samedi 25 mai 2013

Ménage intérieur et extérieur! citations d'Abraham






Ce matin, j’ai remercié pour la pluie qui est tombée hier soir et cette nuit, laissant le soleil briller au lever du jour. Rien de tel qu’un bon arrosage naturel après avoir semé des graines. Là encore, la terre nous montre les lois universelles de création ; l’intention maintenue, arrosée par le fait de revenir à elle régulièrement et surtout quand il semble que le résultat est à côté de la plaque. J’ai fait ma connexion matinale quotidienne à la terre et ressenti la réalité de l’expérience par des frissons en tous mon corps. L'âme s'exprime en douceur, par des sentiments de bien-être. Les émotions sont plus violentes et quand elles sont issues de la peur elles peuvent devenir monstrueuses dès lors qu’on y associe la puissance du mental en amplifiant celles-ci par des pensées de même ordre.
 Je le répète souvent mais la culpabilité est bien le pire des poisons que nous puissions déverser en nous. C’est l’amplificateur énergétique de toute pensée dite négative. Je garde précieusement inscrite en moi l’intention de vivre dans l’unité.
J’évite de tomber dans le piège du jugement considérant que l’expression de la colère, de la tristesse, de tout ce qui est "désagréable", a sa vraie raison d’être. C’est un instrument de mesure permettant de revenir à l’essentiel, s’aimer sans conditions. Le fait que je ne remette plus en question la validité de mes émotions amène une paix intérieure née de la cohérence qui aplani tout.


J’ai manifesté mon mécontentement envers le gamin d’ici, hier soir, pour le fait qu’il laisse traîner tout un tas de cochonneries dans la pelouse. Il ne respecte rien, aucune vie, ni même sa mère qui le laisse agir comme un véritable tyran. Elle persiste à lui acheter des animaux qui meurent les uns après les autres! Plusieurs fois je me suis dit ça n’est pas bien, tu n’as pas à intervenir. Puis d’un autre côté, je me dis que même si son comportement me pousse à prendre soin de mon enfant intérieur, dire ce que je pense clairement, sans m’énerver, sans gueuler et ne pas avoir à subir son attitude est tout à fait légitime.  
Ma "technique" est simple et efficace. Comme il a besoin d’être reconnu, je ne lui parle pas tant qu’il ne fait pas ce que je lui demande. En l’occurrence, je lui ai dit de retirer la cagette explosée sous ma fenêtre qui est là depuis bientôt un mois. J’aurais pu la ramasser mais j’estime que chacun doit assumer ses actes peu importe l’âge de la personne. Les gens qui prennent les autres pour leur larbins, et bien souvent ceux qui passent derrière pour nettoyer leurs cochonneries, sont des femmes, m'exaspèrent. Bref, sans révolte mais ferme dans ma volonté d’être respectée et de ne pas le laisser jouer le jeu de séduction des adultes, j’ai maintenu ma décision. Bien que je n’aime pas faire la gueule, je n’ai pas cédé. Il a bien compris que de minauder permettait d’avoir du pouvoir sur les autres et en abuse largement. La séduction tout comme la victimisation, sont des rôles qui ne trouvent plus écho dans le monde d’aujourd’hui. 



Ce matin, alors que je prenais des photos du jeu de l’eau et des rayons de soleil sur les fleurs essayant de capter l’éclat provoqué par ce magnifique mariage des éléments, il est passé devant moi, la cagette à la main, tout fier. Il ne s’est pas contenté de faire les choses discrètement mais m’a fait remarquer son geste. Je l’ai approuvé en lui disant simplement bonjour et en acceptant le dialogue.
J’ai passé une demi-heure à faire le tour des jardins pour immortaliser ce moment d’unité intérieure et extérieure. J’adore contempler la beauté du jeu de l’ombre et de la lumière, de l’eau et du soleil, ces danses naturelles qui illustrent à merveille la loi de l’UN. La création magnifique qui résulte de cette danse entre les éléments où chacun est sublimé par le contact avec son opposé qui devient complémentarité. C’est une belle illustration de la vision au-delà de la dualité qui révèle sa magie et la connaissance que tout est issu de ma même source.Les arcs en ciel en sont une belle illustration!
J’ai rappelé à mon corps mental que le fait de désirer l’unité intérieure allait amener l’ombre en surface et que ce processus "normal" serait le signe que l’alchimie peut se réalise effectivement, si on se situe dans l’acceptation de ce qui est.
Rien n’est le fruit du hasard et la capacité à être attentif, à ne pas considérer les choses au travers du cadre limité et limitant de la dualité, permet de comprendre les "signes"envoyé par nos aspects divins.
J’ai fait un tour sur la presse galactique, contente de constater que je n’avais pas eu besoin de chercher de l’aide ou du réconfort auprès de l‘extérieur et j’y ai trouvé quelques citations d’Abraham qui ont fortement résonné en moi.

« L’Univers ne sait pas si la vibration que vous émettez vient de ce que vous imaginez, ou de ce que vous observez. Dans les deux cas, il répond. L’émotion est votre guide, votre réponse à votre vibration. Votre émotion ne crée pas. L’émotion est votre indicateur de ce que vous êtes déjà en train de créer. Comme vous pensez, vous vibrez. Et c’est votre émission vibratoire qui constitue votre point d’attraction. Donc, ce qui vous revient est toujours un équivalent vibratoire de ce que vous pensez. L’émotion (votre Système de Guidage) vous annonce ce qui est en train d’arriver ».
Abraham, 7 mars 2000
Traduction AD

Page d’origine : http://www.abraham-hicks.com/lawofattractionsource/index.php

Il est bon de se rappeler le caractère illusoire de notre vision du monde et le pouvoir qui réside dans la faculté de penser. Tout comme le fait de savoir que l’émotion est le résultat des pensées émises et le reflet de notre état d’être du moment. Il apparait donc inutile de vouloir changer une émotion puisque ce sont les pensées qui créent. Notre pouvoir se situe dans la capacité d’accepter le message émotionnel pour ce qu’il est, une conséquence qui nos invite à recadrer nos pensées. La détente que procure le lâcher prise permet de revenir à l’intention originelle. C’est magnifique de savoir que tout est éphémère et transformable par la seule intention.




« Lorsque vous êtes vraiment dans le flux de votre Être Intérieur, les idées viennent facilement — elles sont mises en œuvre facilement. Il est amusant d’être dans ce processus, et peu importe la manière dont il se déroule. Rien ne peut mal tourner, et ce n’est pas grave si vous ne le terminez pas, c’est juste amusant de le faire. Votre Être Intérieur ne sent pas de limites. Donc, tout ce qui ressemble à des limites est quelque chose que vous vous êtes auto-infligé ».
Abraham,
Traduction AD
Page d’origine : http://www.abraham-hicks.com/lawofattractionsource/index.php
Il est vrai que la loi du moindre effort et la confiance en la vie procurent un sentiment de puissance et de liberté. La fin n’a pas d’importance, comme je le disais hier. Ce qui compte, c’est la joie de vivre l’expérience. C’est ce qui donne la sensation d’être vivant et c’est le seul "objectif" qui en vaille la peine. Comme le dit le chamelier au jeune homme du livre « l’alchimiste », quand je mange, je mange, quand je marche, je marche...Seul le moment présent est réel. Accepter ce qui est revient à se laisser guider par l’être essentiel et libère de toute pression, jugement, attente du résultat. Quand il n’y a rien à gagner, mais juste à être, la liberté nous porte avec un sentiment de légèreté qui peut nous élever dans les plus belles fréquences vibratoires faisant des "obstacles", des tremplins divins.

Une lectrice qui m’a contactée pour me proposer de faire des colliers pour chien, m’a permise de réfléchir au sens que je donne à ma vie. J’aime survoler, changer, m’adapter à ce qui est nouveau, déployer mon potentiel dans la matière et suis une éternelle "touche à tout". Même si j’aurais pu "sauter sur l’occasion", puisque je n’ai pas encore trouvé comment devenir autonome financièrement, je préfère continuer d’écouter mon cœur et suivre ma passion. Les expériences passées, sont vécues et avaient leur utilité dans le moment mais le changement est un facteur essentiel d’évolution. Ce qui motive mon incarnation, c’est la recherche, la compréhension de ce qu’est l’amour, l’auto-guérison, la connaissance intime de qui je suis en vérité afin de vivre en relation d’amour avec tout ce que je suis et avec tout ce qui est. Retrouver ma souveraineté en toute chose, est précisément la destination que je vise, sans chercher à y arriver à tout prix. Connaître les lois de l’univers et m’y adapter, constitue le sens de cette incarnation. Je suis persuadée qu’en unifiant les forces complémentaires et en écoutant tout mon être, le "décor" se crée selon mon intention sincère et le désir d’unité de mon cœur. J’apprends la confiance en soi, en tout ce que je suis et en la vie. Je me contente pour le moment, de guérir et de faire en sorte de nourrir mon corps par le fruit de mon travail de cocréation avec la terre mère. Mes journées sont bien remplies et la recherche d’équilibre en toutes choses, demande une attention permanente qui donne du sens à mon parcours. Je n’envisage plus de contrôler ce qui est mais d’apprendre à m’y adapter. Moins je serais dans le besoin de contrôle et plus la vie m’apportera ce qui est utile et nécessaire à l’harmonie intérieur. Je trouve peu à peu l’équilibre entre intériorisation et extériorisation, la compréhension des énergies masculine et féminines et leur association libre et amoureuse façonne ma nouvelle vie.


J’ai confiance en mon potentiel créateur au niveau de la gestion des pensées qui créé mon présent et mon futur. Les nombreuses vies passées contiennent les talents qui me sont utiles aujourd’hui et je sais qu’ils sont activés en fonction de mon actualité. Le désir d’unité suffit à ramener dans l’instant, ce qui me permet d’avancer. Brûler les étapes serait une erreur. Bien que l’erreur puisse enseigner, je me suis proposée de vivre selon la loi du moindre effort qui ne veut pas dire de glander mais de se laisser porter par la vie. J’agis quand il est l’heure de le faire et chaque geste conscient et cohérent est suffisamment puissant pour être efficace. J’ai trop longtemps brassé dans le vide. Non seulement c’est une perte énergétique mais ça répond au besoin de se sentir légitime. Je n’ai pas à me justifier d’être qui je suis. J’apprends à être, à cultiver l’honnêteté, la transparence, la confiance en soi par l’amour inconditionnel de tout ce que je suis et de tout ce qui circule à l’intérieur. C’est un programme chargé qui néanmoins devient facile tant que je chéri le désir d’unité.

Quatre heures de ménage ! Même si cet élan est certainement motivé par la venue de ma sœur demain, plutôt que de m’en faire le reproche, j’ai choisi d’en profiter pour parler avec mon enfant intérieur. J’ai commencé par me dire que j’avais besoin de me sentir irréprochable pour avoir le droit d’affirmer ce que je suis, d’oser être moi-même. Bien sûr, c’est venu après plusieurs constats qui m’ont amenés à chercher le pourquoi de certains comportements et de certaines pensées qui venaient comme un cheveu sur la soupe. Comme j’ai du mal à poser des limites sans en arriver à exploser par un trop plein de retenue, j’anticipe en faisant en sorte de ne pas risquer d’être critiquée. 
Quand je fumais de l’herbe, c’était bien plus facile parce que je me permettais d’être moi-même et personne ne me critiquait puisque tous se disaient que l’herbe était responsable de mon comportement. Le statut de "droguée" me donnait la liberté d’oser sans me soucier du reproche puisqu’on me voyait comme malade, asociale et inadaptée. Sauf que je n’étais pas vraiment moi-même, j’agissais selon les effets du produit qui stigmatisait mon comportement. Tous comme les alcooliques qui sont souvent violents, irrespectueux et qui font peur, je me protégeais derrière cette carapace. Oui, il y a des côtés positifs mais je préfère largement prendre le risque d’être vulnérable et apprendre à unir le masculin et le féminin tout en renforçant la connexion à mon âme. 
Les plantes psychotropes peuvent avoir des vertus appréciables mais il faut savoir doser et en prendre dans des circonstances spécifiques pour que leur usage soit bénéfique. C’est plus souvent ingérable, incontrôlable et ça devient vite une consommation quotidienne surtout si c’est utilisé pour cacher des traumas ou des pensées inconscientes trop dérangeantes pour être vues en face. 


Habituellement, quand je fais le ménage et que je râle à cause des poils des animaux, la condition de la femme, les objets conçus par les hommes qui ne pensent pas à les faire pour faciliter la vie de ceux qui nettoient, comme les meubles trop bas où un balai ne passe pas, les fenêtres avec des rainures inutiles où la crasse s’incruste...je me raisonne et j’envoie de l’amour à l’homme et à la femme universelle pour que chacun devienne plus entier et que les relations soient plus fraternelles et respectueuses. Là, j’ai voulu voir jusqu’où je pouvais aller dans ma colère et ma mauvaise foi. C’est au bout de quelques moments que j’ai reconnu mon enfant intérieur. Ces plaintes concernant l’enfance, tout ce qu’il avait sur le cœur est sortit. Je l’ai laissé exprimer tout son ressenti et j’ai répondu à chacun de ses propos à travers ma foi en l’humain divin, au choix d’incarnation et aux "épreuves" voulues par notre âme...je lui ai expliqué le sens de cette vie afin que le sentiment d’injustice se transforme en assurance, en confiance en la vie.
Tout ce que nous avons vécu avait un sens et nous a permis de nous connaître, de connaître nos origines divines, de pouvoir dialoguer ensemble, en ce moment même. De clarifier les choses afin d’être unis et de s’associer pour créer un quotidien qui corresponde à ce que nous sommes. Ces qualités ajoutées aux miennes sont une force qui nous donne la joie de vivre et bientôt l’autonomie en toutes choses.

Cette activité quotidienne si banale et chiante, est devenue un moment de révélation, d’introspection et de croissance exceptionnelle. L’appart est presque tout neuf ! Il me reste encore les vitres de la chambre et celle de la salle de bain mais j’ai ma dose pour aujourd’hui. C’est plus de ménage intérieur dont j’avais besoin. J’avais commencé à anticiper la visite de ma sœur et je sentais que de vieux trucs allaient perturber ce moment qui nécessitait une mise au clair, une actualisation de mes croyances.
Bon, je vais voir si je peux aller au jardin. Le vent souffle en de violentes rafales qui refroidissent l’atmosphère. J’espère que je ne vais pas devoir arroser, je suis claquée !
Je cède au besoin de repos, j'arroserais demain matin.
Photos de ma collec' que vous pouvez utiliser en indiquant la source
Extrait de mon "Journal de bord d'un humain divin comme tout le monde"que vous trouvez ici:
http://lydiouze.blogspot.fr 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.