jeudi 14 avril 2016

« Ça n’est que dans la spontanéité et l’accueil de ce qui se manifeste en soi, l’abandon des résistances, que l’amour peut agir ».





Ces dernières 24 heures ont été éprouvantes mais comme je sais que tout est fait pour me permettre de lâcher les jeux de rôles, guérir les blessures d’enfance et devenir plus libre et autonome, j’ai lâché prise et laissé les pensées émotions de la victime intérieure me traverser. J’ai amené en la paix du cœur ce bagage énergétique qui nourrissait la souffrance, les rôles et toujours en suivant l’élan de l’instant, je me suis laissé guidée et dépouillée du superflu. 
J’ai écris comme chaque jour ce que je ressentais et vivais mais j’ai préféré aller au jardin pour que tout en moi s’harmonise naturellement au contact de la nature. Je copie-colle une partie de mes ressentis d’hier :
(Mercredi 13 avril)
Comme toutes les nuits, je me suis levée vers deux heures pour aller aux toilettes avec le souvenir très net d’avoir été enseignée durant mon sommeil. J’ai la sensation qu’il s’agissait plus d’une forme de mise au point entre les différents aspects de la psyché, comme un dialogue interne entre l’âme et la conscience.

Lorsque je lis des messages canalisés, ou des infos concernant le développement personnel, je retiens ce qui fait écho en moi et je me dis qu’à un certain niveau de la conscience, elle n’est plus isolée, comme si elle était une individualité faisant partie d’un collectif.

Et lorsque ça résonne en moi, c’est comme si une part de la pensée de celui qui délivre le message provenait du même "endroit" que la mienne. C’est pour ça aussi que je parle de conscience Une dont nous sommes tous issus et où nous rejoignons plus ou moins consciemment. 
"En ce lieu", nous avons une vision commune de la vie, des valeurs universelles, de l’humain et du ‘divin’. 
Ensuite, selon la pureté de nos filtres mental/émotionnel, notre personnalité et notre vécu, nous manifestons ces vérités individuellement de différentes manières. 

Parfois, c’est totalement opposé mais de plus en plus, les personnes qui ont réalisé le nettoyage de leur corps subtils et qui ont soif de vérité, tendent vers la paix, l’unité intérieure, en arrivent aux mêmes conclusions : 
Justement l’importance de lâcher les jeux de rôles, de prendre en charge ses mondes internes, de guérir les blessures d’enfance, en venant au centre de soi, dans la neutralité, afin que la source d’amour lumière intérieur nous dépouille du superflu, harmonise les énergies, les corps subtils. 
Et c’est dans ce dépouillement, cet abandon à la source de vie intérieure qu’elle se révèle, que sa présence peut être perçue, ressentie. Le feu de la conscience consume les pensées injustes et l'eau du monde émotionnel est purifiée.

On parle de source père mère et je sens que je fais partie de cette source en même temps que j’en suis le fruit. Et cela se retrouve aussi à l’intérieur puisque je suis autant masculine que féminine et en même temps, une part de ce que je suis est très enfantine. 




Reconnaitre cela et avoir le désir de réconcilier tout ce que je suis, c’est ce qui fait que je me sens de plus en plus entière. Je perds peu à peu la sensation et l'idée du manque et ça se traduit concrètement et naturellement, sans effort, par le sevrage des médicaments. Et c'est en étant à l'écoute de mes corps, en suivant l'élan de vie spontané à chaque instant que j'apprends à me faire confiance, à compter sur mes propres ressources intérieures.

Le fait de ne plus lutter contre moi-même, contre les aspects internes qui maintiennent en place le geste, les croyances, change ma vibration et ma vision à ce sujet ce qui facilite drôlement les choses. 
Comme j’ai choisi de me réconcilier avec tout ce que je suis et que j’apprends à me connaitre en profondeur, à m’accepter telle que je suis dans l’instant et à me faire confiance, il règne un climat de paix et d’unité à l’intérieur.

Je ne juge plus ce qui se manifeste en moi et quand ça s’apaise, quand la vibration change, quand l’énergie s’équilibre, je ressens de la gratitude pour mon corps émotionnel et pour le mental. 
Je suis passée par une période de remous émotionnel hier pour un détail qui a mis en évidence le rejet du masculin en moi, par effet miroir. La façon dont je me suis fait un film, comment j’ai amplifié la paranoïa sur une idée de départ totalement faussée, m’est apparue clairement seulement ce matin. 
Mais déjà, comme je sais laisser les pensées émotions me traverser, s’exprimer, sans y croire, sans les juger, j’ai retrouvé la paix assez vite et j'ai vu que ma vision avait été faussée. 
Je n’ai pas pu me laisser envahir par les pensées ou m’y identifier parce que même si j’étais troublée, je savais que ma réaction avait éveillé quelque chose qui était en moi. 
Le raisonnement qui accusait le voisin d’avoir fait quelque chose de malhonnête à mon égard, semblait tenir la route et j’aurais pu croire que c’était "la vérité".
 
Mais comme j’ai constaté qu’à chaque fois que je me sens victime, c’est en fait le signe d’un déséquilibre interne, d’une croyance erronée ou d’un conditionnement, je me suis contentée de faire confiance au processus d’accueil des émotions en sachant que tout redeviendrait calme et clair à un moment donné. 
Je n’ai pas cherché à me raisonner ou à essayer de savoir si j’avais raison de penser que le voisin avait été malhonnête. 
Je me suis juste contentée de laisser tout sortir sans espérer que ça s’en aille vite mais en sachant que c’était de l’énergie qui avait besoin d’être libérée, harmonisée et qu’elle m’apprendrait quelque chose. 

Je suis allée au jardin une fois le calme retrouvé et même si des pensées lourdes se manifestaient de temps en temps, je me suis contentée de ne pas les nourrir par des raisonnements, des explications.

Souvent, on fait l’erreur d’essayer d’argumenter, de se raisonner, de se dire qu’on ne devrait pas agir ou penser de telle façon et c’est là qu’on amplifie le déséquilibre, le conflit et on bloque les émotions qui peuvent finir par exploser. On cherche à tout prix à comprendre pour avoir le contrôle sur nos émotions. 
J’appelais mon âme à m’aider à y voir clair, mes corps à rester unis et solidaires et je me suis rendue compte en fin de soirée, que je n’avais même pas pensé à ajuster la dose de médicaments. 
Je sais que lorsque je diminue la dose ne serait-ce que d’une miette, je deviens hypersensible, les émotions sont amplifiées, les pensées troublées, sombres et j’ai vite fait de m’y identifier. 
Mais comme l’idée ne m’est pas venue, j’ai éprouvé un sentiment de gratitude, de confiance et constaté combien le fait de ne plus me critiquer, de ne plus juger cette addiction participait à cette sensation. 

Critiquer cette addiction revenait à en vouloir tant à l’enfant que j’étais qu’à l’ado qui avait pris cette décision afin de ne pas être dépendante de l’amour d’un homme. Je rejetais, niais, les souffrances de l’enfant et critiquais mon incapacité à ne pas pouvoir mieux gérer mes émotions alors qu'en plus depuis un certain temps, je sais comment faire. 
J’en voulais autant à l’enfant qu’aux stratégies de l’ego et comme inconsciemment j‘ai associé l’ego au masculin, je faisais la guerre à mes propres énergies. 




D’un côté je rejetais ma vulnérabilité et de l’autre je m’en voulais d’agir avec violence envers cet aspect féminin. Dans ces conditions, c’était sans issue. 
C’est le drame des stratégies de l’ego, on tourne en rond en se faisant violence, en jouant tour à tour les rôles de victime et de bourreau. 
Puis quand on sait qu’il y a un sauveur en soi, que l’amour peut résoudre les conflits, on va se créer de nouvelles stratégies selon la vision de l’ego, selon l'intellect. 

On tente d’agir selon l’idée qu’on se fait de l’amour inconditionnel et on adopte un comportement alors que ça n’est que dans la spontanéité et l’accueil de ce qui se manifeste en soi, l’abandon des résistances, des raisonnements que l’amour peut surgir et agir. 

C’est pour cela que très souvent, quand je sens que des pensées émotions commencent à devenir ingérable, je vais m’allonger. 
Dans ces cas là, moins j’essaie de comprendre et mieux la paix peut revenir et la clarté revient aussi après, comme une évidence. 

C’est peut-être cela qui est le plus difficile, de ne pas essayer de comprendre, vouloir comprendre c'est une forme de contrôle qui bloque le processus de libération émotionnel. Le mental ne sait pas être en paix ou dans le silence et ça n’est qu’en ne s’identifiant pas aux pensées qu’elles peuvent passer, qu'elles se dissolvent. 

Quand une émotion s’exprime, le mental veut s’en saisir de suite, il veut lui donner une étiquette, un sens et très souvent il va amplifier l’énergie initiale, la polariser encore plus, faire de la résistance alors qu’en laissant l’émotion nous traverser sans chercher à savoir d’où elle vient ni à la nommer, elle va perdre naturellement son intensité. 
Puis quand on retrouve la paix, on comprend quel besoin non assouvit se cachait derrière l’émotion. On voit quel rôle on jouait, quelle stratégie de l'ego était activée.

Tant qu’on ne sait pas accueillir une émotion, on va essayer de se raisonner et quand une pensée négative arrive, on va chercher à la combattre, à la rejeter au lieu de ne pas y accorder d’importance en sachant qu’une fois que l’émotion qui lui est associée ce sera exprimé on verra le sens réel qui vient toujours après et de façon évidente. 

Quand on veut guérir des blessures du passé, on fait souvent les choses à l’envers parce qu’on essaie de comprendre pourquoi on a telle ou telle pensée. On veut lui donner un sens, on se dit oui, je pense comme ça parce que j’ai vécu ça, mais ça ne marche pas. 
On oppose notre compréhension d’adulte à ce que l’enfant exprime. Le mental a besoin de trouver un sens et il va chercher dans des lectures ésotériques, des vies antérieures supposées, la raison de son mal-être. 

Il suffit de savoir que nous sommes composés de différents corps subtils et systèmes qui par nature n'ont pas le même mode de perception et d'action pour comprendre la raison des conflits, de la division et du sentiment de séparation en soi. La composition de notre cerveau, le fait d'avoir un système de survie, un corps émotionnel, relié au cerveau limbique, animal, et au tronc cérébral, puis d'être doté d'un cœur et d'une conscience, d'une âme, peut engendrer des conflits puisque chacun de ces système est indépendant et différent. En ce sens nous sommes autant animal, instinctif, qu'humain, sensible, doté d'une conscience capable de se projeter, d'analyser et c'est notre conscience/essence divine peut unifier l'ensemble, gérer ses mondes de façon cohérente, intelligente et pacifique.




L’enfant porte et exprime les blessures, les émotions et ça n’est pas des explications qu’il attend mais juste d’être consolé, accepté tel qu’il est, dans l’instant. En respirant calmement, on retrouve la paix et c’est alors que la joie va revenir naturellement avec le sentiment d’être compris, aimé et soutenu. Ce processus est interne et demande de lâcher prise, de faire confiance à l'intelligence divine, la sagesse innée, celle du cœur.

J’ai fini par regarder un dessin animé portée par l’élan spontané et même si je sais que ça réjouit l’enfant en moi, je n’ai pas anticipé cela. Du coup, j’ai pu me laisser porter par l’histoire et la surprise était au rendez-vous. Puis ça m'a ramené en douceur à l'importance de l'unité intérieure, de chacun des aspects de la personnalité et de la force de l'union, de l'harmonie. Là aussi, c'est une forme de guidance, de synchronicité qui nourrit la foi et la confiance en "Sois". Cliquez sur le lien: "Là-haut" dessin animé

Ce matin (mercredi 13 avril), l’enthousiasme était là et le rêve de cette nuit y a participé parce que je me souviens d’avoir retrouvé la joie de pouvoir vivre cette incarnation parce que c’est vraiment une période spéciale. 
Pouvoir se regarder en toute transparence, sans se juger, sans renier ce qu’on est, c’est très libérateur. 
L’amour véritable de soi qui vient de l’acceptation de soi, de ce qu’on pensait mauvais ou inapproprié comble vraiment le sentiment de manque. 
Et le fait de pouvoir trouver cette autonomie affective par l’unité et l’harmonie, procure un sentiment de puissance et de renaissance inconnus jusque là.   
La confiance qui s’installe et permet de suivre les élans spontanés apporte la joie dans l’instant puis une fois qu’on comprend la pertinence du désir qui a émergé et le fait de l’avoir suivi, on se sent soutenu par la vie.

J’avais une envie irrésistible d’aller au jardin ce matin et je l’ai suivie alors qu’habituellement j’écris dès le réveil. Et j’ai bien fait de m’écouter parce que maintenant il pleut ! C'est tout bête mais très significatif parce que si j'avais voulu répondre au besoin d'écrire qui est souvent motivé par le besoin de reconnaissance extérieure, j'aurais nourri le manque d'amour de soi,  le besoin d'être approuvée par l'extérieur au lieu d'écouter le désir spontané. Ce désir qui est motivé par l'élan de vie, qui nourrit l'être tout entier parce que dans la nature, l'harmonie est facilitée, les corps s'alignent à la fréquence du vivant, naturellement. Ils travaillent ensemble, le désir motivé par la Vie en soi se concrétise dans le geste et le mental est connecté à l'intuition naturellement. Je me laisse guider pour agir, sans réfléchir, en suivant l'élan porté par la joie de pouvoir être en lien avec la terre, la nature. 

(Fin de soiré du 13 avril)
Je suis toute électrique mais malgré tout, la paix demeure. Je pourrais me dire que tout ce que j’ai libéré depuis tout ce temps est encore en train de me chambouler mais en fait comme je m’habitue de plus en plus à laisser les énergies s’exprimer librement, sans m’y attacher, ça ne m’affecte pas.
On nourrit tellement le mental de pensées, de questions et de réponses qu’on en perd le sens des choses, la simplicité de la vie. 
Tous les messages canalisés ont apporté de l’espoir et quelques réponses aux questions existentielles mais ça maintient dans une sorte de rêve, d’illusion, et tant qu’on ne fait pas soi-même l’expérience de la paix du cœur, tant qu’on ne s’écoute pas de l’intérieur, on reste dans le flou et dans l’attente.

Je note que je souffre à chaque fois que je veux à tout prix donner un sens à ce qui est. Puis chaque fois que je résiste à ce que je ressens intérieurement, c’est la même chose.
Mais quand je lâche prise, les synchronicités (la vidéo de Daniel Miron) me redonnent confiance en mon âme, sa présence constante et sa guidance. Quand je doute, c'est simplement que je suis identifiée aux pensées émotions et perds confiance en ce que je suis essentiellement.
La dernière vidéo de Daniel Miron est en parfaite résonance avec ce que je pense et je reconnais avoir cherché dans les messages spirituels une forme d’évasion, un espoir qui m’éloignait de ma vérité intérieure, comme si ça allait m’éviter d’avoir à me regarder en face. Et comme il le dit, je pensais trouver un monstre en moi. Mais ça n’est que de l’énergie qui est contenue, enfermée et polarisée... 

« L'attitude juste pour évoluer! » Daniel Miron http://www.methodemiron.com
 



J’ai la sensation d’être encore en train d’équilibrer le masculin et le féminin en moi mais je note juste cela de façon à rassurer le mental, à donner un sens à ce courant électrique intérieur. Enfin pour lui éviter de cogiter et de projeter. 

Je préfère partir du principe que j’ai vécu en étant étrangère à moi-même jusqu’à maintenant et je découvre qui je suis concrètement en collant le moins possible d’étiquette à ce que je suis. 




Même si je parle de l’enfant intérieur, de la source et des énergies féminines et masculines, se sont juste des repères, des façons d’intégrer l’harmonie et l’unité en permettant au mental de ne pas se sentir perdu. Et de donner une direction à mes pensées mais je préfère éviter de définir ce qui ne peut l’être que de façon aléatoire et superficielle. 

C’est dans l’action, dans la façon dont je suis l’élan et le degré de confiance que j’aie en moi-même et en la vie que je peux savoir qui je suis vraiment, en étant simplement moi-même, sans masques et sans projection. Sans modèle à suivre mais juste en agissant selon le désir du moment. 
Ceci dit, la confiance grandissant, la façon de concrétiser mon objectif, celui d’être totalement autonome, je planifierais peut-être les choses mais pour le moment agir selon l’élan du moment est le plus approprié. 
On passe par toutes sortes d’état d’être quand on fait face à soi-même sans se mentir, les pensées émotions liées aux anciennes croyances doivent être pacifiées, équilibrées, tempérées, et le processus n’est pas linéaire. 
L’environnement, les énergies de l’extérieur, de la terre, ceux des égrégores et les rencontres font que rien n’est fixe, figé. 

C’est la même chose en soi mais quand on peut retrouver la paix simplement en n’écoutant pas ses pensées, et en laissant les émotions s’extérioriser, en respirant calmement, on finit par ne plus être déstabilisé par ces mouvements internes et externes. 

Être hypersensible n’est plus un problème lorsqu’on apprend à équilibrer les énergies mais dans la phase d’apprentissage, il peut y avoir encore des moments où on va s’identifier à nouveau à la vague. Et c'est dans la patience qu'on aura vis à vis de soi, que l'amour véritable et la confiance vont grandir et permettre d'agir en harmonie, en cohérence entre nos aspirations et leur manifestation concrète dans la matière.

(Jeudi matin 14 avril)
J’ai bien fait de faire confiance à la vie et la réponse à la demande de direction auprès de mon âme, au sujet de la façon de concrétiser mon désir de proposer un accompagnement, s’est manifesté de façon naturelle, par synchronicité, dans l’écoute et le fait de suivre la guidance intérieure.
J’ai donc décidé de proposer un accompagnement et de remettre en ligne le blog que j’avais prévu à cet effet. 

Mais je ne me précipite pas, je me laisse guider en toutes choses tant pour la structure que pour l’offre elle-même. J’ai suffisamment confiance en ce que je suis et au processus de libération/guérison puisque j’en expérimente l’efficacité au quotidien, pour transmettre les clefs et proposer ce soutien. 
Il me reste encore quelques détails à mettre en place et surtout prendre l’habitude de me centrer, de maintenir la connexion constante à la source. Enfin d’en être consciente à chaque instant parce que l’idée de séparation n’est qu’une idée et pas une réalité.




Je précise que j’ai ajouté les dates du déroulement de ces prises de conscience, du processus de lâcher prise et de la décision qui en émerge afin que vous puissiez comprendre que rien ne se fait d’un claquement de doigt mais que c’est une question d’abandon des résistances, d’écoute et de confiance en la source intérieure, en son mode de communication et d'action... 



Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.