dimanche 8 février 2015

« Focaliser l'attention sur ses pensées les plus élevées » & « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » BO





J’ai passé un samedi en enfer, celui de la dualité, des voix internes criardes et d’une mauvaise foi totale. J’espère avoir libérée un peu plus de l’énergie de la victime, par l’expression de la colère et le retour à la paix. 
Il m’en a fallu des temps de pause, de retour au cœur, pour retrouver un tant soit peu d’optimisme. La peur du manque dans toute son ampleur, m’a envahit et manipulée tout au long de la journée. Je suis allée chercher du bois à la rivière puis comme il n’y avait que des résineux et que ça encrasse considérablement la tuyauterie, je n’ai rempli que deux sacs. En allant faire des courses, j’ai trouvé des sacs de bois à "moindre" coût et là, je me suis dit que tout le stress que j’avais vécu, était du vent, de la peur infondée. 
C’est sûr qu’on se fait des scénarios catastrophes dès que la peur domine parce qu’objectivement, il n’y avait aucune raison de flipper ! Non seulement il me reste encore un peu de bois mais en plus, j’ai les « moyens » d’en acheter. 
La colère venait du fait qu’une fois de plus, j’ai eu affaire à des hommes malhonnêtes. A mesure que j’utilise le bois, je constate qu’il est vert et en plus il reste un tas de morceaux qui n’entrent pas dans le poêle, alors que j’avais demandé des bouts en trente centimètres. Je suis tellement fatiguée de me faire encore avoir que je suis restée bloquée sur ce fait ; j’ai du bois mais il ne rentre pas dans le poêle. Qu’est-ce que ça veut bien vouloir dire au niveau spirituel ? J’avoue que je n’ai pas été en mesure de chercher tellement c’était confus à l’intérieur !


Évidemment, ça nourrit l’état de victime et j’ai pu en sentir tous les aspects désagréables. J’avais commencé à écrire mais c’était tellement rempli de colère que j’ai abandonné l’idée de publier ce vomi verbal. 
L’objectif de ce blog étant d’amener chacun à trouver l’autonomie, et comme celle-ci demande une foi solide et qu'elle augmente par la joie et l’amour, ça ne collait pas. 
Cet espace se veut un ilot d’espoir, un oasis de paix et d’amour même si ça passe par des moments difficiles, entre taire l’aspect désagréable du processus et nourrir des énergies de basses fréquences, ça n’est pas toujours facile de trouver l’équilibre. 

La transparence est essentielle vis-à-vis de soi mais il n’est pas nécessaire de rendre pesante la lecture même si la difficulté fait partie intégrante du chemin. Ce monde a cruellement besoin de paix, d’amour et d’espoir et ce sont ces énergies qu’il me plait de partager ici. 
On peut passer sa vie à crier à l’injustice, à entrer en rébellion, à se révolter…mais quelle énergie gaspillée inutilement! Non seulement ça fait le jeu de ce qui se nourrissent des énergies de violence, de haine, de lutte, mais en plus, ça éloigne de son propre cœur, de son âme.
L’âme a une perception des choses beaucoup plus étendue que celle de la personnalité et son langage étant celui de l’amour, il est nécessaire de créer un espace intérieur de paix afin d’être en mesure de l’entendre. Enfin, je devrais dire de la sentir, de la ressentir. 
Car le cœur communique au travers de vibrations perceptibles par le ressenti, la sensation qui n’a rien à voir avec les émotions. 
Oui je sais que la nuance est infime mais elle est bien réelle. L’émotion est une réaction tandis que l’énergie du cœur est égale, subtile et permanente. Égale dans le sens où elle ne fluctue pas selon les pensées.

Le côté « positif » de ces expériences, si désagréables soient-elles, c’est de pouvoir distinguer la différence entre le fait d’être en son cœur, unifié à l’intérieur et celui d’être éparpillé en dedans, dominé par la peur. 
Les pensées de colère, de rejet de soi, d’accusation envers soi ou les autres, de peur, de critiques, sont vraiment des énergies qui appartiennent au monde de la dualité dans ce qu’elle a de pire, de bestial, de primaire. Et nous portons ce monde à l’intérieur !

Cependant, nous avons le pouvoir de changer, de focaliser notre attention sur ce qu’il y a de plus élevé. Sur ce qui nous fait du bien, sur notre façon d’imaginer un monde idéal, sur la beauté naturelle, la grandeur de la nature et sa majesté. 
Évidemment ce genre de pensées va amener l’inconscient à réagir et à révéler tout ce qui en nous, est contraire à ces visions, ces pensées lumineuses. 
Le choc peut être violent mais en revenant au cœur de soi-même, en essayant de se calmer, de se détendre, la paix revient et même si la joie tarde à se manifester, en ayant foi en l’amour inconditionnel et en s’attachant à cette certitude, elle ne tarde pas à se manifester.

J’ai pu constater hier, avec quelle facilité, je pouvais encore me laisser embarquer dans le rôle de la victime mais peu à peu, à force de respirer en conscience, c’est comme si je gravissais une à une, les marches menant vers la clarté, la paix et le mieux-être. 
J’ai vraiment eu la sensation d’être retombée en troisième dimension. 
Bon, le terme est un peu obsolète et galvaudé mais la sensation d’avoir « chuté », d’être retombée dans le passé, était bien réel. Enfin réel sur le moment parce qu’une fois la peur accueillie, peu à peu, ma vision s’est éclaircie. 
La foi en l’amour est revenue mais il m’a fallu l’affirmer plus d’une fois pour ne pas dire tout au long de la journée pour en sentir l’effet. J’ai pu vérifier jusque dans la chair, les effets de la peur mais surtout ceux de l’amour. 

Une fois calmée, j’ai pu voir que j’essayais encore d’utiliser la peur et la colère comme des moteurs d’action. Mais ça ne marche plus même l'herbe n'a eu aucun effet! 
Je ne sais pas si c’est le fait que je sois consciente que c’est un chemin de perdition, dans le sens où on se trouve dans une impasse, ou si c’est la conséquence de l’élévation vibratoire de la planète. Toujours est-il que ce mode de fonctionnement ne me convient plus du tout.

Évidemment, quand les émotions sont exacerbées, il est inutile d’essayer de percevoir la connexion à l’âme. Le risque, c’est de croire qu’on est exclu, privé de sa présence et il suffit de peu pour abandonner la foi. Pour cette raison, j’ai focalisé mon attention sur le désir sincère d’unité intérieure, jusqu’à le ressentir. Je ne pourrais pas expliquer comment je reconnais cette reliance à l’âme puisque c’est totalement intime et indescriptible, mais c’est une certitude acquise par l’expérience et dans des petits détails qui pourraient passer inaperçus pour quelqu’un qui n’a pas la foi.

J’ai encore reproché au divin de se la couler douce, de me laisser faire le sale boulot ! 
Et en cela, je reconnais une totale mauvaise foi de ma part ! 
Heureusement que le divin en soi est patient et de nature à rire des gesticulations de la personnalité soumise à la peur ! 
Là encore, c’est un signe qui me permet de savoir quand je suis alignée à sa volonté et quand je suis manipulée par la peur et les fausses croyances de petitesse, d’impuissance. Quand je peux rire de me voir faire un drame pour une broutille, quand je peux voir le caractère illusoire de ce brassage d’énergie de basses vibrations ! 
Mais aussi quand je commence à accuser l’extérieur de mon mal être. 

Oui, le monde est rempli d’injustice, de manipulations conscientes et involontaires, de luttes fratricides, d’abus vis-à-vis du féminin, des enfants, des animaux, de la nature…
Mais j’ai pu constater que le fait de dénoncer et d’accabler, est une chose qui ne règle rien à l’extérieur cependant à l’intérieur, ça créé le chaos, le mal-être, ajoute au sentiment d’impuissance, d’injustice…

Tout ceci ramène à l’humilité et au véritable chemin qui soit bénéfique et utile, celui de la paix, de l’unité et de l’amour amplifiés et maintenus en soi. 
C’est la seule façon de changer soi-même, de passer de la peur à l’amour et de changer le monde. 
Quand on vit le processus d’alchimie émotionnelle, on comprend que le changement réel se réalise par l’acceptation de tout ce qui se manifeste en soi. Que c’est l’amour divin qui guérit et qu’essayer de contrôler, de lutter, de gagner, ne fait que nourrir l’inconscience, la peur, la dualité et ça maintient dans des vibrations de basses fréquences. 
On constate que la contrainte, l’effort, le devoir, le contrôle sont des énergies de la personnalité soumise à la peur, au mode de survie.

Nous sommes arrivés à un stade où l’élévation de conscience est devenue obligatoire et comme ça se réalise par l’ouverture du cœur, du moins par la dissolution des résistances internes, c’est en soi que se trouve la solution à tous les problèmes ; le lâcher prise.

C’est sûr que ça va chambouler tous les aspects qui fonctionnaient selon la peur et c’est ce qui créé la sensation de conflit interne, de vide, de perte. Mais en n’accusant pas ces facettes de la personnalité, en les unifiant dans le cœur, la sensation d’unité et d’amour reviennent. 
Je suis déjà contente de ne pas avoir chargé l’enfant intérieur, du poids de la culpabilité parce que naturellement, quand ça ne va pas, le premier réflexe, c’est de s’en prendre à ce qui nous semble faible donc inadapté à ce monde.

Ce monde qui nous pousse sans arrêt à combattre l’autre, à s’en méfier, à être gagnant sur tous les terrains, à travailler dur pour se sentir digne, méritant, accepté, reconnu comme quelqu’un de vaillant, valable, honorable…
Tout un vocabulaire issu de stratégies guerrières qui va nous conditionner à être des bêtes à concours, des challengers, des « winners »…

Par opposition tout ce qui concerne l’amour est considéré comme de moindre importance, comme signe de faiblesse, d’immaturité, de naïveté à la limite de la débilité, des histoires de bonnes femmes, d’adolescentes attardées…

Et s’il était possible d’unifier les deux ? Si l’amour pouvait être perçu comme une énergie puissante qui guérit, rassemble, unifie et rend possible l’association de l’âme et de la personnalité avec le divin ? 
Et si le masculin et le féminin pouvaient danser ensemble plutôt que de se battre ?

A ce propos, j’ai souvent pensé que pour que l’enfant intérieur s’épanouisse, il était indispensable d’unifier le masculin et le féminin en soi, mais je n’avais pas pensé que l’enfant peut aussi les aider à trouver cette unité. 
Au niveau énergétique, le masculin, le féminin et les énergies de l’enfant se stimulent mutuellement, chacun apprend de l’autre et de lui-même dans ces échanges.

L’image de l’énergie de la source, qui vient alimenter ce que nous sommes et qui apporte ce qu’elle est intrinsèquement, le masculin et le féminin unifiés, m’est venue renforçant ma foi en la nécessité de purifier les appareils internes de perception que sont le mental, l’émotionnel et l’intuition. 
Nous les recevons dans leur pureté originelle mais les filtres, les voiles, c'est-à-dire les énergies refoulées dans l’inconscient, en fausse l’interprétation, la manifestation. 
En guérissant l’enfant intérieur, c'est-à-dire en libérant les peurs, tout ce qui nourrit l’inconscience, les fausses croyances, elles se manifestent dans des créations à la hauteur des aspirations de l’âme, de ce qui en nous est le plus élevé. 
Et les énergies de l’enfant guérit s’y mêlant, le fait de créer en conscience devient un jeu, un chemin de vie délicieux de légèreté, d’insouciance, de liberté et de joie. 
Le côté dramatique de l’adulte, de la personnalité, s’équilibre avec les énergies de l’enfant, donnant une vision de la vie joyeuse et lucide à la fois.

Il me tarde que le printemps revienne ! Le jardin me manque et les énergies, l’enthousiasme de l’enfant vont se manifester dans une autre forme de réalisation telle que le dessin ou la musique. J’ai envie d’écouter ce qui suit. Le film m’avait bien plu et je m’identifiais au personnage enfantin d’Amélie à bien des égards. C’est un appel à l’enfant intérieur afin qu’il se manifeste dans toute sa splendeur !

« Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » Yann Tiersen 


 


Clef 449
"Nous vous le demandons vraiment avec insistance : essayez le plus possible de travailler sur toute pensée inférieure. 
Essayez de créer autour de vous des pensées de Lumière, des pensées positives, des pensées qui vous grandiront et qui attireront vers vous toutes les pensées similaires.
La pensée est une énergie créatrice, ne l’oubliez jamais ! La pensée est également une vibration !"

Il est vrai que le fait de vouloir accueillir ce qui est, peut amener à rester bloqué sur les énergies qu’on veut transmuter. On peut tomber dans le piège de l’identification à ses pensées. 
C’est là où il est important de se focaliser sur ce que l’on veut vivre, pour ne pas se laisser envahir. 
Il est évident que la limite est très subtile entre accepter et se laisser convaincre par ces pensées de basses fréquences. 
Mais ce qui pourrait été perçu comme un piège s’avère être un puissant révélateur. 
En effet, si on est pris dans le tourbillon des pensées négatives, c’est tout simplement le signe que l’alchimie n’a pas été effectuée et ça n’appelle qu’à réitérer l’opération jusqu’à ressentir la paix en soi. 
Pour que ça fonctionne, il faut lâcher prise totalement, laisser tout ce qui a besoin de sortir le faire sans se prendre au jeu parce que finalement, ces énergies, on n’en connait pas la véritable origine et leur expression peut être vécue comme si on était un personnage de film. 
Puis les stratégies de survie peuvent donner l’impression qu’un problème est résolu alors qu’il a juste été éludé, mis de côté par la raison. 
C’est la l’erreur, la raison ne peut rien dans l’histoire. C’est toute la difficulté du lâcher prise, de l’abandon des questionnements pour se placer en mode réceptif.

Alors, je réitère mon désir de plus en plus grand, de vivre dans l’amour inconditionnel de soi, la paix, dans l’espoir de voir l’humanité s’éveiller à sa vraie nature ; l’amour divin et la sagesse infinie de la source qui s’écoule en chacun. 

Même si je ne serais plus là pour en voir la manifestation concrète, j’investis mon énergie dans cette espérance folle pour la majorité des gens qui est pourtant le rêve secret de tout humain qui s’incarne sur terre. Et ce qu’il soit conscient ou non de sa nature divine. 

Je fais le rêve éveillé d’une société bâtie sur le respect de l’humain quel qu’il soit, de tous et de chacun, dans ses différences, où l’amour est roi et détermine chaque pensée, chaque geste, chaque initiative. Où les sourires hypocrites deviennent des embrassades, des accolades généreuses et sincères, où le bonjour quotidien se manifeste en réalité. 
Où je suis capable d’aller vers l’autre sans peur et sans attentes…Parce que très souvent on veut que ce soit l'autre qui change mais on ne fait rien pour changer soi-même. 

"Viens mon enfant intérieur, montre moi ton monde et construisons le intérieurement ! Voilà des crayons de couleur, des feutres, des pastels, du papier et un compas pour dessiner ce monde idéal, lâche-toi, fais-toi plaisir, faisons nous plaisir ! 
Retrouvons la faculté de rêver, d’imaginer le meilleur et de le projeter sur du papier, avec un crayon et une gomme pour parfaire cette œuvre issue de l’imaginaire…
Utilisons les outils que la source nous a donné pour construire des ponts entre tous les corps et les voir reliés éternellement à la source, à travers le cœur. Laissons jaillir et s’épanouir l’étincelle christique, unissons la au feu intérieur, au soleil du plexus afin de faire de cette vie une source de joie continue."

Clef 367
"Avant de vous endormir le soir, ayez une pensée pour nous, vos guides, vos frères des étoiles. Demandez notre aide en conscience ! Nous vous la donnons mais le fait de la demander vous connecte davantage à nous. Demandez aussi à être instruits dans vos rêves et surtout de vous en  rappeler !  Bien sûr vous ne vous rappellerez pas de tous vos rêves mais certains auront une grande imprégnation dans votre vie !"

J’ai demandé hier soir à aller dans un temple de guérison, d’harmonisation, puis à mon âme de se fondre avec la conscience divine, de se laisser guérir et débarrassée des programmes involutifs, des traumas, de tout ce qui ne me sert plus à rien. 

C’est sûr que les traumas sont une source de connaissance, de révélation et de croissance mais ça, c’était la façon de fonctionner dans le passé. 
C’était nécessaire pour comprendre la valeur de l’amour, de la paix, de la joie, des énergies de Vie mais maintenant je pense avoir compris la base, les ingrédients nécessaire à une vie épanouissante et harmonieuse avec toute ce qui est. 
Bon, il reste encore de la difficulté à aimer les bourreaux d’aujourd’hui mais je ne pense pas que la personnalité soit capable de comprendre même si elle a validé par expérience l’importance du pardon.  
Le cœur et l’âme savent mais la personnalité ignore totalement le pourquoi du comment. C’est d’ailleurs pour ça que je lui ai demandé de se tourner vers la conscience divine, après avoir crié à l’injustice de devoir pardonner alors que je ne sais pas qui ni pourquoi. 

Il semble que l’intérêt principal, du pardon soit juste de lâcher prise, d’ouvrir son cœur et d’élever sa conscience, comme une clef de guérison et de réalisation. Un code spécifique qui permet de monter en vibration.
Parce que s’il fallait revenir sur le passé, en avoir une vision complète, non seulement se serait ingérable pour la personnalité mais en plus, on stagnerait dans la culpabilité, l’horreur et la confusion.

Clef 395
"Au travers des médias, l’humanité est préparée petit à petit à de grands bouleversements. Tout est donné par doses homéopathiques à celui qui veut entendre,  et tout sera dévoilé de plus en plus, même s’il y a encore actuellement une obstruction face à certaines informations !"

Ces quelques mots lus par la personnalité seront interprétés de cette façon : les révélations, les scandales vont enfin être mis à jour et la justice pourra régner, les extra-terrestres seront visibles par tous et ça obligera les humains à s’unir ou encore, on va être sauvés sur des vaisseaux, le christ va revenir…
Depuis le cœur se serait plutôt, à mesure que les horreurs vont être étalées, le corps émotionnel sera soumis à rude épreuve et ça nous obligera à considérer la gestion émotionnelle comme la seule façon de se libérer de l’inconscience et donc de recevoir les révélations nécessaires à notre accomplissement. Au développement de la conscience christique, sa manifestation à l'intérieur et la joie qui naissent de l'unification de tous les aspects de l'être...
On pourra développer la maitrise émotionnel et en même temps l’amour en soi et ainsi devenir autonome affectivement, penser par soi-même et se faire confiance. 
Une occasion d’amplifier la confiance en son cœur, ses élans, son intuition. 
Une formidable opportunité de devenir maitre des énergies, souverain et créateur de son propre monde en accord avec ses propres valeurs même si elles vont à l’encontre de la pensée commune. 



Clef 88
« Relativisez les choses ! Ce qui est important, c’est votre transformation ! Vous ne transformerez pas les autres, ils se transformeront eux-mêmes. Vous ne transformerez pas la vie, la vie aussi se transforme comme tout se transforme en permanence.
Votre société se transforme et se transformera encore beaucoup plus. Ne soyez pas en réaction face à tout ce qui se passe car cela ne vous appartient pas !  
La seule chose qui vous appartienne c’est ce que vous êtes et le regard que vous avez sur vous-mêmes et sur la vie ».

Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.