vendredi 11 octobre 2013

C'est en étant pleinement incarnée, dans l'acceptation totale de tout ce qui est, que je reconnais mon essence véritable.


Image trouvée sur facebook "Spiritual Nature"


Il fait frais ce matin, c’est la première fois que j’ai des frissons depuis le printemps dernier ! Le ramoneur vient tout à l'heure et le nouveau poêle devrait être installé dans la journée. Je suis relax alors qu’il vient à 8h30 et que je dois dégager des trucs autour du poêle. Remarque, j’ai le temps, il n’est que six heures. Je n’appréhende pas trop pourtant le système de chauffage est un problème depuis 2012. La première année que j’ai emménagé ici, le poêle était tout neuf et j’allais à la rivière ramasser du bois mort. Le truc, c’est que je mettais des résineux et que le conduit, enfin il n’y avait qu’un encadrement en plâtre, a commencé à brûler tant il y avait de résidu, au niveau des combles ! Il a fallu batailler avec le propriétaire pour qu’il installe un conduit en inox. Evidemment c’est un voisin qui l’a posé « au noir ». Là encore, il m’a posé les tuyaux à l’envers, les sciant et les coupant, pour que ça rentre, en aplatissant le tube de 10 mètres pour être sûr qu’il rentre dans le conduit, bref, la misère, du bricolage d’amateur qui fait que depuis deux ans, ça dégouline, ça fume, ça tire mal; j’ai mis le feu à la cheminée, trois fois...Je commence à chauffer fin octobre et déjà en février, ça ne fonctionne plus. Cette année, j’ai arrêté de faire du feu le 8 février ! Cet hiver, ça devrait être autre chose. Je verrais bien comment ça se passe avec le ramoneur. La première année, il a passé un hérisson rond dans un conduit carré ! Quand j’ai reçu la facture, on me demandait le double du prix annoncé alors que je m’étais emm...à nettoyer le poêle et les tuyaux avec une spatule scotchée à un manche à balai! 
J’ai réussi à me « défendre » mais ça m’a coûté beaucoup, j’en étais malade à l’idée de devoir crier à l’injustice. En fait, j’ai pu expliquer qu’il y avait un malentendu, avec humour en étant sincère. Je m’étais épatée sur ce coup là ! Je sortais peu à peu du rôle de la victime.

Kilaeoa, Hawaï
Par contre, j’ai encore passé l’hiver dernier à vivre et à essayer de libérer des peurs. Entre les retours de flamme les jours de vent, la cheminée qui s’embrase dans un bruit d’hélicoptère, les émanations de fumées par le poêle plus étanche, j’ai dû faire tout un travail de libération pour trouver un semblant de paix. Je n'avais pas compris que la libération consistait à accepter ce qui est, dans le moment présent et que c'est cet accueil, ce lâcher prise qui libère. J'avais plutôt tendance à focaliser sur la libération, à vouloir que la peur s'en aille et j'avais beau lui demander gentiment, ça n'avait aucun effet. Je ne comprenais pas que c'est en se calmant, en respirant simplement, sans "parler", sans demander quoi que ce soit, que l'alchimie se réalise naturellement. Cette transformation révèle notre pouvoir, le divin intérieur.
Ce n’est que depuis que j’ai compris que l'acceptation de ce qui est, l’amour véritable de soi ouvrent le cœur qui permet la libre circulation de cette énergie vivifiante, que ma vie s’est grandement améliorée ! C’est pour cette raison que c’est devenu la base de mon propos et pratiquement l’unique chose que je veux transmettre. 
Flatter l’ego en écrivant des textes complexes, tant de celui qui écrit que de celui qui lit, n’a pour moi aucun sens. Car tous ces messages qui expliquent avec autorité ce qu’est la vie, ce que sont les êtres d’autres galaxies, la guerre des étoiles, les saints, les anges...ne font qu’éloigner de la véritable connaissance utile, celle qui permet de se sentir heureux et libre. A quoi bon comprendre le fonctionnement des corps subtils, les mondes invisibles si on ne connaît pas son propre corps, ceux reliés aux chakras du bas. Ce sont eux qui portent notre essence divine, ils font partie de notre réalité quotidienne et sont le pont avec le divin, quand ils se relient au cœur. Le divin ne peut être appréhendé par le mental seul, c’est un leurre. On ne peut se rapprocher de nos corps plus éthérés, situés dans des dimensions plus élevées, sans être profondément enraciné et en amour pour ce qui est en bas. De plus, tous ceux qui enseignent avec assurance ne font que s’approprier des connaissances reçues par d’autres, la plupart du temps, pour se situer au-dessus de la masse. On reste dans un schéma "moi je sais et vous vous écoutez". 
Le divin est en chacun, tout le monde peut être éclairé de l’intérieur. Jouer les apprentis sorciers avec les chakras du haut est très périlleux. Les cristaux, les appels à des entités, les rituels, les invocations en cercle fermé...tout cela relève de la manipulation non de la maitrise. Il n’y a qu’un chemin de réalisation, c’est celui du cœur, à partir de l’intérieur. Aimer dieu, comme soi-même ainsi que son prochain sont les premières choses à faire et il y a déjà du boulot ! On ne peut s’élever uniquement verticalement, on risque de se déconnecter des autres humains et de soi-même. 

Image trouvée sur Facebook "TransLight"

Tant qu’on n’accepte pas l‘incarnation, ses conditions de vie, tant qu’on n’habite pas complètement son corps, on s’élèvera le temps de satisfaire l’ego pour mieux se ramasser ensuite. Vouloir grandir seulement en esprit, crée une distorsion et même si l’âme est à cheval sur les dimensions terrestres et célestes, même si elle est en « apprentissage », il est nécessaire d’établir le contact avec elle pour ensuite chercher la fusion avec la présence divine. Pour se rapprocher pas à pas de la source sans risquer d'être aveuglé. 
Quand nous nous incarnons, nous descendons sur terre et prenons un corps que nous essayons d’unifier, d'élever à la fréquence d'amour divin, par l'alchimie qui se réalise en rayonnant les énergies originelles d’amour et de lumière de notre présence divine, sur chacun de nos aspects et en même temps, sur la planète. Je ne sais plus où j’ai lu que les mondes astraux allaient être dissous. C’est à mon sens une bonne chose qui permettra d’y voir plus clair, de faire le tri. Trop d’entités se faisant passer pour des êtres de lumière, pervertissent les voies de l’ascension. Même si elles disent quelques vérités, le simple fait d’écouter et de se fier aux messages reçus par l’extérieur, sans chercher à les valider par le cœur, éloigne de la possibilité de recouvrer sa souveraineté. C’est une déresponsabilisation, dangereuse. On trouve la connaissance autant en écoutant ses corps qu’en lisant des messages ou enseignements extérieurs mais s’y accrocher et dépendre d’eux, est un réel danger. Ce que l’on entend, lis, doit être validé par l’expérience sinon ça n’a aucun intérêt. A quoi bon savoir ce qui se passe dans la 4ème dimension si on ne maitrise pas les corps de la 3ème ? C’est une façon de vouloir éviter une étape essentielle. 
Il nous faut apprendre la maitrise des énergies, connaître leur mode d’expression et arriver à les faire danser, ce qui implique d’être à l’écoute des émotions, de les gérer tout comme nos pensées conscientes et inconscientes. Celui qui se tourne vers une source extérieure pour savoir comment il est fait, tant qu’il ne goûte pas ce qui l’anime, donne son pouvoir à quelqu’un, perd sa lumière et nourris l’impuissance, le sentiment d’indignité. 
J’apprécie les messages de Jeshua parce que jamais il ne se place en sauveur, il donne des outils qui mènent à l’autonomie, à trouver sa lumière et son pouvoir par l’amour inconditionnel de soi, puis de toute vie. Il sait "s'éclipser" afin que nous trouvions notre propre amour, notre propre lumière et notre maitrise. Connaître nos origines divines est nécessaire pour arriver à changer son regard sur soi et sur le monde mais celle-ci doit venir de l'intérieur. 
Il est question d’établir un monde de paix en commençant par soi-même. Or la paix nait de l’unité, de l’égalité. Le monde peut devenir respectueux si chacun devient responsable et amoureux de lui-même, de ce qu’il vit intérieurement, de ce qu’il est fondamentalement. Cette connaissance vécue, ressentie, amène la souveraineté qui fait qu’il n’y a plus besoin de manipuler, de se nourrir de l’énergie d’autrui. 
C’est la même chose au niveau de la faim dans le monde. Si on fait comme les USA, pendant des années, qui ont distribué des denrées alimentaires ponctuellement, aux africains, on maintient les gens dans la dépendance qui permet de les manipuler, de leur voler la richesse de leurs sous-sols. Si par contre, on construit des écoles, on creuse des puits, on les aide à devenir autonomes, au bout d’une génération à peine, ils sauront se débrouiller et en unifiant leur culture et les connaissances venues de l’extérieur, ils trouveront non seulement l’indépendance mais aussi une force spécifique née de la fusion des cultures.


Spirituellement, c’est la même chose, le monde est affamé ! Il est facile d’utiliser son « intelligence » enfin ses capacités mentales pour profiter de la demande et offrir ce que les gens attendent, leur vendre un sauveur, se placer en berger. C’est ainsi que le monde est régit depuis des millénaires, une élite auto proclamée utilise son intelligence pour se distinguer de la masse, pour s’enrichir sur son travail, ses peines, son ignorance et ses souffrances. L’ascension planétaire implique que tout le monde soit élevé en même temps. Ce n’est pas pour demain mais pour que ce soit possible, il faut qu’un certain nombre de gens aient ouvert leur cœur, que celui-ci rayonne, donnant l’envie aux autres de puiser en leurs propres ressources. Quand on agit à partir du cœur, on ne se place pas au-dessus des autres, on comprend que chacun participe à l’élévation de l’ensemble et en acceptant d’être responsable de ses créations, en apprenant à les maitriser on change effectivement de paradigme. 
Celui qui se positionne en enseignant, qui se croit meilleur que les autres, ne fait que creuser l’écart, susciter la jalousie, l’admiration, la comparaison et finalement la dépréciation de celui qui écoute. Tout ceci n’est que jeu de pouvoir. C’est à travers nos sens, inclus le sixième, qu’il nous faut appréhender la vie et en les connectant à notre cœur, en reliant tous nos corps, ceux-ci révèlent leur caractère divin. Le monde est dirigé par le mental, par l’ego mais sans le cœur, le résultat est devant nos yeux, dans les médias qui maintiennent les jeux de pouvoir, la peur, la domination sous toutes ses formes. Ce sont les divisions qui créent le conflit, que ce soient les religions ou les ordres secrets, ils fonctionnent de la même façon, "nous sommes meilleurs que les autres", "nous avons La vérité". 
Tant que chaque individu ne réalise pas qu’il est son propre temple, qu’il est constitué de façon a être totalement autonome, responsable et donc souverain, et que tout être est fait de la même manière, on ne sortira pas des veux schémas obsolètes. 
Reconnaître chacun de nos véhicules intérieurs, apprendre à les conduire pour qu’ils nous amènent au bonheur, nous délivre de tout besoin de reconnaissance extérieure. Accepter les règles du jeu de l’incarnation, c’est reconnaître que le divin nous anime et valider sa création en aimant tous nos corps ainsi que notre vie, révèle sa présence.

S. Hocking

La part divine qui a créé l’ensemble de ce que nous sommes en tant qu’humain, possède une vision étendue qui lui a permis de nous donner tous les outils internes d’élévation. Pour que l’égalité règne sur terre, il doit y avoir un seul chemin, une seule porte. Vouloir passer par l’esprit, c’est se désincarner et prendre le risque de se perdre dans les fréquences du bas astral. Nous aurons bien le temps d’y retourner une fois décédés. Le monde astral est une réalité illusoire créé par nos formes pensées, c’est un mirage. Il est constitué d’hologrammes, d’ectoplasmes. L’âme en soi n’est qu’un "disque dur" où sont stockées toutes les infos relatives à nos vies passées. Elle est une entité qui contient une part de lumière qui est appelée à fusionner avec la présence divine. Elle peut nous renseigner, nous guider mais son rôle se situe entre le monde visible et invisible, tout comme notre cœur qui relie ce qui est en bas avec ce qui est en haut. L’âme a un certain degré de lumière qui est un fragment de la source tout comme la présence divine qui est un fragment plus « large » mais qui n'est pas La connaissance absolue. Enfin, c’est mon point de vue, ce qui me semble juste, maintenant. Puis je n’approfondis pas tant ces choses qui ne sont pas vraiment utiles au quotidien. J'apprends beaucoup plus en étant dans le moment présent, en étant attentive à ce que je fais, en faisant une chose à la fois, en essayant d'être consciente de tout mon être.
Bon, déjà 7h30, je vais me préparer pour la venue du ramoneur.
Les mails que je reçois me confirment que la lumière brille en chacun, même dans une seule phrase, la sagesse s’exprime. C’est le fait d’être inspiré qui permet de s’élever et c’est la connexion au cœur qui en est le déclencheur. Bon du coup, j’arrête là mes « élucubrations ». Les cloches sonnent et le ramoneur m’a appelé pour me demander de venir une demi-heure plus tôt, c'est-à-dire maintenant. 

Impeccable, tout s’est très bien passé, me reflétant la fluidité énergétique intérieure. Pour que le divin se manifeste de façon « grandiose », il nous faut déjà reconnaître sa présence dans les petites choses du quotidien, qui constituent ensembles, l’histoire de notre vie. Tout ce qui est, que ce soit désagréable ou pas, dépend du regard que nous portons sur l’évènement. Soit nous voyons à partir du mental rempli de peurs et d’attentes, soit nous voyons à partir du cœur qui est confiant en la vie et mettra en évidence la lumière et l’amour, qui sont en toutes circonstances. La perspective donne le volume, la forme de ce qui est observé et c’est quand on voit avec les yeux du cœur que le divin se manifeste.
J'ai de quoi m'occuper dans la matière! Même si j'ai longtemps cherché à être "pur esprit", je me rend compte que c'est en étant pleinement incarnée, dans l'acceptation totale de tout ce qui est, que je reconnais mon essence véritable.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.