dimanche 19 mai 2013

Hommage à l’enfant intérieur, vidéos chansons animées.




Le ciel, les énergies, la terre, tout m’amène à rentrer à la maison, à l’intérieur de mon être, à retourner à la source, à l'essentiel. J’ai la sensation que tout est vain, que la seule chose à faire, c’est de s’abandonner à ce qui vient. Je ne sais pas quoi exactement mais je ressens très fortement un vide immense. Comme si plus aucune attache n’existait. Tout me semble futile. Plus rien ne ressemble à rien même les mots ne peuvent décrire ce ressenti profond. Je n’ai croisé que deux personnes dans toute la matinée.    
Je suis allée voir mon copain le chêne que j’ai embrassé comme quand j’étais enfant, avec la certitude de retrouver un ami intime. Je suis toujours impressionnée par sa stature, la force de son tronc rugueux et en même temps la fragilité de ses feuilles. J’ai coupé des roseaux pour tenir les pieds de tomates et marché jusqu’à la rivière qui coule avec une force incroyable. La violence du courant m’a donné l’impression d’être une toute petite chose fragile. C’est dans ce genre de situation que je me remercie d’avoir libéré des peurs, affirmé ma foi et engrangé suffisamment de confiance en la bienveillance de mes aspects divin pour pouvoir être sereine. J’ai pris l’habitude de consoler l’enfant intérieur, de ne plus m’affoler et de revenir à ma vérité, mon désir d’unité qui procure une paix inconnue jusqu’à maintenant. Plus j’appelle la facilité et moins j’oppose de résistance à ce qui est. Je me contente de prendre les choses comme elles viennent sans plus chercher à trop comprendre. Des réponses ou plutôt des moments de clarté m'amènent à voir facilement certaines choses sur lesquelles je bloquais. Je continue de nourrir ma foi par la simplicité.
Les images et les sons, permettent une intégration facile et légère des vérités essentielles. Voici quelques vidéos de chansons illustrées par le dessin animé. Celles des Beatles sont confectionnées avec le jeu vidéo Dreamscape.
Comme la lettre de diffusion ne publie pas les liens des vidéos, cliquez ci-dessous pour les voir sur le blog:


 
Ceux de ma génération se souviendront certainement de ce qui suit:

« Love is all »
Roger Glover




“Here come the sun”
The Beatles


“Hakuna Matata”
Le roi lion



Même si Disney a bercé beaucoup d’enfants dans l’illusion de la dualité, il y a néanmoins un graphisme agréable, bien qu’il comporte pas mal d’images subliminales. Encore une illustration du fait qu’il y ait du bon et du mauvais en tout. Ces deux chansons sont particulièrement adaptées à la période actuelle.

 « Il en faut peu pour être heureux »
Le livre de la jungle


Plus ça va et plus je me dis que d’appeler la joie est encore être dans la dualité. Puisque ce sentiment est en nous de façon naturelle, en prenant soin de nos aspects fragiles en cessant de juger nos faiblesses, ce précieux enfant en nous, peut libérer ce qu'il a de plus beau et la joie en fait partie. Une forme de négation de ce qui est, maintien dans l’ignorance, dans l’ombre. L’acceptation, me semble être ce qui permet de vivre dans la paix et ainsi de ne plus être influencé par quoi que ce soit.
Je rabâche encore ! Je vais au jardin, me connecter à la terre mère qui a le pouvoir de bercer l’enfant intérieur et de consoler ses peines, les blessures de la naissance cosmique, par ses énergies équilibrantes. Une connexion qui ramène à la source, dans l’unité.  Entre ciel et terre, je suis en sécurité et peux laisser mon être essentiel en une libre association avec ma personnalité humaine, s’exprimer sans aucune gêne, ni aucun tabou. La facilité est le nouveau chemin que je veux emprunter par l’abandon à l’amour inconditionnel.

Mon Féliz illustre bien son nom. Il est caché dans sa plante préférée, le Jasmin

La pluie a interrompu mon élan cocréateur. J’étais bien au jardin ! Aujourd’hui, comme c’est dimanche, je peux me laisser aller totalement, sans subir l’influence négative extérieure des gens pris dans le mouvement effréné du boulot, l’esprit de compétition, le besoin de plaire...Car même si cette influence peut être l’amplification de mes propres ombres, je commence à me demander si ça n’est pas l’appel à l’unité qui créé cette sensation afin de lâcher prise de tout questionnement. Cette soif de comprendre est inextinguible. La seule façon de trouver une issue favorable, c’est de cesser de penser, pour être, tout simplement.
Je vais m’allonger. 
Un peu de repos en compagnie de mon chat préféré, mon "doudou"m'a fait du bien. De toute façon vu le temps pourri dehors, j'ai bien fait de ne pas lutter contre l'envie de dormir et de rester dans la chaleur de mon lit douillet. Comme me le rappelait une âmie, les éruptions solaires, les envois d'énergie invitent à se poser de façon a ce que tous les corps intègrent facilement ce que nous recevons. 
Une renaissance est en cours et nous vivons des phases d'enthousiasme, comme poussés à aller de l'avant, suivi de moments de repos intense comme pour se régénérer avant la prochaine expansion. 

 Photos de ma collec'. C'est marrant mais j'associe souvent l'enfant intérieur à cette fleur écru, soyeuse qui révèle toute sa beauté sur un fond sombre. Féliz veut dire heureux en espagnol.
Extrait de mon "Journal de bord d'un humain divin comme tout le monde" publié à cette adresse: 
http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.