mercredi 13 novembre 2013

Le plus grand "travail" de l’humanité, c’est d’arriver enfin à s’aimer, à se prendre en charge individuellement et à aimer toute vie.


Image trouvée sur "Rivers in the ocean"


Ce matin, j’ai la gorge irritée. Il y a longtemps que je n’avais pas eu ce genre de symptôme. Je vais me préparer une mixture maison composée de thym, d’ail et de miel. Le thym est très bon pour les bronches, l'ail pour "nettoyer" le sang et le miel pour adoucir la gorge et apporter une touche de plaisir à ce breuvage pas très bon. Parce que nourrir des idées telles que: "un médicament doit nécessairement être mauvais..." n'est pas du tout en accord avec ma nouvelle façon d'envisager la vie; la souffrance n'est pas obligatoire...
Je ne sais plus d’où me vient cette recette mais elle est efficace. Le chakra de la gorge doit être en plein réajustement ! Je continue de réviser ma vision de l’autorité, du père, qu’il soit divin ou des hommes en général qui se positionnent comme tel. Ou même des femmes, enfin tous ceux qui se situent au-dessus des autres, qui pensent devoir les éduquer. Nous avons en nous la sagesse qui permet de faire les bons choix, ceux qui nous rendent la vie belle. Même un enfant de trois ans sait lorsqu’il cause de la souffrance à quelqu’un et la ressent. Tout le monde dispose de sa propre guidance, d’une conscience. Et même quand la peur pousse à agir dans un certain sens, une part de nous sait que nous faisons fausse route. Sauf ceux qui sont tellement empêtrés dans la croyance du bien et du mal qu’ils s’imaginent être la proie d’entités maléfiques. Et donc le sont effectivement puisqu’ils en sont convaincus, ils attirent ces énergies de basse fréquence. 
Nous avons toujours le pouvoir de choisir, même si celui-ci ne dure qu’une fraction de seconde. Quand je ressens des énergies lourdes ou une peur qui se manifeste, je reformule mon désir de vivre dans l’amour, la paix, la joie, la liberté, l’équilibre et tout redevient calme. Je ne cherche même plus à savoir d’où me vient le trouble.

Chakra de la gorge dessin "fait maison"
Je me situe mentalement au niveau du cœur et fais ce que je peux au niveau physique. En l’occurrence pour mon mal de gorge, je ne l’amplifie pas en cherchant des explications approfondies. Je sais que ce centre est le siège de l’affirmation de soi, de la communication, du masculin...et plutôt que de nourrir la peur ou le jugement,--par exemple en m’accusant de fumer--, en affirmant choisir l’amour, j’appelle cette énergie à agir, en toute confiance. Même si je suppose que c'est lié au rendez-vous de tout à l'heure...
Plus ça va et plus je simplifie ma façon de voir, suivant l’inspiration de mon âme, à simplement maintenir mes pensées à un niveau de fréquence vibratoire élevé. Ainsi, j’évite de nourrir la peur qui peut amener le doute et le sentiment de devoir se protéger. Demander une protection est quelque chose que je fais uniquement si je sens que ma fréquence baisse au point de me déstabiliser, de créer un conflit intérieur. Dans ce cas, je demande à ma présence divine d’agir, avec des mots simples, qui font sens pour moi et surtout avec une intention sincère et la certitude du résultat. Je coupe net les élucubrations du mental et mon taux vibratoire s’élève naturellement. Ou encore j’active l’amour en moi, en parlant à mes cellules, à mes organes, à mon enfant intérieur, à mes aspects fragiles. Idem concernant la constipation, je l'ai associée aux pensées erronées que j'ai du mal à libérer. Plutôt que de m'en vouloir, de m'accuser de ne pas être à la hauteur, j'active l'amour de soi par l'acceptation et tout redevient "normal". 

J’ai lu dans plusieurs messages enfin, les titres seulement afin de ne pas être influencée, que le 23 novembre allait être un jour spécial. Il est clair que certaines périodes amènent des vibrations particulières, mais se nourrir de pensées qui peuvent amener le mental à douter, à cogiter, ou appréhender, n’est pas vraiment utile. Il sera toujours temps de réagir dans l’instant. 
Ma plus grande liberté étant de pouvoir choisir l’état d’esprit dans lequel je veux me situer, j'évite d'être influencée. Sauf évidemment si c’est dans le sens de la paix, de l’amour et de l’harmonie. Vouloir connaitre ce qui va se passer n’est jamais bon puisque ça sort du moment présent, qui est le seul où je peux réellement agir. Je tente plutôt de me maintenir dans cet espace, en apprenant à être présente à ce que je fais dans l’instant. J’anticipe de moins en moins et me fie à ce que je ressens pour choisir d'entretenir ce qui me maintient en paix et dans la joie. 



Hier, je lisais des messages qui parlent des chakras, que j’avais téléchargés pour changer, ou du moins rafraichir la page que j’ai consacrée à ces roues énergétiques, estimant que c’était un peu léger. Puis à mesure que je lisais, j’ai fortement douté de l’origine de ces messages prétendument dictés par un ange. Il y avait si peu d’amour et tant de jugement que j’ai fini par les mettre à la poubelle. 
Plus que jamais, il faut savoir user de discernement et se fier à sa propre guidance, à la résonance de son cœur pour valider ou pas ce qu’on trouve sur la toile. Puis comme le site sur lequel je les ai trouvés m’a déjà causé des "problèmes", j’ai fait une analyse antimalware qui a trouvé 3 menaces ! 
Nous sommes à un stade délicat où beaucoup de fausses informations circulent. Tout ce qui sort de son centre cardiaque, suscite peur, doute, mal-être et rabaisse l’humain a une pauvre créature impuissante et mauvaise, est selon ce que je crois non seulement faux mais an plus totalement pervers et dangereux. 
Le plus grand travail de l’humanité, c’est d’arriver enfin à s’aimer, à se prendre en charge individuellement et à aimer toute vie. Or pour réaliser cette prouesse, il faut savoir que nous avons le pouvoir de le faire, que nous sommes constitués de façon à y arriver facilement, naturellement. 
Notre âme nous guide en tous temps à travers notre ressenti, le corps physique, et pour faire simple, à la portée de tous, si c’est agréable en dedans c’est que c’est pour nous, si c’est le contraire, il vaut mieux laisser tomber. C’est un bon moyen de distinguer ce qui nous élève vibratoirement. Une occasion d’apprendre à écouter ses messages et à répondre à ses appels qui sont en général, aime-toi vraiment, cesse de te juger, de te critiquer...
Encore une fois, il y a deux voies, et même deux voix, celle de la peur et celle de l’amour et tout le monde sait faire la différence au niveau du ressenti. C’est tout ce que nous avons à faire, choisir entre ces deux voies. Puis par expérience, en testant, nous pouvons constater que celle qui nous rend la vie belle, nous amène à vivre dans l’harmonie, c’est la voie de l’amour.  Une fois ce constat réalisé, il n’y a plus qu’à se laisser guider, porter. Et alors, la vie devient magique !

Tableau du ciel, ce matin

C’est en tous cas ce que j’expérimente avec joie et c’est le seul message, à mon sens, qu’il soit utile de véhiculer. Même si pour l’ego, c’est trop simple, répétitif, c’est néanmoins la seule voie qui conduise à la paix intérieure, l’élévation et qui a le pouvoir de transformer radicalement la vie.
Hier matin, je suis allée chez le coiffeur pour prendre rendez-vous. Comme ma sœur avait raté son coup et que j'ai tenté d'égaliser, face à la glace, empirant considérablement les choses, je me suis dit qu'il était l'heure de faire appel à un professionnel, de surmonter la peur d'être "manipulée", enfin touchée, puis d’apprendre à déléguer. Accepter que l'autre puisse m'aider, sans craindre le résultat de son intervention  C’est la première fois de ma vie que je fais cette chose dans de pareilles circonstances. J’ai dû y aller deux fois dans ma vie mais j’avais la peur au ventre, appréhendant la chose. Peur d’être mal entendue, qu’on me « rate », bref, j’étais tellement dans la peur d’être abusée que j’étais ressortie déçue à chaque fois. Là, c’est la joie, le sentiment d’avoir enfin envie de me montrer sous un aspect plus féminin, joli, disons, qui soit en accord avec mon état d’esprit, qui me motive. Je suis épatée de n’avoir aucune appréhension et de me faire une joie de ce changement ! Encore une « preuve », que je me situe toujours plus dans l’amour de soi et de la vie. Cette confiance en l’autre est à l’image de la confiance en soi, que les séances d’EFT et la répétition régulière de mon choix de vivre dans l’amour, favorisent grandement. 
Jusqu’à maintenant, mon estime de soi faisait que je ne voulais pas m’afficher sur la toile. Des peurs d’être manipulée à distance en exposant mon visage, m’empêchaient d’oser me montrer. Puis, peu à peu je révise mon point de vue. Je craignais aussi que l’on croit que je cherche à plaire et comme je ne suis pas du tout dans la séduction, du moins comme je ne veux pas jouer ce jeu, je fais tout pour ne pas être désirable. Mais à mesure que je change mon regard sur moi-même et sur la vie, tout évolue et l’idée de montrer ma face ne m’effraie plus autant. Je sais aussi combien le mental peut cataloguer quelqu’un d’un seul coup d’œil et je me dis que pour pallier ce réflexe conditionné, entretenu par tous, y compris moi-même, je peux aussi chercher à me ressembler. C'est-à-dire, faire en sorte que mon image corresponde à mon état d’être intérieur. Je n’ai pas de problème avec mon apparence en directe puisque l’énergie que j’émane pallie les "imperfections" mais une photo ne transcrit pas toujours la réalité qu’on porte à moins de pouvoir s’offrir les talents d’un bon photographe qui saura immortaliser « l’âme » de la personne. Enfin, je n’en suis pas là ! Pour le moment, je goûte l’harmonie intérieure qui est maintenue de plus en plus souvent et durablement.

Image trouvée sur Facebook "Images bavardes"

Je mesure les progrès immenses effectués depuis que je me simplifie la vie par ce choix de vivre dans la paix, l’amour, la joie, la liberté et l’équilibre. Même si pour le moment, c’est par des petits détails, j’en savoure néanmoins les bénéfices. 
Christophe, l’ouvrier du quartier, est venu mettre un néon au dessus de l’évier. Ce n’est pas grand-chose mais c’est assez significatif. Je peux faire la vaisselle dans la clarté ! Symboliquement, c’est assez parlant ! A l’image de ce que je vis en dedans où presque plus rien n’est caché, refoulé ou encore diabolisé. Le confort grandissant dans l’appart, qui me facilite la vie au quotidien est aussi à l’image de ma façon d’accepter totalement d’être incarnée et de vivre dans l’amour et le respect de soi. J’ai commencé à faire du tri dans un placard fourre-tout et cet allégement a amplifié le travail d’épuration intérieure. 
C’est dingue comme le fait de jeter des vieilles choses inutiles, ces objets que l’on garde "au cas où", peut être libérateur. Là encore, c’est symboliquement une façon de libérer des peurs telles que celle du manque. Celle-ci empêche de vivre l’abondance et faire le vide permet de libérer de l’espace, pour accueillir la nouveauté. Tant qu’on nourrit les peurs, on reste prisonnier de ces énergies et rien ne peut vraiment changer dans sa vie. 

L’acceptation est un formidable catalyseur d’énergie d’amour et comme celle-ci a le pouvoir de guérir, tout va dans le sens d’un mieux être évident. Ainsi, pour la dépendance aux cachets, plutôt que d’essayer de diminuer, contribuant ainsi à renier les parts de moi qui ont besoin de ce produit, je « travaille » à libérer les peurs qui nourrissent ce geste. La peur du manque étant celle qui m’empêche le plus de m’en, libérer, je procède donc par étape, par des petits gestes apparemment insignifiants qui participent au changement de perception, en douceur, sans créer de traumatisme supplémentaire. Les parts de moi qui ont besoin de ce produit, qui trouve en son usage une forme de paix, d’harmonie, ne sont pas reniées, violentées ou ignorées. Elles ne sont pas non plus nourries à outrance. Je respecte leur point de vue et le réforme peu à peu par cette acceptation. Ainsi comme elles ne sont plus diabolisées, elles se « détendent », n’ont plus besoin de crier leur peur créant ainsi un combat intérieur. Peu à peu une autre forme d’équilibre s’installe jusqu’au moment où l’amour de soi sera si "pur", que plus rien en dedans, ne se sentira obligé de revendiquer le droit d’exister en se rebellant. Je démystifie aussi le produit, le regard que je porte dessus. En acceptant de considérer qu'il me facilite la vie, plutôt que de le voir comme quelque chose qui m'empêche d'être libre, je diminue son impact négatif. Un échange de mail à ce propos m'a considérablement aidé à changer ma perception. Je craignais d'être jugée mais c'est la compréhension qui m'a été renvoyée. 

Image trouvée sur Facebook "Good vibe"

La peur de l’autre, de son jugement est si répandue dans le monde puisque tout est construit autour d’elle, qu’en commençant par ne pas craindre les aspects intérieurs qui fonctionnent de la sorte, j’amène la vibration de paix à restaurer ces parts conditionnées et amplifiées par l’extérieur, l’éducation, une mauvaise interprétation des choses. 
Même si le traumatisme de l’inceste influence encore bien des aspects de ma personnalité, par l’écoute bienveillante, la tendresse que je m’accorde, elles guérissent en étant absorbées dans l’amour et la lumière de mes aspects divins. 
Un équilibre intérieur se crée. 
Rien n’est rejeté mais au contraire harmonisé tout comme la source qui n'exclue rien, qui donne le droit à toute vie de s’exprimer selon son degré de conscience. 
Un être ne grandit pas par la contrainte mais il évolue par l’amour qui lui est adressé. 
Un enfant dont les parents sont affectueux et respectueux de sa personnalité, progressera beaucoup mieux dans l‘amour de soi et pourra ainsi acquérir l’autonomie dans tous les domaines. La violence n’engendre que la violence, le désir de vengeance. Un enfant battu pourra se conformer aux exigences de ses éducateurs mais c’est la peur du bâton qui le motivera. Un jour où l’autre, il reproduira cette même violence sur quelqu’un de plus petit, de plus faible. C’est un cycle infernal qui a construit le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Pour sortir de ce cercle vicieux, seul l’amour peut agir. Il se manifeste par le pardon, le désir de paix. Des peuples en guerre ne peuvent sortir de ce schéma que par un accord de paix qui prenne en compte les besoins de chacun. Une nation qui respecte ses citoyens, qui tient compte de chaque individu et de ses besoins, ne peut connaître de luttes intestines. 
On en est loin mais on peut déjà commencer par être juste envers soi, par cesser toute critique et en reconnaissant que notre âme fait tout ce qu’il faut pour que nous progressions dans l‘amour plutôt que la peur, en se laissant aller à sa guidance, en toute confiance, on peut établir la paix en soi. Comme nous sommes inter reliés, celle-ci se propage alentour, éveillant le divin en chacun. Cette "contamination" peut s’effectuer très rapidement puisque tout le monde est doté des mêmes attributs divins, de la capacité de choisir l’amour. Les énergies de la source contribuent grandement à ce changement de paradigme. Nos âmes ont choisi de s’incarner dans cette période de l’humanité totalement révolutionnaire ! Elles l’ont fait en sachant que c’était possible. Si on se situe à la "hauteur" de l'âme, on prend aussi conscience qu’il n’y a pas d’échéance particulière, que nous avons l’éternité pour réaliser cette élévation planétaire et que notre seul pouvoir, c’est d’agir sur nous-mêmes. Plus de pression, d’obligation, de notion de bien et de mal mais une compréhension éclairée de toutes choses, laisse alors place à la paix et l’harmonie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.