mercredi 18 mars 2015

« L’énergie de vie cherche son équilibre »




Ce matin je me suis réveillée avec le sourire et un enthousiasme croissant à être, à pouvoir vivre cette incarnation si spéciale, si passionnante ! Et pourtant, cette nuit, alors que je discutais sur face de bouc avec un ami de trente ans, une coupure de courant m’a plongée dans le noir l’espace d’un instant et j’ai ri de la situation ! J’ai quand même dit : « merde ! » mais ça n’a pas du tout affecté mon état d’être. 
Comme ça n’est pas la première fois que ça arrive, j’ai allumé la bougie que je laisse sur le bureau à portée de main et j’ai remis le jus. Cette expérience m’a encore montré la force des énergies, des pensées et des émotions et de la lumière de secours, le soleil intérieur. 
Déjà, en lisant les commentaires sur google+, j’ai remarqué que ça bloquait quand je répondais avec des mots portés par la non-acceptation de ce qui est, la colère, la révolte. Bien que ces énergies soient moins denses en moi, il subsiste quelques résidus par-ci par-là qui ont été révélés par ces problèmes les techniques, je ne pouvais carrément pas les poster. 
Tout ceux qui portaient l’espoir, incitaient à lâcher prise, à aimer, à accepter, passaient sans problèmes mais les autres étaient bloqués ! La coupure de courant est arrivée tandis que je disais à mon ami de libérer la culpabilité, que j’essayais de le convaincre de la force des pensées lourdes et de la façon dont elles conditionnent notre vie.

Peu à peu, je sentais que mon taux vibratoire descendait. Les énergies du sauveur, celles du contrôle, la volonté de convaincre, puis la compassion non équilibrée qui amène à souffrir de la douleur que vit l’autre, tout ceci demandait à être vu et libéré.
Et la coupure m’a permis de stopper la dégringolade énergétique, d’un seul coup. 
Merci à l’invisible de palier mes carences concernant la faculté de mettre des limites, non pas envers l'autre mais vis à vis de moi-même, dans ce désir d'aider qui manque encore d'équilibre. 
Encore une expérience qui m’a amenée à lâcher prise, à libérer des énergies qui ne sont plus compatibles avec ce que je veux vivre. La vie est une formidable enseignante et les reflets que les autres nous renvoient aussi. D’ailleurs, mon équilibre retrouvé a été confirmé par la présence des deux chats, mâle et femelle qui ont dormi avec moi, sur le lit ! Bilou, la femelle a bien craché un peu mais au lieu de lui dire de se calmer, j’ai respiré et je me suis adressée à moi-même afin de revenir au cœur. Elle s'est effectivement calmée et a fini par se coucher sur un accoudoir de canapé que j’ai mis contre le lit pour couper le froid du mur donnant sur la porte d’entrée du bâtiment et le fait qu’elle se soit mise là, légèrement au-dessus du mâle, m’indique encore ma façon de considérer les énergies masculine et féminine en moi. 

Il est clair que l’équilibre n’est pas encore atteint puis c'est tous les jours qu'il faut le maintenir en soi puisque la vie est en mouvement constant, mais ça vient peu à peu et les petits signes extérieurs de ce genre, sont encourageants. 
Le féminin est intégré dans la reconnaissance de l’intuition qui se développe et qui m’est confirmée par les synchronicités. J’ai eu l’idée spontanée de me concocter un breuvage à base de thym du jardin, de citron et de miel, auquel j’aurais ajouté de l’ail si celui-ci n’avait pas un goût de rance. Je le mets dans la betterave et ça sera tout aussi efficace. J’ai retrouvé des gélules de pissenlit achetées l’année dernière à la même époque, pour faire une détoxication, un nettoyage des filtres rein-foie, nettoyage de printemps. 
Les énergies féminines de l’intuition et de la connaissance innée des vertus des plantes, reviennent à mesure que je lâche prise, que je cesse de faire la guerre au masculin et qui ainsi s’équilibre aussi. D’ailleurs je trouve des infos qui viennent confirmer mon intuition et d’autres qui s’ajoutent à la nouvelle trousse à pharmacie. 
Le féminin, qui est en chacun, aussi bien homme que femme, cherche à retrouver sa place et à infuser ses qualités maternantes, sa capacité à prendre soin. Mais c'est vis à vis de l'enfant intérieur qu'il est bon d'activer les énergies de la mère et également celle du père. Sinon, on va retomber dans des relations homme-femme ou chacun est un tuteur pour l'autre au lieu d'être partenaires.

Une amie sur face de bouc a posté quelques mots à propos des femmes et ça m’a rappelé la chanson de Jean Ferrat, « La femme est l'avenir de l'homme ». Impossible de trouver le titre sur Youtube...

C’est vrai que les femmes ont plus de facilité à être connectées au monde subtiles, à leur intuition et c’est la conséquence directe de sa position dans la société qui certes l’a opprimé mais en même temps, l’a autorisée à exprimer ses émotions, à ne pas les cacher puis à développer des qualités de mère. 
L’émotion nous ouvre à notre ressenti, nos profondeurs et les sentiments nous connectent à notre cœur. 
La femme a eu le droit de manifester la tendresse, la douceur tandis que l’homme n’était pas autorisé à être tendre. Beaucoup sinon tous, en ont souffert et on comprend mieux qu’ils soient perdus lorsqu’ils tombent amoureux. Qu’ils aient tendance à chercher une mère, celle qui viendra consoler leur enfant intérieur. Dans l’intimité, un homme est un enfant, plus il se sent en confiance et plus il se livrera. Ce qui amènera la femme a jouer les mères. Et c'est la même chose quand une femme cherche un père, un homme qui assumera ses besoins. Dans les deux cas, on est dans un jeu de rôle. D'où l'importance de reconnaitre ses vrais besoins, affectifs d'abord et de les assumer soi-même.

J’ai lâché l’écriture pour écouter la 4ème vidéo de formation de Jean Jacques Crèvecœur, "transformer les expériences en conscience" et note scrupuleusement ce qu’il dit. 
Je sens que ça commence à faire son chemin dans ma tête, en coulisse, des clefs importantes sont là et j’apprécie le fait que ce soit structuré. Puis, comme il est près de midi et que les vidéos seront retirées à 14h, je me dis que j’ai le temps de revenir sur la deuxième qui parle de la façon de changer tout en lâchant prise. Je l’ai déjà vue, j’ai déjà pris des notes mais j’ai décelé une réticence à écouter les conseils des autres, un blocage inconscient que j’équilibre à mesure que j’écoute la 4ème vidéo ce qui m’amène à vouloir revoir le deuxième. 
J’ai maintenant confiance en la qualité de ses enseignements et même si je savais qu’il y a de la matière dans ces vidéos, c’est d’ailleurs pour ça que je les partage ici, je bloquais sur certains points. 
Avec du recul, je peux voir que mes critiques étaient précisément l'expression de les blocages. Que mon inconscient faisait de la résistance. Il y a le discernement qui vient de façon spontanée, évidente mais sans qu'il y ait de sarcasme puis il y a la critique qui elle, peut être blessante et souvent elle est le reflet de soi-même de ce qui nous dérange en nous puisque si ça n'était pas le cas, nous aurions de l'empathie pour ce que nous considérerions comme une erreur de jugement ou d'interprétation. 
J’ai dû me connecter à la terre, au ciel et rappeler à mes corps de rester unis plusieurs fois. Chaque critique me montrait ce que je devais accueillir, libérer. 
La fatigue qui commençait à être de plus en plus forte m’a finalement amenée à décider d’aller m’allonger après avoir fendu du bois non sans difficulté. Puis après avoir préparé de quoi manger à mon réveil.
J'ai bien l'impression que cette fatigue soudaine est le signe que quelque chose est bloqué dans l'inconscient, qu'une peur a besoin d'être vue et relâchée...

J’ai commencé à me détendre puis des images sont apparues, apparemment sans aucun sens comme celle d’un éléphant couché au sol avec une patte blessée et un homme en train de le soigner. L’image a duré très peu de temps mais elle m’a marquée.
Je suis allée au toilettes signe que ça ne bloquait pas trop au niveau inconscient et malgré le caractère bizarre de l’image, j’étais confiante et me suis allongée à nouveau dans la détente, sans chercher à comprendre puisque j'ai pris l'habitude de noter mes rêves juste après le réveil.
Puis je me ballade entre détente et sommeil, enfin, semi veille et retourne aux toilettes. 
Je me suis endormie ensuite puis relevée deux autres fois. Il faut dire que j'ai bu près d'un litre de mon breuvage "spécial détox" mais le fait que ça ne coince pas, est bon signe. Puis j'ai fait à nouveau un rêve, une projection de mes croyances actuelles et inconscientes.

Déjà ma réaction quand le voisin est venu me demander de lui rendre la hache qu'il m'avait prêté, m'a montré que quelque chose demandait à être traité parce que ça m'a perturbée. J'étais un peu sous pression. 
En effet, il me restais deux heures pour visionner la deuxième vidéo, qui parle de la façon de poser des objectifs et du but à se fixer, distinguant le but comme étant le résultat sur lequel je n’ai aucun contrôle et les objectifs qui sont les actes à poser pour améliorer les probabilités d’atteindre le but fixé. Objectifs qui doivent être réalisable, qui ne dépendent que de moi et doivent répondre à différents critères de formulation. 
Puis, il explique qu’on doit lâcher prise quant au résultat puisqu’il ne dépend pas de nous et se focaliser sur l’action, les objectifs qu’on va mettre en place. 
Cette vidéo m'a plu dans le sens où elle relie le point de vue du mental et le pont de vue du cœur, le masculin et le féminin, l’action et la détente. 
Bref, ce travail de quatre heures de visionnage, de pause pour faire les trucs du quotidien, prendre soin de mon corps physique et prendre des notes de façon claire, prépare ce qui s’en suit. 
Le rêve me donne ma vision actuelle mêlée à mes croyances passées, créant une image de synthèse des deux. L'image seule en état semi-conscient, c'est comme si elle amenait dans la balance de mes croyances conscientes et inconscient, l'idée que des hommes aussi savent prendre soi de la vie.  
Puis ça n’est pas par hasard si j’ai été « confrontée » à des hommes, dans des situations sur lesquelles je bloque, où je n’arrive pas à lâcher prise, ce qui révèle mes croyances inconscientes au sujet de la gente masculine et ma façon de traiter le problème. 
Je peux encore constater que ma vision, ma perception de l’homme, complique ma relation à l’autre et plus particulièrement aux hommes. C’est encore un mélange de séduction, de peur d’être abusée et de difficulté à accepter de l’aide.   
Tout ceci m'amène à penser que je dois me faire plus confiance mais aussi aux autres.

Au réveil, j’ai repris ce texte où je l’avais laissé et j’ai écris de façon spontanée, d’une traite. Puis, voyant que mon discours me révélait encore un point de vue du passé, j’ai noté les images de mon rêve qui sont revenues peu à peu en mémoire. 
C’est un exercice que j’effectue depuis le neuf mars et qui a effectivement porté ses fruits parce que je peux voir qu'ils évoluent à mesure que, dans le quotidien, je lâche prise quant aux situations qui m’agacent le plus. 
Et cette fois-ci les personnages de mon rêve d'aujourd'hui, sont des représentants de l’énergie masculine négative, des hommes ou les dirigeants de ce monde ; ceux qui veulent contrôler. C’est clair que cette vision du masculin me renvoie à ma propre peur de cette énergie qui lorsqu'elle est distorsionnée, s’exerce sans amour et sans conscience ; soit par l’agression, soit par l’accusation. Mais c'est aussi le reflet de ma façon de vouloir contrôler les choses, ma difficulté à lâcher prise...il est urgent que je me pardonne, enfin que je laisse l'amour circuler en moi en ne me faisant pas de reproches!

Clef 389
« Le non-attachement n’est pas le non-Amour, bien au contraire ! Dans le non-attachement, il y a un immense Amour parce que celui-ci n’a aucune limite. Il y a acceptation totale. Lorsque vous êtres dans le non-attachement, ce n’est pas votre petit moi ou votre conscience humaine qui fonctionne, c’est la partie illimitée de vous-même ».
L’attachement aveugle alors que dans l’Amour la vision est totale ! 


Le thème du couple, des énergies masculine et féminine, de la sexualité, énergie de Vie, de création et le besoin de trouver l'équilibre en toutes choses a été soulevé encore plus fortement aujourd'hui. Je dis aujourd'hui parce que naturellement, avec le retour du printemps qui éveille l'énergie, les rêves qui abordent le sujet du masculin, ma recherche d'équilibre masculin-féminin et de cohérence entre le cœur et le mental, entre l'intuition et la raison et la certitude que ces deux points de vue peuvent non seulement cohabiter mais se compléter, se dynamiser l'un, l'autre, il semble logique que ma perception des énergie masculine et féminine soient en train de changer et de trouver sa juste place tant dans ma tête que dans mon corps. 

Clef 542
« Le discernement n'est pas le même pour chaque individu. C'est une analyse faite entre le mental et le cœur. Il faut que cette analyse soit faite d'une façon juste et si vous enlevez toutes les barrières du mental, sauf celles qui sont nécessaires pour faire la liaison avec votre cœur, vous obtenez automatiquement le discernement.

Le discernement s'applique à énormément de choses dans votre vie courante, que ce soit au niveau relationnel, affectif ou professionnel. Essayez de faire une liaison harmonieuse entre votre mental et votre cœur, en écartant tout sentiment, tout jugement inutile et toute fausse pensée. » 

Bon, c'est clair que la chose est à étudier depuis le cœur et c'est encore une belle synchronicité puisque la journée m'a permis de travailler sur l'équilibre, le retour au cœur que j'aie été obligée d'effectuer, encore à cause du feu dans le poêle et une deuxième coupure de courant juste avant! Une colère énorme s'est manifestée et bien que je sentais que ça n'aidait pas à améliorer les choses, je l'ai laissée s'exprimer. De tout façon, cette charge devait sortir, elle est l'accumulation de la colère envers le masculin, les hommes et la connaissance que l'amour est la Solution! Entre les croyances de mon inconscient et celle de mes croyances, de ma conscience actuelle 



Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.