dimanche 30 juin 2013

Un nouveau matin




Ce matin, je suis lasse de cogiter et j’ai commencé par faire une séance d’EFT dès le réveil. Des phrases épurées, allant à l’essentiel, comme me l’a rappelé gentiment, Eve dans son mail, hier :
« Même si.....Je m’aime infiniment et je me pardonne »
L’essence même de toute libération.
J’ai remercié la Terre Mère pour sa présence et son soutien, pour notre connexion éternelle. J’ai oublié hier, que j’avais fait une petite méditation au réveil, pour sentir ce lien indestructible. En me levant, j’ai repassé ma journée d’hier et c’est là que j’ai constaté avec une grande reconnaissance, qu’elle avait répondu à mon appel. La paix ressentie au jardin, la paix dans mes interactions avec les voisins, la spontanéité exempte de peur, de sentiment de supériorité ou d’infériorité, le fait de me rendre utile tout en étant rétribuée, les moments de pause que je me suis accordés sans culpabilité. Enfin, la sensation de ne pas être à ma place, bienvenue sur cette planète, n’est plus nourrie en moi et n’existe même plus. Ce sentiment d’illégitimité qui me poussait à me recroqueviller sur moi-même, c’est envolé.  
Au lieu de ça, je me sens chez moi, bien dans mon corps, même si le critique intérieur voudrait me faire culpabiliser de ne pas être à la hauteur. Je retrouve mon désir d’unité intérieure et le laisse exprimer ses remarques sans y croire, convaincue que ce jeu de la vie est avant tout « inventé » afin de trouver de la joie dans l’épanouissement, par la créativité et le laisser aller, enfin le lâcher prise. (Les mots ont un impact plus ou moins positif!) Un mouvement perpétuel entre faire et non faire, entre mouvement et immobilité, un balancement continu qui peut donner le « tournis » si on se crispe à la balançoire mais qui devient chatouillis si on se laisse porter par elle.

"Mon ciel", hier soir
Je me propose donc en ce jour, de me laisser porter par mes élans de vie, en spectatrice tout autant qu’actrice, juste pour la joie d’être ce que je suis. De le sentir, de le vibrer. 
Mes chers corps denses, entrez dans cette danse, formons ensemble une ronde enfantine afin de jouir de chaque instant de cette vie, de ce que tous nos sens peuvent capter. Juste pour être, goûter, sentir et se réjouir d’être libre de faire ou non. Je comprends tes exigences chevalier intérieur alors je te suggère d’accorder tous tes soins, ton attention, à guider la princesse enfermée dans sa tour d’ivoire vers la porte de sortie afin qu’ensemble, nous dansions la vie.
J’appelle les couleurs, les rayons de la liberté, de la joie, de la paix, de l’amour sans conditions, à purifier les résidus des vieux schémas restrictifs et limitatifs, afin d’être ce que je suis, tout ce que je suis. Entre force et douceur, accueillant sans jugement tout ce qui se présente sur la scène de cette nouvelle journée. Honorant chaque mouvement intérieur qu’il soit « positif » ou « négatif » puisque finalement ça n’est que l’expression d’un moment éphémère.
Je comprends tes peurs, tes questionnements et tes doutes et je t’accueille à bras ouvert, mon esprit torturé par toutes ces pensées. J’y vois l’expression de l’abondance plutôt que l’exigence. Je t’entoure de l’amour divin et éternel qui s’écoule en mon cœur afin que tu guérisses et trouve la paix. Je t’aime tel que tu es, je veux juste te rassurer ; Il n’y à rien à prouver, il n’y a rien à gagner. Ce qui est proposé, c’est d’être ensemble, de s’unir pour créer, dans la paix et la joie. Mon enfant intérieur, je t’appelle à guider ces parts rigides en moi, à leur enseigner la confiance, la souplesse et la légèreté. Que chacun de vous apporte à l’ensemble ses qualités spécifiques, ses talents afin que ce jour soit vécu dans la joie de la renaissance, qu’il soit un jour nouveau. Peignons ensemble, sur la toile de la vie, un tableau flamboyant de couleurs, des plus éclatantes aux plus tendres, créant un  beau relief, par le jeu des contrastes, juste pour la joie de créer et de contempler cette œuvre d’amour, dans l’instant et à la fin du jour.  


Je vais au jardin continuer à capter le jeu des rayons du soleil matinal qui brille dans les fines gouttelettes de la rosée. Le feu et l’eau qui s’unissent et se complètent pour former un spectacle de toute beauté, une illustration de ce que peut créer l’unité des forces élémentaires qui se subliment mutuellement par leur jeu amoureux.
Prenons exemple sur cette belle nature mes corps denses, puisque ces éléments sont notre consistance qu’ils réalisent cet éclat, cette brillance et révèlent ensemble la lumière intérieure, le diamant aux mil facettes que nous sommes.
Vibrons à l’unisson, accueillons joyeusement les énergies du ciel et de la terre et marions les intérieurement.
Mon cher corps mental, mon esprit, tout ce qui en moi émet et véhicule la pensée, laisse toi imprégner de l’idée que les sensations ressenties par l’usage de stupéfiant sont réalisables naturellement, que nous sommes constitués dans cette objectif, l’expression de la joie, de l’amour et de la créativité, dans la liberté totale.
La sensation d’être tout puissant, de pouvoir déplacer des montagnes, par l’amour en soi et surtout d’être dans la paix et l’extase, peut être retrouvée par la paix, dans l’acceptation de ce qui est. C’est alors que nous pouvons ressentir la conscience de tout ce qui est, vibrer et se déployer à travers tout ce qui forme notre personnalité. Il n’y a rien à chercher puisque tout est là, je suis, nous sommes éternellement reliés à la source, au mouvement de la vie, à tout ce qui est, les anges, les guides, les maîtres et les archanges. Décrispe toi et sent ce bouillonnement de vie circuler en dedans, délecte toi, respirons à l’unisson. Tout ce qui est s’exprime tour à tour, à travers tout ce que nous sommes et comme nous sommes UN, il n’y a pas à revendiquer le droit d’être telle ou telle forme, il y a juste à laisser ce mouvement de vie façonner ce qu’il désire dans le moment présent. Ne crois pas être une marionnette puisque nous sommes tout autant les fils que le personnage et la main qui les tient.
Je retourne au jardin me fondre dans la nature, par le geste, dans l’amour de tout ce que je suis et de tout ce qui est.

Deux heures trente de cueillette, d'arrosage, de repiquage, et de bêchage. L’idéal, exercice physique, créativité, joie, beauté...Que du bonheur !
En préparant mon thé, je réfléchissais à installer la webcam. Des pensées sont venues freiner mon élan, telle que la peur de se montrer, celle d’être jugée, cataloguée, réduite à une simple image...Puis j’ai cogité sur le fait qu’à chaque fois que je fais un pas dans un sens, son opposé se manifeste systématiquement. Avant, j’appelais ça « être mise à l’épreuve », puis c’est devenu, « appuyer l’intention » et maintenant, je me dis que c’est tout simplement normal puisque nous vivons dans une dimension où les opposés se côtoient. Enfin, une énergie s’exprime dans sa totalité et quand on se tourne vers un extrême, l’autre se manifeste simplement automatiquement, naturellement, par le mouvement de la vie. Encore plus quand on veut unifier ce qui est, c’est la manifestation instantanée de la vie. Accepter cet état de fait, que les choses soient en mouvement perpétuel, libère de toute attente, de tout questionnement, raisonnement. Quand on sait qu’il y a un effet balancier en toute chose, et qu’on n’y voit que le mouvement de la vie, on peut se décrisper. Les pensées du style pourquoi moi, ou même pourquoi tout court, la culpabilité, la honte, tous les sentiments relatifs aux jugements cessent, ils n’ont plus de raison d’être. Le bien et le mal deviennent deux formes d’expression de la vie, simplement issues de la même énergie qui s’est élargie au maximum. C’est très clair dans ma tête mais à traduire en mot, ça devient compliqué.


Je vais me refaire une petite séance d’EFT en simplifiant au maximum. J’ai tendance à faire des phrases à rallonge pour exprimer tout ce que je veux or cette méthode fonctionne au travers de l’énergie d’amour inconditionnel, par l’acceptation. C’est un moyen de permettre à l’énergie d’amour de circuler à nouveau dans tous les corps. C’est ce mouvement libre de l’énergie de la source qui amène la guérison. Ce n’est pas la volonté qui agit en force, c’est juste l’intention d’être soi-même, d’exprimer sa nature originelle, son essence primordiale ; l’amour et la lumière, qui remet tout à sa juste place permettant à la vie de circuler en soi.
Bon, je recommence à vouloir exprimer l’indicible ! Vis, tout simplement. 

Photos de ma collec' que vous pouvez utiliser en citant la source: http://lydiouze.blogspot.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.