samedi 19 janvier 2013

Mardi 25 décembre,





Il est 1h07 et après avoir dormi deux heures dans mon lit sans Poupoune, mon chat "préféré", je me suis levée comme si j’avais dormi une nuit entière !
J’ai ravivé le feu qui s’était éteint et fait chauffé de l’eau pour faire un café. 
Quelque chose m’a poussé à me lever, comme un enfant qui voudrait ouvrir ses cadeaux !...
Les miens sont ceux de ma présence divine qui m’éclaire chaque jour, chaque nuit.
Merci mon âme, merci ma présence divine, merci de m’enseigner, merci de me montrer comment guérir, de me faire comprendre tout ce qui est essentiel : savoir aimer, savoir faire circuler l’énergie d’amour inconditionnel en soi, par des gestes concrets. 

Savoir aimer avec authenticité, en étant qui on est vraiment et en laissant l'autre être aussi lui-même. C’est ainsi un échange d’amour équilibré, une libre circulation énergétique qui ouvre le cœur de chacun, éveille l’âme jusque dans les cellules, jusque dans l’ADN réalisant une guérison profonde, une transmutation des programmes basés sur la dualité, en programmes basés sur l’unité, l’amour inconditionnel! 


La guérison s’opère parce que les petits gestes d’amour ouvrent le cœur qui lui-même ouvre la conscience et on se retrouve entre deux présences divines qui s’expriment à travers des personnalités humaines et plus entre deux humains dirigés par l’ego. 

Merci lumière de mon être de m’éclairer à travers la vie de tous les jours, dans des situations réelles, à travers des gestes simples, concrets et de rendre ce quotidien autrefois pesant, épanouissant, éblouissant faisant de ce séjour sur terre un acte permanent d’amour. 
Merci pour ce Noël fêté avec mon être, vécu tel qu’il doit l’être.
Merci Christ intérieur d’être en mon cœur, d’habiter tout mon être. 
Ne me quitte jamais. Nous avons fusionné pour toujours et sommes inséparables. 
Je nous aime !

Les voisins d’en haut sont rentrés. Je vais pouvoir retourner me coucher sans craindre d’être dérangée. 2h25, quand même, le temps s’est écoulé sans que je m’en aperçoive ! Quand c’est le cœur qui parle, on sort de l’espace/temps, on est dans une dimension autre que la troisième. 
Je ne sais pas exactement la quelle mais tout ce que je sais, c’est qu’on y est bien, qu’on s’y sent vivant. Je n’ai même pas envie de dormir. Je continue de faire comme je le sens même si c’est décalé par rapport aux autres. Remarque cette nuit, je me couche en même temps qu’eux et comme demain ils feront la grasse matinée, j’aurais tout le loisir de me lever plus tard tout en étant en paix. 

Je suis en train de réaliser que si je me prive de sommeil, je me prive en même temps des enseignements directs puisque mon mental est au repos. Mais comme la conscience est active quelque part, peut-être l’inconscient ou encore le super moi, peu importe, toujours est-il qu’une partie de ce que je suis, garde le souvenir de ces rencontres nocturnes et m’en restitue une part, au réveil. 
D’où l’importance d’écrire à ce moment là, quand le souvenir est si frais que ça coule de source. Où pourrais-je bien aller cette nuit afin d’être enseignée ?   
Quel temple choisir, quel être de lumière ? 
Et pourquoi pas ma présence divine ? Remarque quelqu’un d’autre que moi, dont la vision diffère, peut me montrer les choses sous un angle nouveau puisque c’est dans l’échange de point de vue, qu’on grandit encore plus. 
Sinon pourquoi la conscience unitaire, la conscience christique se serait éclatée en autant d’étincelles, en autant d’âmes ?
Peut-être qu’Adamu pourrait me parler de cette conscience ou encore Christ. 
Ou encore faire un tour au temple de guérison pour une régénération cellulaire, pour que mon corps physique soit purifié des toxines. 
Ou dans le temple de Saint Germain, il y a tant de lieux à visiter que je ne sais que choisir. Laissons mon âme le faire et attendons le réveil pour pouvoir relater tout ce que j’aurais appris ou vécu.

Je n’ai pas réussi à m’endormir cependant, je me suis reposée jusqu’à 5h. Bien que je me dise que c’est peu, je fais confiance à la capacité d’auto régénération cellulaire. 
J’ai fait une libération de la peur de la mort.
J’ai quand même dû dormir tout à l’heure parce qu’il me semble que j’ai rêvé. Par contre, je ne me souviens plus de quoi.

Nuit de Noël en trois fois deux heures ! Pas important, j’ai mon compte et cette fois-ci je me suis endormie après avoir libéré les fausses croyances concernant le féminin sacré.
J’ai tout d’abord écrit à Simon Leclerc qui a envoyé une audio conférence cadeau, sur le thème des rouages de la dualité. Puis comme j’étais dans la boîte, j’ai écris à Carmelle ! Quatre mails avant de pouvoir la joindre ! Elle écrit des textes qui parlent du féminin sacré et aborde aussi le thème du « mal ». 
J’ai finalement décidé d’aller libérer ce qui devait l’être au sujet de la femme après que j’aie constaté que la connexion était coupée, m’empêchant d’envoyer le mail ! 
Que de résistance ! Quel cadeau merveilleux recèle la libération des fausses croyances ? Et si les deux étaient liés ? Si le diable et la femme ne faisaient qu’une seule et même énergie ?

Du point de vue des églises, la femme est considérée comme maléfique, impure quand elle a ses règles, capable de semer la guerre entre deux hommes qui veulent la conquérir. Capable d'influencer son foyer. Pas étonnant qu'elles aient eu si tard le droit de vote.

Comme je considère que le mal est une notion tout à fait relative, je vois plutôt le lien dans le fait que la femme possède un immense pouvoir, celui de donner la vie, celui de séduire, de construire, la capacité d’assumer plusieurs casquettes, plusieurs tâches en même temps…et combien de pouvoir encore.
De plus si je me réfère à la bible au moment où Dieu est sur son trône avec Jésus à sa droite et quelqu’un à sa gauche. 
Quel est ce mystérieux quelqu’un ? 
Déjà, il est dans la même sphère que Dieu et Jésus, sur un pied d’égalité avec le Christ. 

Si on considère que nous vivons dans un monde dualiste, il faut qu’il y ait deux énergies opposées dans l’histoire. L’humain par ignorance, ne confondrait-il pas le mal avec l’énergie féminine ? Et le fait d’inventer le diable ne serait-ce pas juste histoire de nous faire croire à la nécessité du patriarcat ? De donner du pouvoir à l’homme ?

Dans la bible, c’est le serpent qui est aussi le symbole de la Kundalini, qui incite la « femme » à croquer le fruit de la connaissance du bien et du mal.
Ces « mystères » ne peuvent être révélés à quelqu’un qui maintient sa foi, sa vision et sa position dans la dualité, il y perdrait tout sens de sa réalité, serait déboussolé. 
Mais quand même, je veux savoir, je veux comprendre. 

Je ne crois pas "au malin", c’est plus subtil que ça, je crois en l’humain divin qui peut exister et qui existe dans la conscience christique, la conscience unifiée, ça me semble plus juste, logique, constructif et moins débilisant que la croyance du bien et du mal et des bons et des méchants.
La source, père mère est amour inconditionnel, qui a tout créé, qui accepte le choix de toutes ses créations puisque c’est sa volonté de nous donner le libre arbitre qui seul peut nous amener à réaliser notre souveraineté.

Je continue donc plus que jamais à ouvrir mon cœur à la conscience non duelle.
Je sens que j’avance dans la compréhension et suis certaine que l’écoute de la conférence de Simon ainsi que l’échange de mail avec Carmelle, m’amèneront à plus de compréhension. 

Mais je veux toujours comprendre d'abord par moi-même, par l’éclairage du divin en moi, sinon, « ça n’est pas du jeu (je) » ! Je pense avoir bien posé à plat le thème alors je peux me mettre à l’écoute. Je suis prête à entendre la vérité de l’ombre. 
Il faut dire que la vie m’a donné toutes les clefs pour être ici, maintenant, avec le cœur ouvert à toutes choses !

De plus, dans le jeu de la vie, car il semble bien que notre vision humaine totalement faussée, aveugle, rien qu’à voir où nous en sommes au niveau de la civilisation, force est de reconnaître que l’homme est ignorant et qu’en fait, tout ça n’est qu’une illusion, une mise en scène pour apprendre à connaître ce que sont ces deux forces qui animent le mouvement de toute vie.

Merci à la lumière de ma présence et au mouvement de mon cœur, à la connaissance. Merci à tous ceux qui osent sortir des sentiers battus et par leur connexion au divin en eux, reçoivent la lumière et la partagent librement.

Je viens de me rendre compte que je n’ai pas pris mon médicament malgré les trois réveils et le fait qu’il soit déjà 9h45 ! Je n’ai même pas de sensation de manque !
Il me semblait bien que si je continuais d’en prendre, c’est que j’avais besoin de ce produit qui me permet tout de même un certain détachement par le fait qu’il calme les émotions. 

La meilleure façon de se débarrasser d’une dépendance, facilement et définitivement, c’est de regarder d’où celle-ci tire sa nécessité. De chercher quelles fausses croyances, quelles peurs elle cache. Car tout ce que nous faisons a un sens et répond à la recherche constante de l’équilibre nécessaire au mouvement de la vie. 
Donc, merci aussi à ces cachets qui cachaient quelque chose que maintenant j’ai trouvé et qui n’ont donc plus leur utilité. Encore une constatation de la relativité du bien et du mal. 

Bien que ce soit encore très confus, j'avance.
Bon action, c’est dommage que je ne puisse pas faire du vélo, je vais aller marcher, voir mon copain le chêne et la rivière, échanger avec eux, l’amour et la lumière, réactiver le lien avec la terre mère, avec la mère divine.
Merci père et mère Noël pour tous ces beaux cadeaux ! Ces pistes de réflexion, pour l’amour et la compréhension. Merci Christ en moi !
"Christ le fils unique de Dieu". Et si ça voulait dire que christ est le soleil qui se serait éclaté en milliards d’étincelles, de rayons: d’âmes humaines ? C’est ce à quoi je crois de plus en plus.

Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.