lundi 9 février 2015

De l'ego au cœur IV: « S'ouvrir à l'Esprit » Jeshua via Pamela Kribbe





Nous avons distingué quatre étapes dans la transformation d'une conscience fondée sur l'ego à une conscience fondée sur le cœur.
1) Être insatisfait de ce qu'une conscience fondée sur l'ego peut offrir, aspirer à « autre chose » : Le début de la fin.      
2) Prendre conscience de ses attaches à une conscience fondée sur l'ego, reconnaître et se libérer des émotions et des pensées qui les accompagnent : Le milieu de la fin.
3) Laisser mourir en soi les vieilles énergies fondées sur l'ego, se débarrasser du cocon, devenir son nouveau soi : La fin de la fin.
4) L'éveil d'une conscience fondée sur le cœur, motivée par l'amour et la liberté ; aider les autres à faire la transition.

Nous allons maintenant parler du quatrième et dernier stade : s'ouvrir à l'Esprit.
Lorsque vous passez à ce stade, vous trouvez en vous un lieu de paix et de tranquillité. Fréquemment, vous prenez contact avec un silence dans votre cœur que vous savez être éternel. Tout ce dont vous faites l'expérience est relatif par rapport à cet Être illimité qui imprègne tout.
Ce lieu de paix et de silence en vous est aussi appelé Esprit.
Selon vos traditions ésotériques, il y a une distinction entre l'Esprit, l'âme et le corps.


Le corps est le lieu de résidence physique de l'âme pour un temps limité.
L'âme est l'ancre psychologique, non-physique, de l'expérience. 
Elle véhicule les expériences de nombreuses vies. Elle se développe avec le temps et croît lentement en un gemme à multiples facettes, chacune d'elles reflétant un type d'expérience différent ainsi que la connaissance qui s'y rapporte.

L'Esprit ne change ni ne grandit avec le temps. Il est en-dehors du temps et de l'espace. L'Esprit en vous est  votre part éternelle, intemporelle, qui est Une avec le Dieu qui vous a créés. C'est la conscience divine qui est le fondement de votre expression dans le temps et l'espace. Vous êtes nés d'un royaume de pure conscience et vous avez véhiculé une parcelle de cette conscience à travers toutes vos manifestations sous une forme matérielle.

L'âme participe de la dualité. Elle est affectée et transformée par ses expériences dans la dualité. 
L'Esprit est en-dehors de la dualité. C'est l'arrière-plan sur lequel tout se développe et évolue. C'est l'alpha et l’oméga que l'on appelle simplement l’Être ou la Source.

Le silence, extérieur mais surtout intérieur, est la meilleure porte d'accès pour faire l'expérience de cette énergie toujours présente, qui est Vous, dans votre noyau le plus intime. Dans le silence, vous pouvez entrer  en contact avec la chose la plus évidente et la plus miraculeuse qui soit : l'Esprit, Dieu, la Source, l’Être.

L'âme véhicule des mémoires de nombreuses incarnations. Elle connaît et comprend bien plus de choses que votre personnalité terrestre. L'âme est connectée à des sources de connaissance extra-sensorielles, telles que les personnalités de vos vies passées, des guides et des alliés sur les plans astraux. 
Malgré cette communion, l'âme peut se trouver dans un état de confusion et ignorer sa vraie nature. Elle peut être traumatisée par des expériences et rester par conséquent dans les ténèbres pendant quelque temps. 
Elle évolue constamment et acquiert la compréhension de la dualité inhérente à la vie sur la terre.
L'Esprit est l'élément immuable dans ce développement. L'âme peut se trouver dans les ténèbres ou l'illumination. Pas l'Esprit. Il est Être, pure conscience. Il est dans les ténèbres aussi bien que dans la lumière.  Il est l'Unité sous-jacente à toute dualité. Lorsque vous parvenez au quatrième stade de la transformation de l'ego au cœur, vous vous connectez à l'Esprit. Vous vous connectez à votre Divinité.

Vous connecter au Dieu qui est en vous est comme sortir de la dualité tout en restant complètement présent et enraciné. Dans cet état, votre conscience est emplie d'une extase profonde mais tranquille : un mélange de paix et de joie.
Vous prenez conscience que vous ne dépendez de rien au-dehors de vous. Vous êtes libres. En vérité, vous êtes dans ce monde mais vous n'êtes pas de ce monde.
Vous connecter à l'Esprit qui est en vous n'est pas quelque chose qui arrive une fois pour toutes. C'est un processus lent et graduel, au cours duquel vous vous connectez, déconnectez et reconnectez... 

Peu à peu, votre attention passe de la dualité à l'unité. Elle se réoriente et trouve qu'en définitive, elle est plus attirée par le silence que par les pensées et les émotions. Par silence, nous entendons être complètement présent et centré, dans un état de vigilance qui ne porte pas de jugements.

Il n'existe pas de méthodes ou de moyens pour y accéder. La clé pour vous connecter à votre Esprit n'est pas de suivre une discipline (méditation, jeûne, etc.), mais de comprendre véritablement que c'est le silence qui vous ramène à la maison, et non les pensées ou les émotions.

Cette compréhension se fait lentement à mesure que vous êtes de plus en plus conscients des mécanismes de vos pensées et de vos émotions. Vous lâchez-prise de vos vieilles habitudes et vous vous ouvrez à la nouvelle réalité d'une conscience qui repose sur le cœur. Votre conscience fondée sur l'ego se retire et meurt lentement.
Mourir n'est pas quelque chose que vous faites ; vous lui permettez d'arriver. 
Vous vous abandonnez au processus de la mort. 
La mort est un autre nom pour le changement, la transformation. 
Il en est toujours ainsi. 
La mort est toujours un relâchement de ce qui est ancien et une ouverture à ce qui est neuf
Dans ce processus, il n'y a pas un seul instant où vous « n'êtes pas », c'est-à-dire où vous êtes mort, selon votre définition. La mort telle que vous la définissez est une illusion. C'est seulement la peur de changer qui vous fait craindre la mort.

Vous avez peur non seulement de mourir physiquement, mais aussi de mourir émotionnellement et mentalement au cours de votre vie. 
Mais sans la mort, les choses deviendraient rigides et statiques. 
Vous deviendriez captifs de formes anciennes : un corps usé, des schémas de pensée périmés, des réactions émotionnelles restrictives. Asphyxiant, n'est-ce-pas ? 
La mort libère. C'est une cascade d'eau pure qui brise  pour les ouvrir de vieux portails rouillés et vous propulse dans de nouveaux territoires d'expérience.

Ne craignez pas la mort. Il n'y a pas de mort, seulement du changement.
Le passage d'une conscience fondée sur l'ego à une vie centrée sur le cœur est à de nombreux égards une expérience de mort. 
Plus vous vous identifiez à l'Esprit, au Dieu qui est en vous, plus vous relâchez des choses dont vous aviez l'habitude de vous soucier ou dans lesquelles vous mettiez beaucoup d'énergie.
Vous prenez conscience à des niveaux de plus en plus profonds qu'en vérité, il n'y a rien à faire, excepté être. Lorsque vous vous identifiez à votre êtreté, au lieu des pensées fugaces et des émotions qui vous traversent, votre vie en est immédiatement affectée. 
L'Esprit n'est pas quelque chose d'abstrait. C'est une réalité que vous pouvez véritablement faire passer dans votre vie. Être en contact avec cette source qui est la plus pure qui soit, finira par tout changer dans votre vie. 
Dieu (la Source ou l'Esprit) est par nature créateur, mais selon des voies qui vous sont quasi-incompréhensibles.
L'Esprit est silencieux, éternel et cependant créateur. La réalité du divin ne peut être vraiment saisie par le mental. Elle ne peut qu'être ressentie. Si vous lui permettez d'entrer dans votre vie et que vous la reconnaissez dans les murmures de votre cœur, lentement, tout va trouver sa place
Quand vous êtes accordé à la réalité de l'Esprit, l'attention silencieuse qui se trouve derrière toutes vos expériences, vous cessez de forcer ou d'imposer votre volonté sur la réalité. Vous permettez aux choses de retomber dans leur état d'être naturel. 
Vous devenez votre Soi réel, naturel. Tout cela se passe de manière harmonieuse et pertinente. Vous faites l'expérience que les choses s'arrangent d'une façon qui a son rythme naturel, son cours naturel. 
Tout ce que vous avez à faire, c'est rester accordé à ce rythme divin et lâcher-prise des peurs et des malentendus qui vous font vouloir intervenir.

Aider les autres selon l'Esprit
Une fois que vous avez fait cette transition de l'ego au cœur, vous êtes plus ou moins en contact permanent avec le courant divin de l'être en vous. Dans cet état d'être, il n'y a pas de besoin ou de désir d'aider les autres, mais cela vous vient naturellement
Vous attirez cela à vous, mais ce n'est pas votre volonté qui agit. 
Énergétiquement, vous émettez maintenant certaines vibrations, et c'est leur présence dans votre champ énergétique qui attire les gens vers vous.  
Ce n'est pas quelque chose que vous faites mais quelque chose que vous êtes
Il y a une vibration disponible dans votre énergie qui peut les aider à entrer en contact avec leur soi divin.

Vous pouvez être pour eux un miroir dans lequel leurs difficultés se résolvent et se transforment en énergie de solution. Ils peuvent percevoir l'énergie de la solution qui repose toujours sur le contact avec le soi divin dans votre être.
Vous avez la capacité de leur enseigner quelque chose, et cet enseignement prend place en étant vous-même
Ce n'est pas en transmettant une connaissance ou en utilisant certaines méthodes, que vous enseignez et guérissez. 
C'est en vous permettant d'être simplement ce que vous êtes, et en vous exprimant de la façon la plus joyeuse que votre présence devient véritablement salutaire. 

C'est en partageant ce que vous êtes avec les autres que vous rendez disponible un espace de guérison pour eux, où ils ont le choix d'entrer ou non. C'est eux qui choisissent.
En tant que guérisseur ou thérapeute, vous avez réellement une seule chose à faire : rester en contact avec votre divinité intérieure, avec cette attention silencieuse qu'est l'Esprit. C'est réellement cette communion qui émeut les gens et les élève à un état de conscience plus libre, s'ils le choisissent. S'ils le font, cela se fera à leur rythme.

Il y a une tonalité très neutre dans cette façon d'être là pour les autres. Cela représente un degré de détachement où vous relâchez votre désir personnel de changer ou de « soigner » les autres. Un tel désir, manifesté par tous les artisans de Lumière à un certain stade, ne provient pas d'une compréhension véritable du chemin intérieur que les gens veulent emprunter pour trouver leur vérité. 
La plupart des gens ont besoin d'aller au fond de certaines difficultés avant d'être vraiment prêts à les lâcher. Quand ils agissent ainsi, ils « possèdent » vraiment la solution à leur difficulté et ils en tirent une grande satisfaction. 
Peut-être reconnaissez-vous cela dans votre vie et les difficultés dans lesquelles vous vous débattez. S'il vous plaît, soyez conscients de cela et ne vous battez pas pour empêcher les gens de toucher le fond. S'ils sont déterminés à y aller, ils iront en dépit de tout ce que vous ferez ou direz.

C'est mieux de ne pas vous impliquer émotionnellement avec les gens que vous aidez. 
Une implication émotionnelle entraîne la volonté personnelle de soigner ou de transformer les autres. Ce désir personnel n'aide pas les autres. Il peut même entraver leur processus de guérison. Lorsque vous voulez que les gens changent, vous n'êtes plus dans un espace d'amour et de permission. Ils le ressentent. Il se peut que vous ayez l'impression de les observer et de lire en eux, mais ils voient aussi clair en vous !

Dans ce quatrième stade de la transition entre l'ego et le cœur, il est question de transcender le plan de l'âme et de s'élever à celui de l'Esprit. 
Nous ne voulons pas dire par là que l'âme est « inférieure » à l'Esprit, bien sûr

En fait, vous êtes plus grands et plus englobants que votre âme. L'âme est un véhicule pour l'expérience. 
En vous identifiant à l'Esprit en vous, à votre soi divin, tout ce que vous avez vécu dans toutes vos vies prend sa place. Vous vous élevez au-dessus des expériences en ne vous identifiant à aucune d'entre elles. Et cela a un effet de guérison sur l'âme.      
© Pamela Kribbe
www.jeshua.net/fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.