samedi 25 mai 2013

L'amour? et vidéos d'animations (courts métrages)






Pour finir la journée dans le calme et la détente mental, voici quelques films d’animation que j’ai regardé hier soir. L’ambiance est si électrique dehors qu’il fait bon rester chez soi. Les rafales de vent, les messages de peur, la violence dans les médias sont autant de raison de se tourner vers l’intérieur en se disant que l’appel de nos aspects invisibles se fait entendre de plus en plus fortement. Et là, je parle autant de l'âme que de l’inconscient ou de l'enfant intérieur. Il y a tant de résistance à se tourner vers son cœur que les énergies féminines envoyées avec force en cette période de pleine lune affectent beaucoup de monde.
On a cru que l’amour était un sentiment, qu’il était présent quand le cœur battait fort mais il semble que ce soit tout à fait autre chose. Quand on a peur, le cœur aussi s’emballe. Le véritable amour doit élever, se ressentir au niveau de l’âme, dans tous les corps, il doit permettre de laisser la liberté d’être à celui qui est aimé. 
Au fil du temps, l’homme a aimé avec son corps physique, répondant aux pulsions de vie, pour se reproduire, et ainsi minimiser la peur de la mort. L’énergie de l’amour se limitait aux chakras racine, répondant à l’instinct de survie. Puis la notion de plaisir s’est ajoutée. L’énergie est donc montée un peu, jusqu’au mental qui a considéré, jugé ce qui était aimable ou pas. Peu à peu, on a accepté l’idée que l’amour devait naitre de sentiments, du cœur. Mais le cœur a aussi ses propres blessures qui créent des peurs, des besoins. 


Maintenant, nous sommes prêts à envisager un amour sans aucunes conditions qui s’exprime à travers tout notre être, qui imprègne tous nos chakras unifiés. 
C’est une énergie de vie qui n’a pas pour but d’endormir, de maintenir dans l’illusion du prince et de la princesse, mais d’éveiller à la réalité du divin qui est TOUT. Le prince ou la princesse sont des personnages qui nous maintiennent dans l’idée qu’il nous faille un sauveur, que nous sommes incomplets.
Notre tendance à vouloir diviser, à considérer les choses en bien ou mal et les gens en bons ou mauvais nous a entraîné dans des souffrances et a créé un monde de compétition où celui qui ne correspond pas aux critères de sélection de la mode, qui n’agit pas en démagogue, se trouve marginalisé et exclu. 
Mais tant que l’humain n’acceptera pas de se voir tel qu’il est, un composé de lumière et de noirceur, le chaos continuera de servir les forces qui veulent manipuler le monde. Finalement, il ne s’agit pas de diviser le monde en bon ou mauvais mais de permettre à chacun d’être libre et souverain. Pour l’être, il faut unir tout ce qui nous constitue, harmoniser les énergies.
Mais ça demande d’être conscient de qui on est, tant au niveau humain que divin. On ne peut se connaître en se voilant la face, en refusant de voir que nous avons aussi en nous, des aspects sombres. Accepter ce qui est à l’intérieur de soi tout en sachant que ça n’est pas la vérité éternelle de qui nous sommes, délivre de l’ignorance et c’est le début de l’éveil. 
Nous avons refoulé tant de choses depuis tellement d’incarnations, craignant pour notre vie et le peu de liberté que nous avions, qu’il est temps de saisir l’occasion qui nous est donnée de libérer tout jugement et fausse croyance. Laisser derrière soi toute idée de division et rechercher l’unité amène la paix qui surpasse tout.
Vouloir être uni au christ intérieur demande de s’élever à la hauteur de sa vision. Il avait le pouvoir de guérir parce qu’en lui n’existait aucun conflit, aucune idée de séparation. Il se savait uni à la source. Quand on accueille cette vérité, on réalise l’unité de l’humain divin.
Bon, me voilà repartie à parler d’unité. C’est pourtant ce que nous sommes appelés à faire. Un monde en paix ne peut être divisé et comme celui-ci est le reflet de la somme des individus qui l’habitent, chaque humain qui réalise l’unité intérieure participe à la création du nouveau monde.
Beaucoup de gens se sont intéressé à la mode New âge y voyant une échappatoire mais l’élévation n’est pas une fuite vers les cieux, c’est la descente de la lumière en soi. Celle-ci éclaire dans les moindres recoins afin de permettre à chacun de libérer les croyances qui sont basées sur la dualité. Concrètement ça signifie arrêter d’accuser l’autre de son mal être et décider de prendre en charge ses propres souffrances. Nous pouvons le faire puisque la source d’amour inconditionnel coule en nous. 
Tout comme nous ne sommes pas séparés de cette source, nous ne sommes pas séparés de notre nature humaine. Celle-ci n’a pas à être rejetée ou diabolisée. Elle est à accepter sans conditions afin que se révèle l’être de lumière que nous sommes au travers de notre véhicule de chair. Les énergies envoyées depuis le soleil nous bombardent afin de préparer nos corps physique à recevoir plus de lumière. Mais qui dit plus de lumière, dit aussi plus d’ombre qui se manifeste. L’un ne va pas sans l’autre. On ne peut continuer de l’ignorer.
Cette fois-ci, voici les courts métrages. Désolée pour celle que j'ai publiée hier, qui a été enlevée par You Tube.

"L’animateur" de Nick Hilligoss



Le vendeur de fumée
Réalisé par des élèves d''écoles d'animation 




"Le poisson heureux"
réalisé à Taïwan, dirigé par Jay Shih
Primé au festival de Berlin


Pigeon Impossible
de Lucas Martell

 Photo prise ce matin. Merci d'indiquer la source si vous l'utilisez:
http://lydiouze.blogspot.fr 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.