jeudi 25 septembre 2014

« Associer ses pensées à la raison du coeur »





J’ai eu la bonne idée de demander à rencontrer ma présence divine juste avant de m’endormir, pour être régénérée et guidée. Mon ami m’a envoyé des photos du jardin là-bas et j’ai eu un pincement au cœur, accompagné de la sensation d’avoir abandonné les fleurs, comme on abandonne ses enfants. Ce qui me console c’est que la nature est autonome et qu’elle n’a pas besoin de mon intervention pour exister même si j’ai planté des graines. 
Je crois que c’est ce qui me fascine le plus au jardin, c’est le processus de croissance, la façon dont les plantes se tournent vers le ciel, le soleil, leur « intelligence innée ». C’est une belle illustration de la foi, du principe de création consciente. 
On sème une graine, on arrose et la nature fait le reste. 
J’émets une intention en étant convaincue d’être entendue et que mon souhait se manifestera puis je laisse l’invisible, les éléments, les forces complémentaires, réaliser l’œuvre de création.
Tout comme pour le semis, je choisirai la graine et je ne douterais pas de sa croissance ni du résultat. On peut voir l’importance de la lumière (info) qui est contenue dans la graine, son code génétique qui contient l’information nécessaire au développement de la plante. L’humain a le pouvoir de modifier son ADN en tant que cocréateur et cette connaissance révolutionnaire ouvre la porte de tous les possibles; L’auto-guérison, la création de son bien-être, la manifestation de ses rêves…


A propos de rêves, je ne sais toujours pas ce que je veux concrètement et j’ai bien l’impression que je ne pourrais le savoir que lorsque mon enfant intérieur se sentira suffisamment en sécurité pour se détendre et commencer à rêver. Je n’ai pas le souvenir d’avoir projeté quoi que ce soit si ce n’est le désir d’être en paix. Et c’est ce qui a conditionné mon comportement, orienté ma vie. 
Je ne pense pas qu’il soit opportun de définir précisément ce que l’on veut parce qu’on se limite et en plus comme l’inconscient participe activement au processus, il m’apparait beaucoup plus utile de sonder les profondeurs afin de laisser émerger la lumière tapie dans l’ombre et de maintenir la paix en soi pour que le meilleur puisse se manifester.  

Comme tout est énergie et comme elle est en mouvement perpétuel, savoir canaliser l’amour lumière de la source et amplifier l’amour en soi est une première étape nécessaire. Connaitre ce qui constitue l’être humain dans son ensemble et les outils dont nous disposons pour créer est aussi indispensable tout comme le fait d’abandonner tout jugement. Plus je comprends ce qu’est l’énergie et plus il m’apparait évident que la façon du mental de définir celle-ci voile l’entendement. J’ai fait la méditation suivante et mon corps s’est rempli d’une forte chaleur que j’ai associée à l’amour de la source en moi. 


Une vidéo conçue par Zéro Universal Inc. selon la méthode OMnium développée par Caroline Cory.

« Élevez votre taux vibratoire avec la musique de la source » 






Je commence à mieux comprendre ce qui s’est passé quand j’ai cru en Jésus Christ. La sensation de l’énergie d’amour dépend de l’état du cœur de celui qui la reçoit, au moment de l’intégration, plus le contraste est grand et plus elle sera intense. 
Chaque fois qu’on accepte d’ouvrir son cœur, qu’on cesse de lutter, qu’on pardonne, qu’on dit oui à l’amour, on augmente sa capacité à recevoir l’amour lumière ce qui créé une sensation de chaleur, de paix et d’harmonie. 
J’associe l’amour à la chaleur qui permet une détente physique et une élévation vibratoire. C’est d’ailleurs de cette façon que je guéris des petits bobos. 
Le soleil tout comme l’eau, sont les éléments qui permettent la croissance et chacun apporte ses qualités spécifiques puis l’harmonisation manifeste la création. 

L’eau est la représentation de l’énergie féminine, le soleil celle de l’énergie masculine et l’énergie qui les rassemble, c’est l’amour divin que le vent, le souffle caractérise.

La gestion émotionnelle permet la manifestation du divin dans ses aspects masculin/féminin harmonisés, unifiés. Dans ce processus de libération, le mental et l’émotionnel, le masculin et le féminin s’associent pour mettre en lumière ce qui a été occulté et l’énergie transmutée au travers du cœur, vient nourrir la vie en soi, cette union sécurise l’enfant intérieur et lui permet de s’épanouir.

J’ai du mal à trouver mes mots ce matin ! 
Le sentiment de sécurité se trouve dans l’union des forces complémentaires. 
Freud disait que tout est motivé par la sexualité. 
Je dirais plutôt que c’est l’énergie sexuelle qui crée le désir et que toute action nait d’un désir, d’une envie de communier. 
Mais cette énergie n’est pas réservée à la sexualité, elle est le principe de création, le mouvement qui nait de la rencontre des énergies complémentaires, la source père mère contenue en toute vie.
L’amour c’est l’énergie de la source, l’essence de toute chose qui relie, unifie, guérit, restaure, élève et l’énergie sexuelle semble en être le mouvement, la force qui donne  l’élan, l’impulsion. Là aussi on pourrait associer l’amour au féminin et le désir au masculin. 
Dans cette optique, nous faisons l’amour en nous-même  quand nous réalisons l’unité, la paix et l’harmonie intérieure. 
Quand nos chakras sont alignés, c'est-à-dire quand nous cessons de juger, nous-même ou les autres, nous nous situons sur la fréquence de l’amour et comme le cœur s’ouvre, il reçoit l’énergie de la source de façon fluide et exponentielle.

L’abandon du jugement est mon challenge du moment. Je vais essayer de noter toute les fois où je me critique. Je ne suis pas du genre à juger les autres et encore moins en étant focalisée sur mon monde intérieur mais comme la machine à penser est toujours en activité et que je ne suis consciente que d’une infime partie de ce qu’émet le mental, je risque d’avoir des surprises.

Le fait de s’observer permet non seulement une distanciation entre la pensée et l’être mais en plus, c’est la meilleure façon de se connaitre vraiment. Puis l’observation permet de diriger le mental, de sélectionner les pensées sur lesquelles on va se focaliser.
Les corps sont des outils d’observation et en lâchant la notion de jugement, de bien et de mal, ils sont dans leur plein potentiel et réalisent ainsi l’expansion du cœur et de la conscience. 
Le jugement est un mode de fonctionnement du mental qui limite les perceptions et si on veut élargir sa conscience, sortir de ce cadre, il est indispensable de lâcher cette fonction qui réduit considérablement notre potentiel créatif. C’est comme si l’énergie sexuelle se trouvait coincée dans le mental or elle ne peut pas être figée, contenue, mais au contraire demande à se diffuser dans tous les corps. Savoir gérer ces émotions et libérer le mental emprisonné dans le jugement amènent à mieux connaitre les énergies et donc à pouvoir les utiliser pour créer en conscience.

« J’appelle les énergies masculine et féminine à s’associer amoureusement, à danser ensembles et tous mes corps à s’aligner sur la fréquence de l’amour inconditionnel afin de canaliser l’énergie sexuelle, l’énergie de la source, pour créer en conscience la paix et l’harmonie intérieure et extérieure ». 


Özgür Michi


Il me vient l'image d’un monde familier, où tout est transparent, un monde cristallin où le mensonge, le calcul et le jugement n’existent pas. Où la nudité ne choque personne puisque rien n’est caché. Il n’y a rien à cacher parce que tout en soi est reconnu, aimé et harmonisé. La parole n’a pas de raison d’être puisque les pensées sont perçues. Il y règne la paix puisqu’il n’y a pas de séparation, de frontière, de sens de la propriété, d’appartenance comme chacun sait qu’il est tout par essence. Où chaque être est complet et n’a donc besoin de rien, il s’épanouit en offrant la quintessence de son être à la communauté, à l’environnement. Chaque geste est motivé par l’amour inconditionnel, par l’envie d’échanger, d’offrir, de partager, de communier. L’harmonie est manifestée à chaque instant. Le potentiel créatif est illimité et on goûte, on est la vie en pleine conscience.
Serait-ce le rêve de mon enfant intérieur, des souvenirs d’un passé lointain ou la mémoire de ma rencontre nocturne? Ce qui est notoire, c’est que quelque chose à l’intérieur se libère. La faculté d’imaginer quelque chose de beau et d’harmonieux se manifeste enfin. 

Je vais essayer de penser à nouveau à orienter ma nuit, à demander à « dialoguer » avec  ma présence divine, à recevoir son énergie afin de me réveiller reposée comme ce matin. J’ai eu moins besoin de sommeil et ne me suis pas réveillée une seule fois durant la nuit. L’envie d’agir et la bonne humeur étaient aussi au rendez-vous ce qui me confirme une fois de plus l’importance de diriger ses pensées.
Le jardin a été bien arrosé et c’est venu au bon moment puisque la terre était un peu sèche. Je n’ai pas eu à m’en inquiéter et la sensation d’être soutenue en toutes choses est amplifiée. Le sentiment d’insécurité s’effrite à mesure que la foi en la bienveillance de la vie, la certitude d’être aimée inconditionnellement par la source, augmentent. 

Je fini par me demander si la seule chose à dire, c’est "OUI à l’amour". S’autoriser à être aimée, choyée par la vie, à s’aimer soi-même sans conditions, semble être le désir le plus épanouissant pour l’humain divin. La volonté qui s’oriente et s’aligne sur la raison du cœur, de l’âme, de la source. Ce même élan que celui qui anime la nature me situe dans le mouvement de la vie, c’est une harmonisation avec l’environnement qui manifeste l’unité intérieure.
Faisons le test ; « Je dis Oui à l’amour inconditionnel » et voyons comment l’univers me répond… 


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.