vendredi 13 février 2015

« En fait, je n’ai pas perdu la connexion à l’âme, je me suis habituée à sa présence »





Depuis trois jours, je bloque, c’est la page blanche. Enfin j’écris mais ne publie pas. Régulièrement, je remets en question l’intérêt de ce blog et à chaque fois, un commentaire, un mail, me persuadent de continuer. Je sens qu’il me faut aller vers les autres, dans la réalité, passer beaucoup moins de temps sur l’ordi. Et c’est la même chose pour vous. Tout ce temps passé sur la toile est une forme de fuite, un attachement au virtuel qui éloigne de la vraie vie. Un enfermement qui ressemble beaucoup à celui de la dépendance aux drogues.
Il est normal que des vieilles peurs remontent à la surface puisque j’enlève la carapace placée autour du cœur. Celle qui me coupait de mes émotions, que je découvre petit à petit et la colère, la tristesse, l’ennui, apparaissent tour à tour. Je laisse ces énergies me traverser, je ne cherche même plus à comprendre. De temps en temps, j’ai des images/concepts qui viennent comme l’idée que l’ennui va me pousser à sortir, que toutes ces émotions ont leur « intérêt » ne serait-ce que de m’exercer à pratiquer le retour au cœur. 
C’est frustrant pour le mental qui a besoin de savoir de quoi demain sera fait mais comme la confiance est là, je me dis que la patience est intégrée dans ces moments où la vision est troublée et que je viens en mon cœur y trouver la paix. Le mental voit, projette et comprends l’importance de l’alchimie émotionnelle mais il a du mal à accepter le fait que la compréhension ne suffisent pas.

Il voudrait que tout soit réglé par le raisonnement et quand des vagues émotionnelles arrivent, il se dit, "encore" ! C’est là où la patience et la foi sont d’un grand secours. 
Puis pour parvenir à trouver l’équilibre en toutes choses, ça n’est pas non plus la personnalité qui peut le faire. Seul le cœur sait doser, harmoniser.

J’ai commencé la journée en chantant, en écoutant de la musique. Je ne sais pas si c’est normal mais je ne sens plus mon âme, c’est comme si je faisais face au vide intérieur. J’ai lu tellement de messages spirituels que je finis par me demander si ça n’est pas du bourrage de crâne. Là encore, le fait de pouvoir être en paix en dedans malgré tout les mouvements intérieurs, par l’alchimie émotionnelle, renforce ma foi, me permet de ne pas douter. 
J’ai la sensation d’entrer dans une nouvelle phase, comme si je devais apprendre à avancer seule, en suivant mon cœur, sans m’appuyer sur le divin, sans l’appeler au secours. Je ne sens pas ce vide comme un problème mais plutôt comme l’annonce d’un renouveau. 
Il est clair que beaucoup de croyances ne font plus sens et c’est certainement ce qui donne l’impression d’être paumée. Comme si tout ce à quoi je m’intéressais avant n’avait plus d’attrait. 
En fait, je n’ai pas perdu la connexion à l’âme, je me suis habituée à sa présence, aux signes qui la révèle. C’est devenu naturel et par le fait ça n’a plus rien de remarquable. 

L’envie de changement grandit et me motive à continuer de libérer les masques. 
Le printemps arrive à petits pas, le fond de l’air change doucement, les oiseaux sont de plus en plus nombreux, le soleil commence à chauffer et ces énergies font écho à mon envie de vivre pleinement, vraiment. Je crois que ce qui me freine le plus dans le sevrage, c’est la peur d’avoir besoin des autres. Et le seul remède à cela, c’est d’amplifier l’amour en moi.
Le mental voudrait déjà être dans l’action, foncer tête baissée comme d’habitude mais la dernière expérience amoureuse m’a montrée clairement que je devais apprendre la tempérance et pas uniquement dans ce domaine! Suivre les élans est une très bonne chose, on apprend à s’autoriser à être soi-même mais quand il s’agit d’aller vers les autres, il est essentiel d’interroger le cœur, de laisser venir les peurs, les doutes, retrouver le calme...avant d’agir. 
Voyons ce que disent les êtres de lumière aujourd’hui. C’est assez marrant de voir que je suis fidèle à ce site, là encore ça ne me ressemble pas ! J'ai plutôt tendance à survoler les sites spirituels en général mais celui-ci résonne et raisonne, il nourrit autant mon mental que mon âme. Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu:




Clef  620
« Vous, humains, avez la particularité de toujours vous faire du souci pour les autres. Bien sûr c’est une forme d’amour, mais ce que vous n’avez pas compris c’est que lorsque vous vous faites du souci pour les autres, vous perdez un temps précieux qui vous permettrait de travailler l’Amour pour vous-même.
Il est nécessaire que vous compreniez que l’Amour qui émane de vous peut tout transformer autour de vous, que l’Amour qui émane de vous peut apaiser les colères, peut apaiser les tristesses, peut aussi guérir des malades. Avant de pouvoir générer cet Amour il faut que vous soyez dans la sérénité totale, que vous ayez une maitrise totale et une confiance totale ».

Bon, encore la patience ! La maitrise émotionnelle demande de la persévérance et j’avoue que c’est loin d’être une de mes qualités ! Non seulement je n’ai jamais eu de patience et le fait de prendre des produits n’a rien arrangé à l’affaire, bien au contraire, mais c’est en plus, aller à contre courant dans une société où tout est basé sur le besoin, le manque et l’assouvissement de ses désirs instantanément. On ne sait plus prendre le temps, savourer, apprécier simplement d’être vivant. Il faut que tout aille vite, on court sans arrêt sans même savoir après quoi on cavale ! Là encore, en apprenant à gérer ce qui se manifeste en soi, on se détache du mouvement général, de l’identification au mental, de l'inconscience. Il agit dans l’urgence, en mode survie et quand on est identifié à lui, on suit son rythme et sa boulimie. Pas étonnant de se sentir perdu quand on s’en détache ! Il agit totalement à l’opposé de la présence divine et ce paradoxe demande à être amené au cœur. Passer d’un état à l’autre donne l’impression d’être double mais c’est aussi ce constat qui révèle la présence du divin en soi.

Clef 616
« Il faut que vous puissiez vivre votre humanité. Il y a deux façons de la vivre : iI y a celle de regarder en arrière pour vous replonger dans ce qui n’a pas été correct ou ce que vous n’avez pas apprécié dans votre vie, et il y a l’autre manière qui est de toujours regarder devant vous pour voir la magnifique route qui deviendra de plus en plus lumineuse et sur laquelle vous aurez de plus en plus de plaisir à marcher, à avancer. »

Clef 639
« Vous avez beaucoup travaillé, certes, et vous en aurez, d’une certaine manière, la récompense. Alors ne vous retournez pas, ne geignez jamais sur vous-mêmes, ne dites pas que telle ou telle expérience est difficile ! Dites-vous simplement : "chaque expérience  que je vis m’aide, si je la vis bien, à fusionner avec mon âme et mon Je Suis, avec ma Divinité". »

Et oui, petit à petit, l’oiseau fait son nid ! Encore de la patience…c’est à chaque fois que j’accepte ce qui est, que je me laisse traverser par les énergies, que je laisse le divin les absorber, que je lui donne l’occasion de "descendre dans la matière", de diffuser ses énergies en moi, d’intégrer plus d’amour et de lumière. Bon, je vais me prendre une douche avant que le poêle ne s’éteigne.

Clef 441
« Beaucoup de thérapies, beaucoup de thérapeutes peuvent, soi-disant, vous nettoyer de vos mémoires cellulaires.
Bien sûr tout est imprégné en vous, mais IL NE TIENT QU'A VOUS,  par l’élévation de votre fréquence vibratoire, de vous débarrasser de ce qui est imprégné en vous , de ce que vous avez vécu dans cette vie et dans d’autres. »

En lisant ces quelques lignes, je peux constater à quel point j’ai libéré les énergies de la victime. Pendant pas mal de temps, bien que j’étais persuadée de pouvoir guérir seule, je me disais que mon manque de moyen financier me privait de l’aide extérieure, je voyais ça comme une forme d’injustice puis peu à peu, j’ai vu la chose comme une chance. Une invitation à persévérer et l'occasion de trouver mon pouvoir d'aimer, de devenir autonome. De trouver ma propre force, mon propre rythme, ma liberté d'être...
Une aide extérieure est bienvenue si on a conscience que la guérison est facilitée parce qu'amplifiée par l'inter-action qui grandit par le mouvement. Si on ne s'attache pas à la personne en pensant que c'est son pouvoir qui nous a guérit et si on ne tombe pas dans le piège de vouloir suivre un modèle... Ce qui fait beaucoup de "si"...

Clef 301
« Plus vous appellerez à vous la lumière de vie, plus elle pénètrera en vous ! Elle est constituée d’une multitude de petites particules de Lumière qui pénètrent dans votre corps et qui y restent. La Lumière de vie équivaut à l’énergie de vie, équivaut à l’Amour Universel. »

Clef 738
« Vous êtes en perpétuel mouvement, vous ne laissez pas le temps au temps ! Une pensée chasse l’autre en permanence, et vous ne savez plus qui a généré cette pensée, si c’est votre ego, si c’est votre âme ou votre conscience supérieure qui équivaut à votre âme. Alors apprenez à vous poser ! Apprenez à consacrer quelques minutes chaque jour pour essayer de faire le vide. Restez assis sans rien faire, sans rien penser. Vous pouvez rêver, vous pouvez penser à des beaux paysages, à des choses heureuses. A ce moment-là, ce n’est pas votre mental et votre ego qui interviendront mais vos pensées supérieures.  
Vous avez besoin d’un repos au niveau de la pensée, d’un repos au niveau des trop grands bavardages de votre mental. Ce repos est nécessaire pour pouvoir intégrer de nouvelles données, pour pouvoir intégrer de nouvelles connaissances »  

Si avec cette dernière je n’ai pas compris! Il va falloir que j'accueille cet agacement à m'entendre répéter qu'il me faut être patiente, ça tombe bien puisque ça révèle justement mon impatience. 
Voilà qui confirme mon ressenti et l’idée de refaire des méditations quotidiennes, régulièrement. C’est dingue comme le temps passe vite quand je m’allonge pour respirer ! C’est encore un signe qui me montre que d’être en son cœur, libère de l’espace temps, que "je vais" dans une dimension où ces notions n’ont pas de valeur.

Quand on pense à la source, au divin en soi, on s’imagine qu’il va apparaitre ou se manifester de façon spectaculaire mais c’est loin d’être la réalité. 
La personnalité vit selon des critères totalement opposés à ceux du divin et pour cette raison, l’intégration des énergies divines se réalise d’une façon qui ne soit pas trop perturbante pour le mental. L’âme semble être à mi-chemin entre la réalité humaine et la vérité divine et par le fait plus accessible énergétiquement. D’ailleurs, elle est collée à la personnalité, en permanence, elle est ma vraie nature, celle qui est cachée derrière tous les masques. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir élevé ma fréquence vibratoire, ouvert mon cœur enfin m’être autorisée à aimer qui fait que nos vibrations sont plus similaires. C’est ce qui me donne l’impression de ne plus la sentir en plus de l'accoutumance. Et aussi l’envie d’aller plus haut, d’appeler la présence divine à venir fusionner l’âme, la personnalité. 
Ce genre d‘intention amène évidemment à se débarrasser premièrement de ce qui empêche de s’élever, à libérer ce qui alourdit, tout ce qui n'est pas amour. 
Il semble que j’en sois rendue là, dans la phase de nettoyage avant de pouvoir intégrer plus de lumière/amour. 
Pour ce faire, il me faut encore lâcher la culpabilité, l’idée de ne pas aller assez vite et bien…et rebelote la patience ! 
C'est l'heure de se poser, de respirer et de laisser l'impatience s’exprimer dans la paix du cœur. Et comme je ne suis pas la seule, puisque quasiment tout le monde est dans l'urgence, ça amplifie les choses!
Je vais refaire "les bonshommes allumettes" de jacques Martel pour couper avec l'égrégore collectif de l'impatience histoire d'alléger la charge. 
Partie 1:



Deuxième partie: 



Une chorale d’enfants m’a réjouit et encouragée. J’ai demandé à ma présence divine hier soir de me remémorer le moment avant de faire le grand saut dans l’incarnation et ce matin l’envie d’écouter de la musique s’est manifestée. C'est vrai que c'est une chose qui était vitale pour moi avant, sans musique, je n'aurais pas survécu! Là aussi, il y a du changement. 
La première fois qu’on m‘a parlé de la vie avant l’incarnation, je me suis vue très excitée à l’idée de venir, j’avais vraiment l’impression d’y être, de sentir les énergies qui m’avaient amenées sur terre et aussi comment mon enfance l’avait consumée en l’espace de dix ans. 
Mais, j’avais retrouvé le goût de vivre et cette énergie m’a sortie de la noirceur où je ne suis jamais retombée depuis. Quelque part, le fait d'avoir connu une fréquence vibratoire très basse m'a poussée à chercher à m'élever et à trouver puis à reconnaitre les énergies, à pouvoir comparer les états de la peur et de l'amour et à choisir sans aucun doute : l'amour.
Playing for change « Don’t worry, be happy ! »:


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.