mercredi 25 février 2015

« Une aventure extraordinaire qui commence » & vidéo interview du Dr.Bruce Lipton : « L'Epigénétique »






(écrit hier, 24 février) 
La nuit a été très tourmentée une fois de plus. Cette fois-ci, j’ai fini par décider de réajuster la dose quotidienne de médicaments parce que le chaos intérieur devenait ingérable. 
Plus d’appétit, un sommeil qui ne régénère pas et des émotions trop intenses, une envie de pleurer qui va et vient, il était temps de faire quelque chose parce que ce sont exactement les symptômes du manque. 
Le corps physique a son propre rythme, ses cycles et la notion de temps n’existe pas de la même manière pour le mental qui peut se balader dans le passé et se projeter dans l’avenir. Ces deux façons d’appréhender la vie n’ont rien à voir ; pour l’un c’est du concret et pour l’autre, c’est abstrait, malléable. Je me suis dit que je voulais encore aller trop vite, que le décalage entre le physique et le mental créait une scission interne et finalement le chaos. En revenant au moment présent, les deux se rejoignent mais quand le corps physique est douloureux ou que les pensées/émotions sont trop extrêmes ou intenses, il est difficile de se centrer.
Il est clair que l’envie de n’être que pur esprit est mise en évidence et c’est justement ce qui m’a plu dans la prise de produits dérivés d’opium tout comme dans les messages New âge.


Il y a un tel écart entre les capacités illimitées de la pensée et les limitations du corps physique que j’ai toujours préférer m’identifier au mental. 
Pourtant, c’est dans le corps physique que se trouve l’espace de paix et de liberté tant recherché par l’individu
Je n’en doute plus du tout mais ça ne suffit pas à avoir le réflexe de s’y loger. Puis, c’est aussi une forme de repli, de fuite d’une certaine manière.

Je suis allée voir le toubib pour mon rendez-vous mensuel puis le boucher pour voir si quelque chose me ferait envie. Il me fallait retrouver la forme physique avant tout. 
Comme il fabrique sa charcuterie de façon artisanale et se fournit en viande chez des éleveurs de la région, je suis en confiance. La conversation avec ce dernier et avec sa femme était si transparente et sincère que j’ai pu sentir mon taux vibratoire s’élever. 
C’est tellement rare de pouvoir parler avec quelqu’un sans jouer de jeu que ça m’a fait le plus grand bien. Puis ça brise les à priori, un boucher n’est pas forcément méchant, stupide et sanguinaire. On peut aborder tous les sujets en toute transparence, on se ressemble beaucoup pour le côté « cash ». 
Comme j’ai choisi de libérer toutes les croyances basées sur la notion de séparation, d’exclusion, de manque, les clichés, les tabous et les pensées qui nourrissent le jugement, l’accusation, bref tous les « on dit » issus de l’inconscient collectif, c’est une belle occasion de le faire concrètement.

Les croyances ont un immense pouvoir mais la plupart du temps, elles sont infondées et ne trouve pas d’écho dans la réalité. Puis comme je sais que tout est en moi et que je suis convaincue du pouvoir de l’amour qui peut tout guérir, qui régénère et ouvre la conscience, comme je suis aussi convaincue que tout est énergie, que la conscience est partout, jusqu’au cœur des cellules, je continue de faire confiance à mon intuition, mes élans, d’apprendre à connaitre ce qui me constitue et à devenir autonome, à restaurer la santé par l’acceptation de ce qui est, puisque cette étape est essentielle.

J’ai remercié mon corps d’avoir rétablit l’équilibre interne et d’avoir retrouvé l’appétit, d’avoir retrouvé l’envie de manger, même si ça m’a amené à consommer de la viande. 
En fait, la croyance qui associe la viande à l’opulence ou du moins qui est perçue mentalement comme un mets de choix, un cadeau pour le corps physique, reste fortement ancrée dans mon inconscient et dans mon souhait de ne plus juger mes élans, j’ai pu retrouver de l’énergie et voir ce processus à l’action.

Sachant que la culpabilité est un véritable poison, tout comme la peur, la colère, les pensées de basses vibrations, celles qui s’opposent à l’amour, et comme je ne veux plus m’en nourrir, comme je veux réaliser la paix en dedans et l’unité, mon taux vibratoire s’est élevé tout au long de la journée où je n’ai opposé aucune résistance à ce qui se manifestait. 
C’est indispensable si on veut se libérer des anciens schémas, si on veut passer à autre chose. J’ai pu le constater quand j’ai vu un homme qui titubait; ça n’a suscité aucun jugement, j’ai même eu l’élan d’aller l’aider à retrouver son chemin mais comme je voyais qu’il se tenait au grillage pour ne pas tomber, je me suis dit qu’il y arriverait tout seul.
Sur le moment, je n’ai pas mesuré l’importance de ma nouvelle façon de voir la chose. L’alcool représente un danger pour moi parce qu’il peut rendre inconscient et révéler le côté le plus sordide d’un être. J’ai associé le comportement abusif de mon père à l’alcool puisque c’était effectivement ce qui l’amenait à passer à l’acte. A jeun, il était comme un frère pour nous, ces enfants, mais quand il avait bu, il n’avait plus de raison, de limite et de respect ! Bref, ma nouvelle attitude m’a encouragée à persévérer sur mon chemin de libération.
Puis malgré que mon corps physique fût calmé par l’ajustement des doses, je restais en manque. Manque de joie, d’espoir. En effet, le fait d’avoir constaté le chaos interne malgré tout le travail effectué, m’a pas mal perturbée et sans aller jusqu’à remettre en cause ma foi, j’ai senti que mon mental était très frustré. 
Certes mon taux vibratoire s’était élevé mais je n’arrivais plus à être motivée. Les pensées qui étaient remontées avec violence au réveil, m’avait pas mal affectée parce que ce sont exactement celles que j’ai voulu taire par la prise de médoc. Mon inconscient continuait de nourrir la peur à mon insu et sabotait toute tentative de mieux être. Comme si j’étais condamnée à gober des cachets toute ma vie ! 
Je ne me suis heureusement pas critiquée pour autant mais le conflit entre les pensées conscientes et celles qui étaient dans mon inconscient et tournaient en boucle, me décourageaient de pouvoir réaliser l’unité. 
Comme si l’écart, la distance entre eux semblait être une fatalité. 
Bref, j’avais plutôt le moral dans les chaussettes mais malgré tout, le fait d’avoir pu manger et d’avoir retrouvé un peu de calme à l’intérieur ayant rehaussé ma fréquence vibratoire, ça allait à peu près. Puis comme je restais neutre vis-à-vis de la dépendance, du moins comme je n’ai pas critiqué mes corps, la paix était tout de même là.

J’ai essayé d’écrire mais même ça ne me mettait plus en joie. J’ai essayé de lire un message que j’avais copié-collé il y a quelques jours mais ça m’a littéralement gonflé. 
J’ai trouvé le discours confus et trop abstrait pour m’y intéresser. Le vent qui soufflait très fort et la pluie qui tombait par moments m’empêchaient d’aller au jardin. Puis les chemtrails ont suscité un peu de colère alors j’ai préféré rester au chaud. Pas moyen d’aller chercher du bois à la rivière et comme j’ai vu que j’avais de l’argent sur mon compte, je me suis arrêtée au supermarché pour acheter de quoi faire du feu. 
La priorité, c’était de retrouver le confort physique mais sans aller jusqu’à acheter de l’herbe. C’est clair que c’est une fuite, une façon de laisser l’inconscient diriger ma vie et même si ça m’a aidé à ne pas nourrir certaines pensées de rejet de soi, ça ne les a pas du tout fait disparaitre.
C’est d’ailleurs ce qui m’a affolée hier matin ! D’entendre ces mêmes rengaines, ces mêmes peurs et jugement remonter en surface. Puis j’ai suivi l’élan du moment et commencé à vouloir faire le tri dans les marques pages de Firefox, comme pour virer tout ce qui n’était pas utile, tout ce qui nourrissait l’illusion ou la naïveté. 
J’ai fait confiance au mental qui m’a montré sa capacité à discerner ce qui me correspondait, ce qui me donnait des bases solides et tout ce qui me maintenait dans l’inconscience, l’impuissance, la division et le déni de la réalité. 
Viré tous les messages qui nient le corps physique, qui parlent d’illusion, qui incitent finalement à rejeter des parts de soi.

Parce que là encore, la majorité des enseignements spirituels, éloignent de soi, nient l’aspect visible, tangible, du corps physique. Très peu d’enseignants envisagent l’humain comme un tout parfait. Puis les messages des extra-terrestres ont aussi leurs limites. Ils ne sont pas dans un corps physique ! Ils parlent de loin et de ce qu’ils ne connaissent pas ou de ce qu'ils ont connu autrefois. Leur éclairage peut aider à se détacher de la matière mais la plupart du temps, ils rendent les choses encore plus confuses pour un individu qui a du mal à s'accepter en totalité.

Les religions, la vague New Age idem, ce sont des enseignements qui nourrissent des fantasmes, nous maintiennent dans le monde de la pensée, dans l’abstrait et confinent dans l’astral, qui n’est que la projection de nos croyances collectives inconscientes. 
Ils entretiennent la notion de division, de dualité, de bien et de mal, de devoir, de mission, bref, on continue de baigner dans le passé, dans les croyances erronées. 
Les croyances sont certes puissantes mais comme la plupart d’entre elles sont inconscientes, elles matérialisent notre quotidien à noter insu. Et plus on va vouloir les rejeter, plus elles seront actives. La lutte est un état qui créé non seulement le mal être mais ça entretient le non amour de soi.

Quand je lis : "vous n’êtes pas ce corps", ça ne passe pas du tout ! Oui, je sais, c’est une façon de dire que nous sommes plus que ça mais nous sommes aussi ça et ce genre de discours ne fait que nourrir le déni de soi et la Réalité.
On est encore à se demander si le fait de s’aimer est juste ! A se dire que c’est égoïste mais tant qu’on n’est pas dans l’amour inconditionnel de soi, on ne peut pas devenir lucide et responsable. 
Néanmoins quand on décide de se considérer comme quelqu’un de valable, quand on cesse de se juger, de s’invalider, on peut constater la pertinence de ce point de vue et l’efficacité de cette attitude.

Je n’en étais pas à tout remettre en question mais il était plus que temps de libérer toutes les illusions, de relier ma réalité tangible avec ma foi. 
Le fait d’être dépendante de produits chimiques me montre la puissance non seulement de la chimie interne mais aussi celle du corps physique. Ce corps physique qui abrite mon esprit, est conscient, vivant, intelligent et autonome. Le divin est partout, et avant tout dans ce corps physique, ce ne sont que mes croyances qui m’incitent à croire qu’il est impur, inférieur et stupide.

Depuis hier soir, je pleure mais cette fois ci, ce sont des larmes de joie, l’expression d’une immense gratitude pour ce merveilleux corps qui a tant à m’apprendre. Puis la reconnaissance pour mon âme enfin pour l’énergie de Vie en moi, est aussi immense ! Sans oublier mon corps mental qui en est le porte parole. Je n’ai pas de culpabilité pour avoir méprisé des aspects de ce que je suis parce que seule mon ignorance en était la cause. Même si la compréhension de ce que je suis s’était élargie, je restais encore soumise aux vieilles croyances d’indignité, de petitesse.

Ce cher corps mental qui m’a amené à cliquer sur « le » site qui contenait une information capitale. J’ai eu l’occasion de voir une vidéo de cet homme sur face de bouc mais comme je ne sais pas insérer des vidéos depuis ce réseau, je n’ai pas cherché plus loin.
Depuis que j’ai lu quelques extraits de son livre, tout s’éclaire et prend forme, tout retrouve sa juste place et enfin, je peux m’appuyer sur quelque chose de concret, solide ! Je n’ai pas encore retranscrit les chapitres du livre, enfin quelques uns d’entre eux trouvés sur le Net parce que je n’ai pas la version pdf qui permet de convertir les fichiers en format word. Alors quand je fais un copié-collé, ça demande de reprendre tout ligne par ligne. Puis je me suis gardée le plaisir de cette découverte pour aujourd’hui.J'ai eu bien du mal à m'endormir tant mon mental jubilait!

C’est exactement ce qu’il me fallait pour aller plus loin, pour unifier mes corps, pour réunir les hémisphères du cerveau, réaliser le pont entre le corps physique et l’intellect , le cœur, l’intuition et la raison. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ces infos essentielles ne sont pas encore diffusées en masse. Enfin, je comprends puisque chacun veut garder la connaissance pour lui-même, garder son pouvoir sur les autres puis l’image de cet homme n’est pas attirante, il ne flatte pas l’ego…
Enfin une connaissance primordiale à la portée de tous, en dehors de tout dogme, qu’il soit religieux ou scientifique. Une connaissance qui permet de relier tous les corps et de savoir comment agir. 
J’avais un petit problème concernant le lâcher prise. Bien que je sois convaincue de son importance, je n’arrivais pas à savoir comment changer les programmes internes concrètement. Du moins, mon intuition me guidait en ce sens mais c’était trop abstrait. Je vais commander un de ces livres tout à l’heure, ce sera le magnifique cadeau qui marque l’entrée dans un cycle totalement nouveau pour moi. Mon mental tricote à une vitesse époustouflante, il projette dans tous les sens, trouve des applications, et je suis tellement reconnaissante de pouvoir justement reconnaitre son intelligence mais aussi l’amour qui soutient ses élans.  Bon je ne vous fais pas languir plus longtemps ! Voici une vidéo interview en français qui résume un peu la base de sa théorie révolutionnaire. Peut-être que ça ne vous parlera pas mais pour moi, c’est une révélation qui m’ouvre un horizon nouveau et infini, une approche sur mesure qui me permet de relier ma foi et ma réalité quotidienne. Une aventure extraordinaire qui commence.

Depuis le temps que je sens que tout est en moi, que tout est parfait, que la vérité se cache dans les profondeurs, que la réalité visible, tangible, fait partie intégrante du plan de vie, de ma raison d’être sur cette terre, que je parle à mes corps, à mes cellules et bien maintenant, c’est une vérité tangible, palpable, attestée scientifiquement. 
MERCI à TOUS mes corps, merci à mon âme de me montrer que j’ai toutes les raisons de suivre cette voie, cette voix d’amour véritable de soi, du Vivant en moi !
Maintenant, la connexion à la nature, à la terre, à mon monde intérieur est une nourriture essentielle et ces connaissances m’ont complètement réconcilié avec le passé, avec cette incarnation et avec mon âme ! La boucle est bouclée, l’amour est là, dans toute sa splendeur, sa beauté et ma perception de ce qui est, totalement nouvelle ! 
J’entre enfin dans un monde, un univers où tout est possible.
C’est l’info qui me manquait pour rassembler ma foi et réécrire ma vie avec la certitude que c’est possible, avec l‘enthousiasme indispensable à tout mouvement ! La base de ma démarche et celle de ce que je veux transmettre.
Dr.Bruce LIPTON. "L'Epigénétique" (15mn)
http://youtu.be/7SrnFSFNWzI  Cliquez sur le lien pour accéder à la vidéo, le programme ne la trouve pas...Je trouve cet homme tellement beau! Cette beauté qui anime un être passionné, capable de s'émerveiller et de partager son enthousiasme comme le font les enfants!

Je comprends mieux pourquoi mon mental ne s’intéressait plus aux messages spirituels, pourquoi j’avais perdu le goût d’écrire, pourquoi je n’adhérais pas du tout aux théories archontes, annunakis…pourquoi les religions même les plus éclairées au niveau énergétique ne m’intéressaient pas plus que ça. Tout ça c’est derrière !
C’est le passé, c’est une vision rétrograde qu’il faut lâcher parce que chacune de ces croyances nous prive de la réalité d’aujourd’hui, de celle que la nature nous enseigne. J’étais épatée par les soins qu’apporte mon chat à son corps physique et le temps qu’il y passe. Maintenant je sais qu’il a raison, qu’il honore le vivant en lui, qu’il honore tout ce qu’il est, et qu’il m’enseigne depuis toujours.

Je crois que je pourrais écrire des pages et des pages mais je dois aller chercher un truc à la pharmacie, un acide aminé qui aide à réguler les endorphines. C’est une info que j’ai trouvée sur le site rentrer.fr et qui a fortement résonné. Idem pour ma dépendance aux produits, en cessant de juger ce geste, j’en vois maintenant l’ampleur, la pertinence mais aussi la façon dont je vais m’en délivrer sans souffrances ! Ma non-réaction face à l’individu titubant est la preuve concrète du détachement qui s’opère en dedans.

Bon ce texte est un peu brouillon mais ça fuse en dedans et j’ai bien du mal à calmer cette immense vague d’enthousiasme qui m’envahit, me régénère et me porte ! 
Et je ne vais pas chercher à la calmer, au contraire, je la laisse infiltrer toutes mes cellules, voyager jusqu’au tréfonds de mon inconscient qui n’est plus un ennemi mais un allié malléable. 
Il est vrai qu’hier matin, j’aurais pu me dire qu’il cherchait à me nuire tellement j’étais mal mais en fait, toutes ces pensées remontées en surface, ont été libérées laissant la place à l’intégration de nouvelles connaissances. 
Oui, ça n’est pas nouveau pour moi, ce qui change, c’est que je comprends le processus en détail et surtout au-delà de toute étiquette ! Ce n’est pas non plus par hasard si j’ai marqué la page d’un site qui explique comment créer un site avec wordpress qui semble être indépendant enfin pas aussi fliqué que blogger (google). Pas un hasard non plus que l’envie de libérer les étiquettes accolées aux choses, aux concepts et même de changer de vocabulaire, se manifeste de plus en plus. Parce que le langage est aussi un conditionnement, un enfermement, une nourriture pour les fausses croyances, la peur, il est puissant et comme la pensée est énergétique, créatrice, savoir « peser » ses mots, et surtout se taire, faire silence en soi, est primordial. La langue nous relie à l’inconscient collectif, nous attache aux croyances culturelles…

Libérer la dépendance aux cachets n’est plus une priorité ou même un objectif. C’est une chose qui viendra naturellement et je me contente d’écouter mon corps, de maintenir la cohésion interne, la paix en dedans.

J’ai testé le pouvoir de la conscience tout à l’heure et ça marche ! J’ai souvent pour ne pas dire toujours, une chanson en fond. Avant, je m’agaçais de constater que ça venait de je ne sais où et je ne pensais même pas à changer de disque ou très peu. Disons que je doutais encore de moi, de mon intuition, de mon potentiel. Et comme le doute a le pouvoir d’annuler l’intention, évidemment ça ne marchait pas. Du coup, je n’essayais même plus ou j’essayais d’imposer le silence intérieur. Là, je l’ai fait avec une grande facilité. Maintenant il me faut soit écrire de nouvelles chansons, soit retrouver celles qui élèvent. 

Une dernière chose essentielle, et vraie, ce qui est reconnu et accepté et libéré. Je l’ai déjà dit il y a deux jours mais je le confirme. Ce n’est que le doute créé par la confusion due au manque qui m’a empêché de le reconnaitre hier matin et m'a poussé à augmenter les doses.
Quand je parle de réécrire ma vie, il s’agit plutôt de maintenir l’unité intérieure, la vibration de joie, de bien-être et de le faire depuis l’espace silencieux du cœur. Reprogrammer par le changement de vibration et les mots qui émergent naturellement dans cet état de relaxation, de paix.

Je me sens enfin « à la maison » dans mon corps physique ! Et en accord avec tout ce que je suis, avec mon cher mental qui finalement est vraiment un partenaire de choix dont je minimisais la valeur. Je crois que je vais me créer une technique qui rassemble l’EFT, la respiration, le dialogue avec l’inconscient, enfin sa reprogrammation lors de mes séances de relaxation.
Enfin pour le moment, ce qui me vient c’est : « Je fais comme je le sens ». 
Pouvoir visualiser concrètement mon monde intérieur et inter agir avec lui, voilà tout un programme. Allier l’intuition, le mental et l’énergie de Vie, réaliser cette union sacrée et maintenir la paix en dedans, la joie suscitée ou non, l’entente cordiale, la solidarité interne, voilà une perspective qui me réjouit infiniment !
Merci aussi à Jésus dont j’ai sollicité l’aide hier matin. Là encore, je n’ai pas visualisé un personnage mais plutôt retrouvé la sensation que j’aie ressentie lorsque j’aie cru en lui, en ce qu’il porte, en son message d’amour inconditionnel et de paix. 
Merci au soleil, à la Vie, à cette belle énergie d’unité, à la nature, à la Terre Mère, précieux berceau de mon âme. 
Je ne cherche plus à savoir s’il y a des êtres en elle (intra-terre), je sais juste que son énergie est celle qui impulse le désir, le feu, dans mon corps physique, que nous sommes éternellement reliées. 
Et c’est la même chose avec les énergies cosmiques. 
Puis les bouffées de chaleur consument les basses vibrations et sont la manifestation de ce feu intérieur, de ce magma terrestre et du feu cosmique. Ce champ énergétique de Vie, qu’il vienne du ciel ou de la terre, est UN.
Je dis « Oui » à la Vie et aussi à la mort puisqu’elle permet le renouvellement cellulaire, le renouveau! 
Une bouffée de chaleur arrive, je la laisse œuvrer en ouvrant les bras, en étant au centre de la croix, entre horizontal et vertical, entre profondeur et hauteur ! 
Elle est juste passée…me laissant avec un sourire intérieur et extérieur.
Je suis enfin pleinement incarnée, reliée au tout et non plus repliée sur moi-même ni même au-delà de moi-même mais profondément et consciemment entière.




Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.