mercredi 7 septembre 2016

« Et c’est reparti pour un tour… »





6 09 Pas le temps de souffler ! Si justement, c’est le moment de "persévérer dans le lâcher prise", de laisser la respiration profonde remettre de l’ordre à l’intérieur. 
Je me suis envoyé de la terre dans l’œil droit en désherbant hier matin et ça s’est infecté. 
Il m’est arrivé la même chose au début de l’année et comme je sais comment ça se passe, quoi faire, je ne me suis pas inquiétée. 
Mais la colère, le sentiment d’injustice, les pleurs, la douleur, tout a explosé en direction de la source. J'ai tout offert à l'amour lumière intérieur. 

Là aussi, si je n’avais pas déjà vécu ce genre d’expérience, j’aurais pu devenir dingue tellement ces vagues d’émotions étaient intenses. 
J’ai eu la sensation d’être en guerre contre moi-même, comme si des aspects internes se révoltaient, comme s’ils pouvaient enfin s’extérioriser. 
Je n’ai absolument rien retenu de ce qui émergeait et malgré que ma vision fût floue tant physiquement que par ces montées de colère, de temps en temps je percevais des images qui venaient amplifier le conflit interne ou qui parfois l’apaisait. 

Malgré tout, le désir de paix, d’unité et d’harmonie, l’intense envie d’en finir avec cette dualité conflictuelle surpassait toutes ces énergies exacerbées. D’ailleurs c’est en constant cet effet extrême, ce mouvement d’un pôle à l’autre, que je me suis détendue en me  rappelant qu’à chaque fois que ça remue, la stabilisation va suivre en toute logique, si je n'y résiste pas.

Tout comme je sais que la guérison d’une infection à l’œil prend 2 à 3 jours, donc pas de raison de s’affoler, je sentais que ça passerait, que c’était même nécessaire de lâcher définitivement ces pensées réflexes, de résilier définitivement tous contrats d’âme, de lâcher l’expérience de la dualité conflictuelle et d’affirmer avec détermination mon désir de paix et d’harmonie.   

En fin de soirée, le dialogue avec l’âme était beaucoup plus calme une fois que je lui ai dit tout ce que j’avais sur le cœur. Et surtout la profonde lassitude vis-à-vis de toute forme de conflit. J’ai fait un break avec le net, enfin le blog et les réseaux sociaux pour ne pas être influencée par l’extérieur et du coup, j’ai raté la conférence de Magali qui présentait son programme de reconnexion âmique. 
J’ai commencé à l’écouter ce matin entre deux allers retours au jardin et je sens qu’il y a encore beaucoup de résistance intérieure entre le mental et le cœur. 

Ce qu’elle dit résonne parfaitement au niveau du cœur et je sens que c’est vrai mais des peurs surgissent, toujours celle d’être manipulée et de tomber dans l’abus de pouvoir, de me perdre dans ces mondes invisibles et de devenir dingue par le décalage immense entre la vision collective et celle que mon âme me montre de temps en temps. 
Je sens que quelque chose en moi résiste et pourtant quand Magali interrompt une phrase, je la continue naturellement et prononce exactement le même mot qu’elle. 

Je passe encore par toutes sortes d’émotions mais ça va tellement vite et c’est si extrême que je n’ai pas le temps de retenir ou de m’accrocher à l’une d’elle.

C’est clair que beaucoup de choses se passent au niveau énergétique et la chienne qui demande souvent à sortir, ressent aussi ces énergies. Je sens qu’elle m’aide à maintenir le désir de paix en prenant sur elle une part de ces énergies et en ce sens, ce que dit Magali à propos des extensions de l’âme résonne parfaitement. 
Mais la personnalité humaine, le mental étant perturbé, ça créé de l’opposition. 

Ça aussi, je l’offre à la source parce qu’à ce stade, je n’ai pas d’autre choix que de lâcher prise. C’est clair que ce qu’elle affirme est en accord total avec "la vision" que mon âme me révèle de plus ne plus souvent et tout le vérifie. 
Puis dans ma quête de compréhension de ce qu’est véritablement l’amour, elle est une des rares à décrire exactement ma façon de concevoir cette énergie, cette vibration. 




L’amour est forcément inconditionnel, libre, sans contrainte, sans contradiction, sans interdiction, sans jugement, sans accusation, sans condamnation, sans culpabilité, sans besoin de sacrifice, sans limites. 
Il est spontané, vivant, joyeux, intègre et compréhensif. Il n’a pas de limites et implique nécessairement le pardon. Le pardon envers soi avant tout. 

Là aussi le fait d’avoir pu exprimer toute la colère envers la source pour cette enfance et ces conditions de vie difficiles dans un monde soumis à la peur, à la dualité conflictuelle, m’a permis de lâcher la culpabilité et d’entretenir maintenant une relation familière avec l’âme. 

Il est clair que notre constitution est complexe et que toutes sortes de dimensions, de règnes, cohabitent en nous. L’observation du monde microscopique de l’humain, de ses éléments, de ses atomes, ses molécules, ces cellules, tout nous montre la complexité et la diversité de notre constitution. 
Au niveau de la psyché, c’est la même chose, la pensée peut voyager dans le temps et l’espace, l’inconscient porte la trace, tous comme nos gènes, de l’évolution de l’humanité toute entière et en ce sens un individu peut concevoir qu’il puisse être composé de multiples dimensions. 
Le seul souci si on peut dire, c’est que ces mondes internes s’entrechoquent ou simplement par leurs différences extrêmes les conflits semblent inévitables. 

Et là encore, seul l’amour inconditionnel peut les relier dans le respect des différences et dans la paix. 
Ce désir d’unité a besoin de s’inscrire jusque dans les profondeurs de l’être et en ce sens chaque fois qu’une guerre éclate en soi, que les forces internes s’opposent, que l’inconscient laisse émerger des réflexes ancestraux, guerriers, la seule façon de ramener la paix, c’est de se centrer, de revenir à la neutralité
Le plus difficile c’est que rien n’est jamais acquis définitivement, c’est sans arrêt qu’il faut réaffirmer ce désir de paix et d’unité.
Voyons la suite de la conférence...




7 09
Et bien je me suis arrêté à la cinquième minute. Il faut dire que ça coince pas mal à l’intérieur et tout ce que j’ai relu/publié jusqu'à ce matin, afin de lâcher la peur d’être manipulé, a révélé les stratégies du mental. 
Mais si je parle de stratégie, ça n’est pas dans un sens péjoratif au contraire, j’y vois plus un désir du mental de comprendre et de protéger mon intégrité. 

Il y a autant d’attraction que de réticences à écouter cette conférence alors au lieu de bloquer, de me forcer, j’ai écouté les désirs et suivi l’élan. Et avec du recul, je vois que le mental s’est préparé et que je me suis tournée vers l’âme avec plus de constance afin de sentir sa présence. 
C’est toujours le matin assez tôt et le soir que je peux la sentir sans aucun doute alors j’ai attendu que le ressenti du cœur soit confirmé tant par le mental que par la connexion à l’âme. 

L’élan à écouter la conférence est le même qu’hier matin, c’est la première chose que j’ai faite après avoir ouvert l’ordi, et le blog. En ce sens, la majorité des corps est prête à s’ouvrir à ces infos. 
La relecture des messages que j'ai regroupé sous l'onglet "l'Humain Divin" qui parlent du corps, de ses multiples aspects, la conférence à propos des intelligences multiples et celle du texte au sujet du point zéro, ont constitué la trame rassurante permettant au mental de ne pas se sentir manipulé. 
En ce sens l’âme et le mental ont fonctionné ensemble puisque je me suis laissée porter par l’élan du moment, la guidance qui m'a amené sur ces lectures précises. 

La résonance au niveau du cœur et la connexion à l’âme sont une forme de garantie aussi mais pour que la vision soit objective, il fallait accueillir toutes pensées émotions relatives à la domination, aux abus de pouvoir. 
Je crains tout autant d’être abusée que d’abuser les autres finalement. 
Et cela ne peut être résolu qu’en laissant le cœur harmoniser les énergies, rendre la vision neutre. 

J’ai pu repérer que cette peur était en moi puisque lorsque je lis le terme « commander » dans le texte au sujet du point zéro, quelque chose me dérange. Or il ne s’agit pas de chercher à dominer, à se croire au-dessus de l’âme mais juste de se positionner, dans ses choix
De s’individualiser, de se responsabiliser, en choisissant la vibration qu’on veut rayonner

L’idée que l’âme ait plusieurs extensions me parle, me semble logique et ce qui différencie chacune d’elles se sont les choix intimes, vibratoires. Choix inspirés par l’âme mais chaque incarnation, extension est libre de l’entendre ou pas. Quoique lorsqu’on choisit d’écouter la voix du cœur, il n’y ait plus d’autre choix que de suivre.

Puis quand on parle d’intelligences multiples, l’idée que ça veut aussi dire que nous portons tous les règnes en nous. Et comme tout est traversé ou animé par l’âme, la conscience, chaque règne exprimant cela à sa façon, la notion d’extensions de l’âme apparait comme une évidence. 
Et comme la conscience habite tout ce qui est, comme l’énergie n’a pas de limites, ni dans le temps, ni dans l’espace, ces extensions sont infinies ou pour le moins nombreuses et elles peuvent habiter le cosmos. De toute façon l’âme n’est pas terrienne seulement. 

C’est assez complexe alors je remets le lien où Magali l’explique.

Si je m’appuie sur son raisonnement, c’est parce qu’il fait écho à ce que je ressens/pense. J’ai tout de même offert à la source la peur de ne pas être objective puisque j’ai échangé des mails avec Magali et je me suis dit que je m’accrochais peut-être à son point de vue parce que je lui fais confiance. Mais en fait, j’ai ressenti la même assurance intérieure en relisant ces messages et ça c’est au-delà de la personnalité même si c’est le mental qui peut ou pas le valider.

Je reconnais maintenant les différentes façons de communiquer de l’âme et c’est cela qui me motive à continuer d’écouter la conférence.
Mais je vais d’abord au jardin…




Je constate que l’infection à l’œil a guérit beaucoup plus vite que la dernière fois et en cela, je vérifie non seulement l’efficacité de l’offrande à la source de toute pensée émotion conflictuelle mais aussi l’amélioration générale de mon état de santé. 
La régénération cellulaire se réalise plus rapidement et ça c’est très encourageant. 

Ce qui a facilité le processus c’est la confiance en mon corps physique, le contact intime avec lui et avec l’âme et aussi le fait de savoir quoi faire. 
En ce sens chaque expérience vécue depuis le cœur apporte les connaissances qui vont permette de prendre soin de soi de façon appropriée. 
Outre la prise en charge des émotions, les gestes adéquates vont faciliter le processus de guérison et comme toujours cela augmente la capacité d’écoute de tous les corps, aspects de l’être. 
Favoriser la régénération cellulaire en buvant de l’eau plate et constater les bénéfices de ce geste si simple mais pourtant si important. L’article de Nassrine Reza à ce sujet, est édifiant : "la nutri émotion"

J’ai dû remettre la conférence au début parce qu’il y a encore beaucoup de résistance au sujet des lignées galactiques. Je ne sais pas si je bloque par peur, par culpabilité, tout comme pour la notion de réincarnation, j’avais du mal à admettre que ma personnalité d’aujourd’hui doive supporter les choix d’autres extensions de l’âme. 
Et d’ailleurs il ne s’agit pas de subir mais de choisir comme toujours. De choisir de suivre son cœur, son désir de paix ou de se laisser influencer par les croyances collectives. 

Et c’est là où ça coince vis-à-vis du discours de Magali parce que tant que ça ne vient pas de l’intérieur, je ne pourrais pas choisir de suivre son programme. 
C’est pour ça que je "renforce" la connexion à l’âme, que je cultive l’écoute et que je suis l’élan spontané parce que ça me libère des influences extérieures sans pour autant me fermer le cœur. 

J’arrive à l’info où ils disent que le programme sera gratuit et j’avoue que ça me parle plus que l’idée de devoir participer financièrement. 
Là encore, il ne s’agit pas de refuser de participer de cette façon mais d’être conscient qu’au niveau énergétique, c’est l’ensemble, le groupe, qui crée l’énergie apte à accueillir la flamme dont elle parle, la flamme de la nouvelle terre. 
En ce sens, chacun apporte sa contribution par sa présence, sa rayonnance, son désir de mettre en commun les énergies du cœur, de l’âme. 
J’ai un peu de mal à expliquer mon point de vue et il est clair que si j’avais dû payer pour participer, je l’aurais fait puisque c’est un travail que nous offre Magali. 

Un travail qui lui a demandé une préparation et quand on sait ce que ça veut dire, il est clair qu’elle paye de sa personne et qu’elle a dû ‘mouiller sa chemise’ si on peut dire. 
D’un autre côté, elle en tire les bénéfices, celui d’être plus connectée, plus présente à ses vibrations, plus motivée à ancrer la paix et l’unité en elle et elle est donc déjà rétribuée. 

Ce choix de vivre dans l’unité est d’abord intime, personnel puis celui de cocréer, de participer à la création d’un vortex commun amène encore à libérer des peurs, des croyances et donc à amplifier l’amour en soi, la capacité à recevoir, à cocréer avec l’âme, à y être connecté…et ça passe par les turbulences qui vont se manifester naturellement afin d'être pacifiées.  
Toute engagement/choix vis-à-vis du collectif amène à une préparation. Nous recevons tous des codes relatifs à nos capacités, notre vibration spécifique qui nous permettent de cultiver les talents qui sont les nôtres afin de les offrir au monde mais pour cela, nous devons premièrement les intégrer, les porter vibratoirement et jusque dans la chair, le quotidien. 

Ces talents correspondent aux qualités de l’être en dehors de tout jugement ou notion de bien et de mal, ou de meilleur. Chacun par sa personnalité spécifique et par ce qu’il aime faire spontanément, peut découvrir ces talents particuliers.

Bon jardin et pain…que j’ai commandé….Là aussi, la façon dont j’ai bloqué à l’idée de commander du pain en dit long, c’est l’expression de cette peur ancrée depuis l’enfance. Cette peur ne vient pas forcément de la vibration de l’âme ou d’une de ces extensions communes, elle peut simplement venir du moment où l’âme pénètre la matrice terrestre qui elle porte en mémoire tous les abus, les conflits…

Si je précise cela c’est parce que la notion de culpabilité est aussi limitante que la peur. 
Le sentiment de culpabilité est implanté très tôt en l’individu et il n’y a aucune raison de porter le poids des choix d’extensions de l’âme. Cela m’apparait de plus en plus comme une évidence. 
D’un  autre côté, le fait que l’âme s’incarne de plus en plus dans l’individu ou disons plutôt qu’on en prenne de plus en plus conscience, nous relie énergétiquement aux vibrations des autres extensions mais il n’y a aucune raison de se sentir coupable. 

La solution demeure toujours dans les choix que nous faisons, dans l’intention qui est la nôtre, soit de nourrir la paix, soit de nourrir la dualité conflictuelle.

Il semble qu’aujourd’hui ‘mon’ âme m’invite à cultiver la connexion intérieure, à être plus présente à mon corps physique c'est-à-dire simplement à faire quelque chose sans penser à ce que je ferais après. 




Je suis allée chercher le pain que j’avais commandé avec un "passager clandestin" sur le pare brise, (un papillon avec une aile bien abîmée) et si je parle de ça, c’est parce qu’en ce moment la question du racisme est soulevée en moi. 
Et bien évidemment cela constitue une étape de reconnaissance et de choix qui est importante dans ce désir de réunification âmique que propose Magali. 
La peur de l’inconnu se révèle dans ces réactions de défense ou d’agressivité face à ce qui est différent et c’est encore un réflexe de l’ego qu’il est bon à mon sens de pacifier. 

J’ai donc demandé à la source d’accueillir dans l’amour lumière toutes les pensées de peur relatives à la différence, à l’inconnu, d’harmoniser l’attraction et la répulsion à l’idée de participer au programme. 
Je ne force rien et laisse venir le désir qui à l’instant me pousse à continuer d’écouter la conférence. 

La résistance s’exerce à plusieurs niveaux, par les stratégies de diversion du mental qui veut comprendre à quoi il s’engage et en ce sens je le remercie parce qu’il n’est pas question de faire les choses en occultant ces résistances ou en étant dans une forme de division interne. 
Puis même si l’attraction augmente, c’est aussi important de maintenir le désir de prendre soin de mon corps physique, de ne pas bouleverser mon quotidien dans la forme afin de préserver mon intégrité, d’honorer mes priorités, de me faire passer en premier ou plus exactement, de trouver l’équilibre entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’âme et le mental…et c’est en suivant l’élan spontané que cet équilibre se réalise selon la guidance intérieure.
L’envie de participer à l’aventure augmente encore au niveau intérieur, je me contente d’observer.

J’en suis au moment où elle parle des dragons et ça ne me choque pas bien qu’il s’agisse d’un mythe et il semble logique qu’un guide soit nécessaire, de plus, ses caractéristiques correspondent au voyage. Le mental ne semble pas résister…l’idée du lance flamme, cet attribut du dragon est symbolique puisque l’énergie est un feu…l’esprit coordinateur, une mante religieuse, j’ai envie de pleurer…

Je crois que je vais utiliser la conférence comme un outil de libération émotionnelle et mentale avant tout. Puis quand je le sentirais, je m’engagerais. 
Je sens autant de légèreté que de gravité à l’idée de réaliser ce contact. 
Gravité dans le sens où je m’engage dans un processus qui va demander beaucoup d’ouverture comme elle le dit. 
Et ça, c’est quelque chose qui me plait bien parce qu’il est clair que plus on libère les à priori, les préjugés, plus on accueille les aspects de la personnalité qui sont extrêmes, polarisés, et plus notre cœur et notre conscience s’ouvrent, s'expansent. 




Et c’est toujours l’amour qui réalise cela. Par exemple, lorsqu’on a une sensation de rejet vis-à-vis des homosexuels, simplement parce que ça correspond à d’anciennes croyances et conditionnements, il suffit qu’on connaisse l’un d’eux pour qu’on se rende compte de leurs qualités, pour qu’on apprenne à le connaitre vraiment. Ceci dit je me suis toujours sentie à l'aise avec ces hommes qui ne rejettent pas leur aspect féminin...

L’exemple est peut-être mal choisi mais c’est ce qui me vient et en plus, on peut constater au niveau sociétal comment les mentalités ont évolué à ce sujet. Ensuite, il est bon de trouver le juste milieu et de ne pas tomber dans la vision inverse ou de ne pas chercher à en faire une norme, de vouloir légiférer à ce sujet. 

La sexualité, mais avant tout l’amour, est quelque chose d’intime, la façon de le vivre ne regarde pas la société. Mais là, je m’égare, encore une forme de résistance…ou simplement une digression…centrage et ancrage…

Entre parenthèse, je salue le courage de Magali d’oser partager sa vision parce que c’est sûr que ça va loin, très loin, mais c’est le but et ça demande d’être bien ancré dans la réalité du corps physique. 
Là aussi c’est une préparation nécessaire et ça n’est pas par hasard si j’ai été invitée à agir en conscience, à être présente à ce que je fais, à faire une chose à la fois et sans se précipiter.

Une fois de plus le fait d’écouter Magali, d’être en contact avec sa vibration me fait travailler considérablement. Et tout ce que j’ai vécu ces derniers temps constitue une forme de préparation à ce que je considère de plus en plus comme un évènement important. 
Bon je poursuis l’écoute et continuerai de témoigner de mon ressenti au fur et à mesure, comme ça se présente, dans un autre article parce que celui-ci est déjà bien long. 
Je mets la vidéo même si je ne l’ai pas encore écoutée entièrement, je le sens bien.  

"Présentation du Programme de Reconnexion Âmique" Magali Magdara 



J’ajouterais la présentation de la vidéo dans le prochain article consacré à sa conférence…j’y retourne…  

C’est marrant mais je me sens poussée à écrire de façon spontanée, et de publier instantanément… ? Une forme de témoignage en direct live alors que ces derniers temps, c’était le contraire, j’avais plutôt tendance à lâcher l’écriture l’après midi pour juste me distraire et agir dans la matière avant de publier…et malgré le temps écoulé, je ne changeais pas le discours. 
Ça n’a l’air de rien mais c’est le signe que je ne pratique plus l’auto censure, que je suis vraiment l’élan porté par le désir et que je m’affirme de cette façon. 
C’est aussi cela poser des limites parce qu’en agissant sur cet élan du désir, les pensées de peur, de colère, de tristesse et donc les énergies en résonance, ne font que passer...

En tous cas mon bavardage témoigne tout autant de l'intérêt pour l'aventure que des peurs qui émergent naturellement. Il est temps de faire un break  
 
Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr
                                      

2 commentaires:

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.