troisième jour de diminution et que c’est justement l’occasion d’écouter ce qui se manifeste en dedans. 
Je note que je suis encore très exigeante vis-à-vis de moi-même parce que j’ai tendance à me faire le reproche de ne pas m’en souvenir et du coup, je ne vois pas la progression évidente ; le fait de ne plus être envahie par ces mêmes émotions, de penser à les accueillir et de le faire ! 
En cela, je peux constater que la peur est moindre et que ma capacité à gérer pensées et émotions augmente même si c’est lentement, c’est normal ! 
Je n’ai plus du tout le réflexe de prendre un morceau parce que ça remue et même il m’arrive maintenant de sortir sans avoir rien pris, de ne pas me sentir gênée et d’oublier de prendre la dose complète !
Merci pour cet élan et ces outils qui sont la réponse aux besoins du moment. Besoin de voir le déroulement, les étapes du processus, ce qui aide considérablement à canaliser le mental, à ordonner les choses. 
On n’est plus dans le contrôle mais dans l’organisation qui permet d’agir concrètement, de savoir quoi faire.

Bon, je n’ai pas résisté à l’envie de voir la première vidéo malgré la fatigue physique et la durée (62mn) de celle-ci. Je n’aurais de toute façon pas pu m’endormir tant l’élan est fort. Le mental est prêt à être guidé par d’autres et ça c’est beaucoup. 
Le soin énergétique a favorisé cette ouverture mais je n’y ai pas participé hier. 
Bien que j’étais en confiance, j’ai estimé que la gestion du trouble causé par les épandages en masse tout au long de la journée, avait été largement suffisant. 

Il n’est pas question de passer d’un extrême à l’autre mais de s’écouter, de réapprivoiser tous ses corps, dans l’amour inconditionnel et le lâcher prise. 
Puis une fois que le calme mental est là, il est temps de passer à l’action concrète. 
Un petit pas à la fois, avec tendresse pour tout ce qui nous constitue.

J’ai croisé une amie qui avait des problèmes d’alcool, de dépendance aux médicaments, et elle m’a raconté ce qu’elle a vécu ces derniers mois. Son récit m’a mis la puce à l’oreille et a orienté mon choix de ce jour de ne pas m’éparpiller. Elle a eu une période de félicité où des voix la guidaient à sortir de la dépendance, à oser dire stop dans plusieurs domaines de sa vie. Mais, au fil du temps, elles ont changé leur discours et ont commencé à amplifier la peur, à devenir menaçante. 
Je suppose que c’est son interprétation des faits, et que ce sont ses propres peurs, qui se sont naturellement manifestées, attirant des énergies, égrégores similaires, puisque tout le monde reçoit la lumière de la source intensément. Lumière qui révèle ce que nous avions caché.
Peu importe, le résultat, c’est qu’elle s’est retrouvée en psychiatrie, sous tutelle de sa fille (rôles inversés) avec une piqure mensuelle obligatoire de je ne sais quel produit puis elle a pris 20 kilos! Ce qui est typique du besoin de protection de l'enfant intérieur, une autre façon de cacher la douleur et une compensation affective. 
Ce n’est pas par hasard si je l’ai rencontrée au moment où je ressassais par rapport aux épandages chimiques qui sont très intenses et 24h/24 depuis début mars.

Il ressort plusieurs choses de cela ; tant qu’on ne se connait pas, qu’on ne sait pas comment fonctionne la psyché et sa composition, on est à la merci de notre ignorance. On va chercher en dehors de soi et remettre son pouvoir, on sera séduit par des voix intérieures ou extérieures et comme on n’a pas développé de discernement parce qu’on attend tout de l’extérieur, parce qu’on en veut pas se prendre en main, on sera la proie de prédateur, par le fait de jouer le rôle de la victime, de s’y identifier…
Je ne suis pas non plus en train de dire qu’elle agit volontairement, qu’elle a choisi de donner son pouvoir à son compagnon, à la médecine…d’autant plus qu’elle joue aussi le rôle de bourreau vis-à-vis du père de son fils. 
Là encore c’est l’identification à la personnalité et ses jeux de rôles, l’inconscience qui agit en coulisse. Elle a été victime d’inceste, a perdu sa mère à l’âge de dix ans…Ceci explique cela…
Puis autre chose important, c'est de ne pas retenir les émotions quelles qu'elles soient pour éviter leur accumulation et qu'elles finissent par exploser, par imploser. 
Les accueillir au fur et à mesure qu'elles apparaissent, enfin dans la mesure du possible. Déjà le fait de les exprimer évite de les accumuler et de bloquer l'énergie. 
D'où l'importance du lâcher prise, du non jugement. Tout se tient!

La méconnaissance de soi, de son ressenti, de son âme, amène à interpréter les choses par les filtres de la peur, à se croire manipulé par les autres, les entités, la vie, le destin, la fatalité. Et comme ces croyances sont fortement ancrées et nourries par le comportement, au quotidien, la réalité se forme selon ce matériel énergétique.

En tous cas tout ceci m’a amené à "redescendre de mon nuage" et à enfin prendre la décision de recevoir une aide concrète. Évidemment comme j’ai déjà avancé et que je tiens à utiliser mes propres capacités mentales et sensitives, et travaillé sur les peurs mais en écoutant les conseils de gens avisés, puis comme je veux suivre mes propres élans, que je me fais confiance, l’aide est juste un support et aussi une façon de guérir la méfiance envers les autres. Ce qui me confirme une fois de plus que la confiance en soi et en l’autre sont intimement liées.  

A propos des chemtrails, j’ai trouvé une astuce pour calmer le mental à ce sujet et éventuellement agir sur le terrain, c’est de m’intéresser aux futures élections départementales.
J’en suis seulement à imaginer comment amener intelligemment et sereinement la question aux élus et même si le vote au niveau des présidentielles n’a plus trop de sens, pour le département ou canton, -je ne sais pas encore parce que pour le moment c’est juste une façon de ne pas me sentir écrasée par l’impuissance-, c’est plus concret, utile. 
Alors pour le moment, je m’occupe de prendre des photos ce qui canalise le mental, me permet d’accueillir les émotions et affirme mon engagement d’être plus consciente et active sur le terrain. Autant vis-à-vis de mon corps physique que de mon environnement proche. 
Les pétitions sont aussi le reflet de la capacité d’engagement concret de chacun. 
On critique, on accuse, on se scandalise mais on n’est pas prêt à donner plus. 
On se contente de Se donner bonne conscience, sans savoir réellement l’impact de ces démarches virtuelles. 
Idem vis-à-vis de notre monde intérieur, on rejette, on accuse, on cache la misère avec des médocs, des faux semblants, des sourires forcés, du maquillage..., mais on ne veut pas se prendre sérieusement en main, apprendre à gérer ses énergies, ses émotions. 
Mais il n’y a pas à s’en vouloir, il faut juste être d’accord pour se voir en face, en profondeur, en toute honnêteté.

Je suis soulagée d’avoir tant bien que mal géré les réactions face au chemtrails, je craignais d’en reparler encore à ma mère comme la semaine dernière! Comme on se parle franchement elle m’a dit que ça la perturbait plus qu’autre chose que de savoir ce qui se passe en coulisse. 
Elle ne croit plus en la révolution, elle a compris que l’acceptation de ce qui est, permet d’être en paix et que sa seule responsabilité, c’est de gérer son propre monde, sa propre maison, la relation à sa famille, ses proches, son entourage. 
Elle s’est battu toute sa vie, a milité en faveur de la justice sociale, des droits des femmes, elle a assumé financièrement ses enfants, bref, elle a largement contribué, donné. 
Et je la comprends tout à fait puis la remercie d’avoir participé à améliorer le monde, la société. D'avoir et de continuer d'être ouverte d'esprit et de cœur puis d'assumer encore son rôle de mère par son soutien financier, sa présence indéfectible mais aussi sa grande sagesse. 
Puis quel intérêt de lui faire porter le poids de ma colère, c’est à moi de la gérer, de trouver des solutions. La connaissant, elle a dû cogiter pas mal et comme elle a des troubles du sommeil…(Bon, je vais accueillir la culpabilité avant qu'elle ne fausse ma vision).
Puis, son jardin est vital pour elle alors si elle nourrit la peur, ce havre de paix n’en sera plus un ! 

Je partage avec elle certaines de mes « découvertes » comme la gestion émotionnelle, celle des pensées, l’écoute de son corps, de son intuition, l’amour de soi, des choses qui peuvent l’aider à améliorer son quotidien mais vouloir interférer dans la façon dont la lumière agit sur elle en lui révélant des scandales que son mode de vie, celui qu’elle s’est choisi, ne lui permet pas de connaitre, c’est de l’ingérence ! 
Ce n’est pas par hasard si elle ne veut pas d’Internet. Elle a ses propres outils d’éveil comme la lecture, l'expérience qui nait du recul, les parties de bridge régulières qui lui permettent d’être en contact avec des gens qui ont des conversations qui l’intéressent. 
Elle se prépare aussi à accepter la mort en voyant les plus âgés manquer à l’appel, bref, elle a sa propre sagesse, sa propre lumière, sa propre guidance. 
Puis de mon côté, lui dire ses choses, c’est jouer encore la victime plaintive, amplifier le mal-être, le trauma du passé ; le fait qu’elle ne me comprenait pas. 
C’est nourrir l’impuissance, la peur, la révolte, la colère et vouloir partager ce poids alors que c’est à moi de le gérer.
La compassion ça n’est pas de partager son malheur avec ses proches ni souffrir avec eux, c’est assumer ses propres émotions, pensées, énergies et partager l’espoir, la joie, le bien-être, l'amour, par rayonnement et par les mots, les actes de bienveillance, l’écoute et le respect des choix de l’autre.

Puis comme chacun est éclairé, je vais suivre les conseils plein de sagesse de ma chère maman:
« Commence par te dépolluer de l’intérieur, utilise ça pour te motiver à libérer la dépendance à la chimie, aux médicaments, à la cigarette, puis pour aller au jardin avec enthousiasme » ! 
Du simple bon sens, de l’intuition féminine, la sagesse d'une vie, de l'expérience, sans aucune connaissance spirituelle, ésotérique…


15h30

(Après avoir publié cet article, j'ai fait un tour sur google+ pour voir ce que mes amis y avaient posté et suis tombée par "hasard", sur un post du site "le ciel nous tombe sur la tête" et sa page google:  TheNowaytogo) Déjà, je note la synchronicité puis l’idée qu’en se regroupant, en commençant par constituer un dossier de preuves par des images glanées aux quatre coins de la France et d’ailleurs, en informant la population, serait déjà un bon moyen de rassembler nos forces). Pas à pas, en unissant nos forces, en relayant nos infos, en puisant dans le réservoir d'idées de chacun et en les associant, on devrait arriver à quelque chose de bon. Il ne faut pas tomber dans le piège de l'accusation dont l'énergie de retournera contre nous et ne créera rien d'autre que d'être considérés comme des adeptes de la théorie du complot, il faut la jouer fine! Sur le mode interrogatif, sans aller chercher des raisons sordides, même si elles existent. Quand on envoie une balle contre un  mur, elle nous revient en pleine figure. 
En attendant de trouver ensemble des solutions viables, il y a déjà la possibilité de s’informer objectivement en allant sur ce site :
http://le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com qui a beaucoup travaillé depuis l’an dernier, ça avance. Et relayer l'info sur les réseaux sociaux
Puis de se rassembler: Marche anti épandages : Le 25 avril 2015
http://www.globalmarchagainstchemtrailsandgeoengineering.com/events.html
 

Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.