lundi 25 février 2013

Bienvenue dans la 4ème dimension, vidéo des amis d'Eckhart Tolle.




Humains, google images
Ceux de ma génération se souviennent certainement de cette série télévisée qui était comme une préparation psychologique à ce que nous vivons depuis le 21 décembre dernier. Beaucoup de gens qui croyaient et croient toujours au processus de l’ascension, ont été fortement déçus de ne pas voir apparaître un monde idyllique sous leur yeux. 
Un monde merveilleux aux rues pavées d'or qui ressemble plus au fantasme d'un mental en manque perpétuel qu'à la réalité d'un monde pacifique, rempli d'humain divin conscient et responsables de ce qu'ils sont. 
Comme si le divin nous prenait pour des marionnettes venues sur terre pour être tirées par des ficelles invisibles et être le jouet de la source. 

Même si une partie de ce que nous sommes influence grandement nos choix, nos décisions...nous avons le libre arbitre, ce qui signifie que rien ne peut nous être imposé. En vertu de cette loi, il serait fou de croire que le divin nous manipule. 
L’amour inconditionnel, c’est de laisser à l’autre, tous les choix, la liberté d'être. 
Seule la vision humaine de l’amour amène à croire qu’on aime quand l’autre nous appartient et que celui-ci nous aime quand il fait ce qu’on attend de lui. 
Amour et liberté sont un couple éternel, inséparables.

Œuf, google images
Le monde invisible de 4ème dimension, comme son nom l’indique ne peut être appréhendé par nos yeux physiques. Les visions que nous avons restent intérieures et même les channels, ceux qui reçoivent des messages des êtres de lumière, ne les voient pas avec leurs yeux physiques mais avec ceux du cœur. 
Chacun peut « voir » le monde de l’astral puisque tout dépend des croyances que nous avons en nous et que c'est un aspect intime de nous-mêmes. 
Après, ça n’est pas forcément utile et peux même être dangereux. Ceux qui voient et se la pètent, tombent dans le piège de l’ego spirituel de se croire privilégié de la divinité. 
Ils creusent le fossé entre humains et nourrissent la croyance qu’il faille être parfait pour accéder à une partie de nous-mêmes.  Ils maintiennent l'illusion de la séparation de l'humain avec le divin tout en se positionnent en sauveur.
Et puis voir peut amener à croire que les êtres de lumière sont supérieurs aux humains, que les mondes invisibles sont plus attrayants que la réalité physique.

Fœtus, google images
L’incarnation n’a pas pour objectif de nous ramener dans le monde astral d’où nous venons, se serait régresser et de toute façon, nous le faisons chaque nuit, naturellement, quand notre mental se tait. 
C’est dans notre chair qu’il convient d’activer notre lumière divine, notre divinité. 
Notre mental nous sert à choisir nos croyances et à observer nos pensées pour que notre esprit et notre cœur, ensembles, nous aide à l’éclairer  l’inconscient, dans un premier temps puis à libérer tout ce que nous avons cru vrai avant d’être éveillé à notre vraie nature. 
S’éveiller, c’est prendre conscience que nous sommes des êtres multidimensionnels, composés de plusieurs corps pour ne pas dire d’une multitude de corps, qui sont faits pour s’entendre, collaborer dans l’entente et le respect mutuel. 
Cette connaissance intime amène à réaliser que nous ne sommes pas séparés de la divinité, qu’elle est en nous, que nous sommes divin tout autant qu’humain.
Et que chaque corps fait partie d’un ensemble indivisible. 
Pour cette raison, ,préférer l’esprit ou le divin en nous ne fait que nourrir l’illusion de la séparation et nous maintien dans la 3ème dimension dont l’existence repose sur ce postulat, cette idée de séparation, de dualité. 

Nathalie, petite cousine
 A mon sens entrer dans la 4ème dimension, c’est simplement faire passer sa foi de la simple croyance à la réalité. C’est croire avec ses tripes autant qu’avec son cœur, que nous sommes avant tout des êtres composés d’énergie, d’amour et de lumière. 
C’est passer de la foi à la connaissance. 
Je ne parle pas de savoir mais d’une certitude intime qui ne peut pas vraiment s’expliquer, qu’il faut vivre au quotidien pour l’appréhender, la comprendre. 
C’est interpréter ce que l’on vit à travers la connaissance d’être un humain divin. 
C’est s’aimer en totalité, reconnaître en cette incarnation, l’opportunité de réviser toutes croyances et ainsi spiritualiser, rendre sacrée toute expérience, chaque geste. Reconnaître en tout ce que nous sommes et tout ce que nous vivons, l’inspiration de l’âme. 
Admettre que nous sommes des êtres d’amour et de lumière venus apprendre et comprendre ce que sont ces énergies afin de les laisser s’épanouir dans tous nos corps. Savoir que par le verbe, ou même l’intention, nous pouvons choisir de les laisser circuler librement en nous, amène à comprendre que nous sommes unis intérieurement et également avec tout ce qui est.

La différence entre l’avant 21 décembre et l’après, c’est que l’astral est à portée de main, amplifiant la foi de chacun par la connexion plus perceptible, presque tangible entre la chair et l’esprit. 
Pas question non plus d’être perché puisque c’est sur cette terre qu’il est. 

Shenan, petit cousin
 C’est en étant ancré, pleinement dans son corps, en l’aimant totalement, en étant à son écoute, et en répondant à ses besoins que nous pouvons amener la réalité de l’unité dans notre quotidien et ainsi toucher notre divinité. 
Puisque nous sommes UN, une association amoureuse de corps plus ou moins denses, en les aimant chacun et tous de la même manière, nous nous apercevons que chacun d’eux est divin.
Chaque cellule contient l’étincelle divine et c’est notre manque d’amour et de reconnaissance pour ce magnifique cadeau que la terre mère nous fait en nous confiant ce corps physique, véhicule d’amour et de lumière, qui nous pousse à croire le contraire.
Depuis que je suis convaincue que cette chair est dotée d’une conscience et même plus de 60 milliards puisque chaque cellule possède aussi la sienne, et qu’ensemble elles s’associent afin de me donner le mouvement et l’être, je ne peux qu’être dans la gratitude, pour ce temple offert à mon âme. 
La confiance qu’elles ont envers moi et mes capacités à faire de cette habitation, un lieu de paix, de respect et d’harmonie afin qu’ensemble nous puissions progresser dans l’unité, m’inspire plus de respect et une meilleure gestion. 
Puisqu’elles m’ont élue souverain de ce royaume, je ne peux que me réjouir de ce fait tout en prenant conscience de l’immense responsabilité que ça implique. 
L’amour qu’elles me témoignent en supportant mes ingérences me pousse à les aimer comme elles savent le faire. 
Sans tomber dans le piège de la culpabilité puisqu’elles mêmes ne m’accuse de rien. 
Et même si je ne sais pas vraiment ce que c’est que d’aimer je sais au moins ce que ça n’est pas.
Shamyl, enfant d'une amie
 La culpabilité, la dévalorisation, la critique intérieure, le jugement, la comparaison, l’accusation, l’indifférence, l’intolérance, et la liste est encore longue, sont des poisons violents dont je ne veux plus nourrir cette structure d'os et de chair. 
Je veux apprendre à écouter la conscience unifiée de mon corps au travers des émotions que je vis, sans plus les refouler mais en les laissant me délivrer leur message. 
Au travers des douleurs qui signalent un conflit intérieur et me pousse à m’aimer à retrouver l’unité. 
Je veux être consciente de ce que je porte en moi et par les soins apportés à ce corps, lui témoigner mon amour et ma gratitude. 
C’est cette connaissance qui me permet de m’aimer sans être narcissique mais juste consciente que cette résidence qui m’est allouée, est l’amour manifesté de la source envers mon âme. 

Enfant inconnu, google images
Je veux sentir chaque mouvement, chaque geste afin d’y reconnaître la perfection de cette création parfaite, qu’est le corps humain. Ressentir l’eau qui coule sur ma peau et entre par les pores renouvelant celle qui est en mes cellules. Qui libère en même temps le corps émotionnel.
Alors à toi mon corps physique, à vous toutes mes cellules, je dis tout simplement, merci. J’appelle en ce jour, tous mes corps subtils à s’associer pour prendre soin de cette enveloppe afin qu’elle soit toujours l’expression de l’amour, de l’unité retrouvée, manifestée et de la divinité. 
Que la source père mère s’écoule librement en tout ce que je suis. 
Que l’amour éveillé en chacun de mes corps m’amène sur le chemin de la facilité, de la joie et de la paix.

Une vidéo de 10mn des amis d’Eckhart Tolle « S’éveiller au-delà de la pensée » avec une petite méditation de contemplation d’un lotus blanc sur fond musical de piano de Ludovico Einaudi.  


Il est clair que ça n’est qu’une méthode pour se relaxer et se mettre ainsi en situation d’écoute de son corps. La décrispation permet de sentir physiquement l’état de paix.
Bien que je sois plus portée vers l’action, de temps en temps, apprendre à se poser ne peut qu’améliorer les capacités d'écoute tout en procurant un bien-être subtil mais réel.
 

Photos de google images et de ma collection personnelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.