jeudi 14 janvier 2016

« Devenir l’explorateur de son univers intérieur, sous la guidance de l’être tout entier » & « Il n'y a pas d'erreur » Oprah Winfrey






Ce matin, après un rêve qui m’a portée dans le monde de mes chers disparus, je me laisse remplir de l’univers enchanté de Bowie. Plus qu’un chanteur, comme beaucoup d’artistes de mon adolescence, il a été un guide spirituel. Son dernier clip ne laisse aucun doute quand à son degré d’ouverture, de conscience. 
Ce que j’aime avec lui et tous ceux qui vivent de leur passion, c’est qu’il n’est pas nécessaire de comprendre les paroles, ça parle à l’âme. « There’s a starman waiting in the sky, he like to come and meet us… » 
Et quand on comprend un peu, c’est encore mieux.
Il a ouvert l’esprit des humains sur d’autres mondes, montré que le chemin pouvait être parcouru dans la liberté d’être tout en sachant les pièges qui s’y trouvent. 
Puis témoigné par son œuvre, sa vie, que chacun évolue, change et s’épanouit s’il est souple et peut ainsi s’adapter à ce qu’il doit vivre. Qu’on peut vivre mille vies en une lorsqu’on a le cœur et l’esprit ouverts. 

Je n’ai pas senti cette envie de lui rendre hommage au moment où j’ai appris qu’il avait traversé le voile. Certainement que la vague émotionnelle des fans me tenait éloignée du sujet. 
C’est encore le signe que je ne suis plus sous l’emprise de l’inconscient collectif, que je ne suis plus connectée à l’humanité par les corps subtils souffrants, les égrégores et la dualité conflictuelle. 
Être relié aux autres depuis l’espace paisible du cœur, de l’âme, en conscience, permet de se libérer des mouvements de masse, de la folie du monde, sans avoir à lutter, à résister, à se rebeller, à se blinder ou à se fermer.

C’est une forme de reliance qui rend les relations épanouissantes, enrichissantes et comme ça n’est pas le mental qui planifie, calcule et anticipe, les rencontres sont relatives à la vibration du cœur. 

J’ai sélectionné les albums que je préfère et qui correspondent à la période de mon enfance, de mon adolescence bien que je l’aie connu assez tard en fait. 
C’est ce qui est magique avec la musique, les arts en général, c’est qu’ils sont intemporels. Là encore c’est l’effet de résonance qui est à l’œuvre. 
Chacun y trouve ce qu'il veut, ce qu'il sent et vibre. On attire ce qui répond à notre vibration du moment et l'interprétation est déterminée par la façon dont on perçoit et reçoit les choses.

David Bowie - "The rise and fall of ziggy stardust"



David Bowie - Hunky Dory (full album HQ) 




Une palylist avec quelques versions rares et les paroles…



Il y a encore d'autres titres mais j'y passerais des heures s'il fallait que je mette tout ici...

Je ne sais pas si mon rêve était relatif à un des vœux de l’âme ou si c’est juste pour libérer la peur de la mort mais ça n’a pas d’importance, l’avenir me le dira. 
Ce qui compte pour moi, c’est de garder l’esprit et le cœur ouverts, de continuer d’avoir ce désir ardent de découvrir mon univers intérieur , ces trésors. 
Cette petite vidéo illustre bien le phénomène de plongée dans les profondeurs qui révèle la Lumière:

« Living a Kiwi life » ep. 49 Jordan et Jenna, couple d’aventuriers canadiens.




C’est en regardant nos ombres en face, avec les yeux de l’amour, qu’on découvre la lumière intérieure, la paix, qui permet de pénétrer ces mondes invisibles en toute sécurité, guidé par la source père mère. Mais il n'y a pas à le vouloir, ça n'est pas le mental qui nous y mène par une stratégie qui voudrait combler un manque, une peur, c'est notre vibration qui nous y conduit naturellement comme nous sommes prêts, libérés des peurs et des attentes. La curiosité de l'enfant et sa capacité de rêver, d'imaginer, participent à cela.

Relier, réunir les mondes d’en bas et ceux d’en haut, dans l’espace serein du cœur ouvre la porte qui mène en dehors de l’espace temps, tout en étant ancré solidement dans la terre, les racines plongées en son cœur de cristal.

Lorsque l’enfant intérieur entend parler de couleurs, de rayons sacrés, il se souvient d’où il vient et notre âme nous guide afin de guérir les blessures que porte cet enfant Christ. 
La peur, la culpabilité et le besoin de contrôle l’empêchent de s’épanouir librement mais quand on laisse l’amour lumière dissoudre ces chaines, on s’affranchit de toutes souffrances, de toute autorité extérieure et se laissant guider par la source père mère, dans l’instant qui jaillit de l’espace serein du cœur. 
La vie porte littéralement l’enfant en soi qui grandit, s’épanouit et s’émerveille à nouveau se rappelant la raison de sa venue sur terre ; répandre depuis son cœur l’amour pur et la lumière, sur toute vie, sans même avoir à y penser, à le vouloir, juste en le vivant en soi,.
Tel un soleil illuminant l’être intérieur, les corps subtils, l’amour révèle la perfection de l’unité des corps, des aspects multiples de l’être diamant éternel que nous pouvons découvrir en laissant le cœur harmoniser l’ensemble.

Ce ne sont pas de vaines promesses mais une réalité à découvrir par soi-même et nous avons tout le matériel nécessaire ; un cœur et un esprit ouverts…

Cette autre vidéo où Oprah Winfrey résume l’essentiel vient illustrer mon propos et c’est encore un clin d’œil de l’âme, de l’être, de la vie, qui m’est offert ici.
Je n'ai plus qu'à me laisser guider en confiance, cool! 
Merci aux amis de face de book pour ces partages enrichissants.


« Il n'y a pas d'erreur » Oprah Winfrey




Nous naissons dans un monde où tout est inversé et en venant au centre de l’être, nous retrouvons l’ordre des choses, la vérité de ce que nous sommes originellement et humainement.

Je ne compte plus les synchronicités et je me rends compte que tout ma vie, j’ai été guidée, inspirée, que tout ce que j’ai fait, dit ou pensé, venait du cœur, tant humainement que spirituellement.

Lorsqu’on fait la paix avec soi-même, son passé, sa vie, qu’on embrasse le présent comme le cadeau qu’il est, tout prend forme et sens, se révèle dans sa profondeur, sa largeur, sa hauteur, sa pleine dimension, enfin celle qui est perceptible dans notre espace temps. 
Mais peu à peu les limites, les frontières se dissolvent en éclatant ou en douceur selon ce qui est utile à notre épanouissement.

Alors oui, sur le moment, quand c’est difficile, on en bave, mais si on accepte ce qui est, si on revient dans le moment présent, on va offrir tout ce que la situation suscite en nous dans l'instant. Et laisser l’amour lumière dissoudre les voiles et cette énergie divine illuminant les profondeurs va donner du relief, magnifier nos corps et nos énergies, élargir notre vision et donc notre compréhension.

Quand on reconnait la guidance intérieure et qu’on fait confiance à la vie, les choses sont vécues depuis une perspective nouvelle et  les mots « épreuves », « maladie », « souffrance » n’ont plus du tout le même sens. 
En reconnaissant que l’épreuve est un chemin de connaissance, de savoir, on ne s’attache plus à la souffrance et on n’aura plus besoin d’être secoué pour s’éveiller. 
En voyant dans la maladie, (l’âme mal à dit) un message de l’âme à travers l’intelligence du corps physique, une occasion de connaitre le pouvoir et l’intelligence de nos cellules, le langage de l’âme, la conscience du corps physique composé de corps subtils.
Ces corps sont autant de voiles que le lâcher prise permet de soulever permettant de connaitre intimement de quoi nous sommes faits, qui nous sommes en vérité.




Et plus on connait ses dimensions internes, ses fréquences, ses énergies, leur essence, leur vibration, plus on avance confiant et complet. L’amour qu’on a pour soi devient immense dans la reconnaissance de cette perfection, de cette création de la source, dans l’assemblage harmonieux de tous ces corps, de toutes ces dimensions. 

On se sent l’invité privilégié de cet univers où nous pouvons connaitre l’amour, le sentir, le vibrer, le faire grandir à l’infini et faire du parcours sur terre un voyage merveilleux.  
La peur de ces mondes invisibles se dissout à mesure qu’on la reconnait et qu’on l’offre à l’amour lumière en soi. Chaque fois qu’on le fait, on pénètre un peu plus ces mondes mystérieux et merveilleux où tout est nouveau, où on ne se soucie plus de l’avenir puisqu’on sait qu’il sera radieux simplement parce qu’on vibre sur les fréquences de la joie, de l’amour, de la paix, dans le moment présent.
Ce qui nous trouble c'est qu'il faut rencontrer la tristesse pour trouver la joie véritable mais quand on repère le processus on est plus confiant et peu à peu, on se sent capable d'affronter la vie qui s'exprime en nous, en des formes pas toujours attrayantes, sur le moment. 
C'est là qu'il est bon de se souvenir que nous sommes dans un monde de contraste, où tout est polarisé tant qu'on est dans la croyance que nous sommes coupés de la source et qu'on lutte contre un aspect de soi, contre l'ego, contre ses pensées émotions qu'on appellent négatives, contre ce qu'on juge comme des défauts, des tares, des faiblesses... 

La pensée du jour de Neale Donald Walsch m’encourage à persévérer dans cette ouverture, cette réceptivité et la poursuite de l’élan du moment, en toute confiance et liberté d’être.
« En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que si vous êtes disposé et volontaire, Dieu est prêt.
Voilà à quoi « ressemble » la volonté : d’abord, vous devez
être ouvert. Puis, vous devez être prêt. Enfin, vous devez
être déterminé, et engagé dans l’action.
N’importe qui d’autre qui lit cela en ce moment pourrait bien
se demander de quoi il s’agit là. Mais vous non. Vous
connaissez parfaitement la situation dont nous parlons ici.
Avec tout mon amour, votre ami … »
Neale
 



Il y a encore quelques temps, j’aurai bloqué sur le mot ‘dieu’ puis j’aurais soupçonné une forme de manipulation derrière l’idée de se soumettre à sa volonté mais aujourd’hui, je sais que le fait de choisir de se laisser guider, de reconnaitre cette guidance intérieure, me rend libre vis-à-vis du monde, des croyances limitatives, des souffrances et que cette voie est celle qui mène joyeusement au bonheur mais pas demain, aujourd’hui même ! 
Ce constat me montre que je fais la paix avec le père, le passé, que les croyances inconscientes collectives n'ont plus d'impact sur moi.
Demain sera sur la même longueur d’onde qu'aujourd'hui et comme l’amour n’a pas de limite, ça ne peut qu’aller vers le meilleur.
Hier, aujourd’hui et demain sont ‘contenus’ dans le présent et quand on fait la paix avec le passé, on en tire l’essence qui vient alimenter la connaissance, nourrir la joie de l’instant, la confiance et l’espérance. 

Bon, c'est l'heure de la soupe! Je me régale d'une assiette de soupe poireaux/pommes de terre en ce moment, ça fait mon petit déjeuner. C'est mon corps qui m'en donne l'envie et je me fiche de toutes critiques éventuelles. La liberté d'être se cultive dans les petits gestes quotidiens parce qu'elle commence en soi, comme toutes choses. Ça aussi, le thème des critiques sera un sujet à développer...Tout comme l'abondance qui se manifeste par une profusion d'idées, de pensées émotions réjouissantes...


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.