jeudi 20 mars 2014

"La peur ou l'amour" et "Accepter? oui mais" de Lise Bourbeau






Je me suis encore fait avoir par mes propres peurs, mon critique intérieur ! Petit à petit, la rancœur a gagné du terrain et ce n’est qu’en me rappelant que c’est un jour de diminution de la dose de médicaments, (je réduis de 0,01mg tous les trois à cinq jours), que j’ai pu "revenir au centre". 
J’ai l’impression plus que jamais, que cette expression veut aussi dire de cesser de croire que l’extérieur est responsable de son mal être. 
Chaque fois que je suis indignée, je perds mon équilibre en me tournant vers l’extérieur au lieu de revenir à moi. Aux raisons qui me perturbent en dedans plutôt que de m’égarer en dehors. J’ai beau le savoir, y croire, ça n’est pas encore un réflexe. Il a fallu que l’ordinateur se mette à délirer alors que je venais de lire un texte à propos de la dépendance, du fait d’accepter ce qui est, ses limites, pour que je me rende compte que le jugement intérieur qui s’est exprimé ce matin, vis-à-vis de l’extérieur, créait une disharmonie intérieure. 
J’ai encore beaucoup de mal à accepter cette dépendance et en lisant l’article de Lise Bourbeau à ce sujet, j’ai ressenti de la culpabilité que j’ai vite accueillie. 


Les pensées se matérialisent le jour même ! En quelques heures, le retour de manivelle se fait sentir ! Heureusement que j’ai réagis à temps, que je n’ai pas ajouté au malaise par la colère ou le déni ! Les choses sont équilibrées parce que l’accueil de la culpabilité m’a redonné la pêche et je suis allée au jardin faire de la place pour ranger du bois, j’ai nettoyé quelques bordures et suis tombée sur un horrible crapaud que j’ai failli toucher ! Le dégoût a été minimisé par le regard doux de l’animal et par son immobilité.
J’ai sélectionné deux articles de Lise Bourbeau qui m’ont aidé à revenir à la méthode que j’avais utilisée il y a quelques temps, pour pacifier les aspects intérieurs, les voix contradictoires ; le dialogue ! C’est une chose à faire chaque fois que le dialogue intérieur devient conflictuel. Il ne faut pas croire que ces aspects sont pacifiés une bonne fois pour toutes. Chaque fois qu’une situation bouscule la paix intérieure, il est nécessaire de faire une table ronde ! Ce qui est encourageant, c’est que l’exercice est moins souvent nécessaire, les espaces de paix sont de plus en plus longs mais ça demande de la vigilance. 




La peur ou l’amour
 
SAVEZ-VOUS...
... ce qui vous motive dans la vie? Est-ce la PEUR ou l’AMOUR? Voilà une question très importante à se poser régulièrement et qui ne prend que quelques instants, mais qui peut changer radicalement votre vie. Par exemple, avant de dire ou de raconter quoi que ce soit, avant de faire une demande ou poser un geste ou avant de prendre une décision, prenez-vous le temps de vérifier ce qui vous motive? Cette question est aussi importante si vous décidez de ne rien dire et de ne rien faire.
Souvenez-vous que chaque décision ou action motivée par la peur n’est jamais la décision la plus favorable pour vous. Vous écoutez les petites voix du passé au lieu d’écouter votre cœur. Prenez donc quelques instants de plus pour vérifier ce que vous voulez véritablement dans cette situation. Cela modifiera à coup sûr votre élan pour faire, dire ou décider, à savoir si vous étiez motivé par la peur ou l’amour. Il est, de plus, impératif de vous souvenir qu’à chaque fois que vous agissez par peur, vous donnez de l’énergie à cette dernière, et il devient le moyen le plus sûr de manifester dans votre vie ce dont vous avez peur. En conclusion, choisissez l’AMOUR comme motivation première. Ainsi, plus vous agirez par amour pour vous-même. Plus vous donnerez de l’énergie à cet amour et plus il se manifestera dans votre vie.
Lise Bourbeau

Accepter? Oui mais...


"C’est plus facile à dire qu’à faire !" diras-tu. C’est vrai. Et il en est ainsi parce qu’on ne l’a jamais appris. En grandissant, nos modèles (parents) nous ont plutôt montré, par leur exemple, à réagir avec émotions, à juger, à critiquer et à ne pas être vrais. Ils nous ont inculqué ce qu’ils avaient assimilé de leurs parents qui, eux, à leur tour, avaient appris de leurs ascendants, etc. Nos parents ont donc agi au meilleur de leurs connaissances. Ils n’ont expérimenté rien d’autre que ce qu’ils avaient appris auparavant. Par contre, il est grand temps que quelqu’un comme toi brise cette chaîne sans fin.
Pour arriver à accepter véritablement, tu dois avant tout t’accepter toi-même, c’est-à-dire te donner le droit d’être qui tu es présentement. Il est essentiel également de réaliser que notre but sur terre consiste à accepter que tout ce qui vit demeure l’expression de Dieu; le moyen le plus rapide et efficace pour y parvenir est de pratiquer l’amour véritable.
L’Univers nous place donc sans cesse devant différentes situations pour nous en donner l’opportunité. C’est en général tout ce qu’on a jugé, critiqué et pas accepté de nos parents (les deux personnes les plus importantes pour l’évolution de chacun de nous) qui se répète. L’Univers nous donne toujours des opportunités pour nous dépasser et pour faire nos processus d’amour.
Pense à quelqu’un qui te dérange beaucoup et avec qui tu vis des émotions. Donne-toi le droit de vivre ces émotions dans le moment et, au lieu d’accuser l’autre, réalise que c’est une bonne opportunité pour apprendre à aimer.
Au lieu de critiquer et de juger, pense plutôt que l’autre fait au meilleur de sa connaissance selon ce qu’il a appris. Si tu es capable, sens la peur qui le fait agir ainsi.
Répète-toi: "Je ne suis pas d’accord, je ne comprends pas, mais je constate que c’est ainsi pour le moment. Tout est temporaire et je sais que je vais retirer quelque chose de cette expérience."
N’oublie pas que l’amour commence par soi-même ! Procède de la même façon envers toi-même lorsque tu t’aperçois que tu te juges, tu te critiques, etc.
Lise Bourbeau

********************************************* 

Mannequin Japonais après 30 opérations*


Bon, il faut que j’arrive à me souvenir qu’à chaque fois que je suis indignée par les manipulations, c’est le reflet de ma propre critique vis-à-vis de la dépendance, que je vois comme une forme de manipulation, de trahison de mon être, puisque c’est un masque. 
Masque qui m’a protégée pendant très longtemps mais que j’ai envie de retirer maintenant que je ne vois plus la vulnérabilité comme une faiblesse. 

Donc, accueillir le critique intérieur, dialoguer avec éventuellement, accueillir la culpabilité, puisque je confonds encore responsabilité et culpabilité et la vulnérabilité, mes limites.
A force de se le répéter, ça finira par rentrer, par devenir une réalité si puissante quelle se manifestera naturellement. 
La vulnérabilité s’équilibre avec la puissance de l’être et la confiance en sa présence, sa bienveillance, devient de plus en plus forte à mesure que je pratique le lâcher prise, la libération des émotions lorsqu'elles se manifestent…

* Voilà un masque qui m'a fait rire au début puis que j'ai trouvé pathétique. Quand j'arriverais à me dire, "après tout, chacun choisit sa vie", je pense que mon problème d'acceptation de la dépendance sera résolu!


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, (sauf évidemment les deux articles de Lise Bourbeau) ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces quatre lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.