jeudi 10 avril 2014

« Émotions et projections »...vidéo « au-delà de notre vue »






La journée d’hier a été très spéciale ! Toute la matinée j’ai été portée par une belle énergie, éclairée, très inspirée sous la douche mais je n’ai pas pris le temps de noter ce qui venait et je l’ai un peu regretté parce que c’est partit comme c’était venu. Les concepts sont restés mais j’étais incapable d’ordonner les idées. J’ai regardé la belle au bois dormant parce que je suis tombée dessus pas hasard et que je n’avais pas eu l’occasion de le voir en entier. Ce fut l’occasion de voir l’état de mon inconscient et de mon corps émotionnel concernant l’amour à deux. J’ai pu constater qu’il restait des clichés, une vision infantile de la relation de couple, sans en être affectée. 
Puis sur la même page, il y avait le film « Hors service » avec Dieudonné. C’est la première fois de ma vie que je regarde un film où il y a des gens froidement tués. Comme je me laisse guider par les élans, et que je suis à réfléchir sur les émotions, j’ai mesuré  l’impact des images sur mon état d’esprit. Déjà, j’ai pu regarder sans zapper ni tourner la tête, ce qui constitue une "progression". Cette expérimentation n’a pas été vécue par hasard mais elle est venue après avoir réfléchit sur les émotions et les énergies.


Il y a quelques temps, j’ai demandé à mon corps émotionnel, mon chakra sacré, tout ce qui est en lien avec les émotions, de m’aider à comprendre ce système interne. Je n’ai pas fait le rapprochement quand le chat a joué le rôle d’enseignant, en me montrant la différence entre les émotions et les énergies. 
Je ne sais pas si je vais pouvoir expliquer clairement ce que je ressens parce que c’est assez complexe et encore un peu confus. J’ai remarqué que ce chat ne réagissait pas selon mon état émotionnel ni mes mots mais selon mon taux vibratoire et surtout la vérité de mon geste. Quand je vais vers lui pour le caresser, parfois il se sauve ou se détourne. Je reste ébahie à chaque fois et essaie d’en déterminer la cause. 
Il me semble qu’il sent si mes gestes sont motivés, sous tendus par la peur ou par l’amour. Ainsi, je peux lui parler gentiment mais aller vers lui par peur de la solitude, pour combler un manque ou encore en doutant de moi et c’est là qu’il me repoussera. Il m’est arrivé de l’envoyer balader quand il prenait trop de place ou me dérangeait et bizarrement il ne partait pas, ne semblait pas affecté. 
On dit que les chats sont indépendants, caractériels même, mais je crois qu’ils sentent nos énergies avant tout le reste et si nous sommes alignés ou pas. Si notre geste est en accord avec notre cœur ou non. Les animaux reflètent fidèlement notre état d'être et un chien, par exemple, pourra mordre une personne qu’il rencontre si celle-ci est prise de panique et passer près d’une autre qui ne le calcule pas, sans aucun signe d’agressivité.
Avec les enfants, c’est un peu la même chose. Si on dit quelque chose mais que l’énergie derrière est contraire, ça créé une confusion, une dissonance que l’enfant ressent. 

Tout ceci pour parler de l’importance d’être vrai, d’être soi-même. 
Pas dans le sens d’avoir raison ou tort mais d’exprimer notre vérité. 
La colère, si elle est justifiée pour une part de soi et surtout si elle est reconnue et acceptée, sera reçue de façon positive par l’autre. Si par contre elle vient de la peur, elle l'agressera.
Pour revenir au film violent, même si c’est traité avec ironie et qu’à la fin, il y a une certaine forme de « morale », ça m’a considérablement abaissé le taux vibratoire . J’ai regretté de l’avoir regardé mais d’un autre côté, je me dis que faire l’autruche, ne pas vouloir tenir compte d’une certaine réalité, c’est un peu vivre dans sa bulle. 






L’équilibre vient de la réunification des polarités, de l’harmonie et pour ce faire, il faut voir ses ombres, les reconnaitre et les aimer. Alors chaque fois que je me reprochais d’avoir vu le film en pensant que ça m’avait abaissé le moral, j’entourais ces pensées d’amour et de lumière et construisais une bulle de protection afin de ne pas attirer des fréquences similaires. Un jeu périlleux qui finalement m’a permis de libérer un peu plus la peur de ma propre violence intérieure, la peur d’abuser de ma puissance, de mal gérer l’énergie masculine.
J’ai tendance à vouloir focaliser sur ce qui est positif mais ça n’est pas de cette façon que je peux affronter les ombres et trouver l’harmonie intérieure et être entière. Il est clair que je en suis plus masochiste et que je n’aurais pas forcé les choses, si je n’avais pas pu voir les premières images, si la violence m’avait fait souffrir, j’aurais arrêté de suite. Mais comme c’est un film donc quelque chose d’imaginaire, j’ai cru que ça n’aurait pas d’impact sur mon humeur puisque j’étais capable de regarder l’image sans êtr affectée outre mesure. 

Erreur parce que le mental ne fait pas trop de différence entre la réalité et la fiction, le corps émotionnel réagit même si on ne le ressent pas trop et les fantômes de l’inconscient affectent l’humeur. Mais comme ils ont une occasion de se montrer, on peut alors les entourer d’amour. 
J’ai bien du mal à traiter ce sujet que j’ai tant voulu éluder mais il me semble que pour guérir et trouver l’harmonie, il est nécessaire de vider tout ce qui est caché et peut alors saboter l’individu de manière inconsciente.

Tout le monde a de la violence en lui et vouloir l’ignorer, c’est prendre le risque qu’elle s’exprime de façon exagérée dans une situation qui l’aura réveillée. Apprendre à la libérer en la réveillant par des films, des situations qui ne risquent pas de faire souffrir quelqu’un, est un moyen de libérer la charge émotionnelle, de rééquilibrer les énergies. 
Évidemment il faut savoir accueillir l’émotion et ne pas se laisser embarquer par les pensées négatives qui seront éveillées.
Quand j’ai commencé à m’en vouloir de m’être laissée rabaisser l’humeur, j’ai vite eu le réflexe d’accueillir ces critiques et le calme et revenu. 
Malgré tout, ce matin, je n’ai pas la pêche habituelle et je suis comme dans un  brouillard. 

Cette nuit a été ponctuée de rêves que j’appelle « vidange de l’inconscient » une façon de traiter des infos, de vider le trop plein énergétique ou de rééquilibrer les énergies, quelque chose qui n’est pas passé de jour, qui n’a pas été compris ou digéré. Ce genre de rêves me laisse souvent dans la confusion, au matin. 
Il faut dire que j’ai aussi abordé le thème de la mort, par un documentaire constitué d’interviews de gens ayant vécu des expériences de mort imminente, ce qui m’a permis de finir la soirée en douceur. 
Je ne crains pas la mort au niveau conscient mais je sens bien que ce thème a réveillé de vieux fantômes. Les vies antérieures se sont parfois terminées par des morts violentes et c’est ce bagage qu’il est nécessaire de traiter.  

Je retiens une chose de la journée d’hier aussi, c’est d’avoir pu sentir l’immense différence entre le matin et l’après midi comme si j’étais passée de la cinquième à la troisième dimension, au niveau vibratoire. Ce n’est pas la première fois que je le ressens mais là, je ne l’ai pas subi comme avant, j’ai accompagné le truc en étant présente à ce qui se manifestait en dedans puis comme je n’ai rien prémédité, que tout c’est fait selon l’élan du moment, je n’ai pas été enfermée dans le mental/émotionnel et ses limites, ses vieilles croyances à propos de l’ombre et de la mort. 



Katerina Plotnikova



Je suppose que les soins énergétiques accès sur l’équilibre des polarités y sont pour quelque chose. L’aspect positif de l’expérience d’hier, c’est de prendre tout de même un certain recul et de ne plus chercher à focaliser uniquement sur la lumière. Enfin sur ce que je défini comme tel parce qu’il me semble que l’idée que je me fais de l’amour, de la lumière, est encore éloignée de la réalité, très influencée par la notion de bien et de mal. Après avoir eu le réflexe de me protéger des basses vibrations intérieures et extérieures, j’ai fini par me centrer, par revenir au cœur, à la neutralité et c’est ce qui m’a permis de retrouver la paix et la joie.

Tant qu’on est dans l’excès, que ce soit d’ombre ou de lumière, on n’est pas vraiment dans la réalité de l’être, du cœur, qui ne jugent jamais, qui sont, tout simplement. Ni dans l’amour divin, on est plutôt dans un état défini par nos émotions qui sont changeantes et ne peuvent pas nous apporter une paix durable. 
Quand notre humeur dépend de nos émotions, nous pouvons basculer d’une fréquence à l’autre en un rien de temps. 
Par contre si nous sommes dans la vérité de notre cœur, les émotions deviennent des indicateurs qui nous permettent d’aller encore plus loin dans l’amour de soi, en laissant s’exprimer sans retenue ce qui vient, sans juger. Une fois la charge libérée, une fois que l’enfant intérieur a exprimé sa colère, sa tristesse et qu’il n’a pas été prié de se taire, une douce paix s’installe. 
En laissant s’exprimer ce que l’on porte sans s’y identifier tout en acceptant d’en être le créateur, un équilibre, une harmonie se créent.
C’est comme si le divin accueillait l’humain dans ce qu’il est de plus fragile. 
Comme si la présence divine et l’âme devenaient les parents de l’enfant intérieur.

Faire ce travail d’harmonisation intérieure est indispensable et participe non seulement au bien-être intérieur mais il prépare aussi à recevoir tout ce qui va être révélé. Les annonces d’un événement proche, sont interprétées de différentes façons, selon les croyances et les attentes de chacun.
Pour ma part, je crains que ce soit violent, je ressens aussi une amplification des émissions solaires et terrestres. La lumière a toujours pour effet de révéler ce qui est caché et comme une grande quantité de cette énergie de la source va être déversée, ça risque de faire remonter à la surface tout un tas de choses qui jusqu’à maintenant été soigneusement cachées. Les manipulations, les trahisons, les complots…risquent d’être révélés.

Concernant l’hypothèse d’une divulgation, de l’apparition d’extra terrestres, je suis aussi partagée. Il est clair que l’effet que produirait ce genre de révélation serait comme une bombe nucléaire. L’occasion pour l’humanité de se reconnaitre Une, de se regrouper dans ce qu’elle a en commun mais un évènement sous-tendu par la peur risque d’engendrer beaucoup de confusion et de conflits. Ce scénario me semble servir les gens de pouvoir puisque ce serait pour eux l’occasion d’augmenter les mesures de sécurité, de priver l’ensemble de la population de liberté.
Ce qui permet de faire évoluer les mentalités, en général, de façon « positive », c'est-à-dire d’éveiller la solidarité, l’entre aide, ce sont les catastrophes naturelles. L’humain se retrouve dépouillé et l’humilité qui le porte, lui permet d’ouvrir son cœur. C’est alors qu’il se révèle dans ce qu’il est essentiellement: un être d’amour et de lumière. 






Des extra-terrestres débarquant en masse sur la planète ne peuvent qu’éveiller la peur et tout ce qui est motivé par cette énergie exacerbée, ne produit généralement rien de bon. Même chez ceux qui croient aux forces galactiques, les ET n’ont pas tous une apparence humaine et le choc peut être terrible. Seul celui qui a « travaillé » sur ses peurs ne risquera pas d’être trop déstabilisé. Mais comme la plupart des « artisans de la lumière » sont encore dans le déni, dans la dualité, espérant être sauvés par l’extérieur, je doute qu’une divulgation soit profitable.
Comme la pensée crée, la majorité des « éveillés » espérant être sauvés et voir la justice divine faire son œuvre, un égrégore construit sur la peur et la division peut effectivement produire un scénario du style « guerre humain vs ET » mais on ne peut alors parler d’ascension, d’élévation, puisque ce serait la copie de l’éternel scénario du conflit. 

La peur au niveau individuel et collectif est arrivée à un tel niveau que le pire peut se produire. La puissance de projection du mental est immense mais encore une fois, je doute que le plan divin soit quelque chose de ce genre, ça ressemble plus à l’extériorisation des peurs et des fantasmes que les humains vivent et répriment en eux.    

Je ne tiens donc pas compte de ce que les autres projettent, imaginent, pensent recevoir des êtres de lumière. 
Ce qui m’importe, c’est comment je suis face à mes peurs et notamment celle de mourir. Déjà, la mort est la seule chose qui nous concerne tous, qui nous situe à égalité. Elle emporte, riches et pauvres, jeunes et vieux, hommes et femmes…elle ne fait aucune différence. C’est notre façon de la voir qui nous oppose mais nous y passerons tous. Personnellement, je ne la vois plus comme une délivrance ou comme un obstacle mais juste comme un passage naturel.
Je vous laisse sur une note d’optimisme portée par cette vidéo. 

« Au-delà de notre vue » 52mn




Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.