mercredi 3 avril 2013

Je vis Ma vérité en toute liberté



Isha

Ce matin, après avoir fait la rebelle hier en refusant d’écrire, j’ai décidé de me faire confiance, de croire tout ce qui s’exprime en moi. J'ai été vexée d'être rappelée à l'ordre par You Tube pour avoir posté une vidéo soumise aux droits d'auteurs. j'ai été obligée de visionner une vidéo et de répondre à un questionnaire pour accéder à ma page! La honte, à 48ans, de se taper une vidéo où on vous tutoie et où on vous fait la morale! J'ai encore du mal avec la notion de propriété, que ce soit pour moi-même, quand je m'accroche à quelque chose que je dis m'appartenir ou quand se sont les autres. Je sens qu'il va nous falloir lâcher ça, mais bon, chaque chose en son temps. 
Il y a aussi l'idée qu'il me faille arrêter de croire que la spiritualité est synonyme de gravité, l'erreur est quelque chose qui nous enseigne, nous invite à avoir plus d'amour de soi, de tolérance et à lâcher prise sur nos attentes, nos objectifs.
Même si je ne comprends pas tout ce qui circule en moi, les énergies, l’origine des pensées, j’ai décidé de me prendre au sérieux, de cesser de me dire que je me fais des films ou bien que je délire.



Tout ce que nous vivons a sa raison d’être. J’ai suffisamment de connaissance pour me laisser guider par mon cœur tout autant que par mes pensées. Qu’elles soient conscientes ou inconscientes, tout ce qui vient à la surface à non seulement un sens mais c’est un élément de compréhension supplémentaire. Le seul "tri" que je peux faire, c’est en fonction de l’amour. Tout ce qui n’est pas joyeux, amoureux, positif, je le laisse passer sans m’y attarder, me disant simplement que si ça s’exprime c’est une bonne chose puisque c’est hors de moi et ça n’a donc plus d’impact.

Je retiens et chéri, tout ce qui est amour, tout ce qui me procure de la joie, tout ce qui participe à mon élévation et me guide vers plus d’amour de moi-même et des autres, vers plus de liberté, d’acceptation. J’ai cessé de lutter contre moi-même, refoulant des pensées que je ne pouvais croire parce que je n’en comprenais pas le sens ou bien parce que pour le monde, ça pouvait paraître folie.  
Maintenant je dis OUI à l’amour de tout ce que je suis, à mes pensées "folles". 
Je suis ici pour être entièrement, sans chercher à justifier ce que je pense, ce que je crois, sans chercher à être approuvée par qui que ce soit. Je n’ai pas à convaincre qui que ce soit sauf peut-être moi même dans le sens que les autres sont aussi libres que moi, nés aussi de la source et créateur de tout ce qu’ils vivent puisqu’ils pensent. 
Puisque ce qui compte, c’est la certitude d’être un humain divin comme tout le monde. Par définition, le divin, c’est la souveraineté, c’est la toute puissance pour soi-même, d’auto-guérison, de capacité à canaliser toutes les énergies et de choisir celle sur lesquelles je veux me focaliser. Celles que je veux amplifier, celle que je choisi pour fondation de ma personnalité humaine. 
Puisque je crée et façonne dans le plan matériel, selon ce que je pense, je veux me fabriquer le plus beaux des scénarios. Comme je suis convaincue de créer constamment par mes pensées, je choisi les plus belles, les plus amoureuses, les plus joyeuses. 
Il ne s’agit pas non plus de se voiler la face en ignorant les ombres mais juste de savoir qu’elles sont aussi lumière puisque finalement, elles contribuent à ma progression. 
Il me suffit d’accepter tout ce que je suis et tout ce qui est, de me permettre d’être, de permettre à chacun d’expérimenter ce qu’il veut sachant que seule la liberté permet d’être épanoui.
Je suis ici pour jouer avec les énergies, pour les canaliser et les faire danser harmonieusement.
Alors tout ce qui limite, tout ce qui juge et condamne, tout ce qui n’est pas de l’amour, je choisi de ne pas le rejeter mais de l’entourer d’amour pour que ça amplifie le sentiment opposé. Si je me rends compte que je juge, je pense "amour", "permissivité", "acceptation". Si je commence à me la péter, à me croire supérieure, je pense "égalité", "fraternité".
Je continue mes séances d’EFT, je continue de vouloir me libérer de la dépendance, simplement par amour pour tout ce que je suis, pour être encore plus libre. 

Rafal Oblinski
 J’accepte l’idée de la mort, qui en fait n’est qu’un passage, et qui n’est que le fait de changer. 
De passer d’un état de conscience à un autre et que je vis chaque fois qu’une illusion me quitte. Je choisi de ne m’accrocher à rien. 
D’accepter le mouvement, d’accepter le changement et de m’abandonner à la vie, au mouvement.
Je choisi d’accepter ce qui vient. Même ce qui me dérange, la colère, la tristesse, le sentiment de petitesse. Je me dis simplement que ce sont des reliquats de ce en quoi j’ai cru. Je ne m’en effraie pas au contraire, je me dis que c’est ça de plus de libéré et que ça m’allège faisant place au nouveau.
Tout ce qui avant me faisait peur, je l’entoure d’amour et d’acceptation, de lumière, de compréhension, j’ose croire que je suis Dieu, puisque je crée mon monde selon mes croyances, je choisi de croire au meilleur, à ce que j’aime vraiment.
Puisque cette vie est juste une expérience, je me la veux joyeuse, facile et aimante.
J’appelle ce que je suis essentiellement, à être les fondations de ma personnalité et me réjouis de constater que mon corps physique répond à cet envie de m’aimer davantage. Mon poignet se répare au fur et à mesure que j’intègre l’amour. Les boules de synovie, ont presque disparu, la douleur envolée. Je choisi de m’aimer de ne rien rejeter et je me félicite pour la fidélité dont je fais preuve vis-à-vis de ma foi. J’accepte de servir l’amour et la lumière même si je ne sais pas encore comment ça va se faire. J’ai confiance en la vie.
Les douleurs au genou se sont envolées, les règles bloquées depuis dix jours se sont mises à couler, la constipation terminée, tout fonctionne à nouveau et me montre que mes corps ont accepté de s’unir à ma demande.
Je procède chaque matin à un appel à l’harmonie. Je demande à mes corps de se donner la main, de se soutenir et de faire une ronde pour que les énergies d’amour et de lumière, circulent en ce cercle pour que chacun reçoive ce qui lui est nécessaire pour exprimer la santé parfaite, la joie et l’harmonie.
J’appelle le masculin à embrasser le féminin dans une douce étreinte, un soutien mutuel et aimant. J’autorise mon enfant intérieur à exprimer ce qu’il veut, à se laisser guider par ma présence divine pour s’épanouir et grandir.
Je ne me soucie pas de savoir si ce que je dis est vrai puisque si c’est ce que je pense c’est que là est ma vérité. 
Je ne suis pas ici pour être la meilleure, ni pour ne pas faire d’erreur, je suis là pour être tout ce que je suis et tout ce que je veux être.
Je ne m’étonne pas de devoir m’affirmer quand j’appelle à être plus autonome. Je prends juste un temps pour me recentrer, revenir à ma foi. Celle d’être amour et lumière, d’être un humain divin, libre et souverain.
Le doute m'affermit, la peur se libère, la colère aussi, si je ne lutte pas elle amène avec elle dans cette acceptation, les énergies contraires qui y sont rattachées.
Bon, ça y est, je radote.
Voyons ce que ce jour m’apportera de nouveau. Accueillons-le comme une marche de plus à gravir vers moi-même. Une occasion d’exprimer qui je suis, en toute humilité. Essayons de voir en l’autre l’étincelle divine, faisons le comme un jeu de découverte de soi. Comme une occasion d’amplifier l’amour par un regard aimant, sans aucun jugement.
Ce que vous faites à l’autre, vous le faites à vous-mêmes.
Ce que l’autre me montre, c’est une facette de ce que je suis et si je m’aime sans complexes, sans restriction, l’autre me reflétera ce que j’ai de plus beau.
Il me suffit de me souvenir que l’autre est aussi Dieu qui se cherche et plutôt que de lui dire ou lui faire sentir qu’il se plante, en acceptant son choix tout en restant moi-même, je peux lui suggérer une voix beaucoup plus joyeuse, amoureuse,  agréable et facile.
Tout ce que j’émets est capté par des ondes similaires et s’amplifie automatiquement. Alors je veux rayonner l’amour, la joie et la liberté.
 
Soleil à 10h30

Super ! Mon ami le soleil est là !
Je vais pouvoir aller au jardin ! J’ai reçu le bouquin que j’avais commandé "A la cueillette des plantes sauvages utiles". Je vais l’amener au jardin pour sélectionner ce qui peut me servir afin de le faire sécher. Plutôt que de désherber et jeter en vrac !
Autant utiliser ce que la nature m’offre. C’est un bon moyen de reconnaître la conscience, l’intelligence de la terre mère et de la connexion que j’ai avec mes origines terriennes.
Je crois que j’entends la camionnette du mécano qui doit changer les amortisseurs de la voiture. Ma mère me demandait où ça en était et je lui disais que j’allais l’appeler mais en fait, je préfère faire confiance à la vie et ne pas le harceler par téléphone. Il viendra quand il sera prêt, il me suffit de faire confiance et d’envoyer de l’amour à l’homme universel pour que ça nettoie les vieilles pensées inconscientes qui pourraient subsister en moi, et créer des blocages.
Il faut être cohérent. Ma foi n’est pas une idéologie, une accumulation de connaissances à afficher, elle est à vivre au quotidien, à expérimenter dans la matière, la réalité.
Un truc qui me fait marrer, c’est de voir que tout enseigne. Les mots sur lesquels je butte, ceux que j’écris en faisant des fautes d’orthographe, m’indiquent là où ma vision est erronée ou pas assez claire. "Affirmer, accueillir, expérimenter, inconditionnel, multidimensionnel"...Quand je les écrit correctement, ça me montre que je suis alignée, que les corps, mes pensées, mes émotions, mon cœur...sont en accord, avancent dans la même direction.

Je viens d’aller sur le site de Monique Mathieu au pif et j’y ai trouvé trois nouveau textes et des clefs que je vous transmets. Comme d’hab’ c’est en phase avec mes pensées du jour.

Clef 539
AVEC UN PETIT EFFORT ET DE LA BONNE VOLONTÉ, VOUS POURRIEZ DOMESTIQUER VOTRE MENTAL, OUVRIR VOTRE CONSCIENCE A L 'AMOUR ET A LA SAGESSE.C'est beaucoup moins dur que vous le pensez !

Chaque fois qu'un mot vous vient à la bouche ou à l'esprit, remplacez-le mot par le mot Amour. Chaque fois qu'une pensée vient troubler votre esprit, appelez Dieu à vous. Faites cela  le plus souvent possible et vous verrez qu'au bout d'un certain temps vous éclairerez de l'intérieur.

Clef 586
Il vous arrive de dire : si je n’ai pas d’argent, comment ferai-je ? Si je n’ai pas de logement ou de nourriture, comment ferai-je ? Nous vous répondrons ceci : aussi paradoxal que cela puisse vous paraître, si vous avez suffisamment d’Amour pour vous-même et pour tout ce qui vous entoure, l’argent et la nourriture viendront à vous ; un toit sera mis sur votre tête parce que vous attirerez à vous la générosité, la bonté et l’Amour.  

Tout à fait d’accord puisque je le vérifie. Je n’ai jamais eu autant d’argent aussi facilement ! C’est encore plus vrai depuis que je me dis, "J’ai confiance en la vie" !
Bien souvent ce qui casse l’élan de création, c’est le doute. Il se manifeste de différentes façons comme quand on commence à se poser la question "comment" ?

Pour toute création, il est nécessaire d’avoir libéré les sentiments d’indignité, d’illégitimité. Cette phase est essentielle et peut facilement être guérie par l’amour de soi et toute technique qui va dans ce sens est bonne à appliquer. Ou même toute activité qui fait plaisir, procure de la joie, du bien être. On a tout un tas de fausses croyances de devoir, de mérite qui vient annuler les plus belles intentions.
La création est facile, il suffit de faire confiance à la vie, en soi-même. Et aussi de libérer l’idée de compétition tout comme celle de s’autoriser à se planter.  

3 commentaires:

  1. Ton texte de ce matin me fait sourire, toujours aussi généreux.... l'acceptation, voilà le chemin de vie que je suis, riche en découverte dont surtout une que j'expérimente avec succès...Ne jamais rien forcer....Si ce n'est pas " là ", c'est correct...A chaque effort, la chose crée devient le miroir d'elle même sans jamais s’harmoniser dans le reflet du Soi.... Je me le suis encore rappelé par deux fois hier...Tellement eu l'habitude de gouverner dans cette société, que je me dois de réapprendre ma façon d'apprendre. avec humilité et surtout à l'écoute de mes ressentis, si expressifs et qui ne m'ont jamais trahi.
    Accepter ce qui vient, tout ce qui vient, sans jugement aucun si ce n'est celui de mon regard d'artiste, regard si prés du cœur un et indivisible...Et si ce qui vient ne m'est pas confortable, sans le juger , l'accepter et le reconnaitre en expression magique de la vie… Par les expériences futures, ces expériences inconfortables viendront à ne plus l'être... Plus besoin de les reproduire…Le début de la sagesse.
    Une fois l'expérience acquises au cœur du cœur, alors, plus besoin de la répéter...
    Une feuille de plus à mon arbre de vie....
    Merci Lydia ....Tout comme toi, Mon ami le Soleil est là ce matin et je vais pouvoir finir de passer la motobineuse au jardin....
    Douces-heures vers toi à mes frères et sœurs....
    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Lô,
      As-tu déjà essayé la bêche?
      C'est magique, cette façon de retourner la terre, c'est comme si je dansais avec l'élément terre, en douceur, sans un bruit.
      C'est l'occasion de trouver des jeunes pousses à repiquer et si ça demande plus de temps, ce respect du vivant laisse le sentiment de participer à la paix tout en ouvrant son cœur et son âme d'enfant. L'occasion de sentir la présence divine en ressentant la vie qui bouillonne en dedans, les muscles qui se gorgent de sang, de vie.
      Un geste ancestral qui honore les anciens et toute leur sagesse.
      Belle journée à toi, âmi
      Lydia

      Supprimer
    2. Oui, tu as raison...J'apprécie ton regard et ton approche sur cette activité qui pour moi est nouvelle, bien qu'ancien agriculteur ( je me suis occupé d'un verger de 50 Ha pommes poires, dans mes jeunes années...Mon ami colocataire est lui un féru et grand connaisseur des plantes anciennes ..;Un passionné du jardin moyen-âge.
      sans parler que la motobineuse, c'est très physique...J'ai bien du mal sur mon clavier cette fin d’après-midi....
      heureusement que ces engins à moteur bruyant que j'utilise tel que tondeuse, débroussailleuse et motobineuse...ah oui, aussi, tronçonneuse, je ne les utilise que très peu...
      C'est un jardin qu'on fait en commun et qui avait été en partie abandonné ces dernières années...Beaucoup de travail....mais que c'est bon de sentir mon énergie physique se mêler à celle de la terre ....Mon ami lui préfère tout comme toi, la bêche...alors nous nous complétons...
      D'ailleurs, je fais des photos au fur et à mesure de l''avancée et je voudrai réaliser un film à la fin de la saison....
      Douce fin d’après-midi

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.