jeudi 2 octobre 2014

« Le ciel nous tombe sur la tête ! » Association humaniste





J’ai un peu de mal à me concentrer ce matin ! Il se passe vraiment des choses dans l’invisible ! La fièvre continue de faire son chemin et elle m’a réveillée trois fois cette nuit. La première fois, vers quatre heures du matin, si Féliz, mon chat n’avait pas été là, je crois que j’aurais été démoralisée. 
J’ai encore beaucoup de mal à accepter d’être diminuée ou faible et ce réveil avec le nez complètement bouché aurait pu faire sérieusement chuter mon taux vibratoire. La tendresse échangée avec Féliz et mes remerciements pour sa présence alors que ça fait presque six mois qu’il n’a pas passé une nuit entière avec moi, m’ont maintenus sur la fréquence de l’amour, de la gratitude. Deux heures plus tard, je me suis réveillée en meilleur état mais la fatigue m’a maintenue allongée. Féliz s’est levé en même temps que moi, au troisième réveil. 
Il sait quand j’ai besoin de lui, de sa capacité à équilibrer les énergies, de sa présence affectueuse et je ne suis pas sa seule « patiente ». En effet, j’ai dû ravaler ma jalousie de le voir aller chez la voisine tous les matins depuis mon retour ici. Elle a de sérieux problèmes cardiaques et a dû être emmenée par les pompiers à l’hosto la semaine dernière. Ce n’est pas la première fois qu’il agit de cette façon et chaque fois qu’il va la voir, c’est parce qu’elle a des complications. Sa capacité d’aimer ou plutôt de canaliser l’amour de la source est assez efficace et j’ai bénéficié de ses soins plus d’une fois notamment quand j’ai eu des gros problèmes d’artères.


Malgré mon état fébrile, j’ai enfin agencé le salon de façon à disposer d’un maximum d’espace. Tandis que j’étais en train de passer l’aspirateur, mon père m’a téléphoné. Comme à son habitude il m’a raconté sa vie et je n’ai pas pu en placer une. Il est très bavard et j’ai quand même pu lui dire qu’il m’avait coupé dans mon élan, sans m'énerver. 

J’ai libéré de la colère toute la journée, sans m’en prendre à qui que ce soit et ça, c’est vraiment un sérieux progrès. C’est un des nombreux avantages de décoller les timbres au fur et à mesure, de laisser les émotions s’exprimer sans les retenir, les refouler ou les juger. Je ne me suis même pas demandée pourquoi ça sortait. J’ai tellement de « raisons » de l’être que ça ne vaut pas la peine de fouiller.

Le fait de savoir que les émotions qui s’expriment, le font pour être libérées dans l’amour et que ce processus permet de trouver la paix et en général précède une élévation du taux vibratoire, une ouverture de cœur et de conscience, suffit à ce que je ne résiste pas à ces élans colériques. Je me suis contentée des explications de Lise Bourbeau et j’ai cessé de m’interroger à propos de cette fièvre. 

Vouloir décortiquer les choses maintient dans le cadre fermé du mental et peut amplifier le mal-être puisqu’on focalise sur la situation. Puis comme le mental se réfère au passé, au connu, il va interpréter les choses selon de vieilles croyances, les nourrir et maintenir la personne dans le passé qui, s’il fut douloureux, rendra le présent confus et lourd. De plus, les solutions ou stratégies resteront les mêmes puisqu'il ne sait pas quoi faire d'autre. 
Je sais aussi que le mental préfère ce qui est connu quitte à nourrir le corps de souffrance, plutôt que de lâcher prise. 

C’est quand on choisi d’être entièrement honnête vis-à-vis de soi qu’on peut voir qu’il y a une forme d’attachement à l’état de victime. Il y a certains avantages sinon, l’ego aurait choisi une autre stratégie. Il va maintenir la personne en l’état puisqu’il protège l’enfant intérieur et comme celui-ci porte des peurs qui sont occultées, à moins de décider de le guérir, de l’éduquer, de le libérer du poids de la responsabilité, qu’il ne peut de toute façon pas endosser, cet équilibre précaire perdurera.

J’ai passé la matinée avec Allister, le voisin de 10 ans. Ces énergies enfantines m’ont aidé à trouver de l’enthousiasme pour m’activer. Je continue d’aménager l’appartement en jetant un maximum de choses inutiles. Nous avons mangé ensemble et maintenant qu’il est parti, je vais pouvoir m’allonger. Je suis allée au jardin au zénith et la chaleur m’a bien fait transpirer, éliminant les toxines et faisant baisser la fièvre. Il y a bien longtemps que je n’avais pas eu de fièvre et je me demande si ça n’est pas une création inconsciente histoire de justifier mon besoin d’assistance auprès de l'assistante sociale que je vis demain.

Je retombe régulièrement sur des messages qui parlent du Reiki et qui s’ajoutent à la recommandation donnée il y a quelques jours par une de mes voix intérieures. J’ai tendance à m’éparpiller, surtout en ce moment et à continuer de chercher des infos au lieu d’utiliser les outils que j’aie déjà. Pour que quelque chose soit efficace, il faut avoir la foi et c’est utile de l’amplifier en commençant par libérer tout ce qui peut en bloquer l’activation. Les peurs, les doutes, tout ce qui se manifeste quand il s'agit de s'auto-guérir doit être relâché mais ça ne sa fait as non plus en un jour. L’ego ne peut pas lâcher son rôle et fait tout pour ne pas changer et il est inutile d’espérer qu’il cesse de fonctionner de la sorte à moins de se tourner plutôt vers le divin. 






En s’identifiant avant toute chose à l’être éternel que je suis, peu à peu, les stratégies de l’ego perdent leur intérêt. Les questions/réponses n’ont plus vraiment d’importance lorsqu’on fait confiance au divin en soi. 
Il ne s’agit pas de cesser de raisonner mais de ne plus s’en faire dès que quelque chose vient perturber le cours des choses. Laisser le divin agir sans lui mettre des bâtons dans les roues en cessant de surcharger le mental de questions dont en plus il n’a pas les réponses, créé une détente et amplifie la foi.

Puis l’idée qu’il faille guérir est une façon de maintenir la croyance que quelque chose en soi ne va pas. Or, il se peut que par le passé, tout n’ait pas été au mieux mais si on se considère encore comme une personne malade, ou en souffrance à cause du passé, on continue de jouer le rôle de la victime et de souffrir.  
Une séance de relaxation s’impose ! 

Fièvre, frissons, palpitations, vertiges, me mettent à plat et je me suis contenté de trouver le calme. Depuis hier, j’essaie de retrouver la paire de ciseaux « spéciale griffe de chien », sans succès. Impossible de remettre la main dessus !  Je range pourtant tout au même endroit pour éviter de tourner en rond pendant des heures et c’est le genre de situation qui augmente la colère et les reproches. Je ne perds jamais rien et là, il y a de quoi devenir dingue. Encore une occasion de lâcher prise en accueillant la colère et les critiques ! 
 

Beaucoup de choses changent et notamment ma relation à cet enfant du quartier à qui j’ai parlé de la gestion émotionnelle il y a quelques temps et qui m’a épaté de s’en être rappelé. Il ne m’a pas agacé malgré sa nervosité et sa façon de fouiller partout. C’est un reflet de la relation que j’entretiens avec mon enfant intérieur et je peux voir la progression.

Je crois que je vais aller me recoucher ! Heureusement qu’il y a du soleil, je ne serais pas obligée d’allumer le poêle. L’avantage d’être dans le sud, c’est qu’il fait encore chaud jusqu’à la fin octobre. Il semble me rappeler que la grippe ou le rhume amènent à déprimer un peu. Je ne sais pas si c’est le fait de se sentir diminuée mais j’ai envie de pleure par moments, sans aucune raison !  Je suppose que c’est la conséquence des bouleversements énergétiques. 
J’essaie de ne pas tomber dans la paranoïa en voyant la tête des fleurs qui sont presque toutes déformées. Il y a quelque chose d’anormal au jardin et je pourrais me dire que ça vient du fait que je l’ai laissé à l’abandon pendant quatre mois mais je ne suis pas la seule à constater des changements bizarres. Ma mère qui cultive son jardin depuis plus de trente ans, n’a plus ses repères habituels. Hormis le climat, les maladies, les parasites qui pullulent, et les insectes qui aident à la pollinisation, les papillons, les abeilles, les coccinelles se font rares.

Bon je vais me focaliser sur des belles images, des pensées optimistes pour créer l’équilibre intérieur ! Après tout même si les fleurs ne sont pas si harmonieuses qu’avant, elles sont tout de même jolies. C’est peut-être ce qu’il faut noter ? J’avoue que j’ai du mal à accepter la déchéance de la nature, la façon dont l’humain la traite. 





"Précieuse Terre Mère, reçoit mon amour, ma reconnaissance et le soutien de la source, à travers ma présence divine, tout mon être!"

Une âmie vient de me faire passer des infos sérieuses au sujet des chemtrails. Une adresse de site et une vidéo interview d’un des membres. Merci Fatiha voilà une belle synchronicité qui illustre bien l'avantage de faire confiance à la source qui amène des réponses alors même qu'on cesse de s'interroger! J’avais écouté une émission de radio qui abordait le thème mais son manque de structure dans le discours et les interventions des auditeurs trop ancrés dans la colère m’ont dissuadé de la publier. Là, c’est du sérieux !

Présentation de l’association « Le ciel nous tombe sur la tête »
Aller en bas de la page d'accueil pour voir la vidéo.

20583 visites depuis le 30 mai de cette année, voilà une très bonne nouvelle, ça bouge !


Marche Mondiale Contre les Chemtrails et les Geoingénieurs. C'était le 27 septembre mais je suppose que d’autres seront organisées, faites tourner l’info. Je ne l'insère pas puisque la manif est passée et comme la vidéo suivante est plus complète...

Interview de Yannick, fondateur de l’association. J’avoue que je suis en train de la regarder et ne peut donc pas vous en faire un résumé mais après tout, c’est à vous de vous faire votre propre opinion. Il explique très bien les choses et c'est carré, objectif!



 


Je n’ai pas encore lu tous les documents sur le site mais je sens que je vais y passer du temps ! D’autant plus que je soupçonne la pluie que j’ai reçue il y a deux jours, d’avoir déclenché ce rhume venu de nulle part ! Je n’ai pas eu de sensation de froid au moment où je cueillais les framboises sous une pluie très fine qui n’a pas eu le temps de me tremper en une vingtaine de minutes. C'est la seule situation qui pourrait avoir amenée cette fièvre. Je connais mon corps physique depuis bientôt cinquante ans et il n’a jamais été aussi fragile. Il y a toujours une cause métaphysique, des blocages énergétiques, mais le corps peut être attaqué de l'extérieur aussi. 
Plutôt que de nourrir la peur, la colère, cette énergie peut être dirigée dans l’action et la diffusion d’infos. Dans l’interview, il parle de l’association qui serait implantée à Perpignan…à suivre ! 

Puis il me vient un truc qui me fait voir ma dépendance aux cachets sous un nouveau jour. Comme les chemtrails sont des perturbateurs endocriniens, il se peu que le fait de prendre ces médicaments créé un genre de protection par le fait que le dosage d'endorphines soit régulier et constant, va savoir? Je ne cherche pas de justification mais comme le geste perdure et que je sais que l'inconscient et la source travaillent de concert pour créer l'harmonie en dedans, je laisse venir de nouvelles infos. Tant que je pensais que j'étais enfermée, que ces médicaments me rendaient dépendante et que c'était mauvais, je ne pouvais pas élargir ma perception qui restait dominée par le jugement. 

Tout comme le fait de se croire envoûté. Perso, je n'ai jamais voulu nourrir ce genre de croyances qui ne font que maintenir dans l'impuissance, la peur, la culpabilité tout en déresponsabilisant. "Ce n'est pas de ma faute, c'est le diable, le malin..." 
Je considère que ces entités ne sont autres que l'accumulation de nos propres pensées sombres, celles qu'on se cache par peur d'être monstrueux. Elles sont des projections de nos croyances et même si certains médiums les voient. Je dirais plutôt que c'est une preuve de plus de notre capacité à créer. Tout comme certains esprit dits "lumineux" d'ailleurs. Notre façon d'interpréter l'invisible est liée à nos croyances mais lorsque
Ce qui compte le plus, c'est de savoir que chacun est un humain divin, que le cœur est la porte qui permet de communier avec la source et que l'amour inconditionnel est l'essence de toute chose. C'est cette certitude qui mérite d'être développée, amplifiée et vécue.


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Photos prises après les épandages de la semaine dernières. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.